Aller à la recherche

lundi 24 février 2020 20:40

Parée pour percer, d’Angie Thomas

Partage Partager le billet

Parée pour percer

L’histoire :
Brianna, adolescente noire de seize ans, essaie de percer dans le Hip-Hop en participant à son premier «battle», une joute au cours de laquelle deux candidats s’affrontent en improvisant sur un rythme donné.

Mon avis :
J’ai lu ce roman en une journée. Le quartier que dépeint Angie Thomas laisse une certaine amertume en bouche. Nous n’en sommes pas encore là en France, mais rien ne dit que cela n’arrivera pas. Quartiers mal famés aux mains des gangs, établissements scolaires protégés par des vigiles, racisme latent et omniprésent, rien n’est épargné à une partie de la jeunesse américaine.

Le lecteur découvre ce monde à travers Brianna. Cette dernière, que ses proches appellent Bri, rêve de devenir célèbre en rappant, et ainsi, faire fortune pour sortir de ce quartier où elle vit.
C’est une adolescente comme les autres, qui a un caractère bien trempé, mais elle est noire, et cela change tout dans sa vie quotidienne. Que ce soit dans le quartier ou au lycée, rien n’est simple. Autour de la jeune fille, gravitent aussi ses amis d’enfance: Sonny et Malik. Le quotidien est difficile, la famille de Bri gagne difficilement sa vie, et de nombreux impayés s’accumulent.
Brianna, soutenue par sa tante, rêve de devenir célèbre, la musique étant toute sa vie. L’adolescente découvrira que les difficultés, qu’elle n’occultait pas, sont encore plus complexes qu’elle ne le pensait.

Les relations familiales sont au coeur de ce roman. Bri doit composer avec son frère (Trey), sa mère (Jay), ainsi que sa tante (Pooh), cette dernière étant membre d’un gang.

La romancière maîtrise bien le sujet. Son récit est ancré dans le réel. Elle développe de manière approfondie son personnage principal. Brianna est toute en nuances, loin des stéréotypes, mais a un côté rebelle (qu’on peut comprendre) qui lui cause régulièrement des soucis.

Le récit est rythmé. De nombreux thèmes sont abordés : le racisme, la famille, l’amitié, l’amour, l’homosexualité, ainsi que le sexisme.

À lire.

Service presse des éditions Nathan.

Titre: Parée pour percer
Auteur: Angie Thomas
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 494
Traduction: Nathalie Bru
ISBN: 978-2-0925-8971-7
Date de publication: 2 janvier 2020

Acheter « Parée pour percer » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 16 février 2020 11:49

Préférer l’hiver, d’Aurélie Jeannin

Partage Partager le billet

Préférer l’hiver

L’histoire :
Une mère et sa fille vivent seules dans la forêt, en plein hiver, éloignées de tout. Tant bien que mal, elles essaient de survivre.

Mon avis :
Un petit roman bien écrit, mais étrange. Je n’ai pas réussi à comprendre où voulait en venir l’auteur. À la fin, je ne suis pas plus avancé qu’au début. En toile de fond, je comprends la souffrance de ces deux femmes, mais tout n’est pas expliqué, détaillé. J’ai trouvé cela assez sommaire.

On ne connaît pas le nom des deux femmes, il s’agit d’un long monologue, décousu, sans véritable fil conducteur, une sorte de journal intime de la fille. Il n’y a aucun dialogue. C’est très lent. Les deux personnages ont connu des drames dans leur vie, mais la manière dont c’est raconté ne crée aucune compassion pour les protagonistes. C’est assez facile de s’éloigner de tout pour essayer d’oublier, mais le peut-on réellement ? La narratrice décrit son environnement, les animaux, mais là non plus, je n’ai pas accroché, mon imagination n’a pas pris le relais. J’aime avoir des explications, des solutions, mais là, il n’y a rien de tangible, juste des ressentis, et cela ne fait pas tout.

Je ne conseille pas ce roman, sauf en connaissance de cause.

Service presse numérique des éditions HarperCollins par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Préférer l’hiver
Auteur: Aurélie Jeannin
Éditeur: HarperCollins France
Nombre de pages: 240
ISBN: 979-1033-90447-2
Date de publication: 8 janvier 2020

Acheter « Préférer l’hiver » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 26 janvier 2020 20:16

Spleen Machine, de Marie-Laure Hubert Nasser

Partage Partager le billet

Spleen Machine

L’histoire :
Alix, dix-sept ans, est une lycéenne populaire qui a tout pour elle. De son côté, Anna, sa mère, est en pleine réussite professionnelle. Jusqu’au jour où un grain de sable vient faire dérailler la machine.

Mon avis :
Il s’agit d’un roman à deux voix. La première partie est abordée par Alix, la deuxième par Anna. Le récit est fort et prenant, il ne laissera pas indifférent. De plus, il est parsemé de nombreuses références musicales. L’ensemble est très réaliste, et parlera, à mon sens, à de nombreux adolescents et à leurs familles. J’ai rapidement été immergé dans ce récit. À travers les phrases courtes, le mal-être d’Alix est palpable.

Quand j’ai attaqué la deuxième partie, avec Anna, je me suis dit que c’était du déjà vu, ce changement de point de vue. Or, c’est aussi une réussite. Tout semble idyllique, mais le diable se cache dans les détails.

La longue descente aux enfers est bien décrite, palpable, et le final, vertigineux. Quelles que soient les apparences, tout n’est pas toujours rose dans les familles, et la communication est au centre de tout.

L’ensemble est rythmé, criant de vérité et d’émotions.

À lire !

Titre: Spleen Machine
Auteur: Marie-Laure Hubert Nasser
Éditeur: Éditions Passiflore
Nombre de pages: 240
ISBN: 978-2-9184-7138-7
Date de publication: 3 février 2015

Acheter « Spleen Machine » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 24 octobre 2019 15:02

La nuit, quand elle vient, d’Aurore Py

Partage Partager le billet

La nuit, quand elle vient

L’histoire :
1939, en Bourgogne. Dans cette France rurale, vit la famille Cathelan. Dans cette période d’incertitude, chacun gère ses émotions et les événements comme il le peut.

Mon avis :
Aurore Py brosse le portrait d’une famille lors des premières années de la Seconde Guerre mondiale. Elle passe en revue les relations entre sœurs et frère, ainsi que leurs familles respectives. En toile de fond, l’auteur analyse correctement ces premières années de conflit: les prisonniers de guerre, le manque de personnel, et les petits arrangements.

Marie, depuis son veuvage, dirige la ferme familiale d’une main de fer. Face à l’adversité, elle a dû s’endurcir, et laisser sa vie sentimentale de côté.
Emma, sœur de Marie, est institutrice (et communiste). Elle est mariée avec François, un médecin généraliste. Au cours de cette période troublée, ce sont, à mon sens, les deux protagonistes qui évoluent le plus.
Pierre, frère des deux précédentes, dirige l’imprimerie dont sa femme, Louise, a hérité. Cette dernière n’est pas au mieux dans ses relations avec ses belles-sœurs.

Il y a des tensions, des non-dits, et cela pèse sur les relations. Les personnages secondaires, comme Gabin, apportent un souffle nouveau dans cette famille. Après un drame, le jeune garçon sert de lien entre les sœurs. Enfin, même si on peut comprendre pourquoi, je trouve que Jeanne (mère de Marie, Emma, et Pierre) est exécrable. Elle fait rejaillir ses peurs sur le reste de son entourage, et ressasse des événements anciens, au lieu de tout faire pour maintenir la cohésion.
Chaque personnage apporte sa pierre au récit, et rend l’ensemble très agréable à lire. Le tout est rythmé. On ne ressent pas directement que le pays est secoué par des événements dramatiques. J’ai trouvé que c’était une force de ce roman du terroir.

À lire.

Titre: La nuit, quand elle vient
Auteur: Aurore Py
Éditeur: Éditions de l'Aube
Nombre de pages: 380
ISBN: 978-2-8159-3360-5
Date de publication: 19 septembre 2019

Acheter « La nuit, quand elle vient » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 12 octobre 2019 22:38

Signé poète X, d'Elizabeth Acevedo

Partage Partager le billet

Signé poète X

L’histoire :
Xiomara a quinze ans, et vit à Harlem avec ses parents et son frère jumeau. L’adolescente est éprise de liberté, mais le carcan familial est très lourd. La solution peut-elle venir d’un club de Slam du lycée ?

Mon avis :
A priori, ce roman n’était pas mon style de lecture. Pour une fois, ce qui m’a attiré, c'est sa couverture. Il est écrit sous forme de différents poèmes en vers libre. Or, j’ai été absorbé par cette lecture, et happé par l’histoire de Xiomara. Malgré la forme utilisée, le tout se lit assez facilement. De nombreux thèmes sont abordés : la sexualité, la place que tient la religion dans certaines familles, le fait de s’accepter soi-même.

La jeune fille cherche à s’émanciper. Elle se voit différente des autres membres de sa famille, et se sent incomprise. Dans un carnet qui ne la quitte pas, elle écrit ses sentiments, sous forme de slam, ses ressentis sur sa famille et sa vie quotidienne. Xiomara est révoltée contre sa vie, contre son physique, et surtout contre sa mère, très (trop ?) pieuse. Et même si l’amour est omniprésent, il y a de l’incompréhension. L’auteur développe la psychologie de ses personnages. L’ensemble est rythmé.
Ce roman est à destination des adolescents, or je l’ai apprécié, et l’adolescence est loin derrière moi.

À lire !

Titre: Signé poète X
Auteur: Elizabeth Acevedo
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 382
Traduction: Clémentine Beauvais
ISBN: 978-2-0925-8729-4
Date de publication: 29 août 2019

Acheter « Signé poète X » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 30

Page top