Aller à la recherche

vendredi 27 novembre 2020 19:21

Le Maure m'a tuer, de Marcel Audiard

Partage Partager le billet

Le Maure m'a tuer

L’histoire :
Une série d’enlèvements met familles et policiers du 18e arrondissement à cran. Quand une étudiante venue de Jérusalem disparaît à son tour des écrans radars, la panique monte jusqu’au Quai d’Orsay. Cinq histoires policières s’entrelacent en une chorégraphie de situations tendues et de dialogues cinglants.

Mon avis :
Voici le troisième tome de la trilogie, après «Le cri du corps mourant» et «Le cri du mort courant»[1]. Je n'ai pas lu le tome 2, mais j'ai pu lire ce troisième volume sans soucis. L’intrigue part dans tous les sens, et il faut suivre avec attention l’évolution des personnages. Plusieurs histoires se déroulent en parallèle, il y en a même trop. Quant à la crédibilité, nous sommes au niveau du tome 1 : il s’agit d’une lecture pour se détendre.

J’aurais aimé retrouver davantage le personnage de Puce. Cette fois-ci, son rôle est totalement anecdotique. Les flics et les truands sont vraiment trop stéréotypés. Ces derniers sont incapables de garder la jeune fille qu’ils ont kidnappée, alors qu’ils sont aguerris par de nombreuses années dans ce type de travail.

De plus, j’ai été déçu par le style de l’auteur : il en fait beaucoup trop, et cela rend l’ensemble indigeste. Cette fois-ci, contrairement à la première fois, j’ai trouvé cela lassant. Il aurait sans doute fallu, pour l’auteur, ce coup-ci, s’éloigner de l’héritage familial. L’histoire s’essouffle, et c’est dommage.

Service presse numérique des éditions Publishroom Factory par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le Maure m'a tuer
Auteur: Marcel Audiard
Éditeur: Publishroom Factory
Nombre de pages: 370
ISBN: 979-10-236-1622-4
Date de publication: 14 septembre 2020

Acheter « Le Maure m'a tuer » sur Amazon

Partage Partager le billet

vendredi 20 novembre 2020 17:30

La mort d’une sirène, Rydahl et Kazinski

Partage Partager le billet

La mort d’une sirène

L’histoire :
Copenhague, 1834. Suite au meurtre d’une prostituée, le jeune Hans Christian Andersen est accusé. Grâce à ses relations, il obtient un sursis de trois jours afin de prouver son innocence.

Mon avis :
Il s’agit d’un thriller se déroulant au XIXè siècle et mettant en scène Hans Christian Andersen avant qu’il ne devienne célèbre. Les auteurs (ils sont trois) s’appuient sur le fait que l’écrivain a tenu un journal intime tout au long de sa vie, sauf, apparemment, sur une période de dix-huit mois.

Le scénario est intéressant, bien mené. Le déroulement de l’histoire est classique : d’abord lent pour la mise en place, puis cela s’accélère. Les auteurs présentent avec minutie la vie miséreuse du quartier où s’est déroulé le meurtre. Nous sommes baignés dans une ambiance sombre du début à la fin.

Le personnage principal, Hans Christian Andersen, ne déclenche pas d’empathie, ce qui est assez délicat dans ce type d’ouvrages. Il est introverti, égocentrique, pas sûr de lui, et souhaite que tout s’arrange comme par magie. Nous suivons aussi Molly, prostituée et sœur de la victime, ainsi que l’assassin mystérieux.

J’ai ressenti de nombreuses longueurs tout au long de ma lecture, à cause de descriptions trop longues qui n’apportaient rien au récit. Le plus délicat est que je n’ai absolument pas adhéré au style des auteurs.
Dommage.

Service presse numérique des éditions Robert Laffont par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: La mort d’une sirène
Auteur: Thomas Rydahl et A.J. Kazinski
Éditeur: Robert Laffont
Nombre de pages: 560
ISBN: 978-2-221-24647-4
Traduction: Catherine Renaud
Date de publication: 15 octobre 2020

Acheter « La mort d’une sirène » sur Amazon

Partage Partager le billet

vendredi 13 novembre 2020 11:46

Bpocalypse, d’Ariel Holzl

Partage Partager le billet

Bpocalypse

L’histoire :
Samsara se rend quotidiennement au Lycée avec sa batte de baseball, ses talismans, et son couteau. Cela lui permet d'affronter les animaux mutants et autres créatures en tout genre qui peuplent désormais la ville. La ville arrivant vers la fin de ses rations alimentaires, il faut ouvrir de nouvelles zones jusqu’alors en quarantaine afin d’avoir une chance de survie, mais tout n’est pas aussi simple.

Mon avis :
C’est un roman dystopique orienté adolescent qui m’a permis de passer un bon moment de détente. Je l’ai dévoré en moins d’une journée : la lecture a été addictive. L’auteur présente un monde post-apocalyptique. Les habitants de Concordia se sont habitués à cette situation, et gèrent le quotidien. Il y a des fantômes, des animaux mutants et aussi des humains mutants. Le bestiaire présenté est un peu délirant (mais pas encore au niveau de ce qu’on peut trouver dans certains romans de Serge Brussolo).

Samsara, dite Sam, vit tranquillement sa vie dans ce monde hostile. Elle prépare son épreuve de survie qui l’attend cette année au lycée. Pourtant, un bouleversement se prépare avec l’arrivée des premiers élèves humains mutants : Kiara et Soren, deux jumeaux étranges.
Sam est une adolescente impulsive, qui ne prend pas toujours le recul nécessaire pour analyser une situation. Elle est secondée par ses amis Danny et Yvette. Certes, des stéréotypes sont présents vis-à-vis de minorités (et des origines des protagonistes), mais cela est fait afin d’accentuer la fracture sociale et les ressentis du lecteur.

Le récit, classique, avance lentement afin de nous faire découvrir l’ensemble de ce nouveau monde, avec les difficultés qui s’y rattachent. Cette société a aussi ses différences sociales qui fracturent sa population. Il y a du suspense et quelques rebondissements afin de maintenir la tension, mais je n’ai pas eu de doute sur l’issue du roman.

Ariel Holzl est un auteur intéressant que je vais essayer de suivre.

À lire.

Service de presse des éditions l'école des loisirs.

Titre: Bpocalypse
Auteur: Ariel Holzl
Éditeur: L'École des loisirs
Nombre de pages: 413
ISBN: 978-2-211-31016-1
Date de publication: 7 octobre 2020

Acheter « Bpocalypse » sur Amazon

Partage Partager le billet

vendredi 6 novembre 2020 19:42

Vérité tome 2 : la terre promise, d’Hervé Gagnon.

Partage Partager le billet

Vérité tome 2 : la terre promise

L’histoire : Les Nazis, les Sages de Sion et l’Église catholique maintiennent leurs efforts afin de s’emparer de la Vérité. Au milieu de tout cela, Roland Sentenac poursuit sa quête, et espère obtenir sa rédemption.

Mon avis : Il me tardait de lire la suite de cette histoire, et cela a été une lecture addictive[1]. Roland n’est pas un tendre, mais il est toujours très attachant. Anna, amnésique, continue de l’accompagner. De surprises en désillusions, le duo découvre la perversité des différentes factions qui veulent mettre la main sur les Tables de la Loi. L’histoire est toujours aussi réaliste avec son côté ésotérique et un petit aspect fantastique.

L’action, le suspense et les rebondissements sont omniprésents, sans oublier les différentes manipulations entre les factions parties prenantes de l’affaire. Les Sages de Sion sont bien implantés et sont au fait de ce qui se passe chez les nazis et dans l’Église catholique (et c’est la même chose pour les autres). Comment ? Pourquoi ? Qui espionne qui ?

Les personnages de Roland et Anna prennent de l’épaisseur. De nombreuses questions se posent. Qui est Anna ? Que faire des différentes révélations ? À qui faire confiance ?
L’auteur répond habilement à toutes ses questions et bouscule des croyances séculaires. Il ne tombe pas dans la facilité (exemples: les relations entre Roland et Anna, mais aussi lors du dénouement).

À lire !

Service presse des éditions Hugo roman.

Titre: Vérité tome 2 : la terre promise
Auteur: Hervé Gagnon
Éditeur: Hugo Poche
Nombre de pages: 398
ISBN: 978-2-7556-4717-4
Date de publication: 15 octobre 2020

Acheter « Vérité tome 2 : la terre promise » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 29 octobre 2020 19:05

L’assassin de septembre, de Jean-Christophe Portes.

Partage Partager le billet

L’assassin de septembre

L’histoire : Août 1792, les Prussiens assiègent Verdun afin de pouvoir ensuite accéder à Paris, et de mettre fin à la Révolution. Victor, envoyé par Danton, doit convaincre les responsables de la ville de résister le plus longtemps possible.

Mon avis: Il s’agit du sixième tome de la série, et je dois dire que je suis toujours autant attaché au personnage principal. Même si ce tome peut se lire de manière indépendante, il est très utile d’avoir lu les précédents afin de bien comprendre le personnage de Victor Dauterive et son cheminement de pensée.

Notre héros vit de près les événements du siège de Verdun, de la bataille de Valmy, des massacres dans Paris. Plusieurs missions l’attendent. Des proches sont touchés, et il doit se sortir de situations encore plus compliquées que dans le tome précédent. Il est toujours impétueux (et pourtant, il a mûri depuis le premier livre). Victor est tiraillé par ce que devient cette Révolution et ce que les Hommes en font. Du côté de sa vie privée, cela évolue à nouveau. Il faudra voir ce que cela donne lors du septième volume. Le personnage gagne encore en épaisseur et c’est une bonne chose.

Parmi les autres protagonistes, Olympe de Gouges prend un peu plus de place dans ce volume. Elle n’hésite pas à prendre des risques afin d’aider au mieux son ami, ce qui complique parfois la situation.

L’action est omniprésente, la violence aussi (ce qui semble une caractéristique de cette période).
L’auteur est toujours aussi habile dans son mélange de réalité et de fiction. Il nous fait vivre au plus près cette Révolution française semée d’embûches et de massacres. Sans oublier, en fin d’ouvrage, ses explications sur les réalités historiques et les choix opérés pour son roman.

Vivement la suite !

À lire !

Service presse des éditions City par l'intermédiaire de l'agende Eric Poupet Presse & Communication.

Titre: L’assassin de septembre
Auteur: Jean-Christophe Portes
Éditeur: City Editions
Nombre de pages: 473
ISBN: 978-2-8246-1771-8
Date de publication: 16 octobre 2020

Acheter « L’assassin de septembre » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 2 de 136 -

Page top