Aller à la recherche

jeudi 8 août 2019 22:07

Offrande funèbre, de Douglas Preston et Lincoln Child

267 lectures

Partage Partager le billet

Offrande funèbre

L’histoire :
Des meurtres étranges ont lieu (des coeurs sont découverts sur des tombes de personnes suicidées). Contre toute attente, l’inspecteur Pendergast se retrouve avec un collaborateur sur les bras pour mener l’enquête.

Mon avis :
Lire une aventure de l’inspecteur Pendergast permet de passer un bon moment de détente, et c’est encore une fois le cas avec cet opus. L’enquête est classique, le style des auteurs reste agréable, et le scénario bien rythmé.

Cette fois, l’inspecteur est dans le collimateur du nouveau directeur adjoint du FBI, Walter Pickett. Afin de le surveiller au plus près, il lui adjoint un autre policier, Coldmoon. Dès le départ, Pendergast n’en fait qu’à sa tête, et ne tient pas compte des avertissements. Il est à la fois attachant et horripilant, maîtrise parfaitement ses émotions, est très pragmatique, et fait fi des règlements. L’argent ne lui pose pas de problème, et il s’en sert pour son confort ou ses enquêtes au gré des besoins. Rien ne semble le toucher, et il est omniscient. Son collègue, Coldmoon, essaie de le comprendre, et découvre un personnage étrange aux multiples facettes, dont le but essentiel est de faire avancer l’enquête. D’ailleurs, dans l’autre sens, Pendergast fera lui aussi des découvertes.
Le tueur en série est assez macabre: il laisse des coeurs humains frais sur des tombes et des citations littéraires sur son passage.

J’ai été un peu déçu par la fin (concernant le tueur en série), mais cela a une certaine cohérence avec le reste de l’histoire. Enfin, il ne faut pas s’attendre à beaucoup d’action, mais ce n’est pas rédhibitoire avec ce récit, loin de là.

Service presse des éditions l'Archipel par l'intermédiaire de l'agence de communication LP Conseils.

Titre: Offrande funèbre
Auteur: Douglas Preston / Lincoln Child
Éditeur: l'Archipel
Nombre de pages: 347
Traduction: Sebastian Danchin
ISBN: 978-2-8098-2646-3
Date de publication: 15 mai 2019

Acheter « Offrande funèbre » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 1 août 2019 22:48

L’homme qui voulait rentrer chez lui, d’Éric Pessan

103 lectures

Partage Partager le billet

L'homme qui voulait rentrer chez lui

L’histoire :
Jeff et Norbert, deux frères, vivent dans une cité de Nantes. Un jour, ils découvrent, dans leur cave, un fugitif. Contre toute attente, Jeff décide de l’aider.

Mon avis :
Un roman court, moins de deux cents pages. Il y a une petite trace de fantastique, mais moins présente que dans le roman « Dans la forêt de Hokkaido » du même auteur, bien qu'on retrouve Julie. Ici, le personnage principal est Jeff, un jeune garçon de treize ans. C’est lui qui nous raconte l’histoire. L’adolescent aime sa cité, mais tout change : une réhabilitation est en cours, et dans quelques semaines, il va déménager avec sa famille parce que son immeuble sera détruit. L'adolescent aime ses parents et son frère Norbert, mais les relations ne sont pas au beau fixe. Ses parents sont totalement désabusés. Son père, au chômage, passe ses journées à la maison devant la télévision, et le moindre détail l’horripile. Sa mère effectue un travail peu valorisant et épuisant. À la maison, elle s’efface, et évite les conflits. Au cours du récit, Jeff les voit sous un nouveau jour. De mon côté, même s’il y a une évolution du père, je n’excuse en rien son comportement qui est totalement irresponsable envers ses enfants (et surtout Norbert).
Pendant ces quelques semaines, Jeff va découvrir la personnalité de Norbert. L’origine, c’est la découverte de cet étranger qui parle une langue inconnue, et dont le physique n’est pas commun. Le thème des migrants est à nouveau présent dans le récit d’Éric Pessan. L’auteur aborde aussi un peu la vie de la cité, à travers un atelier d’écriture.

Il s’agit d’un roman initiatique qui reste ancré dans le réel, malgré la petite touche fantastique. Les personnages sont profondément humains. Je me suis attaché aux adolescents et à l’étranger. De plus, le style est très agréable et fluide.

À découvrir.

Service presse des éditions l'école des loisirs.

Titre: L'homme qui voulait rentrer chez lui
Auteur: Éric Pessan
Éditeur: l'école des loisirs
Nombre de pages: 183
ISBN: 978-2-211-23989-9
Date de publication: 2 janvier 2019

Acheter « L'homme qui voulait rentrer chez lui » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 20 juillet 2019 16:29

Le garçon et l’univers, de Trent Dalton

65 lectures

Partage Partager le billet

Le garçon et l’univers

L’histoire :
Eli vit avec sa mère, Lyle (son beau-père), et August (son frère aîné). Depuis un accident, ce dernier ne parle plus, mais trace des mots dans l’air avec ses doigts. La vie de famille n’est pas simple dans ce quartier de Brisbane où tous les trafics ont cours.

Mon avis :
Mon avis est mitigé sur ce roman. L’histoire est sombre et intéressante, mais j’ai ressenti des longueurs à de nombreuses reprises, ainsi que des digressions, qui à mon sens, n’avaient pas lieu d’être. J’ai trouvé que les discussions autour de Slim étaient trop poético-philosophiques. Tout cela a rendu une partie de ma lecture difficile.

Eli est attachant, très curieux, même trop, mais son frère August et lui sont un peu détachés de la réalité (par moments, on se demande même s’ils n’ont pas des hallucinations). La grande question d’Eli est: « comment devient-on mauvais ou bon ? ». Est-ce inné ou non ? Tout au long du livre, le jeune garçon essaie de répondre à cette question.

Le milieu familial baigne dans le trafic de drogue, et la violence est récurrente. Pourtant, le bonheur, d’une certaine façon, est présent. À force de persévérance, la lumière peut survenir dans cette obscurité, même si le chemin est semé d’embûches. Trouver cette lumière est le but d’Eli.
L’écriture est fluide, mais les longueurs alourdissent le récit. Un roman qui ne plaira pas à tout le monde.

Service presse numérique des éditions HarperCollins par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le garçon et l’univers
Auteur: Trent Dalton
Éditeur: HarperCollins
Nombre de pages: 544
Traduction: Maxime Shelledy et Souad Degachi
ISBN: 979-10-339-0353-6
Date de publication: 2 mai 2019

Acheter « Le garçon et l’univers » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 11 juillet 2019 18:49

Escalier B, Paris 12, de Pierre Lunère

125 lectures

Partage Partager le billet

Escalier B, Paris 12

L’histoire :
Pierre est gardien d’immeuble, et en parallèle, il arrondit ses fins de mois par la voyance dans laquelle il excelle. Tout semble tourner pour le mieux, jusqu’au moment où une nouvelle locataire s’installe.

Mon avis :
Le personnage principal, Pierre, a un ton sarcastique tout au long du roman, ce qui donne des interactions assez particulières avec les habitants de l’immeuble dont il a la charge. J’ai apprécié ce roman, même si, à mon goût, ce n’est pas si hilarant que ça. C’est une lecture décalée qui permet de passer un moment de détente.

Plusieurs enquêtes se succèdent, s’entremêlent, mais ce coup de main informel à la police sert surtout de cadre aux relations du concierge avec les habitants de l’immeuble et ses amis. On découvre les petites habitudes de chaque résident, de la commère au collectionneur compulsif en passant par Marion-Lara qui travaille au commissariat local.

Cette dernière va bousculer les habitudes de Pierre et l’obliger à utiliser ses dons de voyance, ainsi qu'à écouter cette voix interne qui lui donne de nombreuses indications. Voix qui parfois est difficile à appréhender et à supporter, mais qui manque cruellement lorsqu’elle ne se manifeste pas.
Les personnages, si on ne compte pas Pierre, sont peu travaillés, l’auteur restant à la surface des choses, et s’attardant surtout sur les pensées et sarcasmes du concierge. Il ne faut pas réellement s’attendre à des intrigues policières, les enquêtes étant assez légères (malgré les thèmes traités), notre héros donnant surtout des pistes et des idées, sauf pour une, où il agit. Il y a un petit côté loufoque au récit, représenté par le pékinois albinos de Pierre, mais l’ensemble me paraît un peu décousu. J’ai eu l’impression de partir dans tous les sens en suivant le quotidien du personnage principal. Je trouve aussi que certaines réactions sont illogiques et incongrues (je pense surtout à Danny). Il aurait été intéressant d’approfondir certains moments, comme l'histoire du fils aîné des Yen.

Le style de l’auteur est agréable, direct, si on supporte les remarques de Pierre. L’impression de récit non structuré, peut-être voulue, est en revanche dommage.

Un récit intéressant qui aurait gagné à être plus approfondi.

Service presse des éditions HarperCollins

Titre: Escalier B, Paris 12
Auteur: Pierre Lunère
Éditeur: HarperCollins
Nombre de pages: 392
ISBN: 978-1-0339-0266-9
Date de publication: 9 mai 2019

Acheter « Escalier B, Paris 12 » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 8 juillet 2019 23:15

Lou après tout, 1 Le grand effondrement, de Jérôme Leroy

194 lectures

Partage Partager le billet

Lou après tout, 1 Le grand effondrement

L’histoire :
Guillaume est trentenaire. Il est accompagné de Lou, une adolescente qu’il a recueillie enfant. Toute la civilisation, déjà mal en point, est en ruines depuis maintenant treize ans. Tant bien que mal, le duo essaie de survivre dans ce nouveau monde où le danger est omniprésent.

Mon avis :
Il s’agit du premier tome d’une trilogie dont tous les volumes sortiront d’ici février 2020, ce qui est une bonne chose. L’auteur utilise comme contexte un monde apocalyptique : un État totalitaire, une pollution extrême, les technologies avancées (smartphone, Internet…) se sont effondrées. Il y a eu aussi des mutations chez certains humains, ce qui entraîne une lutte pour la survie des quelques rescapés.

Jérôme Leroy s’appuie sur des éléments d’actualités pour brosser le décor de son roman : la fuite en avant des États au lieu de prendre à bras le corps les problèmes climatiques, l’addiction aux nouvelles technologies (avec des cyberautistes), la société de plus en plus stressante, et le recours aux antidépresseurs. Sans oublier les partis extrémistes qui prennent le pouvoir, et tombent dans le totalitarisme (création de zones pour séparer physiquement les plus pauvres du reste de la population).
Tout cela est proche de notre société actuelle, ce qui rend l’histoire plausible.
Les deux personnages principaux sont attachants. Le romancier travaille la psychologie de ses protagonistes. La relation entre Guillaume et Lou est très forte. Le jeune homme se voit comme un grand frère qui guide au mieux sa petite sœur.

Malgré une petite gêne lors d’un retour en arrière au moment le plus important de ce premier tome, j’ai dévoré ce roman. J’aurais préféré un récit linéaire, mais après ma lecture, je comprends le choix de l’auteur.

Vivement la suite !

Service presse des éditions Syros par l'intermédiaire de l'agence de communication LP Conseils.

Titre: Lou après tout, 1 Le grand effondrement
Auteur: Jérôme Leroy
Éditeur: Syros
Nombre de pages: 381
ISBN: 978-2-74-852634-9
Date de publication: 16 mai 2019

Acheter « Lou après tout, 1 Le grand effondrement » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 2 de 124 -

Page top