Aller à la recherche

samedi 21 avril 2018 22:00

La disparue de Saint-Maur, de Jean-Christophe Portes

115 lectures

Partage Partager le billet

La disparue de Saint-Maur

L’histoire :
Les compétences de Victor Dauterive commencent à s’ébruiter, et l’un de ses supérieurs lui demande d’enquêter sur la disparition de la fille d’un de ses anciens amis de régiment. Victor, tout heureux qu'on fasse appel à lui, se rend sur place, mais il déchante rapidement.

Mon avis :
Après un tome deux[1] que j'ai trouvé très réussi, je me suis lancé avec plaisir dans le troisième. La structure de la trame évolue quelque peu. Il y a toujours deux intrigues, mais cette fois, elles sont totalement distinctes. Il y a d'abord l’affaire de la disparue de Saint-Maur, et en parallèle, le marquis de La Fayette qui entraîne notre héros dans une nouvelle intrigue politique. Les deux histoires sont finement menées, et l’auteur apporte toujours de nombreux éléments historiques par l’intermédiaire de son récit.

Des personnages récurrents sont présents (Olympe de Gouges, le commissaire Charpier, Joseph…). Olympe et Charpier vont prendre une place un peu plus importante et parfois surprenante (n’hésitez pas à lire les tomes précédents si ce n’est pas déjà fait).
Dans ce volume, Victor mûrit encore. Il est toujours un brin naïf en se frottant à la dure réalité de cette vie d’adulte, mais il apprend vite, et il ne lâche pas prise, quelle que soit la situation. Pourtant, par moments, il est un peu plus irascible dans sa vie personnelle.

Pour l’affaire de la disparue de Saint-Maur, Victor rencontre une famille aristocrate pauvre et assez fermée, qui désire qu’on la laisse en paix. En même temps, les parents ne font pas grand cas de la disparition de leur fille.
L’autre affaire concerne l’élection à la mairie de Paris. Victor doit trouver des éléments compromettants sur l’un des candidats. À partir du moment où cela touche à la politique, les malversations sont courantes et les coups bas sont légion. Victor va l’apprendre à ses dépens. Les deux histoires sont rythmées, et on passe facilement de l’une à l’autre, sans oublier les relations de Victor avec Joseph, le petit orphelin.
Le livre regorge d'informations sociologique et culturelles. Le décor et le contexte sont très bien rendus. Par exemple, lorsque Victor se rend au couvent, l'auteur en profite pour expliquer comment les familles aisées se débarrassaient de certains problèmes.

Comme les deux précédents romans, celui-ci se déroule en 1791, mais sur les mois de novembre et décembre. On côtoie un monde politique en effervescence où chacun place ses pions pour avoir la maîtrise de l’Assemblée nationale et le pouvoir. Je n’ai pas ressenti de longueurs lors de ma lecture, et pourtant, il s’agit d’un pavé de 500 pages. On trouve encore, à la fin de l’ouvrage, quelques informations sur le travail mené par le romancier pour écrire son histoire, ainsi que les remerciements (que je lis toujours).
Ce roman est pour moi le plus réussi des trois. La barre commence à être haute pour le quatrième que je n’hésiterai pas à lire.

À lire !

Service presse des éditions City.

Titre: La disparue de Saint-Maur
Auteur: jean-Christophe Portes
Éditeur: City Éditions
Nombre de pages: 526
ISBN: 978-2-8246-1099-3
Date de publication: 15 novembre 2017

Acheter « La disparue de Saint-Maur » sur Amazon

Partage Partager le billet

mardi 17 avril 2018 23:44

Oliver ou la fabrique d'un manipulateur, Liz Nugent

72 lectures

Partage Partager le billet

Oliver ou la fabrique d'un manipulateur

L'histoire :
Alice et Oliver Ryan sont l'image même du bonheur conjugal. Complices, amoureux, ils mènent la belle vie. Pourtant, un soir, Oliver agresse violemment Alice. Comment a-t-il pu en arriver là ?

Mon avis :
C'est un roman à plusieurs voix. Chaque personnage raconte sa rencontre avec Oliver. Celui-ci commence et est récurrent. Il est exécrable du début à la fin. Même ce qu'il considère comme une bonne action à la fin n'en est pas une. C'est selon moi un sociopathe. Il ne ressent aucune empathie pour autrui, et mène sa vie sur des faux semblants. Son seul but est de réussir dans la vie, et comme il est devenu auteur de romans à succès pour la jeunesse, il estime avoir réussi. Tous ses choix, depuis qu'il est jeune, sont faits uniquement avec un objectif à atteindre. Les autres arguments ne sont que secondaires.

J'ai eu de l'empathie pour les autres personnages (Michael, Eugene, Philip, Véronique, Barney, Moya). Ils racontent ce qu'ils savent d'Oliver et analysent la situation. Ils expliquent de quelle manière Oliver a impacté leur vie passée et présente.
J'ai trouvé le roman addictif, agréable à lire. Les chapitres sont courts, ce qui donne du rythme. C'est un récit sous forme de puzzle qui se construit lentement sous nos yeux : quarante ans de la vie d'une personne et de ceux qui ont gravité autour d'elle. C'est un roman noir, avec plusieurs événements dramatiques, mais aussi, parfois, quelques lueurs d'espoir.

À lire !

Titre: Oliver ou la fabrique d'un manipulateur
Auteur: Liz Nugent
Éditeur: J'ai lu
Nombre de pages: 315
ISBN: 978-2-2901-2031-6
Traduction: Edith Soonckindt
Date de publication: 17 août 2016

Acheter « Oliver ou la fabrique d'un manipulateur » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 11 avril 2018 22:54

Innocente, d’Amy Lloyd

84 lectures

Partage Partager le billet

Innocente

L’histoire :
Samantha, dite Sam, écume les réseaux sociaux et tout ce qui touche à l’affaire de Dennis Danson. Ce dernier a été condamné à mort il y a vingt ans pour avoir sauvagement assassiné une jeune fille. Depuis, il clame son innocence.

Mon avis :
L’auteur a travaillé sur les émotions des personnages et surtout celles de l’héroïne. Tout au long du roman, j’ai trouvé la jeune femme étrange, un peu asociale de par son comportement que je n’ai pas compris : elle tombe amoureuse d’un condamné à mort qu’elle ne connaît pas. J’ai trouvé quelque chose de malsain dans cette relation, et même à la fin, ce n’est pas dissipé. Certaines de ses actions sont réalisées sur un coup de tête. Ses échanges épistolaires avec Dennis montrent quand même un mal de vivre. Elle est fragile, semble manipulable et cache certaines choses.

Dennis contrôle sans arrêt ses émotions, il reste impassible, même glacial, sauf dans de rares cas. Il a du mal à prendre le pouls de cette société qu’il a quittée il y a vingt ans. On ne sait pas ce qu’il pense réellement. Prisonnier modèle dans le couloir de la mort, il a de nombreuses groupies et des fidèles, dont Lindsay, une amie de lycée.

Ce sont les relations entre les deux personnages principaux qui sont développées, il n’y a pas d’enquête policière sur les meurtres dont était accusé Dennis. On découvre une partie du caractère de ce dernier uniquement à travers le regard de Sam, qui doute d’elle-même et aussi de Dennis. De plus, elle n’apprécie pas la relation ambiguë qu’il entretient avec Lindsay et le comportement étrange qu’il adopte quand il retourne sur les lieux de son enfance.

La romancière aborde les réseaux sociaux avec leurs côtés les plus néfastes, où tout le monde dit tout et n’importe quoi, sans s’appuyer sur des réalités tangibles. En même temps, Amy Lloyd développe le côté médiatique de ce type d’affaires et comment surfer sur sa notoriété pour amasser de l’argent.

À découvrir.

Service presse des éditions Hugo & compagnie.

Titre: Innocente
Auteur: Amy Lloyd
Éditeur: Hugo thriller
Nombre de pages: 391
ISBN: 978-27-55636-91-8
Traduction: Tanguy Blum
Date de publication: 15 mars 2018

Acheter « Innocente » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 9 avril 2018 21:56

Qui ment ?, de Karen M. McManus

93 lectures

Partage Partager le billet

Qui ment ?

L’histoire :
Lors d’une heure de colle, Simon, un lycéen, meurt. Les quatre camarades présents à ce moment-là sont rapidement soupçonnés. Qui ment ?

Mon avis :
J’ai vraiment aimé cette lecture, conseillée par ma femme[1]. C’est un roman à 4 voix. Même si j’ai eu quelques soupçons dès le début, dont une partie a été confirmée, j’ai rapidement été absorbé par l’intrigue et le récit de l’auteur. Cette dernière a réussi à créer un texte rythmé et une psychologie des personnages approfondie.

La vie des quatre lycéens se retrouve totalement bouleversée. On suit l’évolution de l’enquête, et surtout ce que cela engendre sur la vie sociale des protagonistes. En même temps, on découvre les petits secrets de chacun et, on cherche qui a pu tuer Simon : Bronwyn l’élève parfaite, Addy la jolie fille, Cooper le beau sportif, ou Nate le petit délinquant ? Ce rassemblement est un peu caricatural, comme les personnages, mais l’auteur va plus loin que cette première approche. Elle détaille les relations des adolescents, les différentes évolutions, et leur place dans la hiérarchie sociale de la communauté scolaire.

Le mobile du meurtre est assez tordu, mais en fin de compte, il cadre bien avec notre époque, et n’est absolument pas farfelu. Je n’ai pas ressenti de longueurs. L’histoire est intéressante. La romancière décrypte bien les processus à l’oeuvre chez les adolescents. C’est un ouvrage addictif.

À lire !

Service presse des éditions Nathan.

Titre: Qui ment ?
Auteur: Karen M. McManus
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 458
ISBN: 978-2-0925-7521-5
Traduction: Anne Delcourt
Date de publication: 22 mars 2018

Acheter « Qui ment ? » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 4 avril 2018 22:05

Qui je suis, de Mindy Mejia

36 lectures

Partage Partager le billet

Qui je suis

L'histoire :
À Pine Valley, le corps d’une jeune fille est retrouvé sauvagement mutilé. Le shérif Goodman pense qu’il s’agit de Hattie, disparue peu de temps auparavant. Il sait aussi que cela va déclencher une véritable onde de choc dans la petite ville.

Mon avis :
Il s'agit d'un roman à trois voix. C’est plutôt un roman policier qu'un thriller. Le récit est bien construit, et j’ai plongé dedans avec facilité. Le premier narrateur, Hattie, le personnage principal, a une personnalité attirante, mais quand le verni s’écaille, tout n’est pas forcément reluisant. Elle raconte sa dernière année passée dans sa campagne profonde, avant de partir pour son rêve : New York. Le deuxième narrateur est le shérif Goodman. Il nous fait part de son ressenti après le crime, et il nous donne le déroulement de l’enquête. Enfant du pays, il est bouleversé par ce qui est arrivé à la jeune fille. Le dernier narrateur est Peter Lund, professeur d’anglais au lycée de Pine Valley. Peter est dans cette ville perdue pour faire plaisir à sa femme qui est venue soutenir sa mère malade. Peter est dépaysé loin d’une grande ville, il se retrouve même désoeuvré.

Chaque chapitre concerne un narrateur qui nous fait découvrir un pan de l’histoire. C’est classique, mais bien mené, et l’auteur a réussi son intrigue. Les personnages sont travaillés. Hattie a un caractère complexe. Tout comme Peter, elle est torturée, mais pas pour les mêmes raisons. Elle cherche comment prendre sa place dans cette société, et elle n’a peut-être pas eu les bons réflexes jusqu'à maintenant.
Peter est un intellectuel. À Pine Valley, la culture, les spectacles, tout lui manque. De plus, sa femme est étrange. Depuis son retour dans sa ville natale, elle est distante, froide. Peter ne voit plus en elle la personne qu’il a épousée six ans plus tôt.
Malgré leur situation et leur comportement, les différents personnages ont déclenché de l’empathie en moi, sauf Mary, la femme de Peter. Elle ne pense qu’à sa mère. Son mari n’existe plus pour elle. Elle ne donne pas d’explication à son comportement, comme si elle souhaitait que la situation s’envenime.

La révélation finale est intéressante. C’était un de mes choix parmi tant d’autres, mais je ne l’avais pas placé en tête.

À lire !

Service presse numérique des éditions Mazarine par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Qui je suis
Auteur: Mindy Mejia
Éditeur: Mazarine
Nombre de pages: 400
ISBN: 978-2-8637-4359-1
Traduction: Jean Esch
Date de publication: 21 mars 2018

Acheter « Qui je suis » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 102

Page top