Aller à la recherche

samedi 11 août 2018 21:31

Un amour de liberté, de Nathalie Salmon

113 lectures

Partage Partager le billet

Un amour de liberté

L’histoire :
Dans les années 1860, Adolphe Salmon débarque à New York, plein de rêves en tête. Des années plus tard, bien établi, il décide de s’associer à Auguste Bartholdi afin d’offrir une statue aux États-Unis.

Mon avis :
J'ai eu la surprise de découvrir il y a quelque temps ce livre dans ma boîte aux lettres, et je remercie les éditions Baker Street de cette attention. Ce roman historique retrace la genèse de la conception, puis fabrication de la Statue de la Liberté, avec les problèmes politiques et économiques rencontrés. L’auteur s’appuie pour cela sur Adolphe Salmon, son ancêtre, qui a participé activement au projet d’Auguste Bartholdi.
On découvre donc la vie et l’ascension d’Adolphe, un jeune Français, dans cette Amérique de tous les possibles, où à force de travail acharné, la réussite peut survenir. J’ai suivi avec intérêt l’évolution de cet homme et sa rencontre avec Sarah Laubheim. Adolphe est un personnage attachant. Il est pragmatique et a le sens des relations et des affaires.

Mon ressenti sur Auguste Bartholdi (même s’il est moins présent) est plus mitigé. J’ai décelé, à travers son portrait, quelqu’un à l’orgueil démesuré, même si ce n'était pas ce que la romancière voulait faire passer.
Le projet de la Statue de la Liberté a connu des hauts et des bas en fonction du pouvoir politique en place, mais surtout des problèmes économiques. L’auteur montre comment, à force de persévérance et d’investissements personnels, Adolphe Salmon, a amené l’opinion américaine à suivre, plus ou moins, ce projet. D’ailleurs, cela donne même l’impression qu’il maintenait l’ensemble à bout de bras, et que sans lui, cela aurait été plus délicat.

Dans cet ouvrage, Nathalie Salmon revient aussi sur les origines du visage de la Statue : Sarah Coblenzer / Laubheim / Salmon, son aïeule.

J’ai aimé cette lecture, mais j’aurais voulu que ce soit un peu plus approfondi par moments. J’ai eu l’impression que l’auteur ne faisait qu’effleurer la surface du sujet. J’ai un peu moins aimé, à la fin, le système de lettres qui permet de retracer la fin de vie des différents personnages. C’est un peu trop abrupt à mon goût.

À découvrir.

Titre: Un amour de liberté
Auteur: Nathalie Salmon
Éditeur: Baker Street
Nombre de pages: 320
ISBN: 979-10-974-9106-2
Date de publication: 15 février 2018

Acheter « Un amour de liberté » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 6 août 2018 21:42

Poivre & Sel, de Guillaume Clicquot

69 lectures

Partage Partager le billet

Poivre et Sel

L’histoire :
Une fois à la retraite, Françoise et Philippe Blanchot préparent, en secret, leur déménagement au Portugal, loin de la famille, afin de profiter de la vie. Mais tout ne se passe pas comme prévu.

Mon avis :
J’avais adoré « Garde tout, surtout les gosses[1] » du même auteur. C’est donc avec plaisir que j’ai attaqué ma lecture. Je l’ai trouvé un peu plus en retrait que le sus-cité. Pourtant, c’est un roman caustique à souhait qui permet de passer un bon moment de détente.
Les personnages principaux, Françoise et Philippe, sont égoïstes, mais ils ne sont pas les seuls (Cécile et Mamiline ne sont pas en reste). Les deux sexagénaires ne veulent plus avoir de problèmes sur les bras avant leur départ au Portugal : placer Mamiline dans une maison de retraite, vendre la maison familiale, se trouver un pied-à-terre à Paris pour leurs vieux jours, qui sera proche de leurs enfants, qui pourront s’occuper d’eux. Le ton est donné.

Tout bascule le jour où leur fille se sépare de son mari et leur demande de s’occuper des enfants : danse, équitation, rugby, etc. Dans un premier temps, les deux retraités trouvent différentes excuses pour décliner, mais ils sont vite rattrapés au tournant. Même si l’auteur utilise de grosses ficelles, les situations reflètent assez bien une certaine réalité. Il est difficile pour des grands-parents de dire non à un baby-sitting de leurs petits-enfants. Il n’est donc pas étonnant qu’il faille parfois ruser pour y échapper.
Françoise et Philippe ont déclenché peu d’empathie chez moi, mais leur situation est inconfortable. Ils ne sont pas vraiment libres de leurs choix, car il faut prendre toute la famille en compte, même s’ils n’ont plus personne à charge. Ils sont donc prêts à toutes les bassesses afin d’arriver à leurs fins. Ce sont ces réactions et interactions qui provoquent le rire, même si on peut les trouver atroces par moments. À travers différentes scènes, l’auteur décrypte aussi les rapports intergénérationnels grands-parents, parents, enfants. Il y a régulièrement des rebondissements et même si certains sont peu crédibles (Mamiline dans la maison de retraite, scène à la fin à propos de la vente de la maison), il ne faut pas oublier que nous sommes dans du divertissement et que c’est réussi.

À découvrir.

Service presse de Fleuve Éditions par l'intermédiaire de l'auteur.

Titre: Poivre et Sel
Auteur: Guillaume Clicquot
Éditeur: Fleuve Éditions
Nombre de pages: 280
Traduction: Cécile Ardilly
ISBN: 978-2-265-11805-8
Date de publication: 14 juin 2018

Acheter « Poivre et Sel » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 5 août 2018 22:00

L’échange, de Rebecca Fleet

67 lectures

Partage Partager le billet

L’échange

L’histoire :
Grâce à un site internet, Caroline et Francis échangent, pour une semaine, leur appartement londonien, contre une maison, dans une petite ville tranquille. Ils espèrent ainsi continuer à reconstruire leur couple qui en a bien besoin.

Mon avis :
Les chapitres alternent les événements présents avec ceux qui se sont déroulés deux ans auparavant. Cette structure commence à être récurrente dans certains thrillers. L’intrigue est classique, mais bien menée (je connais pourtant ce type de structure, et au moment du basculement, je me suis dit que l’auteur m’avait bien berné). On suit essentiellement Caroline à l’époque où son couple a explosé, mais aussi Francis et la personne qui a emménagé chez eux. C’est un roman à trois voix. Le récit est addictif. Autant je comprends la position de Caroline, même si je ne l’approuve pas, autant je n’ai pas accroché avec Francis. Comment ce dernier a-t-il pu sombrer à ce point ? Je n’ai pas réussi à trouver le point de rupture.
Caroline revit sa période adultère, que beaucoup de choses dans cette maison, pourtant aseptisée, lui rappellent. Cela la trouble énormément, car pour diverses raisons, elle n’a pas tiré un trait définitif sur ce passé. Elle finit par croire que c’est son ancien amant qui a échangé sa maison. S’engage alors un dialogue assez étrange par messageries interposées. Caroline commence à paniquer, et son comportement dérape sans qu’on comprenne vraiment pourquoi.

Par petites touches, le puzzle se reconstruit. Sans oublier les périodes actuelles où Caroline tire sur les cicatrices fragiles de son couple : tension et incompréhension règnent.
La période Caroline / Carl (son collègue et amant) reflète un bonheur intense. L’amante se sent considérer et revivre. Pourtant, tout s’arrête (en même temps, pourquoi l’herbe serait-elle plus verte ailleurs ?). Caroline renoue avec Francis alors que tout les éloigne, sauf leur fils Eddie. En même temps, on sent bien qu’elle est centrée sur elle-même, et que tout doit tourner autour d’elle.
À partir du moment où la vérité se fait jour, je me suis demandé ce qu’il allait en découler. Ce fut une petite déception, car la fin n’entraîne pas de grandes surprises (ce que j’aurais préféré).

Un roman agréable, mais convenu.

Service presse numérique des éditions Robert Laffont par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: L’échange
Auteur: Rebecca Fleet
Éditeur: Robert Laffont
Nombre de pages: 336
Traduction: Cécile Ardilly
ISBN: 978-2-2212-1624-8
Date de publication: 7 juin 2018

Acheter « L’échange » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 4 août 2018 19:30

L’enfant de poussière, de Patrick K. Dewdney

81 lectures

Partage Partager le billet

L’enfant de poussière

L’histoire :
Syffe est un petit garçon de huit ans, orphelin, qui vit à la ferme Tarron, près de Corne-Brune. Il est débrouillard, mais suite à une bêtise, il se met à travailler pour le Première-Lame Hesse, au service du primat de Corne-Brune. Sans qu'il le sache, son destin bascule...

Mon avis :
Il s’agit d’un ouvrage de plus de 600 pages, d’une écriture serrée, premier volume de la série « Le Cycle de Syffe ». On y trouve un monde qui n’est pas sans rappeler celui de «l’Assassin Royal[1]», de Robin Hobb. Nous sommes en présence de fantasy (pourtant peu présente dans ce volume), à une époque médiévale : la pauvreté et la violence sont présentes.

C’est un roman où le temps s’écoule très lentement (plus de quatre ans dans ce volume). Les événements se mettent en place tranquillement. L’auteur plante son décor, et nous fait découvrir les différents éléments de son intrigue (ou d’une partie), tout en laissant planer le mystère autour de Syffe. Les personnages sont travaillés, et nombreux sont ceux qui déclenchent de l’empathie : Hesse, Nahirsipal, Uldrick, Driche, etc.

À la lecture de l’ouvrage, on comprend que Syffe revient sur sa vie qu’il nous raconte (point commun supplémentaire avec «L’assassin royal»). Malgré son jeune âge, Syffe est débrouillard, et a l’esprit vif. Par contre, il est impulsif et l’apprendra à ses dépens. Cela le poussera vers l’âge adulte plus vite que prévu. Il s’agit réellement d’un apprentissage de la vie. Le prochain tome nous montrera sans doute (je l’espère en tout cas) où cela mènera le jeune garçon.
Ce premier volume se découpe en quatre parties, d’une écriture riche, travaillée, et rythmée, qui se lit avec appétit. On peut peut-être, par moments, ressentir quelques longueurs au vu des nombreuses descriptions, mais dans mon cas, rien de rédhibitoire.

Vivement la suite !
À lire !

Titre: L’enfant de poussière
Auteur: Patrick K. Dewdney
Éditeur: Au Diable Vauvert
Nombre de pages: 619
ISBN: 978-10-307-0121-0
Date de publication: 17 mai 2018

Acheter « L’enfant de poussière » sur Amazon

Note

[1] Chronique prévue prochainement

Partage Partager le billet

jeudi 26 juillet 2018 21:33

La Valse des mouettes, de Madeleine Mansiet-Berthaud

65 lectures

Partage Partager le billet

La Valse des mouettes

L’histoire :
Gabrielle travaille au paradis des enfers, plus connu sous le nom de phare de Cordouan. Marquée par la mort de sa mère en mer, elle voit le lieu comme un refuge.

Mon avis :
Nous découvrons la vie de Gabrielle à Meschers-sur-Gironde et son travail au phare de Cordouan à l’approche de la Seconde Guerre mondiale. La jeune femme trouve dans ce lieu le repos, et pense se rapprocher de sa mère, disparue en mer.
L’auteur nous fait découvrir l’histoire du phare. Elle s’est fortement documentée à ce sujet. Le lieu dégage une âme, une vie. Par moments, je me suis demandé si Gabrielle devenait folle. Ensuite, le roman bascule dans sa deuxième partie, et j’ai trouvé le regard de l’auteur plus détaché. Elle enchaîne les faits, et je n’ai pas ressenti la tension qui devrait être palpable dans une telle situation. D’ailleurs, au retour de Gabrielle, je n’ai pas ressenti le même élan qu’au début du roman. Les faits sont toujours intéressants, utiles même pour la mémoire, mais j’ai moins été touché (alors que cela aurait dû être le contraire au vu du sujet traité). L’histoire est classique, et mis à part le basculement au cours du roman (dû à la guerre), il n’y a pas de grandes surprises.

Gabrielle alterne ses semaines de travail au phare avec sa vie auprès de ses proches : son père (qui tient un bar) et sa grand-mère. Ces deux derniers cachent des informations à l'héroïne sur sa mère disparue et on suppute. Quand j'ai su la vérité, je me suis dit « Ah, c’est juste pour ça qu’il ne voulait pas lui dire ? ». J’ai trouvé cela léger, même si le contexte était différent de maintenant, mais il fallait bien expliquer la deuxième partie.
J’ai donc un avis mitigé sur ce livre. Une première partie, à mon sens, intéressante, même si je me demandais où l’auteur allait; et une deuxième plus plate, qui n’a pas réellement dégagé d’attrait.

Titre: La Valse des mouettes
Auteur: Madeleine Mansiet-Berthaud
Éditeur: Presses de la Cité
Nombre de pages: 368
ISBN: 978-2-2581-4809-3
Date de publication: 3 mai 2018

Acheter « La Valse des mouettes» sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 109

Page top