Aller à la recherche

vendredi 19 mars 2021 13:57

Le cercle de Finsbury, de B.A. Paris

556 lectures

Partage Partager le billet

Le cercle de Finsbury

L’histoire :
Quand Alice et Léo emménagent au Cercle de Finsbury, une résidence haut de gamme en plein Londres, la jeune femme est persuadée de prendre enfin un nouveau départ. Et tant pis si les choses sont allées un peu vite avec Léo, et si celui-ci a pris en charge leur emménagement sans véritablement la consulter. La maison est parfaite, la résidence idéale, et les voisins semblent si accueillants ! Mais le cauchemar commence...

Mon avis :
Ce nouveau thriller psychologique de B.A. Paris m’a plu, malgré un bémol important : pendant un long moment, j’ai trouvé que les réactions d’Alice étaient disproportionnées par rapport à la situation. En effet, quand elle découvre qu’un meurtre a eu lieu dans la maison, elle disjoncte complètement, déclare qu’elle ne pourra jamais y vivre, et... reste. Ce qui est totalement illogique (certes, si elle part, le livre n’existe plus).

Lorsqu’elle avait dix-neuf ans, Alice a perdu ses parents et sa sœur, Nina, dans un accident. Pour faire bonne mesure, la personne assassinée auparavant dans la maison se prénommait, elle aussi, Nina. Alice reproche à Léo de ne pas lui avoir parlé de ce drame, ce qui est normal. Elle comprend alors pourquoi elle ressentait des réticences chez certaines de ses voisines. Les tensions dans le couple vont crescendo. Se connaissent-ils vraiment ?
D’ailleurs, tout ne paraît pas si idyllique que ça dans cette résidence : les maisons sont regroupées autour d’un square, et tout le monde peut plus ou moins voir ce qu’il se passe chez les voisins. Cela a un petit côté malsain.

De plus, Léo est fuyant. Il semble cacher des choses, ce qui engendre de nombreuses questions chez Alice. Le meurtre, pour cette dernière, devient une véritable obsession. Elle veut découvrir la vérité, et ressent un véritable attachement envers cette Nina assassinée (je me suis dit qu’elle avait besoin d’une bonne psychothérapie). Heureusement, il y a ce détective privé, qui a déclenché cette descente aux enfers, mais qui enquête toujours sur le meurtre, et permet à la jeune femme de garder la tête hors de l’eau.

Qui ment ? Pourquoi ?

À lire !

Service presse numérique des éditions Hugo Roman par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le cercle de Finsbury
Auteur: B.A. Paris
Éditeur: Hugo Roman
Nombre de pages: 411
ISBN: 978-2-7556-8659-3
Date de publication: 4 mars 2021

Acheter « Le cercle de Finsbury » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 10 mars 2021 13:44

Et les lumières dansaient dans le ciel, d’Éric Pessan

386 lectures

Partage Partager le billet

Et les lumières dansaient dans le ciel

L’histoire :
Elliot est un garçon mal dans sa peau suite au divorce difficile de ses parents. Sa passion : regarder les étoiles. Pour cela, il n’hésite pas à faire le mur la nuit pour retrouver les sensations qu’il avait lorsqu’il partageait la passion de son père.

Mon avis :
Éric Pessan signe, de nouveau, un roman court (140 pages), mais intéressant. L’histoire est agréable à lire, en six parties, dans un style parfois poétique, même au niveau de la mise en page. Elliot n’arrive pas à trouver sa place. Il se sent différent, car sa passion, l’astronomie, n’intéresse pas ses camarades de classe ni sa mère. De plus, il ne supporte pas la séparation de ses parents, et est mal dans sa peau, il se sent un peu coupable. Il ne comprend pas pourquoi ses parents se déchirent autant.

La passion d’Elliot sert de fil conducteur à sa pensée. D’ailleurs, il n’y a que l’astronomie qui l’intéresse, et il délaisse plus ou moins le scolaire. L’adolescent se livre à une introspection. Sa mère et lui n’arrivent pas à communiquer. Ses absences la nuit finiront par être découvertes. Fils et mère peuvent-ils se comprendre ?

Enfin, les petites annonces qui se trouvent dans le hall de l'’immeuble, et qui ponctuent les chapitres, apportent un brin de fraîcheur au récit.

À découvrir.

Service presse des éditions l'École des loisirs.

Titre: Et les lumières dansaient dans le ciel
Auteur: Éric Pessan
Éditeur: École des loisirs
Nombre de pages: 141
ISBN: 978-2-2113-1093-2
Date de publication: 17 février 2021

Acheter « Et les lumières dansaient dans le ciel » sur Amazon

Partage Partager le billet

mardi 2 mars 2021 13:20

Collectif Blackbone, T2, Fashion Victim, de Manu Causse

305 lectures

Partage Partager le billet

Collectif Blackbone, T2, Fashion Victim

L’histoire :
Marie débute une école de journalisme, et a le projet de mener une enquête sur la mode. Mais tout ne se déroule pas comme prévu.

Mon avis :
Il s’agit d’un roman écrit à plusieurs (quatre personnes : Manu Causse, Maylis Jean-Préau, Marie Mazas, Emmanuelle Urien). Dans ce deuxième volume, les auteurs abordent un nouveau sujet, la « fast fashion », mode jetable et à bas prix. Le roman m’a plu, mais moins que le premier, «Coltan Song»[1] . L’intrigue est intéressante, néanmoins j’ai trouvé le tout un peu fade, sans saveur. Il y a une impression de survol. Il est dommage que les auteurs aient gardé un lien avec le «méchant» du premier tome pour maintenir le suspense. J’ai trouvé cela un peu caricatural. Pourtant, j’ai aimé retrouver les personnages principaux et reprendre leur histoire.

Marie et Léo évoluent. La première suit une école de journalisme, et n’est pas totalement satisfaite de la situation. Elle découvre un peu plus la réalité de la vie professionnelle qui l’attend : il y a des comptes à rendre, des côtés contraignants auxquels on ne peut se soustraire. La jeune femme a du mal a accepter la situation. Elle possède encore un côté idéaliste. Léo est recruté par une agence du renseignement, et part suivre une formation dans un lieu isolé. Lui non plus n’est pas satisfait. Tout n’est pas aussi idyllique qu’il l’imaginait. Il faut travailler et persévérer pour arriver à ses fins.

Le méchant de l’histoire est, à mon goût, trop caricatural. Je ne comprends pas le choix des auteurs. Pourquoi ne pas avoir créé un nouveau personnage ? J’ai eu l’impression de tourner en rond, avec pas grand-chose de nouveau par rapport au premier tome.
L’histoire s’accélère à partir du moment où Marie, Léo, et Andrea se retrouvent.

J’ai un avis mitigé sur ce roman, je m’attendais à y trouver plus de profondeur.

Service presse des éditions Nathan.

Titre: Collectif Blackbone, T2, Fashion Victim
Auteur: Manu Causse
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 320
ISBN: 978-2092591864
Date de publication: 2 juillet 2020

Acheter « Collectif Blackbone, T2, Fashion Victim » sur Amazon

Partage Partager le billet

mardi 23 février 2021 14:38

Le bonheur est au fond du couloir à gauche, de J.M. Erre

322 lectures

Partage Partager le billet

Le bonheur est au fond du couloir à gauche

L’histoire :
Un matin, Bérénice quitte Michel, dépressif. Le jeune homme décide alors de se reprendre en main, et de reconquérir sa dulcinée.

Mon avis :
J’ai lu les différents romans de l’auteur et j’ai adoré « Série Z» ainsi que «Le mystère Sherlock». J’ai moins accroché sur les suivants, « la fin du monde à du retard », «Le grand n’importe quoi», et « Qui a tué l’homme-Homard ?». C’est donc avec une petite inquiétude que j’ai attaqué « Le bonheur est au fond du couloir à gauche». C’est un petit roman qui se lit vite. J.M. Erre aborde cette fois-ci le thème du bonheur à travers les ouvrages de développement personnel.
% Le romancier tourne en dérision les différents ouvrages, ainsi que certaines chaînes de télévision. L’humour est présent, mais honnêtement, j’ai seulement esquissé quelques sourires. Depuis quelques romans, il y a un essoufflement, l’ensemble est moins pertinent, et c’est encore plus flagrant dans celui-ci.

Michel n’a pas d’épaisseur. Il y a uniquement une longue litanie de ses travers, et absolument rien pour le rendre sympathique. C’est la même chose pour les personnages secondaires, comme monsieur Patusse, le voisin de palier.
Le lecteur suit la journée de Michel et les choix que ce dernier opère au cours de celle-ci, grâce à Internet. Tout y passe : marabout, purification de l’être et de l’habitation, lecture des ouvrages laissés par Bérénice. Michel prend l’ensemble au pied de la lettre, sans aucune réflexion, à tel point que cela alourdit le récit, et que les traits d’humour agacent.

Cette lecture a été une déception.

Titre: Le bonheur est au fond du couloir à gauche
Auteur: J.M. Errek
Éditeur: Buchet Chastel
Nombre de pages: 192
ISBN: 978-2-2830-3380-7
Date de publication: 7 janvier 2021

Acheter « Le bonheur est au fond du couloir à gauche » sur Amazon


Partage Partager le billet

dimanche 14 février 2021 13:14

Le repas, Vincent Hauuy

483 lectures

Partage Partager le billet

Le repas

L’histoire :
Marc accompagne sa nouvelle petite amie, Lila, chez les parents de cette dernière, habitant une maison isolée à la campagne. Marc est loin de se douter que sa soirée va tourner au cauchemar.

Mon avis :
Une nouvelle glauque et intéressante. J’aurais préféré un roman, car j’aime que l’histoire et les personnages aient de l’épaisseur. Ici, cela n’a pas été rédhibitoire. La lecture est certes rapide, mais palpitante, et la fin est surprenante. Les personnages, même celui de Marc, n’ont pas déclenché d’empathie chez moi. Cela accentue , dans ce huis clos, le côté malsain de la situation.

Les parents de Lila sont assez dérangés. Le père est un ancien juge assez strict, et la mère est une cougar qui essaie de profiter de Marc (qui lui-même veut profiter de Lila). Cette histoire aurait pu être une comédie, mais cela tourne à l’horreur.

L'ensemble est bien mené, rythmé. Le suspense et les rebondissements tiennent en haleine jusqu'à la fin.

À découvrir !

Titre: Le repas
Auteur: Vincent Hauuy
Nombre de pages: 109
ISBN: B07Y6N6RY9
Date de publication: 1 octobre 2019

Acheter « Le repas » sur Amazon


Partage Partager le billet

- page 2 de 139 -

Page top