Aller à la recherche

Bandes dessinées, mangas

Fil des billets Fil des commentaires

samedi 12 décembre 2020 14:15

Un putain de salopard, O Maneta, de Régis Loisel et Olivier Pont

Partage Partager le billet

Un putain de salopard, O Maneta

L’histoire :
Après avoir échappé à leurs poursuivants, Max et Baïa sont dans la jungle amazonienne. Ils trouvent alors refuge près de la carcasse d’un avion où Ils découvrent le squelette d’une petite fille ligotée. Pendant ce temps, au village, les ennuis continuent.

Mon avis :
Nous retrouvons les différents protagonistes là où nous les avions laissés à la fin du tome 1. Max, inconscient est soigné par Baïa. Cette dernière semble communiquer avec le fantôme de la fillette et la comprendre. Christelle et Charlotte doivent faire face aux représailles des mineurs, et elles recevront un peu d’aide pour y arriver.
Course-poursuite, violence, un brin d’humour dans certaines scènes avec Max, tout est fait pour obtenir un scénario palpitant et intéressant : le Brésil des années 1970 n’est pas de tout repos (les caïmans apprécient beaucoup ;-)).

L’ouvrage reste dans les mêmes tons que le précédent. Les couleurs et la mise en page sont une réussite,surtout la représentation de la forêt. Les dialogues sont percutants. Le tout plonge le lecteur dans l’atmosphère des lieux et des événements.
Les histoires évoluent encore en parallèle, l’intrigue avance, et les dernières pages laissent présager du très bon pour le troisième volume.

À lire.

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: Un putain de salopard, O Maneta
Auteur: Régis Loisel
Dessinateur: Olivier Pont
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 88
ISBN: 978-2-8102-0233-1
Date de publication: 11 novembre 2020

Acheter « Un putain de salopard, O Maneta » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 1 octobre 2020 20:12

Le château des étoiles V, de Mars à Paris, d’Alex Alice

Partage Partager le billet

Le château des étoiles V, de Mars à Paris

L’histoire :
L’arrivée de l’armée de Bismark sur Mars pousse les Martiaux, accompagnés de Séraphin et ses amis, vers le centre de la planète afin de trouver un moyen de résister.

Mon avis :
J’aime cette série steampunk depuis le début[1]. Nous sommes sur un tome de transition. Un soin important est apporté à la couverture, ce qui fait de l’ouvrage un véritable objet. Il se découpe, comme les précédents, en trois chapitres : «Terres Interdites», «La citadelle hors du temps», et « Notre-Dame de Mars».

Séraphin a énormément évolué, mais aussi ses amis (Sophie et Loïc sont mis plus en avant que Hans). Ils veulent à tout prix aider les Martiaux à échapper aux Prussiens, or, la situation est désespérée.

Toute la première partie de ce tome V est assez lente, il y a beaucoup de texte. Les aquarelles sont toujours aussi magnifiques et réussies. J’ai eu de petits soucis pour lire certaines polices de caractères, mais rien de rédhibitoire.
La deuxième partie se déroule sur Terre. Le récit prend un tournant plus politique. L’empereur Napoléon III cherche à obtenir une suprématie dans l’armement à base d’éthérite. Chaque pays place ses pions.

Même s’il y a un petit résumé au début, il ne faut pas hésiter à relire l’ensemble des albums avant de commencer celui-ci, qui, à mon sens, est un petit peu en deçà des précédents.

À lire !

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: Le château des étoiles V, de Mars à Paris
Auteur: Alex Alice
Dessinateur: Alex Alice
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 68
ISBN: 978-2-81020-470-0
Date de publication: 10 juin 2020

Acheter « Le château des étoiles V, de Mars à Paris » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 27 mai 2020 20:29

Couleurs de l’incendie, de Pierre Lemaitre et Christian de Metter

Partage Partager le billet

Couleurs de l’incendie

L’histoire :
Paris, obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, impuissante, assiste à la tentative de suicide de Paul, son propre fils. À partir de ce moment, commence une descente aux enfers.

Mon avis :
Christian de Metter a adapté la suite d’«Au revoir là-haut» en bande dessinée. On obtient ainsi un petit bijou de 170 pages. Je n’ai pas lu le roman, et ne peux donc faire de comparaison avec les choix de l’auteur, mais on obtient une histoire de vengeance rondement menée.
Les personnages sont le centre de cet album. Les couleurs somptueuses sont souvent sombres, et reflètent bien l’ambiance. J’ai aimé la composition des pages, les ombres, les visages expressifs.
La page 12 sur la chute de Paul est vraiment sublime, ainsi que les pages 68 à 72, où ce même Paul raconte son calvaire. Le reste est au même niveau.

Madeleine Péricourt est le personnage principal de l’ouvrage. Elle ne vit que pour son fils, et ne découvre que trop tardivement qu’elle a été manipulée.
Bien plus tard, elle comprend ce qui est arrivé à Paul, et elle décide de se venger de toutes les personnes responsables de sa situation. Et Madeleine n’aura aucun scrupule, aucun état d’âme. En arrière-plan, le lecteur découvre la France politicarde des années trente avec ses magouilles en tous genres, et la montée du nazisme.
J’ai suivi avec plaisir les événements, et je recommande cette bande dessinée (ainsi que la première partie).

À lire !

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre:Couleurs de l’incendie
Auteur: Pierre Lemaitre
Adaptation / Dessins: Christian de Metter
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 170 60
ISBN: 978-2-36981-500-6
Date de publication: 19 décembre 2019

Acheter « Couleurs de l’incendie » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 23 mai 2020 20:53

Yoko Tsuno T6 : Les trois soleils de Vinéa, de Roger Leloup

Partage Partager le billet

Les trois soleils de Vinéa

L’histoire :
Les Vinéens sont de retour sur Terre, et Khany propose au trio de l’étrange une petite excursion vers la planète Jupiter. À peine sont-ils sur place qu'une autre surprise attend Yoko, Vic et Pol.

Mon avis :
Retour à la science-fiction avec ce tome. Après la mer dans le tome 3, cette fois-ci direction l’espace: vaisseau spatial, rayon laser, etc. Toujours agréable à lire, même si le côté science-fiction est moins surprenant pour un lecteur de maintenant.

Les détails sont omniprésents, et l’auteur est toujours aussi précis dans son dessin. Roger Leloup aborde le thème de l’intelligence assistée par la technologie, et la place qu’on donne à cette dernière. Le scénario est classique, il y a peu d’action, et pourtant, l’ensemble est rythmé. Les protagonistes découvrent la planète Vinéa et ses surprenants secrets. Khany est accompagnée de sa « petite » sœur Poky (voir «le trio de l’étrange»).

De nouveau, Vic et Pol tiennent peu de place dans cette histoire. Il y a quelques références au côté gaffeur de Pol, mais c’est très léger.

Malgré cela, un bel album avec des couleurs bien dosées qui m’a replongé dans une lointaine époque.

À lire et relire.

Titre:Les trois soleils de Vinéa
Auteur: Roger Leloup
Dessinateur: Roger Leloup
Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 47 60
ISBN: 978-2-8001-0671-7
Date de publication: 1976

Acheter « Les trois soleils de Vinéa » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 4 mai 2020 21:30

Les spectaculaires dépassent les bornes, de Régis Hautière et Arnaud Poitevin

Partage Partager le billet

Les spectaculaires dépassent les bornes

L’histoire :
Après un vol au palais de l’Elysée, les spectaculaires doivent participer à une course automobile entre Paris et Berlin afin de récupérer les documents dérobés.

Mon avis :
C’est avec plaisir que j’ai abordé cette nouvelle histoire. Je savais que j'allais passer un moment agréable, léger, et qui permettrait de me détendre. Dans ce quatrième album de la série, les spectaculaires sont confrontés à Arsène Lapin, le gentleman cabrioleur. Il y a un clin d’oeil appuyé et plein d’humour au personnage de Maurice Leblanc. D’ailleurs, le lecteur attentif ou habitué verra rapidement le fil conducteur de l’histoire.
Les rebondissements sont légion. C’est un véritable road movie qui s’installe à travers cette course automobile par étapes, semée d’embûches et de gags. Les dessins et répliques sont toujours à la hauteur du récit.

Les spectaculaires sont égaux à eux-mêmes : gaffeurs à l’infini, surtout avec entre leurs mains les inventions du professeur Pipolet. Sans l’aide de Pétronille, l’équipe n’existerait pas.

Même si j’ai trouvé ce tome un peu en repli par rapport aux précédents, les auteurs ont atteint leur but : me faire rire ! De plus, la chute des dernières pages laisse présager une suite intéressante.

À lire.

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: Les spectaculaires dépassent les bornes
Auteur: Régis Hautière
Dessinateur: Arnaud Poitevin
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 60
ISBN: 978-2-36981-899-1
Date de publication: 22 janvier 2020

Acheter « Les spectaculaires dépassent les bornes » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 24

Page top