Aller à la recherche

samedi 20 juillet 2019 16:29

Le garçon et l’univers, de Trent Dalton

Partage Partager le billet

Le garçon et l’univers

L’histoire :
Eli vit avec sa mère, Lyle (son beau-père), et August (son frère aîné). Depuis un accident, ce dernier ne parle plus, mais trace des mots dans l’air avec ses doigts. La vie de famille n’est pas simple dans ce quartier de Brisbane où tous les trafics ont cours.

Mon avis :
Mon avis est mitigé sur ce roman. L’histoire est sombre et intéressante, mais j’ai ressenti des longueurs à de nombreuses reprises, ainsi que des digressions, qui à mon sens, n’avaient pas lieu d’être. J’ai trouvé que les discussions autour de Slim étaient trop poético-philosophiques. Tout cela a rendu une partie de ma lecture difficile.

Eli est attachant, très curieux, même trop, mais son frère August et lui sont un peu détachés de la réalité (par moments, on se demande même s’ils n’ont pas des hallucinations). La grande question d’Eli est: « comment devient-on mauvais ou bon ? ». Est-ce inné ou non ? Tout au long du livre, le jeune garçon essaie de répondre à cette question.

Le milieu familial baigne dans le trafic de drogue, et la violence est récurrente. Pourtant, le bonheur, d’une certaine façon, est présent. À force de persévérance, la lumière peut survenir dans cette obscurité, même si le chemin est semé d’embûches. Trouver cette lumière est le but d’Eli.
L’écriture est fluide, mais les longueurs alourdissent le récit. Un roman qui ne plaira pas à tout le monde.

Service presse numérique des éditions HarperCollins par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le garçon et l’univers
Auteur: Trent Dalton
Éditeur: HarperCollins
Nombre de pages: 544
Traduction: Maxime Shelledy et Souad Degachi
ISBN: 979-10-339-0353-6
Date de publication: 2 mai 2019

Acheter « Le garçon et l’univers » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 11 juillet 2019 18:49

Escalier B, Paris 12, de Pierre Lunère

Partage Partager le billet

Escalier B, Paris 12

L’histoire :
Pierre est gardien d’immeuble, et en parallèle, il arrondit ses fins de mois par la voyance dans laquelle il excelle. Tout semble tourner pour le mieux, jusqu’au moment où une nouvelle locataire s’installe.

Mon avis :
Le personnage principal, Pierre, a un ton sarcastique tout au long du roman, ce qui donne des interactions assez particulières avec les habitants de l’immeuble dont il a la charge. J’ai apprécié ce roman, même si, à mon goût, ce n’est pas si hilarant que ça. C’est une lecture décalée qui permet de passer un moment de détente.

Plusieurs enquêtes se succèdent, s’entremêlent, mais ce coup de main informel à la police sert surtout de cadre aux relations du concierge avec les habitants de l’immeuble et ses amis. On découvre les petites habitudes de chaque résident, de la commère au collectionneur compulsif en passant par Marion-Lara qui travaille au commissariat local.

Cette dernière va bousculer les habitudes de Pierre et l’obliger à utiliser ses dons de voyance, ainsi qu'à écouter cette voix interne qui lui donne de nombreuses indications. Voix qui parfois est difficile à appréhender et à supporter, mais qui manque cruellement lorsqu’elle ne se manifeste pas.
Les personnages, si on ne compte pas Pierre, sont peu travaillés, l’auteur restant à la surface des choses, et s’attardant surtout sur les pensées et sarcasmes du concierge. Il ne faut pas réellement s’attendre à des intrigues policières, les enquêtes étant assez légères (malgré les thèmes traités), notre héros donnant surtout des pistes et des idées, sauf pour une, où il agit. Il y a un petit côté loufoque au récit, représenté par le pékinois albinos de Pierre, mais l’ensemble me paraît un peu décousu. J’ai eu l’impression de partir dans tous les sens en suivant le quotidien du personnage principal. Je trouve aussi que certaines réactions sont illogiques et incongrues (je pense surtout à Danny). Il aurait été intéressant d’approfondir certains moments, comme l'histoire du fils aîné des Yen.

Le style de l’auteur est agréable, direct, si on supporte les remarques de Pierre. L’impression de récit non structuré, peut-être voulue, est en revanche dommage.

Un récit intéressant qui aurait gagné à être plus approfondi.

Service presse des éditions HarperCollins

Titre: Escalier B, Paris 12
Auteur: Pierre Lunère
Éditeur: HarperCollins
Nombre de pages: 392
ISBN: 978-1-0339-0266-9
Date de publication: 9 mai 2019

Acheter « Escalier B, Paris 12 » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 13 mars 2019 19:57

Un élément perturbateur, d’Olivier Chantraine

Partage Partager le billet

Un élément perturbateur

L’histoire :
Serge Horowitz, grâce à son frère ministre, travaille dans un cabinet d’investissements. Il est envoyé au Japon pour conclure une grosse affaire, mais il la fait capoter.

Mon avis :
Sur la quatrième de couverture, il est indiqué que c’est « un premier roman à l’humour décapant ». Honnêtement, à part l’extrait qui accompagne le résumé, je cherche encore l’humour (on est loin de J.M. Erre).
Le personnage principal, Serge, mériterait d’être secoué, tellement il est mou et se complaît dans son marasme. À quarante-quatre ans, il vit toujours chez sa sœur, et ne peut se résoudre à la quitter. Ses réactions sont souvent décalées. Dans certaines situations, il est atteint d’aphasie, ce qui crée des malentendus. Il nous raconte son histoire en gardant une distance vis-à-vis de la réalité.

J’ai trouvé que les personnages étaient stéréotypés, caricaturaux (responsables de l’entreprise, hommes politiques, etc.). J’ai aussi trouvé que les scènes d’amour étaient trop crues et ne cadraient pas avec le reste (et les ficelles concernant les relations entre Laura et Serge un peu trop grosses).
Malgré son comportement, Serge est attachant, et je voulais connaître le dénouement de l’intrigue. De plus, l’écriture de l’auteur est agréable, et il arrive parfaitement à nous plonger dans l’ambiance du monde de l’entreprise et de la politique qui, elles, sont impitoyables.
Au cours du récit, Serge progresse, se prend en main (ou du moins essaie), mais la fin du roman me laisse perplexe. Je me suis dit: « Tout ça pour ça?», c’est dommage.

Service presse des éditions Folio.

Titre: Un élément perturbateur
Auteur: Olivier Chantraine
Éditeur: Folio
Nombre de pages: 316
ISBN: 978-2-0728-2377-0
Date de publication: 7 mars 2019

Acheter « Un élément perturbateur » sur Amazon

Partage Partager le billet

mardi 29 janvier 2019 09:57

Nos éclats de miroir, de Florence Hinckel

Partage Partager le billet

Nos éclats de miroir

L’histoire :
Cléo a perdu son père lorsqu’elle était petite. Tant bien que mal, elle essaie de se construire sans lui, avec une mère particulière et sa sœur aînée.

Mon avis :
Il s'agit d’un petit roman jeunesse, sous forme de journal intime. J’ai suivi avec intérêt la vie et les réflexions de Cléo, mais l’ensemble reste assez superficiel. J’aurais aimé quelque chose de plus profond, par exemple sur ses relations avec Bérénice, ou avec sa mère.
D’un autre côté, cela ressemble à ce qu’une adolescente de quinze ans pourrait écrire dans son journal. En toile de fond, l’auteur nous fait aussi découvrir la courte vie d’Anne Franck: Cléo s’adresse, à travers ses écrits, à la jeune fille disparue. Elle lui fait part de ses doutes, de ses envies. L’adolescente a un regard attendri vis-à-vis de sa mère. Cette dernière ne s’est pas remise de la mort de son mari, et l’éducation de ses enfants s’en ressent. « Nos éclats de miroirs » raconte des morceaux de vie éparpillés de cette famille.

À lire, pour les plus jeunes, ou pour passer un moment agréable sans trop réfléchir.

Titre: Nos éclats de miroir
Auteur: Florence Hinckel
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 172
ISBN: 978-2-8246-1354-3
Date de publication: 17 janvier 2019

Acheter « Nos éclats de miroir » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 8 novembre 2018 22:01

Les voisins du 9, de Felicity Everett

Partage Partager le billet

Les voisins du 9

L’histoire :
Sara et Neil habitent depuis de nombreuses années dans une petite rue paisible. Ils vivent dans une monotonie qui leur convient, jusqu’au jour où un couple d’artistes, Gavin et Lou, s’installent dans le pavillon mitoyen.

Mon avis :
Cette histoire n’a rien d’un thriller. Il s’agit simplement d’un petit roman psychologique dans lequel la tension n’est pas très élevée. Les rapports entre les deux couples sont surtout malsains. L’hypocrisie est présente des deux côtés, la manipulation omniprésente. Gavin et Lou sont plutôt bohèmes. Ils n’attachent d’importance à rien et profitent surtout des autres grâce à leur charisme.
Neil et surtout Sara sont des proies faciles, subjugués par la vie sans contraintes qu’ont leurs nouveaux voisins. Les couples se lient rapidement d’amitié.

On suit cette relation essentiellement à travers le point de vue de Sara. Cette dernière a une véritable admiration pour Gavin et Lou, cela est même dérangeant. Elle bouleverse toute sa vie, simplement pour essayer d’être dans le même moule que Lou. Sara découvrira qu’il ne faut pas se fier aux apparences, mais cela changera-t-il quelque chose ?
Ce roman est agréable à lire, mais il ne révolutionne pas le genre. De plus, la fin est un peu trop simpliste à mon goût.

Service presse des éditions HarperCollins par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Les voisins du 9
Auteur: Felicity Everett
Éditeur: HarperCollins
Nombre de pages: 320
Traduction: Marie Lauzeral
ISBN: 979-10-339-0221-8
Date de publication: 6 juin 2018

Acheter « Les voisins du 9 » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 29

Page top