Aller à la recherche

Bandes dessinées, mangas

Fil des billets Fil des commentaires

vendredi 8 juillet 2022 20:26

Nettoyage à sec, de Joris Mertens

Partage Partager le billet

Nettoyage à sec

L’histoire :
François n'a pas la vie dont il rêve. Il vit seul, dans une ville où il pleut sans cesse, et travaille depuis des années comme chauffeur dans une blanchisserie sans obtenir la moindre augmentation. Ses loisirs se résument à jouer les mêmes numéros au lotto (loterie belge) chaque semaine depuis dix-sept ans sans résultat, et à prendre une pinte de bière fraîche au Monico, où il rencontre fréquemment Maryvonne, avec qui il aimerait nouer une relation plus intime. Une banale livraison l'amène, un jour, à frapper à la porte d'une grande maison, et une découverte lui fait dire que sa vie va changer.

Mon avis :
Cette bande dessinée se découpe en sept chapitres. Toute l’histoire se déroule sous la pluie. Cela renforce le ressenti du lecteur sur la vie de François. Ce dernier n’aspire qu’à une chose : changer de vie, mais à son âge, il ne se fait guère d’illusions. Sa routine est immuable, et ce n’est pas le nouveau chauffeur qu’il doit former qui change quelque chose. Son existence est morne, il n’est pas heureux. Toute la première partie, qui est assez longue, nous fait vivre le quotidien de François à travers des angles de vues multiples. Le lecteur accompagne le personnage dans tous les aspects de son travail et ses multiples trajets, sous la pluie, à travers la ville.
Dans la deuxième partie, la tentation est trop forte, la vie de François bascule, jusqu’à l’inéluctable.
L’intrigue est bien menée, même si rapidement, je me suis douté que cela ne pouvait pas se terminer par une fin heureuse.
Des planches entières n’ont pas de texte, pourtant elles renforcent le récit, et le résultat est magnifique.
Quelques pages de croquis sont à retrouver à la fin de l’album.

À lire.

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: Nettoyage à sec
Auteur: Joris Mertens
Dessinateur: Joris Mertens
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 152
ISBN: 978-2-8102-0170-9
Date de publication: 20 avril 2022

Acheter « Nettoyage à sec » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 18 juin 2022 10:30

Le château des étoiles, VI, L’exposition interplanétaire de 1875, Alex Alice

Partage Partager le billet

Le château des étoiles, VI, L’exposition interplanétaire de 1875

L’histoire :
Après avoir visité la Lune et Mars, les Chevaliers de l’Ether semblent tristement cloués au sol depuis l’échec de leur tentative visant à convaincre l’Empereur Napoléon III de secourir les Martiaux. Le jeune Séraphin a été jeté en prison, et la Princesse de Mars est détenue pour être exhibée lors de l’Exposition Interplanétaire qui doit s’ouvrir à Paris, le 25 avril 1875, en présence de leurs Majestés les Empereurs de France et d’Allemagne.

Mon avis :
Avec ce sixième volume, le cycle III du château des étoiles se termine[1]. Les différents protagonistes vont se retrouver pour une apothéose explosive.

Séraphin s’évade de prison grâce à ses amis. Ces derniers ont mis au point un plan afin de permettre l’évasion de la Princesse de Mars avant l’ouverture de l’Exposition Interplanétaire. Le garçon bouleverse le plan en proposant une autre solution. Les événements s’enchaînent avec fluidité, sans temps morts.

L’auteur n’hésite pas à faire un lien, réussi, avec le récit parallèle « Les chimères de Vénus », dont je conseille aussi la lecture.
Les aquarelles sont sublimes, les couleurs magnifiques, avec des pages qui se déplient pour obtenir une triple page de toute beauté.

À lire !

Titre: Le château des étoiles, VI, L’exposition interplanétaire de 1875
Auteur: Alex Alice
Dessinateur: Alex Alice
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 58
ISBN: 978-2-8102-0475-5
Date de publication: 29 septembre 2021

Acheter « Le château des étoiles, VI, L’exposition interplanétaire de 1875 » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 5 juin 2022 22:18

T’Zée, une histoire tragique de l’Afrique, d’Appollo et Brüno

Partage Partager le billet

T’Zée, une histoire tragique de l’Afrique

L’histoire :
Au fond de la forêt équatoriale, dans le palais de T'Zée, la rumeur enfle: le vieux dictateur aurait été tué. Alors que le pays s'enfonce dans le chaos d'une guerre civile, les membres du clan présidentiel vivent les derniers moments d'un régime corrompu qui disparaît.

Mon avis :
Une bande dessinée découpée en actes, comme une pièce de théâtre, basée sur une tragédie grecque : «Phèdre». Le thème traité, la chute d’un dictateur africain, est intéressant, mais je n’ai pas vraiment adhéré à l’histoire. Nous découvrons le palais immense au fond de la jungle, et la population qui vit dans la pauvreté. Des retours en arrière montrent la jeunesse d’Hippolyte, le dernier fils de T’Zée : enfance dorée, puis études supérieures en France.
Le garçon oscille entre le soutien à son père et l’émancipation de la jeunesse. Les rebelles prennent le contrôle du pays, et T’Zée essaie de maintenir son pouvoir par l’argent et la force en éliminant ceux qui ne sont plus avec lui. Il y a aussi quelques allusions aux pays occidentaux, dont la France, qui cessent leur aide quand le vent tourne, mais qui profitent aussi de la situation.
Les personnages n’ont pas déclenché d’empathie chez moi. Hippolyte et ses amis n’ont pas de profondeur. J’ai trouvé l’ensemble assez plat, malgré des dessins et des couleurs réussis, dans les tons bruns et orangés.
J’ai été déçu par cette lecture.

Service presse numérique des éditions Dargaud par l'intermédiaire de Netgalley.

Acheter « T’Zée, une histoire tragique de l’Afrique » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 16 avril 2022 18:10

Ce que nous sommes, ZEP.

Partage Partager le billet

Ce que nous sommes

L’histoire :
2113. Grâce au projet DataBrain, les humains disposent, à la naissance, d'un second cerveau numérique où sont directement téléchargées des connaissances et des expériences virtuelles plus vraies que nature. Avec de simples programmes à télécharger, apprendre de nouvelles langues ou même assimiler la totalité du savoir de l'humanité n'a jamais été aussi simple et rapide. Du moins si, comme Constant, on en a les moyens… jusqu’au jour où...

Mon avis :
Il s’agit d’une bande dessinée d’anticipation où ZEP aborde le thème du cerveau augmenté grâce à la technologie. Néanmoins, cette technologie n’est accessible qu’aux plus riches, et utilise 95 % des ressources énergétiques de la planète. Constant est un jeune homme qui vit avec un cerveau étendu : il est connecté à un serveur qui lui permet de tout connaître, tout vivre, sans faire d’efforts. Sa vie est facile, mais un jour, son cerveau augmenté est piraté, et il perd la mémoire. À partir de ce moment, Constant va vivre un calvaire. Il va avoir besoin d’aide pour réussir à retrouver la mémoire, et réapprendre à vivre.
L’auteur montre bien que la technologie est un avantage, mais peut-être aussi un fléau. Sans son cerveau augmenté, Constant ne sait même plus lire, car il n’a jamais fait l’effort d’apprendre, et d’acquérir des connaissances : chaque apprentissage revient, pour lui, à devoir escalader une montagne. Il se remet en question, découvre petit à petit une nouvelle vie et de nouvelles facultés.
Lors de la lecture, nous sommes confrontés à des questions existentielles : face à ces nouvelles technologies, que faire en cas de dérive ? Cela pousse l’homme à faire de moins en moins d’efforts, et ce dernier perd sa capacité à réfléchir et agir par lui-même.
Les dessins pastel sont, comme d’habitude avec Zep, magnifiques.
J’ai été aspiré par le récit et les dessins. Les réactions de Constant ont rapidement déclenché de l’empathie chez moi. La vie numérique vaut-elle la vie réelle ?

À lire !

Titre: Ce que nous sommes
Auteur: Zep
Dessinateur: Zep
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 88
ISBN: 978-2-8102-0498-4
Date de publication: 16 mars 2022

Acheter « Ce que nous sommes » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 28 février 2022 20:03

La Venin, tome 4, ciel d’éther, de Laurent Astier

Partage Partager le billet

La Venin, ciel d’éther

L’histoire :
Nous retrouvons Emily, à New York, en 1900. Elle sait que sa mère est vivante, qu’elle est poursuivie par les agents de la Pinkerton, mais elle veut continuer sa vengeance.

Mon avis :
Novembre 1900. Emily a intégré un ballet, et a fait la connaissance d’un architecte, Stanley Whitman, sa prochaine cible. Il y a encore des retours dans le passé. Dans ces derniers, nous découvrons l’entraînement qu’a suivi Emily avec son oncle pour devenir si habile au maniement des armes.
L’héroïne gagne en maturité, mais en même temps, des doutes apparaissent. L’histoire est rythmée, avec moins d’actions. La jeune femme retrouve certaines amies qui ont jalonné sa vie, et tombe amoureuse, même si ce denier élément est un peu tiré par les cheveux.
Les deux agents de la Pinkerton, eux aussi à New York, cherchent à arrêter Butch, Le Kid, et La Venin, mais l’Indien veille. Courir plusieurs lièvres à la fois n’est peut-être pas la meilleure idée (ils le disent eux-mêmes). Nous remarquons aussi que Liberty, la mère d’Emily, a toujours des liens avec certains protagonistes, et il me tarde de connaître le fin mot de cet aspect de l'intrigue. Nous retrouvons, à la fin, comme dans les tomes précédents, les carnets d’Emily, avec ses notes personnelles.

Suite et fin dans le cinquième tome.

Service de presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: La Venin, ciel d’éther
Auteur: Laurent Astier
Dessinateur: Laurent Astier
Éditeur: Rue de sèvrese
Nombre de pages: 64
ISBN: 978-2-3698-1590-7
Date de publication: 5 janvier 2022

Acheter « La Venin, ciel d’éther » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 2 de 28 -

Page top