Aller à la recherche

mercredi 13 mars 2019 19:57

Un élément perturbateur, d’Olivier Chantraine

35 lectures

Partage Partager le billet

Un élément perturbateur

L’histoire :
Serge Horowitz, grâce à son frère ministre, travaille dans un cabinet d’investissements. Il est envoyé au Japon pour conclure une grosse affaire, mais il la fait capoter.

Mon avis :
Sur la quatrième de couverture, il est indiqué que c’est « un premier roman à l’humour décapant ». Honnêtement, à part l’extrait qui accompagne le résumé, je cherche encore l’humour (on est loin de J.M. Erre).
Le personnage principal, Serge, mériterait d’être secoué, tellement il est mou et se complaît dans son marasme. À quarante-quatre ans, il vit toujours chez sa sœur, et ne peut se résoudre à la quitter. Ses réactions sont souvent décalées. Dans certaines situations, il est atteint d’aphasie, ce qui crée des malentendus. Il nous raconte son histoire en gardant une distance vis-à-vis de la réalité.

J’ai trouvé que les personnages étaient stéréotypés, caricaturaux (responsables de l’entreprise, hommes politiques, etc.). J’ai aussi trouvé que les scènes d’amour étaient trop crues et ne cadraient pas avec le reste (et les ficelles concernant les relations entre Laura et Serge un peu trop grosses).
Malgré son comportement, Serge est attachant, et je voulais connaître le dénouement de l’intrigue. De plus, l’écriture de l’auteur est agréable, et il arrive parfaitement à nous plonger dans l’ambiance du monde de l’entreprise et de la politique qui, elles, sont impitoyables.
Au cours du récit, Serge progresse, se prend en main (ou du moins essaie), mais la fin du roman me laisse perplexe. Je me suis dit: « Tout ça pour ça?», c’est dommage.

Service presse des éditions Folio.

Titre: Un élément perturbateur
Auteur: Olivier Chantraine
Éditeur: Folio
Nombre de pages: 316
ISBN: 978-2-0728-2377-0
Date de publication: 7 mars 2019

Acheter « Un élément perturbateur » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 10 mars 2019 18:40

Dix petites poupées, de B.A. Paris

55 lectures

Partage Partager le billet

Dix petites poupées

L’histoire :
Layla a disparu il y a douze ans. Finn, son petit ami, a refait sa vie, avec la sœur de cette dernière. À quelques semaines du mariage, des indices laissent penser que Layla est de retour...

Mon avis :
Il s’agit à nouveau d’un thriller psychologique, et il est réussi, même si j’ai détecté certaines ficelles avant que l’auteur ne les donne. Après le drame de la disparition de Layla, finn a mis du temps à remonter la pente. Sa rencontre avec Ellen, la sœur aînée de celle qu'il aime, va lui permettre de reprendre goût à la vie. L’apparition d’une petite poupée russe sur le muret du jardin va de nouveau faire basculer son existence. Que cache cette poupée ?

Finn dissimule des éléments sur la disparition de Layla. Il nous les livre au compte-gouttes. Il est pétri de doutes, et cela s’accentue avec l’apparition d’autres poupées. Pendant ce temps, l’auteur tisse sa trame, et laisse filtrer plusieurs pistes afin d’induire le lecteur en erreur.

C’est un roman en trois parties. À partir de la deuxième, une seconde voix apparaît, confirmant nos doutes. Quelle place tient Ellen dans la vie de Finn ? Le retour (réel ou non) de Layla bouleverse l’équilibre du couple. Finn ne sait plus quoi faire, et regrette régulièrement, au cours du récit, certains choix faits quelques instants auparavant. Il tourne en rond. À chaque apparition de poupée, il ressort les mêmes arguments: c’est Layla, c’est Ruby, c’est Harry, etc. C’est légèrement lassant, mais à mon sens, voulu.
Comment démêler le vrai du faux ? La tension augmente, et la fin est totalement logique.
L’écriture est très fluide, et l’ensemble se lit facilement. Même si certains éléments paraissent évidents, j’ai pris du plaisir à tourner les pages afin de connaître le dénouement.

À lire !

Service presse des éditions Hugo thriller.

Titre: Dix petites poupées
Auteur: B.A. Paris
Éditeur: Hugo Thriller
Nombre de pages: 330
Traduction: Vincent Guilluy
ISBN: 978-27-55640-50-2
Date de publication: 3 janvier 2019

Acheter « Dix petites poupées » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 2 mars 2019 21:00

Jeu de massacres, de James Patterson et Howard Roughan

85 lectures

Partage Partager le billet

Jeu de massacres

L’histoire :
Elizabeth Needham, du NYPD, fait appel aux services de Dylan Reinhart, professeur d’université, qui a écrit un ouvrage sur la psychologie des tueurs en série.

Mon avis :
Voici un nouveau roman de James Patterson écrit à quatre mains. Il est dans la lignée des précédents, l’auteur maîtrisant totalement les ficelles du genre. On entre dès le début dans le vif du sujet. Le récit est rythmé grâce à des chapitres courts. Les personnages sont travaillés juste ce qu’il faut pour ce type de récit.

Le Dealer, surnom du tueur en série, a toujours de l’avance sur la police. Ses assassinats semblent aléatoires; or, il laisse un indice (une carte à jouer) concernant sa prochaine cible sur chaque cadavre. Cela inquiète les enquêteurs, car un jeu possède 52 cartes. Il est un peu dommage que son personnage n’ait pas été plus approfondi, car je pense que cela aurait apporté une autre dimension à l’histoire.

Dylan Reinhart est intéressant: on découvre sa vie professionnelle et personnelle. Sa façon de vivre et de réagir le rend attachant. Elizabeth Needham, détective du NYPD, est sous tension. La pression du maire de New York en période de réélections est forte. Il faut que cette affaire de meurtres en série soit réglée au plus vite et le plus discrètement possible.
Dylan et Elizabeth vont devenir un duo dynamique et efficace. Pour cela, il faudra qu’ils arrivent à se faire confiance. Les rebondissements sont nombreux, jusque dans les dernières pages. Le roman aborde les relations des journalistes avec les politiques, la corruption, la justice.

C’est un roman pour se détendre, et sa structure en fait un bon scénario de film.

Service presse des éditions l'Archipel par l'intermédiaire de l'agence de communication LP Conseils.

Titre: Jeu de massacres
Auteur: James Patterson /Howard Roughan
Éditeur: l'Archipel
Nombre de pages: 322
Traduction: Philippine Voltarino
ISBN: 978-2-8098-2560-2
Date de publication: 2 janvier 2019

Acheter « Jeu de massacres » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 6 février 2019 22:07

Mauvais genre, Isabelle Villain

112 lectures

Partage Partager le billet

Mauvais genre

L’histoire :
Hugo, un enfant, assiste au meurtre de sa mère par son père. Vingt-trois ans plus tard, une jeune femme est retrouvée poignardée dans son appartement.

Mon avis :
Il s’agit d’un thriller avec une structure classique: le lecteur suit plusieurs enquêtes en parallèle. La différence avec d’autres romans de ce type se situe sur le fait que les intrigues ne se recoupent pas. Le récit est court, rythmé.

Les personnages sont travaillés juste ce qu’il faut par rapport au nombre de pages. Ils sont, dans l’ensemble, attachants. On découvre essentiellement la vie professionnelle et personnelle de Rebecca de Lost, commandant de police, qui dirige son équipe avec énergie. Rebecca a la cinquantaine, et a connu des moments difficiles. Par contre, elle est épanouie et pense à l’avenir (contrairement aux personnages de ce genre dans d’autres thrillers). Autour du commandant gravitent ses collègues, chacun avec ses spécificités. Les enquêtes sont intéressantes, même si j’aurais préféré que l’histoire de la jeune femme poignardée soit plus approfondie. L’auteur nous glisse des indices afin de nous induire en erreur, et de nous emmener là où elle le veut. L’inconvénient de ce roman se trouve dans son nombre d’enquêtes. En si peu de pages, difficile d’approfondir chaque intrigue, et d’apporter une réelle réponse à chacune. C’est dommage. Malgré cela, j’ai passé un bon moment en compagnie de Rebecca de Lost.

Le livre aborde, entre autres, les thèmes de la violence conjugale, l’adultère, le transgenre.
Il s’agit du troisième volume d’une série, et il doit être utile de lire les précédents afin de mieux appréhender les personnages. D’ailleurs, la fin de l’histoire laisse présager une suite.

À découvrir.

Service presse numérique des éditions Taurnada.

Titre: Mauvais genre
Auteur: Isabelle Villain
Éditeur: Taurnada Éditions
Nombre de pages: 247
ISBN: 978-2-3725-8048-9
Date de publication: 15 novembre 2018

Acheter « Mauvais genre » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 30 janvier 2019 17:37

Paris 2119, de Zep et Bertail

214 lectures

Partage Partager le billet

Paris 2119

L’histoire :
Dans un monde futuriste, tous se déplacent par un système de téléportation, sauf quelques rares irréductibles, ainsi que les oubliés de la société. Tristan Keys est réfractaire à ce moyen de transport. Un jour, il est témoin d’un incident. Il essaie alors de comprendre ce qu’il se passe réellement.

Mon avis :
L’histoire se déroule en 2119 dans un Paris où la technologie est omniprésente. Des drones scannent régulièrement les personnes, la nourriture est reproduite par un synthétiseur, et la plupart des humains se déplacent en utilisant le transcore, une machine permettant de se téléporter d’un point à un autre.

Tristan vit en marge de ce système de transport en lequel il n’a pas confiance. Il préfère qu’on prenne le temps de voyager. Pourtant, tout semble parfait, avec la reconnaissance faciale, les drones de sécurité, les clones, la dépollution de l’air qui entraîne quand même des pluies continuelles. Tout le monde a basculé dans le virtuel.

Confronté à quelques incidents, Tristan va découvrir que des choses sont cachées à la population. Il va donc enquêter, à ses risques et périls. Les idées et thèmes développés par Zep sont intéressants. Doit-on avoir une confiance aveugle en la technologie ? Doit-on faire confiance aux personnes qui possèdent cette technologie ? Que veut-on faire de notre avenir ? Les auteurs montrent aussi un monde dualiste où, à côté de ce monde rêvé, existe une pauvreté extrême.

Les dessins et couleurs de Bertail rendent bien l’ambiance de ce monde gris, pluvieux. L’ensemble est agréable à lire et à découvrir. J’ai été absorbé par cette histoire. Malheureusement, la fin (ou non fin) m’a laissé totalement sur ma faim, et c’est vraiment dommage.

Titre: Paris 2119
Auteur: Zep
Dessinateur: Bertail
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 80
ISBN: 978-2-36981-215-9
Date de publication: 23 janvier 2019

Acheter « Paris 2119 » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 118

Page top