Aller à la recherche

jeudi 30 juin 2022 20:22

La souricière, de Danielle Thiéry

275 lectures

Partage Partager le billet

La souricière

L’histoire :
Vador, violeur en série, se suicide en prison après la visite d'un mystérieux prêtre. Cette mort bouleverse, d'étrange façon, la vie de la capitaine Valentine Cara, qui se retrouve au coeur d'un drame familial. Alors que toute la police parisienne se mobilise pour retrouver un homme politique subitement disparu, les entrailles de l'ancien Palais de justice et les cellules désaffectées de la bien nommée Souricière sont le théâtre de scènes terrifiantes…

Mon avis :
J’aime les romans de Danielle Thiéry, et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé la commissaire Marion. Pour bien comprendre les personnages principaux, il est préférable d’avoir lu les tomes précédents, même si cela n’est pas obligatoire.
L’équipe de Marion est chargée d’une enquête sur la disparition inquiétante d’un homme politique, Fabien Larcy. En parallèle, à la demande de sa mère, Valentine Cara accepte d’enquêter sur la mort en prison d’un prédateur sexuel. Valentine est perturbée par cette situation, car elle ne parle plus à sa mère depuis des années. Pourquoi cette dernière est-elle attachée à un assassin ?
Certains passages concernent Hadès, un tueur énigmatique qui connaît très bien les lieux où il évolue : la souricière, couloir de cellules qui relie le 36 quai des Orfèvres au Palais de justice de Paris. Le tueur y donne la mort en toute impunité.

L’autrice mélange avec réussite les différentes intrigues qui s’entremêlent. Le lecteur suit le travail minutieux et toutes les étapes d’une enquête, parfois rébarbatives, mais qui permettent un travail de précision. L’ensemble est bien mené, et le tout s’articule parfaitement. Le récit est rythmé, fluide, et la psychologie des personnages travaillée. Danielle Thiéry maîtrise totalement son art.
Vengeance et secrets de famille au menu.

À lire !

Service presse des éditions Flammarion par l'intermédiaire de l'agence de communication Gilles Paris.

Titre: La souricière
Auteur: Danielle Thiéry
Éditeur: Flammarion
Nombre de pages: 416
ISBN: 978-2-0802-6394-0
Date de publication: 1 juin 2022

Acheter « La souricière » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 22 juin 2022 11:52

Évidemment Martha, de Meg Mason

500 lectures

Partage Partager le billet

Évidemment Martha

L’histoire :
Quelque chose ne tourne pas rond chez Martha, et depuis longtemps. Lorsqu’elle avait dix-sept ans, une petite bombe a explosé dans son cerveau, et elle n’a plus jamais été la même. Et malgré toutes les consultations, thérapies sans fin et traitements hasardeux, elle ne sait toujours pas ce qui ne va pas…

Mon avis :
J’ai apprécié cette lecture, mais il me reste un goût d’inachevé. Le récit est écrit du point de vue de Martha. Cette dernière est une personne instable, qui ne sait pas pourquoi elle est comme ça, et qui, en même temps, ne fait pas énormément d’efforts pour y remédier. Cela peut se comprendre au vu de l’éducation (ou non-éducation) reçue de la part de ses parents. Néanmoins, on ne change pas de médecin comme de chemise lorsque les réponses ne conviennent pas. Mon avis s’est renforcé lorsqu’elle finit par aller voir un psychiatre qui lui donne le nom de son mal. Elle prend l’information, et ne poursuit pas ses séances, estimant qu’elle n’en a pas besoin. Je reproche à l’auteur de ne pas avoir nommé cette maladie, même si, dans le roman, elle est fictive. Le fait de mettre un nom dessus aurait renforcé la vraisemblance de l’histoire.
Martha se sent unique et seule au monde, et son entourage vit un calvaire. Elle n’arrive pas à comprendre que la vie est compliquée pour tout le monde, que tout n’est pas blanc ou noir, et qu’il faut faire des compromis.
Les différents portraits brossés de l’entourage de la narratrice sont intéressants. Ils amènent le lecteur à mieux comprendre l’environnement et la vie de Martha. En fin de compte, au-delà de son problème, personne ne lui a dit, ou montré, dans sa jeunesse, comment se comporter. Elle se retrouve donc sans filtre, mais toujours avec une anxiété de mal faire, et de ne pas être aimée à sa juste valeur. Il lui faudra une réelle introspection pour assimiler qu’elle a une bonne part de responsabilité dans ce qui lui arrive.

À découvrir.

Service presse numérique des éditions le Cherche Midi par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Évidemment Martha
Auteur: Meg Mason
Éditeur: le Cherche Midi
Nombre de pages: 416
Traduction: Anne Le Bot
ISBN: 978-2-7491-7138-8
Date de publication: 12 mai 2022

Acheter « Évidemment Martha » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 18 juin 2022 10:30

Le château des étoiles, VI, L’exposition interplanétaire de 1875, Alex Alice

222 lectures

Partage Partager le billet

Le château des étoiles, VI, L’exposition interplanétaire de 1875

L’histoire :
Après avoir visité la Lune et Mars, les Chevaliers de l’Ether semblent tristement cloués au sol depuis l’échec de leur tentative visant à convaincre l’Empereur Napoléon III de secourir les Martiaux. Le jeune Séraphin a été jeté en prison, et la Princesse de Mars est détenue pour être exhibée lors de l’Exposition Interplanétaire qui doit s’ouvrir à Paris, le 25 avril 1875, en présence de leurs Majestés les Empereurs de France et d’Allemagne.

Mon avis :
Avec ce sixième volume, le cycle III du château des étoiles se termine[1]. Les différents protagonistes vont se retrouver pour une apothéose explosive.

Séraphin s’évade de prison grâce à ses amis. Ces derniers ont mis au point un plan afin de permettre l’évasion de la Princesse de Mars avant l’ouverture de l’Exposition Interplanétaire. Le garçon bouleverse le plan en proposant une autre solution. Les événements s’enchaînent avec fluidité, sans temps morts.

L’auteur n’hésite pas à faire un lien, réussi, avec le récit parallèle « Les chimères de Vénus », dont je conseille aussi la lecture.
Les aquarelles sont sublimes, les couleurs magnifiques, avec des pages qui se déplient pour obtenir une triple page de toute beauté.

À lire !

Titre: Le château des étoiles, VI, L’exposition interplanétaire de 1875
Auteur: Alex Alice
Dessinateur: Alex Alice
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 58
ISBN: 978-2-8102-0475-5
Date de publication: 29 septembre 2021

Acheter « Le château des étoiles, VI, L’exposition interplanétaire de 1875 » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 13 juin 2022 17:53

La conspiration hongroise, Philippe Grandcoing

224 lectures

Partage Partager le billet

La conspiration hongroise

L’histoire :
Paris, printemps 1909. L'inspecteur Lerouet est confronté à un cadavre anonyme retrouvé poignardé en pleine rue. Cela l'oblige à faire appel à son vieil ami,, Hippolyte Salvignac, et à Léopoldine, la compagne de celui-ci, artiste peintre. Au fil de leurs investigations, ce trio d'enquêteurs exhume un mystérieux complot politique, alors que se multiplient les assassinats dans la communauté des artistes hongrois exilés en France.

Mon avis :
Voici le quatrième tome des aventures d’Hippolyte Salvignac[1]. Les romans de Philippe Grandcoing sont très bien documentés, et l’auteur nous promène avec talent à travers l’époque et les lieux. Les décors et l’environnement politique sont décrits avec justesse et précision, et immergent totalement le lecteur.
Cette fois-ci, le duo d’enquêteurs devient un trio avec l’inclusion de Léopoldine, la compagne d’Hippolyte. Cela déclenche des scènes épiques entre les deux amoureux, à propos de quelques stéréotypes qui imprègnent l’éducation d’Hippolyte.
Léopoldine est une jeune femme vive, qui, pour gagner sa vie, donne des cours à de jeunes filles. D’origine hongroise, cela lui permet d’intégrer cette communauté culturelle afin d’enquêter discrètement sur des meurtres mystérieux en lien avec Clémenceau, alors président du conseil.
Les relations entre l’inspecteur Jules Lerouet et Hippolyte fonctionnent parfaitement. La lecture de la série permet de bien cerner leur personnalité, même si le romancier continue de développer ses personnages.
De Paris à la province, en passant par Vienne, il y a peu d’action. L’essentiel se trouve, comme dans les tomes précédents, dans le récit historique, la découverte de l’époque, et dans la vie privée des protagonistes.

À lire !

Service presse des éditions De Borée.

Titre: La conspiration hongroise
Auteur: Philippe Grandcoing
Éditeur: De Borée
Nombre de pages: 397
ISBN: 978-2-8129-2856-7
Date de publication: 3 mars 2022

Acheter « La conspiration hongroise » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 6 juin 2022 14:47

Mille ans de mangas, Brigitte Koyama-Richard

288 lectures

Partage Partager le billet

Mille ans de mangas

Le contenu :
Brigitte Koyama-Richard raconte l'histoire du Manga, des origines à nos jours.

Mon avis :
Dans un ouvrage richement illustré, sur papier glacé, l'autrice présente l'évolution de cet art, qui est devenu le manga pour nous. Le contenu est dense et très intéressant pour les personnes souhaitant améliorer leur connaissance de la culture japonaise, mais je pense que certaines parties peuvent être rébarbatives et sont plutôt pour un public averti. Il s'agit d’une réédition, avec une mise à jour (vingt-quatre pages supplémentaires), du même ouvrage sorti pour la première fois en 2007 sous le titre « Mille ans de Manga».
Le livre se découpe en onze parties, de l'introduction « Aux origines du manga », jusqu’aux « annexes ». Une bibliographie complète l’ensemble. Dans la liste proposée, pour une première approche, et avant l'ouvrage de Brigitte Koyama-Richard, je conseillerais « Manga, Histoire et univers de la bande dessinée japonaise », de Jean-Marie Bouissou, que j'ai chroniqué il y a quelques années déjà[1]. Ensuite, vous pourrez vous plonger dans « Mille ans de Mangas » qui est plus dense au niveau explications et iconographies.
Des rouleaux de parchemin en passant par les estampes monochromes puis polychromes (1765), de la manga d'Hokusai (ce dernier influença sans doute les impressionnistes), jusqu'aux grands mangakas comme Osamu Tezuka, les découvertes sont nombreuses. L'autrice est très précise et n'hésite pas à parler des pionniers de la bande dessinée japonaise, comme Kitazawa Rakuten. Plus loin, elle aborde la renaissance du genre après la Seconde Guerre mondiale et la révolution qu'apporta Osamu Tezuka grâce aux innovations sur le plan graphique et le cadrage. Tezuka créateur entre autres, d'« Astro Boy », du « Roi Léo », de « Princesse Saphir », et surnommé « le dieu du manga ». Ensuite, le manga devient une véritable industrie. L'autrice dit que le succès d'un manga est un travail d'équipe : du mangaka à ses assistants, au sujet choisi, et aussi à l'éditeur. Tous les thèmes sont traités : du sport à la science-fiction, en passant par l'humour, et même la vie quotidienne, il y a des mangas sur tout.
La partie suivante présente quelques auteurs et certains mangas, comme Leiji Matsumoto avec le « capitaine Herlock » (devenu Albator chez nous), « Galaxy Express 999 », sans oublier Jirô Taniguchi avec « Quartier lointain ».
Par contre, il est dommage que l’ensemble de l’ouvrage n’ait pas été relu et retouché à certains endroits. Par exemple, le passage concernant « Maison Ikkoku » : la nouvelle version de mai 2007, ne l’est plus en 2022.

C'est un ouvrage dans lequel on peut et on doit se replonger régulièrement afin de parfaire sa connaissance ou revoir de magnifiques illustrations, avec leur analyse. Il y a toujours un élément qui nous a échappé lors d'une lecture précédente, c'est une véritable encyclopédie, nous ne sommes pas obligés d'en faire une lecture linéaire, et il est possible d'aller à la recherche d'un élément qui nous intéresse.

Service presse des éditions Flammarion par l'intermédiaire de l'opération Masse Critique organisée par Babelio.

Titre: Mille ans de mangas
Auteur: Brigitte Koyama-Richard
Éditeur: Flammarion
Nombre de pages: 272
ISBN: 978-2-0802-7222-5
Date de publication: 6 avril 2022

Acheter « Mille ans de mangas » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 3 de 146 -

Page top