Aller à la recherche

Science fiction, fantastique, fantasy, merveilleux

Fil des billets Fil des commentaires

mercredi 23 mai 2018 23:09

Les Puissants, T1 : Esclaves, de Vic James

Partage Partager le billet

Les Puissants, T1 : Esclaves

L’histoire :
En Angleterre, les roturiers doivent volontairement donner dix ans de leur vie en esclavage au service des Égaux. C’est au tour de la famille d’Abi et de Luke d’accepter leur sort.

Mon avis :
Il s’agit d’une dystopie, et c’est le premier tome d’une trilogie. L’idée de départ est intéressante. Certaines personnes possèdent le Don, des pouvoirs particuliers, qui leur permettent de faire partie d’une élite. Les autres, simples roturiers, doivent faire dix ans de leur vie en esclavage.

J’ai bien aimé ce roman. Le scénario est bien construit, et même s’il n’y a pas de grandes découvertes, ma lecture a été agréable.

On suit la famille d’Abi. Le jeune frère, Luke, est rapidement séparé des siens pour aller à Millmoor, une ville d’esclaves où se trouvent de nombreuses usines. Luke doit faire ses preuves dans des conditions difficiles.

Abi et ses parents, eux, se retrouvent dans une propriété de luxe, au service de la famille Jardine, l'une des plus puissantes du pays.

On suit la vie de chacun. Abi découvre la vie quotidienne des Égaux, et Luke s'aperçoit qu’il existe une résistance. Dans les deux cas, la situation n’est pas celle à laquelle ils s’attendaient.

Chez les Égaux, il y a des manœuvres politiques et des agissements en sous-main afin d’avoir plus d’emprise sur ses semblables. C’est le cas de la famille Jardine : Gavar, Silyen et Jenner. Sous la tutelle de leur père, chacun s’efforce de tirer son épingle du jeu. Leur rapport avec les esclaves est ambigu : du bétail pour certains, en partie humain pour d’autres. Il y a aussi de la violence gratuite et de la cruauté.

Certains personnages sont un peu stéréotypés, mais cela ne m’a pas dérangé, et je suis entré facilement dans l’intrigue. L’auteur alterne les points de vue. Elle plante bien son décor, et on comprend que la situation est plus complexe qu’il n’y paraît.

L’écriture est fluide. Certains éléments de fin sont prévisibles. L’auteur apporte juste ce qu’il faut de rebondissement pour mettre en haleine et donner envie de lire le tome 2, ce que je vais faire.

À lire !

Titre: Les Puissants, T1 : Esclaves
Auteur: Vic James
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 440
Traduction: Julie Lopez
ISBN: 978-2-0925-7038-8
Date de publication: 4 mai 2017

Acheter « Les Puissants, T1 : Esclaves » sur Amazon
Acheter « Les Puissants, T1 : Esclaves » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)

Partage Partager le billet

jeudi 10 mai 2018 21:22

Le seigneur des anneaux 2, les deux tours, de J.R.R. Tolkien

Partage Partager le billet

Le seigneur des anneaux 2, les deux tours

L’histoire :
Frodo et ses compagnons continuent leur périple. Très rapidement, ils se trouvent séparés. Pourtant, la quête doit se poursuivre.

Mon avis :
L’interprétation de Thierry Janssen est toujours bonne. Il n’en fait pas trop au niveau des voix. Certaines sont trop proches, et ce coup-ci, contrairement au tome 1, j’ai par moments été désorienté, mais cela n’a pas duré. Je confirme qu'à mon sens, le choix de ce professionnel est judicieux pour cette trilogie. J’ai la même remarque que lors de ma chronique précédente concernant la musique que je trouve de trop.

Comme dans le volume 1[1] , l’histoire est lente. Il ne faut pas s’attendre à quelque chose de rapide. L’intrigue avance et les deux camps poursuivent leurs manoeuvres. Par contre, comme il s’agit du tome 2, on entre directement dans le vif du sujet. Pour mener leur quête à bien, il faut du temps, et l’auteur continue de développer tranquillement le voyage des différents protagonistes. Il y a trois histoires parallèles : Merry et Pippin avec les Ents; Aragorn, Legolas et Gimli qui traversent les terres du Rohan; enfin, Frodo et Sam qui continuent leur traversée des Terres du Milieu. Lors de ma lecture, j’ai repensé au film et j’ai repéré des différences. Il faut donc vraiment s’attacher aux romans avant de se pencher sur les adaptations cinématographiques. Il y a quand même un peu plus de combats dans cette partie. J’ai trouvé l’ensemble plus fluide que dans le tome précédent.
Sam, Merry, Pippin s’affirment. Ils sont mis en avant. Gollum est égal à lui-même. Il ne veut qu’une seule chose: récupérer l’anneau, et tous les moyens sont bons pour y parvenir.
Frodon ressent de plus en plus le poids de l’anneau, mais j’ai trouvé que cela n’était pas assez développé. La voix de Thierry Janssen permet de nous immerger totalement dans l’histoire. On peut aussi l’écouter en faisant les tâches ménagères, et c’est vraiment bien.

Vivement le dernier tome !

Service presse des éditions Audiolib.

Titre: Le seigneur des anneaux 2, les deux tours
Auteur: J.R.R. Tolkien
Éditeur: Audiolib
Durée: 18h09
ISBN: 978-2-36762-558-4
Lecteur: Thierry Janssen
Date de publication: 18 avril 2018

Acheter « Le seigneur des anneaux 2, les deux tours » sur Amazon
Acheter « Le seigneur des anneaux 2, les deux tours » en audio sur Amazonici ou en téléchargement audio (Audible.fr)

Partage Partager le billet

dimanche 25 mars 2018 22:41

Le seigneur des anneaux 1, la Fraternité de l’Anneau, de J.R.R. Tolkien

Partage Partager le billet

La Fraternité de l’Anneau

L’histoire :
Le hobbit Bilbo Bessac offre en héritage à son neveu Frodo tout ce qu’il possède, dont un mystérieux anneau. Des années plus tard, Frodo doit fuir le Comté.

Mon avis :
La version audio est basée sur la dernière traduction, datée de 2014 et je trouve que c’est une bonne chose. Sur les deux CD, il y a un total de 68 pistes. Les chapitres sont coupés en deux ou trois parties, ce qui est dommage, même si je comprends les raisons d’un tel choix. Enfin, il y a, à certains moments, de la musique, et même si celle-ci est adaptée, je trouve que cela est en trop. Elle ne fait pas partie de l’oeuvre d’origine et n’a pas à apparaître pour faire des transitions.
L’interprétation de Thierry Janssen est bonne. Il n’en fait pas trop au niveau des voix. Parfois, certaines sont trop proches, mais cela n’a pas été gênant pour moi. À mon sens, le choix de ce professionnel est judicieux.

Il est difficile de chroniquer de grands romans, mais pas impossible. Je resterai quand même assez général, car l’oeuvre a déjà été étudiée maintes et maintes fois.

Ce premier volume est lent. Je pense que certains pourraient trouver le prologue rébarbatif, ainsi que d’autres passages. Cela n’a pas été mon cas, car le livre est très instructif, même s’il y a peu d’action. L’auteur plante son décor de manière magistrale. Ses descriptions sont très réussies et même complexes. Il s’agit aussi d’un voyage initiatique pour Frodo, le porteur de l’Anneau, âgé de plus de cinquante ans au début de l’histoire (ce qui, dit en passant, contraste avec le choix fait pour les films. En fin de compte, il faut, si possible, lire les romans avant de voir une adaptation télévisée). L’histoire s’étend sur plus de dix ans. On suit donc les pérégrinations de Frodo, Sam, Merry, Pippin, sans oublier Gandalf, la découverte de Tom Bombadil, puis de l’Arpenteur, des elfes, puis la création de la compagnie de l’anneau.
Ensuite, cette compagnie continue l’aventure, et bien des péripéties arriveront aux différents protagonistes en Terre du Milieu. Il y a de la tension créée par les cavaliers noirs et les orcs. Les elfes sont des êtres très mystérieux. J’ai vraiment apprécié ce roman et son écoute.

Vivement la suite !

À lire !

Titre: La Fraternité de l’Anneau
Auteur: J.R.R. Tolkien
Lecteur: Thierry Janssen
Éditeur: Audiolib
Durée: 20h52
ISBN: 978-2-35641-956-9
Traduction: Daniel Lauzon
Date de publication: 14 février 2018

Acheter « La Fraternité de l’Anneau » sur Amazon
Acheter « La Fraternité de l’Anneau » sur Amazon en audio ici ou en téléchargement audio (Audible.fr).

Partage Partager le billet

lundi 29 janvier 2018 17:48

Station: la chute, d’Al Robertson

Partage Partager le billet

Station : la chute

L’histoire :
Après sept ans d’absence, suite à la Guerre Logicielle, Jack Forster revient sur Station. Il a mené une guerre sans merci contre la Totalité, avant de déserter et d’être emprisonné. Désormais, il veut trouver qui l’a piégé et pourquoi. Et il a peu de temps pour y parvenir.

Mon avis :
Il s’agit d’un roman de science-fiction de type cyberpunk. L’auteur utilise comme thème principal l’Intelligence artificielle et ce que l’Homme en a fait.

La planète Terre a été détruite, et l’Homme, ou ce qu’il en reste, vit sur Station, une énorme plateforme orbitale où les intelligences artificielles et les espaces de réalité virtuels sont omniprésents. Les Humains sont toujours connectés avec la Trame. Sans elle, ils ne sont rien. Différents Dieux, qui forment le Panthéon, veillent sur cet ensemble.

Jack a été guidé par le dieu Grey. Ce dernier a été déchu et ses filiales annexées. Chaque habitant est affilié à un dieu. Cela va même au-delà, car les habitants obéissent sans réfléchir aux ordres donnés.

Le panthéon est une sorte de parabole, une critique des entreprises mondiales qui existent dans notre société contemporaine. Ce sont des pieuvres tentaculaires qui touchent tous les domaines de la vie quotidienne, et qui incitent les gens à consommer (et dans le livre, les contrôlent). C’est un pur roman d’anticipation.

Jack partage son esprit avec une marionnette, Fist. Il s’agit d’une intelligence artificielle spécialisée dans le combat. Les relations entre les deux personnages sont assez complexes. Pour des raisons de brevets technologiques, Jack doit mourir prochainement et laisser sa place à Fist. Ce dernier est même très impatient. Il est protecteur, car il ne veut pas que l’enveloppe corporelle de Jack soit abîmée.

Le monde décrit sur Station est intéressant : les personnes qui ne vivent pas connectées à la Trame n’existent pas. Ils sont invisibles pour une bonne partie de la population. C’est une critique assez féroce de notre société.

Il y a un peu d’action, mais le centre du roman n’est pas là. Le principal est axé sur les relations entre les différentes intelligences artificielles (ou non) et les différentes strates de la société.

À découvrir !

Service presse des éditions Denoël.

Titre: Station : la chute
Auteur: Al Robertson
Éditeur: Denoël
Nombre de pages: 466
Traduction: Florence Dolisi
ISBN: 978-2-207-13659-1
Date de publication: 18 janvier 2018

Acheter « Station : la chute » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 3 janvier 2018 23:37

Les messagers des vents t4 : le cinquième artefact, de Clélie Avit

Partage Partager le billet

Le cinquième artefact

L’histoire :
ce dernier tome est la suite directe du précédent. Le récit reprend là où on avait laissé les protagonistes : les trois prétendantes se font face. Le combat s’annonce fatal.

Mon avis :
Il manque un petit résumé des tomes précédents pour pouvoir se remettre rapidement dans l’ambiance. De plus, et c’est malheureux, la quatrième de couverture en révèle trop, il ne faut pas la lire. Une quatrième doit donner envie de lire le roman, pas divulguer des informations importantes! Dans ce tome qui clôture la série, l’auteur apporte les réponses à nos questions, et il y a enfin les révélations tant attendues. J’ai trouvé que le récit était assez complexe. De nombreux personnages interviennent. Il y a tellement de ramifications que parfois, il n’est pas évident de suivre les différentes intrigues. De multiples événements ont lieu, peut-être trop même, et il y a peu de temps morts.

Certains chapitres sont très prenants, avec beaucoup d’action. D’autres, un peu plus calmes, mais tout aussi intrigants. Par exemple, la relation Mesline / Eriana / Setrian prend un tour intéressant, mais l’auteur évacue la question en moins d’une page, ce que j’ai trouvé dommage. Par contre, certaines scènes de combats, surtout sur la fin, s’étirent en longueur. Il aurait peut-être fallu trouver un meilleur équilibre, mais lors de ma lecture, cela n’a pas été gênant.

Gabrielle prend de l’ampleur dans ce dernier tome, ce qui est une bonne chose. Du côté du Velpa, cela ressemble à l’anarchie, mais Eliah tire son épingle du jeu. Il semble avoir toujours un coup d’avance sur ses ennemis et même sur ses alliés. C’est un personnage froid et manipulateur.
Eriana et Setrian vont devoir aller chercher au plus profond de leur être pour apporter des solutions, et encore, cela ne sera pas suffisant. Ils devront aller au-delà.
Une fois ouvert, j’ai eu du mal à refermer le roman. «Le cinquième artefact» tient toutes ses promesses.

À lire !

Service presse numérique des éditions du Masque par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le cinquième artefact
Auteur: Clélie Avit
Éditeur: Le Masque
Nombre de pages: 464
ISBN:978-2-7024-4638-6
Date de publication: 8 novembre 2017

Acheter « Le cinquième artefact » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 14

Page top