Aller à la recherche

lundi 30 mars 2020 21:47

La mort du Temple, Secretum Templi, d’Hervé Gagnon

Partage Partager le billet

La mort du Temple, Secretum Templi

L’histoire :
Paris, 1307. Jacques de Molay décide de déplacer secrètement l’or du Temple, objet de toutes les convoitises. Le sergent Hugues de Malemort, accompagné d’hommes de confiance, est chargé d’escorter discrètement des transports de marchandises (dont il ignore le contenu). Mais tout ne se déroule pas comme prévu.

Mon avis :
Il s’agit du premier tome d’une série historique mettant en scène des templiers. Bien sûr, l’auteur mêle réalité et fiction. Il prend son temps, présente les personnages principaux et met l’intrigue en place. Le lecteur découvre la vie quotidienne de ces soldats de Dieu, bien loin de l’image de dévotion qu’on peut en avoir : Messes, entraînements militaires, et des échanges savoureux entre les soldats.

L’histoire permet aussi de découvrir des rues et lieux du Paris du Moyen-Âge. Le récit est centré sur les personnages, et c’est, à mon sens, une bonne chose. L’intrigue qui se tisse est en arrière-plan. Les pièces se mettent en place.
Hugues de Malemort est pragmatique, bien ancré dans son époque, et n’a guère d’illusions sur l’état de son ordre. Malgré ses années d’ancienneté, il reste fidèle au Temple. Lorsqu’il est personnellement touché, il décide d’enquêter pour comprendre ce qu’il se passe. Or, ses découvertes le laissent perplexe, et complexifient ses recherches.

Les chapitres sont courts et s’enchaînent rapidement. Cela donne du rythme au récit.Les dernières pages du roman m’ont laissé sur ma faim, mais font transparaître une suite intéressante.
Au menu : vie quotidienne, complot, manipulation, religion, enquête, ésotérisme.

À lire.

Service presse des éditions Hugo Roman.

Titre: La mort du Temple, Secretum Templi
Auteur: Hervé Gagnon
Éditeur: Hugo Roman
Nombre de pages: 388
ISBN: 978-2-75564-724-2
Date de publication: 5 mars 2020

Acheter « La mort du Temple, Secretum Templi » sur Amazon

Partage Partager le billet

vendredi 20 mars 2020 21:37

Les mécaniques du crime, de Sylvain Larue

Partage Partager le billet

Les mécaniques du crime

L’histoire :
Janvier 1853, Napoléon III se marie. Sur la même période, Paris est secoué par une série d’attentats. Léandre et la Noble Cour sont chargés de l’affaire.

Mon avis :
Voici le quatrième tome de la série d’enquêtes de Léandre Lafforgue. Afin de bien appréhender les personnages, il est préférable d’avoir lu les tomes précédents. Léandre est un agent spécial qui dirige une équipe du nom de la Noble Cour, sous les ordres directs de Napoléon III. Après une première explosion, passée sous silence auprès du public, le goupil, comme on le surnomme, décide de mettre la main sur le responsable de l’attaque. L’enquête est délicate, car il y a peu d’indices. Le récit est centré sur Léandre, mais aussi sur l’auteur des attentats. Les personnages secondaires récurrents sont moins présents, c’est dommage.

L’enquête avance lentement, et même n’avance pas du tout. Cependant, contrairement au tome précédent, je n’ai pas ressenti de longueurs. À un moment, les événements prennent une tournure plus personnelle, et le goupil décide de prendre des risques. Le récit s’accélère, et il y a un peu plus de rythme. Le personnage principal est pragmatique, mais impulsif, et il y a, parfois, les traces d’une colère profonde en lui.

Une des ficelles utilisées par l’auteur est un peu trop visible à mon goût, et j’ai su à quoi m’en tenir bien longtemps avant le protagoniste. Mais cela n’a pas été gênant. Par contre, pour la fin du roman, même si j’avais reconnu un nom au cours de ma lecture, je n’avais pas fait le lien.
Le récit est bien mené. L’ensemble est bien écrit, fluide, agréable et précis.

Titre: Les mécaniques du crime
Auteur: Sylvain Larue
Éditeur: De Borée
Nombre de pages: 444
ISBN: 978-2-8129-2616-7
Date de publication: 10 octobre 2019

Acheter « Les mécaniques du crime » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 2 mars 2020 19:30

La Venin tome 2, Lame de fond, de Laurent Astier

Partage Partager le billet

La Venin, T2, lame de fond

L’histoire :
Août1900. Emily a fui à Galveston, au Texas, où elle intègre un orphelinat dirigé par le père Alister Coyle.

Mon avis :
C’est avec impatience que j’ai abordé ce tome 2[1], et je peux dire que je suis ravi !
Le scénario est toujours rythmé, l’action omniprésente, et les rebondissements nombreux. Le lecteur a peu de temps de repos. Le dessin est toujours agréable et précis, réaliste (et même semi-réaliste) et les couleurs magnifiques. Les visages sont expressifs. Le gros plan sur le visage du révérend Coyle annonce la couleur. Le lecteur sait tout de suite à qui il a à faire.

Nous retrouvons donc Emily: cette dernière ne fait pas dans la dentelle. Elle veut sa vengeance, et fera tout pour l’obtenir. J’ai aimé, de nouveau, les quelques retours dans la jeunesse de l’héroïne qui expliquent la situation actuelle. Cela permet d’avoir une bonne idée d’ensemble, et je peux dire que cela n’a pas été de tout repos pour l’enfant qu’elle était. En même temps, il n’y a pas de grandes surprises dans le scénario. Élément intéressant: on retrouve l’indien. Ce dernier suit Emily comme son ombre, et la protège pour des motivations qui, actuellement, restent floues. La jeune femme, de son côté, s’attache à Claire, une des jeunes orphelines. En parallèle, les agents de l’agence Pinkerton sont toujours à sa poursuite, et la récompense pour sa capture ne fait que grimper.

Laurent Astier a aussi un regard très critique (à juste titre) sur les abus de certains religieux et de l’omerta autour de cela. Il apporte quelques réponses, mais complexifie aussi son intrigue. Qui est l’indien ? À qui Emily télégraphie-t-elle régulièrement ? Arrivera-t-elle à se venger ?

Une superbe série, j’attends la suite avec impatience ! À lire !

Titre: La Venin, T2, lame de fond
Auteur: Laurent Astier
Dessinateur: Laurent Astier
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 68
ISBN: 978-2-36981-586-0
Date de publication: 8 janvier 2020

Acheter « La Venin, T2, lame de fond » sur Amazon

Partage Partager le billet

mardi 25 février 2020 22:09

Collectif Blackbone, T1 : Coltan Song, de Manu Causse

Partage Partager le billet

Collectif Blackbone, T1 : Coltan Song

L’histoire :
Marie Forget, 18 ans, vient de perdre sa mère dans un accident. Lorsqu’elle nettoie l’appartement de location, elle a une étrange conversation via Internet. Ce contact doute de la mort accidentelle de sa mère.

Mon avis :
Il s’agit d’un roman écrit à plusieurs (quatre personnes : Manu Causse, Maylis Jean-Préau, Marie Mazas, Emmanuelle Urien), premier tome d’une nouvelle série voulant aborder des thèmes forts et actuels. Celui-ci aborde la fabrication des téléphones portables, et il faut dire que cela fait froid dans le dos. Le début du roman met tout de suite dans l’ambiance avec une scène dramatique. Les premiers chapitres alternent entre le passé et le présent pour raconter les vingt dernières années d’Irène.

L’histoire ressemble plus à une enquête journalistique. Marie est une jeune fille brillante, bouleversée par la mort inattendue de sa mère. Afin d’obtenir des réponses aux questions qu’elle se pose, un trio se met en place avec Léo, un jeune hacker, et Andrea, journaliste chevronnée. Léo est un peu trop stéréotypé, presque caricatural, et c’est dommage.
Quelques scènes se déroulent en Afrique, et là, on change de monde. Le lecteur n’imagine pas que ce qu’il lit est réel, tout en sachant que c’est le cas : des populations sont exploitées par des trafiquants, et les sociétés occidentales ferment les yeux, car elles y trouvent leur compte.

J’ai aimé les protagonistes, même si je peux regretter qu’ils ne soient pas assez développés à mon goût, et il y a quelques facilités dans le scénario, mais pour un premier tome, c’est largement excusable. Les événements s’enchaînent avec fluidité, et j’ai apprécié cette lecture.

Ce roman appelle aussi à réfléchir sur notre société et l’avenir qu'on souhaite, mais à moins de très gros bouleversements, je ne suis pas certain qu’il y ait une véritable prise de conscience des enjeux et de la viabilité du système en place. On sent bien le gros travail de documentation effectué avant l’écriture.
Des thèmes forts sont abordés. Ici, il s’agit principalement des conditions d’extraction des minerais rares pour la fabrication de composants électroniques, avec aussi, en arrière-plan, quelques traces de racisme : Marie est métisse, elle vit dans une petite zone rurale où la différence fait peur.

À découvrir.

Titre: Collectif Blackbone, T1 : Coltan Song
Auteur: Manu Causses
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 352
ISBN: 978-2-0925-9108-6
Date de publication: 9 janvier 2020

Acheter « Collectif Blackbone, T1 : Coltan Song » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 24 février 2020 20:40

Parée pour percer, d’Angie Thomas

Partage Partager le billet

Parée pour percer

L’histoire :
Brianna, adolescente noire de seize ans, essaie de percer dans le Hip-Hop en participant à son premier «battle», une joute au cours de laquelle deux candidats s’affrontent en improvisant sur un rythme donné.

Mon avis :
J’ai lu ce roman en une journée. Le quartier que dépeint Angie Thomas laisse une certaine amertume en bouche. Nous n’en sommes pas encore là en France, mais rien ne dit que cela n’arrivera pas. Quartiers mal famés aux mains des gangs, établissements scolaires protégés par des vigiles, racisme latent et omniprésent, rien n’est épargné à une partie de la jeunesse américaine.

Le lecteur découvre ce monde à travers Brianna. Cette dernière, que ses proches appellent Bri, rêve de devenir célèbre en rappant, et ainsi, faire fortune pour sortir de ce quartier où elle vit.
C’est une adolescente comme les autres, qui a un caractère bien trempé, mais elle est noire, et cela change tout dans sa vie quotidienne. Que ce soit dans le quartier ou au lycée, rien n’est simple. Autour de la jeune fille, gravitent aussi ses amis d’enfance: Sonny et Malik. Le quotidien est difficile, la famille de Bri gagne difficilement sa vie, et de nombreux impayés s’accumulent.
Brianna, soutenue par sa tante, rêve de devenir célèbre, la musique étant toute sa vie. L’adolescente découvrira que les difficultés, qu’elle n’occultait pas, sont encore plus complexes qu’elle ne le pensait.

Les relations familiales sont au coeur de ce roman. Bri doit composer avec son frère (Trey), sa mère (Jay), ainsi que sa tante (Pooh), cette dernière étant membre d’un gang.

La romancière maîtrise bien le sujet. Son récit est ancré dans le réel. Elle développe de manière approfondie son personnage principal. Brianna est toute en nuances, loin des stéréotypes, mais a un côté rebelle (qu’on peut comprendre) qui lui cause régulièrement des soucis.

Le récit est rythmé. De nombreux thèmes sont abordés : le racisme, la famille, l’amitié, l’amour, l’homosexualité, ainsi que le sexisme.

À lire.

Service presse des éditions Nathan.

Titre: Parée pour percer
Auteur: Angie Thomas
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 494
Traduction: Nathalie Bru
ISBN: 978-2-0925-8971-7
Date de publication: 2 janvier 2020

Acheter « Parée pour percer » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 3 de 131 -

Page top