Aller à la recherche

lundi 27 janvier 2020 20:42

La fleur de Dieu, de Jean-Michel Ré

Partage Partager le billet

La fleur de Dieu

L’histoire :
An 10996. L’Empereur règne sur dix-huit mille mondes habités. Pendant qu’un seigneur de guerre fomente un coup d’État, la formule chimique de la Fleur de Dieu (une plante aux nombreux pouvoirs de guérison) est volée, ce qui met l’empire dans une situation délicate.

Mon avis :
J’ai été tenté par ce roman de science-fiction après avoir lu la quatrième de couverture. Après avoir terminé l'ouvrage, je suis satisfait de mon choix. Avant de commencer ma lecture, j’ai survolé le glossaire (plus de quarante pages), qui permet de mieux appréhender le récit, même si, à mon sens, on peut se passer de le maîtriser.

Il s’agit du premier tome d’une trilogie. La quatrième de couverture parle de space opera, évoquant des classiques, comme «Dune», de Frank Herbert, et il est vrai que j’ai eu cette sensation lors de ma lecture. L’univers présenté par l’auteur est très fouillé, précis. Tout y est méticuleux. La technologie est omniprésente, avec des puces de contrôle interconnectées à un réseau interplanétaire, le clonage, etc. Il faut aussi compter sur un côté mystique : la religion est très présente, toute la vie s’organise autour. L’intrigue est assez complexe. L’action est très présente, ainsi que les rebondissements.

Le lecteur suit plusieurs protagonistes : l’Enfant, Maître Kobayashi, le seigneur de Latroce, etc. Cela apporte de nombreux points de vue à l’histoire. Or, l’auteur ne creuse pas assez ses personnages pour permettre une profonde empathie avec eux. Malgré ce détail, j’ai pris du plaisir, et j’ai attaqué le tome 2 dans la foulée.

À lire !

Service presse des éditions Albin Michel Imaginaire.

Titre: La fleur de Dieu
Auteur: Jean-Michel Ré
Éditeur: Albin Michel
Nombre de pages: 327
ISBN: 978-2-226-44236-9
Date de publication: 29 mai 2019

Acheter « La fleur de Dieu » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 26 janvier 2020 20:16

Spleen Machine, de Marie-Laure Hubert Nasser

Partage Partager le billet

Spleen Machine

L’histoire :
Alix, dix-sept ans, est une lycéenne populaire qui a tout pour elle. De son côté, Anna, sa mère, est en pleine réussite professionnelle. Jusqu’au jour où un grain de sable vient faire dérailler la machine.

Mon avis :
Il s’agit d’un roman à deux voix. La première partie est abordée par Alix, la deuxième par Anna. Le récit est fort et prenant, il ne laissera pas indifférent. De plus, il est parsemé de nombreuses références musicales. L’ensemble est très réaliste, et parlera, à mon sens, à de nombreux adolescents et à leurs familles. J’ai rapidement été immergé dans ce récit. À travers les phrases courtes, le mal-être d’Alix est palpable.

Quand j’ai attaqué la deuxième partie, avec Anna, je me suis dit que c’était du déjà vu, ce changement de point de vue. Or, c’est aussi une réussite. Tout semble idyllique, mais le diable se cache dans les détails.

La longue descente aux enfers est bien décrite, palpable, et le final, vertigineux. Quelles que soient les apparences, tout n’est pas toujours rose dans les familles, et la communication est au centre de tout.

L’ensemble est rythmé, criant de vérité et d’émotions.

À lire !

Titre: Spleen Machine
Auteur: Marie-Laure Hubert Nasser
Éditeur: Éditions Passiflore
Nombre de pages: 240
ISBN: 978-2-9184-7138-7
Date de publication: 3 février 2015

Acheter « Spleen Machine » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 19 janvier 2020 20:43

À la tombée du ciel, de Sophie Cameron

Partage Partager le billet

À la tombée du ciel

L’histoire :
Depuis plusieurs mois, des événements extraordinaires se produisent à la surface du globe. De manière aléatoire, des Anges tombent du ciel. Une hystérie gagne la planète, et des chasseurs d’Anges apparaissent. Le père de Jaya, une adolescente de seize ans, fait partie de ces personnes obsédées par cette énigme.

Mon avis :
Ce roman est agréable à lire, les chapitres s’enchaînent facilement, et l’ensemble est rythmé. Le lecteur suit Jaya. Cette dernière ne se remet pas de la mort de sa mère, quelques mois plus tôt. Son père chasse les Anges. Il espère trouver le prochain point de chute, et arriver à capturer vivante l’une des créatures.

Un jour, Jaya, n’étant pas comme son père, découvre un Ange, et décide de la cacher pour la sauver. Afin d’y parvenir, elle va devoir obtenir de l’aide. L’adolescente est révoltée de la réaction des humains à ses chutes d’Anges : le monde semble devenu fou, les habitants massacrent les dépouilles de ces créatures, et les mouvements religieux s’amplifient.

L’auteur aborde de nombreux sujets, comme la famille, l’amitié, le deuil, l’homosexualité, la religion, les choix de vie. Les personnages sont suffisamment brossés pour être crédibles, et cela cadre avec l’histoire.

Une petite remarque : il est dommage que les éditions Nathan n’aient pas gardé la couverture de la version originale, bien meilleure, à mon sens, que le choix français. Enfin, j’aurais aimé en apprendre plus sur les Anges, mais il ne s’agit pas du point central du roman, c'est juste un fil conducteur pour suivre l’évolution de Jaya.

À lire !

Titre: À la tombée du ciel
Auteur: Sophie Cameron
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 303
Traduction: Anne Guitton
ISBN: 978-2-09-257757-8
Date de publication: 11 juillet 2019

Acheter « À la tombée du ciel » sur Amazon

Partage Partager le billet

mardi 31 décembre 2019 23:30

Boo, Neil Smith

Partage Partager le billet

Boo

L’histoire :
Oliver Dalrymple, surnommé Boo, se réveille au «Village». Il découvre qu’il est mort, et qu’il est dans un lieu où il n’y a que des enfants de treize ans.

Mon avis :
Boo n’est pas étonné par sa mort. Il garde une certaine distance vis-à-vis de sa vie. Sur Terre, il était différent, n’avait pas d’amis. Il raconte son histoire avec détachement, et espère qu’un jour, il parviendra à faire parvenir ses écrits à ses parents.

Dans le «Village», Boo a un regard scientifique sur le fonctionnement de ce monde où il n’y a pas d’arbres, pas d’animaux. Il se lie d’amitié avec d’autres personnes, ce qui ne lui arrivait pas sur Terre. Malgré sa mort, tout semble pour le mieux. Un jour, il rencontre Johnny Henzel, un camarade de collège, qui a vécu le même drame que lui : ils ont été tous les deux abattus dans l’enceinte de l’établissement. À partir de ce moment, les deux acolytes vont remuer les différentes zones de leur «paradis» afin de comprendre ce qui leur est arrivé. Et cela ne sera pas de tout repos.

Neil Smith brosse le portrait d’un paradis surprenant. Tout est rectangulaire, gris. La vie y est très structurée, codifiée. Les descriptions sont précises. L’auteur glisse de nombreuses références culturelles dans les noms des rues, des bâtiments, par exemple avec des noms de personnages de romans : Paul Atréide, Jonathan Livingston, et il y en a beaucoup d’autres que je vous laisse découvrir.
La force du récit réside dans les relations entre les personnages, ainsi que dans le décalage que Boo a avec son ancien monde. Un roman sur la différence, l’amitié, et la construction de soi.

À lire !

Service presse des éditions l'école des loisirs.

Titre: Boo
Auteur: Neil Smith
Éditeur: l'école des loisirs
Nombre de pages: 397
Traduction: Lori Saint-Martin, Paul Gagné
ISBN: 978-2-2113-0149-7
Date de publication: 21 août 2019

Acheter « Boo » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 22 décembre 2019 19:48

Optic Squad, Mission Seattle, de Stéphane Bervas et Sylvain Runberg

Partage Partager le billet

Optic squad, Mission Seattle

L’histoire :
Seattle, 2098. Katryn Horst est recrutée pour intégrer les Optic Squad. Peu de temps après, elle est affectée à sa première mission : démanteler un trafic d’êtres humains.

Mon avis :
Il s’agit du premier album d’un thriller dystopique futuriste. Le récit suit une nouvelle recrue de l’Optic Squad, une unité d’élite qui traque les criminels au niveau mondial sous mandat de l’ONU. Les agents de cette unité sont équipés de nanocaméras qui permettent un suivi en temps réel de leurs missions. Cela permet aussi d’améliorer leurs capacités et de les seconder le plus efficacement possible.

Dans ce premier tome, l’intrigue se met en place, mais une grande part est laissée à l’action. Il y a peu de temps morts.
Je me suis vite immergé dans ce récit. Il y a beaucoup de dialogues, ce qui donne de la consistance au scénario. De plus, quelques retours en arrière nous expliquent une partie du passé de Katryn. Cette dernière est assez surprenante par son calme dans les situations les plus dramatiques. Elle reste froide, rien ne semble la toucher. D’ailleurs, la fin de l’histoire donne un intérêt supplémentaire à l’intrigue.

Le découpage des planches reste classique. Je trouve les décors très précis, réussis. Le dessin est réaliste. Les couleurs sont assez sombres, dans des tons de bleu, l’essentiel de l’histoire se déroulant de nuit.
J’ai été agréablement surpris par ce premier album. C’est avec intérêt que je vais surveiller les aventures de ces agents, et spécialement Katryn Horst.

À lire !

Titre: Optic squad, Mission Seattle
Auteur: Sylvain Runberg
Dessinateur: Stépahne Bervas
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 68
ISBN: 978-2-36981-921-9
Date de publication: 9 octobre 2019

Acheter « Optic squad, Mission Seattle » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 2 de 129 -

Page top