Aller à la recherche

Bandes dessinées, mangas

Fil des billets Fil des commentaires

mercredi 27 mai 2020 20:29

Couleurs de l’incendie, de Pierre Lemaitre et Christian de Metter

Partage Partager le billet

Couleurs de l’incendie

L’histoire :
Paris, obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, impuissante, assiste à la tentative de suicide de Paul, son propre fils. À partir de ce moment, commence une descente aux enfers.

Mon avis :
Christian de Metter a adapté la suite d’«Au revoir là-haut» en bande dessinée. On obtient ainsi un petit bijou de 170 pages. Je n’ai pas lu le roman, et ne peux donc faire de comparaison avec les choix de l’auteur, mais on obtient une histoire de vengeance rondement menée.
Les personnages sont le centre de cet album. Les couleurs somptueuses sont souvent sombres, et reflètent bien l’ambiance. J’ai aimé la composition des pages, les ombres, les visages expressifs.
La page 12 sur la chute de Paul est vraiment sublime, ainsi que les pages 68 à 72, où ce même Paul raconte son calvaire. Le reste est au même niveau.

Madeleine Péricourt est le personnage principal de l’ouvrage. Elle ne vit que pour son fils, et ne découvre que trop tardivement qu’elle a été manipulée.
Bien plus tard, elle comprend ce qui est arrivé à Paul, et elle décide de se venger de toutes les personnes responsables de sa situation. Et Madeleine n’aura aucun scrupule, aucun état d’âme. En arrière-plan, le lecteur découvre la France politicarde des années trente avec ses magouilles en tous genres, et la montée du nazisme.
J’ai suivi avec plaisir les événements, et je recommande cette bande dessinée (ainsi que la première partie).

À lire !

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre:Couleurs de l’incendie
Auteur: Pierre Lemaitre
Adaptation / Dessins: Christian de Metter
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 170 60
ISBN: 978-2-36981-500-6
Date de publication: 19 décembre 2019

Acheter « Couleurs de l’incendie » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 23 mai 2020 20:53

Yoko Tsuno T6 : Les trois soleils de Vinéa, de Roger Leloup

Partage Partager le billet

Les trois soleils de Vinéa

L’histoire :
Les Vinéens sont de retour sur Terre, et Khany propose au trio de l’étrange une petite excursion vers la planète Jupiter. À peine sont-ils sur place qu'une autre surprise attend Yoko, Vic et Pol.

Mon avis :
Retour à la science-fiction avec ce tome. Après la mer dans le tome 3, cette fois-ci direction l’espace: vaisseau spatial, rayon laser, etc. Toujours agréable à lire, même si le côté science-fiction est moins surprenant pour un lecteur de maintenant.

Les détails sont omniprésents, et l’auteur est toujours aussi précis dans son dessin. Roger Leloup aborde le thème de l’intelligence assistée par la technologie, et la place qu’on donne à cette dernière. Le scénario est classique, il y a peu d’action, et pourtant, l’ensemble est rythmé. Les protagonistes découvrent la planète Vinéa et ses surprenants secrets. Khany est accompagnée de sa « petite » sœur Poky (voir «le trio de l’étrange»).

De nouveau, Vic et Pol tiennent peu de place dans cette histoire. Il y a quelques références au côté gaffeur de Pol, mais c’est très léger.

Malgré cela, un bel album avec des couleurs bien dosées qui m’a replongé dans une lointaine époque.

À lire et relire.

Titre:Les trois soleils de Vinéa
Auteur: Roger Leloup
Dessinateur: Roger Leloup
Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 47 60
ISBN: 978-2-8001-0671-7
Date de publication: 1976

Acheter « Les trois soleils de Vinéa » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 4 mai 2020 21:30

Les spectaculaires dépassent les bornes, de Régis Hautière et Arnaud Poitevin

Partage Partager le billet

Les spectaculaires dépassent les bornes

L’histoire :
Après un vol au palais de l’Elysée, les spectaculaires doivent participer à une course automobile entre Paris et Berlin afin de récupérer les documents dérobés.

Mon avis :
C’est avec plaisir que j’ai abordé cette nouvelle histoire. Je savais que j'allais passer un moment agréable, léger, et qui permettrait de me détendre. Dans ce quatrième album de la série, les spectaculaires sont confrontés à Arsène Lapin, le gentleman cabrioleur. Il y a un clin d’oeil appuyé et plein d’humour au personnage de Maurice Leblanc. D’ailleurs, le lecteur attentif ou habitué verra rapidement le fil conducteur de l’histoire.
Les rebondissements sont légion. C’est un véritable road movie qui s’installe à travers cette course automobile par étapes, semée d’embûches et de gags. Les dessins et répliques sont toujours à la hauteur du récit.

Les spectaculaires sont égaux à eux-mêmes : gaffeurs à l’infini, surtout avec entre leurs mains les inventions du professeur Pipolet. Sans l’aide de Pétronille, l’équipe n’existerait pas.

Même si j’ai trouvé ce tome un peu en repli par rapport aux précédents, les auteurs ont atteint leur but : me faire rire ! De plus, la chute des dernières pages laisse présager une suite intéressante.

À lire.

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: Les spectaculaires dépassent les bornes
Auteur: Régis Hautière
Dessinateur: Arnaud Poitevin
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 60
ISBN: 978-2-36981-899-1
Date de publication: 22 janvier 2020

Acheter « Les spectaculaires dépassent les bornes » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 2 mars 2020 19:30

La Venin tome 2, Lame de fond, de Laurent Astier

Partage Partager le billet

La Venin, T2, lame de fond

L’histoire :
Août1900. Emily a fui à Galveston, au Texas, où elle intègre un orphelinat dirigé par le père Alister Coyle.

Mon avis :
C’est avec impatience que j’ai abordé ce tome 2[1], et je peux dire que je suis ravi !
Le scénario est toujours rythmé, l’action omniprésente, et les rebondissements nombreux. Le lecteur a peu de temps de repos. Le dessin est toujours agréable et précis, réaliste (et même semi-réaliste) et les couleurs magnifiques. Les visages sont expressifs. Le gros plan sur le visage du révérend Coyle annonce la couleur. Le lecteur sait tout de suite à qui il a à faire.

Nous retrouvons donc Emily: cette dernière ne fait pas dans la dentelle. Elle veut sa vengeance, et fera tout pour l’obtenir. J’ai aimé, de nouveau, les quelques retours dans la jeunesse de l’héroïne qui expliquent la situation actuelle. Cela permet d’avoir une bonne idée d’ensemble, et je peux dire que cela n’a pas été de tout repos pour l’enfant qu’elle était. En même temps, il n’y a pas de grandes surprises dans le scénario. Élément intéressant: on retrouve l’indien. Ce dernier suit Emily comme son ombre, et la protège pour des motivations qui, actuellement, restent floues. La jeune femme, de son côté, s’attache à Claire, une des jeunes orphelines. En parallèle, les agents de l’agence Pinkerton sont toujours à sa poursuite, et la récompense pour sa capture ne fait que grimper.

Laurent Astier a aussi un regard très critique (à juste titre) sur les abus de certains religieux et de l’omerta autour de cela. Il apporte quelques réponses, mais complexifie aussi son intrigue. Qui est l’indien ? À qui Emily télégraphie-t-elle régulièrement ? Arrivera-t-elle à se venger ?

Une superbe série, j’attends la suite avec impatience ! À lire !

Titre: La Venin, T2, lame de fond
Auteur: Laurent Astier
Dessinateur: Laurent Astier
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 68
ISBN: 978-2-36981-586-0
Date de publication: 8 janvier 2020

Acheter « La Venin, T2, lame de fond » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 22 décembre 2019 19:48

Optic Squad, Mission Seattle, de Stéphane Bervas et Sylvain Runberg

Partage Partager le billet

Optic squad, Mission Seattle

L’histoire :
Seattle, 2098. Katryn Horst est recrutée pour intégrer les Optic Squad. Peu de temps après, elle est affectée à sa première mission : démanteler un trafic d’êtres humains.

Mon avis :
Il s’agit du premier album d’un thriller dystopique futuriste. Le récit suit une nouvelle recrue de l’Optic Squad, une unité d’élite qui traque les criminels au niveau mondial sous mandat de l’ONU. Les agents de cette unité sont équipés de nanocaméras qui permettent un suivi en temps réel de leurs missions. Cela permet aussi d’améliorer leurs capacités et de les seconder le plus efficacement possible.

Dans ce premier tome, l’intrigue se met en place, mais une grande part est laissée à l’action. Il y a peu de temps morts.
Je me suis vite immergé dans ce récit. Il y a beaucoup de dialogues, ce qui donne de la consistance au scénario. De plus, quelques retours en arrière nous expliquent une partie du passé de Katryn. Cette dernière est assez surprenante par son calme dans les situations les plus dramatiques. Elle reste froide, rien ne semble la toucher. D’ailleurs, la fin de l’histoire donne un intérêt supplémentaire à l’intrigue.

Le découpage des planches reste classique. Je trouve les décors très précis, réussis. Le dessin est réaliste. Les couleurs sont assez sombres, dans des tons de bleu, l’essentiel de l’histoire se déroulant de nuit.
J’ai été agréablement surpris par ce premier album. C’est avec intérêt que je vais surveiller les aventures de ces agents, et spécialement Katryn Horst.

À lire !

Titre: Optic squad, Mission Seattle
Auteur: Sylvain Runberg
Dessinateur: Stépahne Bervas
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 68
ISBN: 978-2-36981-921-9
Date de publication: 9 octobre 2019

Acheter « Optic squad, Mission Seattle » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 24

Page top