Aller à la recherche

dimanche 26 janvier 2020 20:16

Spleen Machine, de Marie-Laure Hubert Nasser

Partage Partager le billet

Spleen Machine

L’histoire :
Alix, dix-sept ans, est une lycéenne populaire qui a tout pour elle. De son côté, Anna, sa mère, est en pleine réussite professionnelle. Jusqu’au jour où un grain de sable vient faire dérailler la machine.

Mon avis :
Il s’agit d’un roman à deux voix. La première partie est abordée par Alix, la deuxième par Anna. Le récit est fort et prenant, il ne laissera pas indifférent. De plus, il est parsemé de nombreuses références musicales. L’ensemble est très réaliste, et parlera, à mon sens, à de nombreux adolescents et à leurs familles. J’ai rapidement été immergé dans ce récit. À travers les phrases courtes, le mal-être d’Alix est palpable.

Quand j’ai attaqué la deuxième partie, avec Anna, je me suis dit que c’était du déjà vu, ce changement de point de vue. Or, c’est aussi une réussite. Tout semble idyllique, mais le diable se cache dans les détails.

La longue descente aux enfers est bien décrite, palpable, et le final, vertigineux. Quelles que soient les apparences, tout n’est pas toujours rose dans les familles, et la communication est au centre de tout.

L’ensemble est rythmé, criant de vérité et d’émotions.

À lire !

Titre: Spleen Machine
Auteur: Marie-Laure Hubert Nasser
Éditeur: Éditions Passiflore
Nombre de pages: 240
ISBN: 978-2-9184-7138-7
Date de publication: 3 février 2015

Acheter « Spleen Machine » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 24 octobre 2019 15:02

La nuit, quand elle vient, d’Aurore Py

Partage Partager le billet

La nuit, quand elle vient

L’histoire :
1939, en Bourgogne. Dans cette France rurale, vit la famille Cathelan. Dans cette période d’incertitude, chacun gère ses émotions et les événements comme il le peut.

Mon avis :
Aurore Py brosse le portrait d’une famille lors des premières années de la Seconde Guerre mondiale. Elle passe en revue les relations entre sœurs et frère, ainsi que leurs familles respectives. En toile de fond, l’auteur analyse correctement ces premières années de conflit: les prisonniers de guerre, le manque de personnel, et les petits arrangements.

Marie, depuis son veuvage, dirige la ferme familiale d’une main de fer. Face à l’adversité, elle a dû s’endurcir, et laisser sa vie sentimentale de côté.
Emma, sœur de Marie, est institutrice (et communiste). Elle est mariée avec François, un médecin généraliste. Au cours de cette période troublée, ce sont, à mon sens, les deux protagonistes qui évoluent le plus.
Pierre, frère des deux précédentes, dirige l’imprimerie dont sa femme, Louise, a hérité. Cette dernière n’est pas au mieux dans ses relations avec ses belles-sœurs.

Il y a des tensions, des non-dits, et cela pèse sur les relations. Les personnages secondaires, comme Gabin, apportent un souffle nouveau dans cette famille. Après un drame, le jeune garçon sert de lien entre les sœurs. Enfin, même si on peut comprendre pourquoi, je trouve que Jeanne (mère de Marie, Emma, et Pierre) est exécrable. Elle fait rejaillir ses peurs sur le reste de son entourage, et ressasse des événements anciens, au lieu de tout faire pour maintenir la cohésion.
Chaque personnage apporte sa pierre au récit, et rend l’ensemble très agréable à lire. Le tout est rythmé. On ne ressent pas directement que le pays est secoué par des événements dramatiques. J’ai trouvé que c’était une force de ce roman du terroir.

À lire.

Titre: La nuit, quand elle vient
Auteur: Aurore Py
Éditeur: Éditions de l'Aube
Nombre de pages: 380
ISBN: 978-2-8159-3360-5
Date de publication: 19 septembre 2019

Acheter « La nuit, quand elle vient » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 12 octobre 2019 22:38

Signé poète X, d'Elizabeth Acevedo

Partage Partager le billet

Signé poète X

L’histoire :
Xiomara a quinze ans, et vit à Harlem avec ses parents et son frère jumeau. L’adolescente est éprise de liberté, mais le carcan familial est très lourd. La solution peut-elle venir d’un club de Slam du lycée ?

Mon avis :
A priori, ce roman n’était pas mon style de lecture. Pour une fois, ce qui m’a attiré, c'est sa couverture. Il est écrit sous forme de différents poèmes en vers libre. Or, j’ai été absorbé par cette lecture, et happé par l’histoire de Xiomara. Malgré la forme utilisée, le tout se lit assez facilement. De nombreux thèmes sont abordés : la sexualité, la place que tient la religion dans certaines familles, le fait de s’accepter soi-même.

La jeune fille cherche à s’émanciper. Elle se voit différente des autres membres de sa famille, et se sent incomprise. Dans un carnet qui ne la quitte pas, elle écrit ses sentiments, sous forme de slam, ses ressentis sur sa famille et sa vie quotidienne. Xiomara est révoltée contre sa vie, contre son physique, et surtout contre sa mère, très (trop ?) pieuse. Et même si l’amour est omniprésent, il y a de l’incompréhension. L’auteur développe la psychologie de ses personnages. L’ensemble est rythmé.
Ce roman est à destination des adolescents, or je l’ai apprécié, et l’adolescence est loin derrière moi.

À lire !

Titre: Signé poète X
Auteur: Elizabeth Acevedo
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 382
Traduction: Clémentine Beauvais
ISBN: 978-2-0925-8729-4
Date de publication: 29 août 2019

Acheter « Signé poète X » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 1 août 2019 22:48

L’homme qui voulait rentrer chez lui, d’Éric Pessan

Partage Partager le billet

L'homme qui voulait rentrer chez lui

L’histoire :
Jeff et Norbert, deux frères, vivent dans une cité de Nantes. Un jour, ils découvrent, dans leur cave, un fugitif. Contre toute attente, Jeff décide de l’aider.

Mon avis :
Un roman court, moins de deux cents pages. Il y a une petite trace de fantastique, mais moins présente que dans le roman « Dans la forêt de Hokkaido » du même auteur, bien qu'on retrouve Julie. Ici, le personnage principal est Jeff, un jeune garçon de treize ans. C’est lui qui nous raconte l’histoire. L’adolescent aime sa cité, mais tout change : une réhabilitation est en cours, et dans quelques semaines, il va déménager avec sa famille parce que son immeuble sera détruit. L'adolescent aime ses parents et son frère Norbert, mais les relations ne sont pas au beau fixe. Ses parents sont totalement désabusés. Son père, au chômage, passe ses journées à la maison devant la télévision, et le moindre détail l’horripile. Sa mère effectue un travail peu valorisant et épuisant. À la maison, elle s’efface, et évite les conflits. Au cours du récit, Jeff les voit sous un nouveau jour. De mon côté, même s’il y a une évolution du père, je n’excuse en rien son comportement qui est totalement irresponsable envers ses enfants (et surtout Norbert).
Pendant ces quelques semaines, Jeff va découvrir la personnalité de Norbert. L’origine, c’est la découverte de cet étranger qui parle une langue inconnue, et dont le physique n’est pas commun. Le thème des migrants est à nouveau présent dans le récit d’Éric Pessan. L’auteur aborde aussi un peu la vie de la cité, à travers un atelier d’écriture.

Il s’agit d’un roman initiatique qui reste ancré dans le réel, malgré la petite touche fantastique. Les personnages sont profondément humains. Je me suis attaché aux adolescents et à l’étranger. De plus, le style est très agréable et fluide.

À découvrir.

Service presse des éditions l'école des loisirs.

Titre: L'homme qui voulait rentrer chez lui
Auteur: Éric Pessan
Éditeur: l'école des loisirs
Nombre de pages: 183
ISBN: 978-2-211-23989-9
Date de publication: 2 janvier 2019

Acheter « L'homme qui voulait rentrer chez lui » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 20 juillet 2019 16:29

Le garçon et l’univers, de Trent Dalton

Partage Partager le billet

Le garçon et l’univers

L’histoire :
Eli vit avec sa mère, Lyle (son beau-père), et August (son frère aîné). Depuis un accident, ce dernier ne parle plus, mais trace des mots dans l’air avec ses doigts. La vie de famille n’est pas simple dans ce quartier de Brisbane où tous les trafics ont cours.

Mon avis :
Mon avis est mitigé sur ce roman. L’histoire est sombre et intéressante, mais j’ai ressenti des longueurs à de nombreuses reprises, ainsi que des digressions, qui à mon sens, n’avaient pas lieu d’être. J’ai trouvé que les discussions autour de Slim étaient trop poético-philosophiques. Tout cela a rendu une partie de ma lecture difficile.

Eli est attachant, très curieux, même trop, mais son frère August et lui sont un peu détachés de la réalité (par moments, on se demande même s’ils n’ont pas des hallucinations). La grande question d’Eli est: « comment devient-on mauvais ou bon ? ». Est-ce inné ou non ? Tout au long du livre, le jeune garçon essaie de répondre à cette question.

Le milieu familial baigne dans le trafic de drogue, et la violence est récurrente. Pourtant, le bonheur, d’une certaine façon, est présent. À force de persévérance, la lumière peut survenir dans cette obscurité, même si le chemin est semé d’embûches. Trouver cette lumière est le but d’Eli.
L’écriture est fluide, mais les longueurs alourdissent le récit. Un roman qui ne plaira pas à tout le monde.

Service presse numérique des éditions HarperCollins par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le garçon et l’univers
Auteur: Trent Dalton
Éditeur: HarperCollins
Nombre de pages: 544
Traduction: Maxime Shelledy et Souad Degachi
ISBN: 979-10-339-0353-6
Date de publication: 2 mai 2019

Acheter « Le garçon et l’univers » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 2 de 31 -

Page top