Aller à la recherche

samedi 21 avril 2018 22:00

La disparue de Saint-Maur, de Jean-Christophe Portes

Partage Partager le billet

La disparue de Saint-Maur

L’histoire :
Les compétences de Victor Dauterive commencent à s’ébruiter, et l’un de ses supérieurs lui demande d’enquêter sur la disparition de la fille d’un de ses anciens amis de régiment. Victor, tout heureux qu'on fasse appel à lui, se rend sur place, mais il déchante rapidement.

Mon avis :
Après un tome deux[1] que j'ai trouvé très réussi, je me suis lancé avec plaisir dans le troisième. La structure de la trame évolue quelque peu. Il y a toujours deux intrigues, mais cette fois, elles sont totalement distinctes. Il y a d'abord l’affaire de la disparue de Saint-Maur, et en parallèle, le marquis de La Fayette qui entraîne notre héros dans une nouvelle intrigue politique. Les deux histoires sont finement menées, et l’auteur apporte toujours de nombreux éléments historiques par l’intermédiaire de son récit.

Des personnages récurrents sont présents (Olympe de Gouges, le commissaire Charpier, Joseph…). Olympe et Charpier vont prendre une place un peu plus importante et parfois surprenante (n’hésitez pas à lire les tomes précédents si ce n’est pas déjà fait).
Dans ce volume, Victor mûrit encore. Il est toujours un brin naïf en se frottant à la dure réalité de cette vie d’adulte, mais il apprend vite, et il ne lâche pas prise, quelle que soit la situation. Pourtant, par moments, il est un peu plus irascible dans sa vie personnelle.

Pour l’affaire de la disparue de Saint-Maur, Victor rencontre une famille aristocrate pauvre et assez fermée, qui désire qu’on la laisse en paix. En même temps, les parents ne font pas grand cas de la disparition de leur fille.
L’autre affaire concerne l’élection à la mairie de Paris. Victor doit trouver des éléments compromettants sur l’un des candidats. À partir du moment où cela touche à la politique, les malversations sont courantes et les coups bas sont légion. Victor va l’apprendre à ses dépens. Les deux histoires sont rythmées, et on passe facilement de l’une à l’autre, sans oublier les relations de Victor avec Joseph, le petit orphelin.
Le livre regorge d'informations sociologique et culturelles. Le décor et le contexte sont très bien rendus. Par exemple, lorsque Victor se rend au couvent, l'auteur en profite pour expliquer comment les familles aisées se débarrassaient de certains problèmes.

Comme les deux précédents romans, celui-ci se déroule en 1791, mais sur les mois de novembre et décembre. On côtoie un monde politique en effervescence où chacun place ses pions pour avoir la maîtrise de l’Assemblée nationale et le pouvoir. Je n’ai pas ressenti de longueurs lors de ma lecture, et pourtant, il s’agit d’un pavé de 500 pages. On trouve encore, à la fin de l’ouvrage, quelques informations sur le travail mené par le romancier pour écrire son histoire, ainsi que les remerciements (que je lis toujours).
Ce roman est pour moi le plus réussi des trois. La barre commence à être haute pour le quatrième que je n’hésiterai pas à lire.

À lire !

Service presse des éditions City.

Titre: La disparue de Saint-Maur
Auteur: jean-Christophe Portes
Éditeur: City Éditions
Nombre de pages: 526
ISBN: 978-2-8246-1099-3
Date de publication: 15 novembre 2017

Acheter « La disparue de Saint-Maur » sur Amazon

Partage Partager le billet

vendredi 23 février 2018 22:27

L’affaire de l’homme à l’escarpin, de Jean-Christophe Portes

Partage Partager le billet

L'affaire de l'homme à l'escarpin

L’histoire :
Paris. 1791. De nuit, un jeune homme court à travers les rues pour échapper à ses poursuivants. Il veut atteindre la Garde nationale qui sera, le pense-t-il, son refuge. Malheureusement, il n’arrivera jamais à destination. Quelque temps plus tard, le marquis de La Fayette propose une nouvelle mission à Victor Dauterive.

Mon avis :
Après ma lecture du premier tome des enquêtes de Victor Dauterive, j’avais un avis mitigé[1]. J’ai décidé de lire le deuxième volume de la série, et bien m’en a pris : l’auteur a su bonifier son récit, et je n’ai pas retrouvé les écueils du tome 1 (certaines ellipses m’avaient dérangé). Le décor étant déjà planté, l’intrigue débute plus rapidement: Victor est vite appelé sur une nouvelle affaire délicate.

Le schéma du roman fonctionne de la même façon : deux intrigues finissent par se recouper et avoir des origines similaires. L’auteur a également glissé une petite intrigue secondaire avec Garat l’Américain. L'écrivain place son roman en pleine révolution française, après la fuite à Varennes.
Victor est un personnage attachant, sûr de lui. Il prend un peu plus d’épaisseur dans ce volume, ce qui n’est pas plus mal. Il va de nouveau risquer sa vie pour satisfaire son mentor, La Fayette.

L'histoire est bien menée. Il y a suffisamment de rebondissements, et cela foisonne d’informations sur cette période importante de notre histoire. Le côté complot ressort bien et amène la tension nécessaire au récit. Le romancier aborde un peu le thème de l’homosexualité et du traitement qui lui était réservé, mais aussi de manière bien secondaire, l’esclavage. Il montre bien les guerres de pouvoir entre les différentes factions qui existaient au sein de l’Assemblée nationale.
Par contre, un petit bémol: j’ai vu plusieurs coquilles lors de ma lecture, et je trouve cela dommage. On trouve, bien sûr, à la fin de l’ouvrage, des explications sur l’Histoire, ainsi que sur certains choix effectués par Jean-Christophe Portes.

À découvrir !

Service presse des éditions City.

Titre: L’affaire de l’homme à l’escarpin
Auteur: jean-Christophe Portes
Éditeur: City Éditions
Nombre de pages: 430
ISBN: 978-2-82460-862-4
Date de publication: 09 novembre 2016

Acheter « L’affaire de l’homme à l’escarpin » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 31 décembre 2017 21:01

Les Collèges fantômes, de Jean d’Aillon

Partage Partager le billet

Les collèges fantômes

L’histoire :
Paris, juillet 1625, Maître Girardin passe du vin en fraude pour pouvoir le revendre sans payer de taxes. Afin de développer son activité, il va sceller une association de circonstance avec Bernardo Bianchi. Octobre 1625. Louis Fronsac retourne au collège de Clermont pour poursuivre ses études.

Mon avis :
J’ai découvert Jean d’Aillon[1] à travers sa série autour de « Guilhem d’Ussel », puis j’ai lu un roman de la série « Les aventures d’Olivier Hauteville » (il faut que je lise les autres). C’est donc la première fois que je lis un roman autour de Louis Fronsac, mais je connais le style de l’auteur et j’apprécie ses récits.
Une fois encore, j’ai trouvé que le résultat était à la hauteur de mes attentes. L’auteur travaille toujours son décor et il maîtrise suffisamment son sujet afin de rester historiquement crédible. Les intrigues politiques et criminelles sont habilement menées, s’insérant avec justesse dans le récit. Cela m’a permis d’être rapidement absorbé dans ma lecture.

Dès le début, on apprend que Bernardo Bianchi a déjà eu affaire à Louis et Gaston, et qu’il en garde un souvenir amer. J’ai découvert un Louis Fronsac jeune, téméraire, intelligent. Et il n’est pas seul. Gaston de Tilly ne le quitte pas d’une semelle. Ils forment un duo soudé et complémentaire que les études n'effraient pas. Les personnages secondaires sont aussi travaillés, qu’ils soient gentils ou bien du côté des méchants, ce qui est une force dans ce type d’histoire.

Je n’ai pas ressenti de longueur. J’ai aimé les périodes de calme entre les différents événements : le romancier creuse un peu plus les protagonistes et cela permet d’avoir un récit rythmé.
Louis, avec ses maigres moyens, va essayer d’influer sur les circonstances, ce qui ne sera pas sans conséquences.
Fraude sur le vin, tentative d’insurrection, prémices du siège de La Rochelle qui commence à transparaître, personnages et contexte historique crédibles, ce roman a tout pour plaire.

J’ajoute cette nouvelle série dans ma liste de lecture.

À lire !

Service presse des éditions Presses de la Cité.

Titre: Les collèges fantômes
Auteur: jean d'Aillon
Éditeur: Presses de la Cité
Nombre de pages: 474
ISBN:978-2-258-14337-1
Date de publication: 24 août 2017

Acheter « Les collèges fantômes » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 22 novembre 2017 22:56

Au bal des muscadins, de Sylvain Larue

Partage Partager le billet

Au bal des muscadins

L’histoire :
Février 1849. Léandre Lafforgue accompagne le président Bonaparte à une soirée mondaine place Vendôme. Au cours de la fête, une macabre découverte va donner l’occasion à Léandre d’enquêter.

Mon avis :
J’avais un peu d’appréhension en débutant la lecture de cette deuxième enquête de Léandre Lafforgue, car le tome 1 m’avait laissé un avis mitigé[1]. Cette fois-ci, j’ai beaucoup aimé le roman. Je l’ai même lu sur une journée tellement j’étais absorbé par le récit.

Il ne faut pas longtemps pour se plonger dans l’intrigue. Cette dernière est bien menée, l’auteur maîtrise son sujet. Les rebondissements sont bien placés et permettent de tenir le lecteur en haleine. Les meurtres sont plus sanglants (par décapitation), mais Sylvain Larue manie avec habileté les descriptions de ces scènes. Le côté politique est bien moins présent. Les livres tiennent une place importante dans l’histoire. Le mystère qui plane autour de ces ouvrages rares m’a fait cogiter et la réponse est plus tordue que ce que je pensais.

On retrouve les personnages secondaires qui gravitent autour de Léandre : Charles Leterrier et son supérieur Rodolphe Issy-Volny, mais aussi Eustache et d’autres. À part Issy-Volny et la tante de Léandre, les proches du héros sont tous agréables.
Le rapport aux femmes de notre agent spécial est toujours le même : il profite de l’attirance qu’il génère et son comportement n’est pas vraiment réfléchi vis-à-vis du sexe opposé. Cela le poussera à faire des choix, pas forcément judicieux.
Un deuxième tome que j’ai trouvé bien au-dessus du premier, et dont je conseille la lecture. C’est un roman historique réussi.

Titre: Au bal des muscadins
Auteur: Sylvain Larue
Éditeur: De Borée
Nombre de pages: 434
ISBN:978-2-8129214-7-6
Date de publication: 24 août 2017

Acheter « Au bal des muscadins » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 14 août 2017 20:38

Mado, Retour de l’Enfer, de Chérif Zananiri

Partage Partager le billet

Mado, Retour de l’Enfer

L’histoire :
Août1914. Jeunes mariés, Madeleine dite Mado, et Gilbert doivent se séparer car ce dernier est mobilisé. À partir de ce moment, Mado doit prendre sa vie en main.

Mon avis :
J’ai un avis mitigé sur ce roman. L’idée de départ est intéressante, même si de nombreux écrivains ont déjà dû aborder ce sujet. Comment se débrouillaient les femmes de soldats tandis que leurs maris étaient dans les tranchées ? L’auteur développe son récit en s’appuyant sur la famille Heurtebize. Rapidement, Mado prend des décisions qui lui permettent de vivre. Elle décide de rouvrir la cordonnerie et de faire appel à l’ancien propriétaire pour la former. On suit donc l’évolution quotidienne de la jeune femme. Elle va devoir prendre en charge sa soeur Marguerite, enceinte, et comme on peut en douter quand on la découvre, cette dernière ne sera pas fiable.

À travers les quelques lettres que Gilbert envoie du front, le lecteur découvre la vie dans les tranchées et l’évolution du conflit au cours du temps entre 1914 et 1916. En même temps, on perçoit les changements qui s’opèrent chez Gilbert pendant l’enlisement du conflit. Cela laisse une trace indélébile qui est difficile à bien comprendre pour quelqu'un qui ne l'a pas vécu. De plus, les deux permissions de Gilbert en deux ans renforcent cette évolution. Quand il rentre, il voit que la vie a continué sans lui et il se sent inutile. Il a du mal à comprendre la place que tient sa femme, même s’il est fier de sa réussite.

J’ai trouvé que le récit était superficiel. J’aurais apprécié quelque chose de plus approfondi sur Mado, sur son caractère au quotidien, les difficultés rencontrées et les efforts réalisés. Lors de ma lecture, je n’ai pas ressenti cela : Mado décide d’ouvrir la cordonnerie, et hop, elle le fait en apprenant petit à petit le métier, mais l’auteur ne développe pas, ce qui est dommage. Cela aurait pu donner plus d’épaisseur à son récit. Je trouve qu’il y a trop d’ellipses. Par exemple, il y a dix pages pour raconter le Noël 1914 de Mado, et ensuite on passe à une lettre de Gilbert du 22 février 1915. Mais entre-temps, mystère. La vie continue, c’est sûr, mais justement, ce sont ces moments-là qui sont intéressants. Cela aurait permis d’ancrer plus fortement les personnages dans le réel. C’est pour cela que mon avis est mitigé.

Titre: Mado, Retour de l’Enfer
Auteur: Chérif Zananiri
Éditeur: Marivole Éditions
Nombre de pages: 322
ISBN: 978-2-36575-400-2
Date de publication: 16 mars 2017

Acheter « Mado, Retour de l’Enfer » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 8

Page top