Aller à la recherche

Recherche

Votre recherche de infinity 8 a donné 7 résultats.

lundi 7 mai 2018 22:02

Infinity 8, T7: Et rien pour finir, de Boulet et Lewis Trondheim

Partage Partager le billet

Infinity 8 T7, Et rien pour finir

L’histoire :
Retour sur l’Infinity 8. Suite aux informations recueillies après les différents reboots, le capitaine a décidé de passer à l’action, et fait appel à une équipe de choc pour accélérer le dénouement de la situation. Douglas fait son apparition.

Mon avis :
Cet avant-dernier album de la série[1] a été une véritable surprise. J’ai tout de suite adhéré aux dessins et à l’humour de l’auteur. Le choix du prologue est une très bonne chose et a accentué mon plaisir. Boulet est à la fois au scénario et au dessin, ce qui laisse une certaine liberté. J’ai adoré Douglas. Il est attachant, sympathique, sensible, un peu peureux, et surtout petit. Il tranche avec les personnages féminins des précédents albums. C’est vraiment un antihéros.

On essaie de comprendre pourquoi le capitaine l’a sélectionné et dans quel but. J’ai eu des doutes, et on verra si cela se concrétise dans le tome 8. Douglas se retrouve avec un drôle d’associé. Ce dernier anticipe pratiquement toutes les situations, et il reste zen et pragmatique. Cela renforce l’humour qui se dégage de cet album, sans compter Douglas. De plus, point de massacres dans ce tome. C’est le calme plat de ce côté-là, et je trouve que c’est une bonne chose. Il y a quand même de l’action et des rebondissements jusqu’à la fin.
Le reboot est de nouveau abordé, mais différemment. On bascule de l’autre côté de la nécropole, dans l’autre camp. Des éléments apparaissent pour donner plus de sens à l’histoire et apporter certaines explications.

Les méchants sont juste méchants et stupides, ce qui crée une véritable rupture entre les principaux protagonistes. Cela rend Douglas encore plus sympathique. On le sent perdu dans cette immensité.
J’ai essayé de comprendre pourquoi cet album me plaisait autant, et c’est en lisant les explications de Boulet à la fin que j’ai compris : l’influence des dessins animés des années 80-90 (Albator, Dragon Ball) dans la conception des personnages. Cela laisse des traces dans l’inconscient.

J’attends avec impatience le dernier tome, prévu pour la rentrée 2018 janvier 2019.

À lire !

Titre: Infinity 8 T7, Et rien pour finir
Auteur: Boulet / Lewis Trondheim
Dessinateur: Boulet
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 96
ISBN: 978-2-36981-272-2
Date de publication: 7 mars 2018

Acheter « Infinity 8 T7, Et rien pour finir » sur Amazon

Partage Partager le billet

samedi 17 mars 2018 20:44

Infinity 8 T6 connaissance ultime, de Emmanuel Guibert, Lewis Trondheim et Franck Biancarelli

Partage Partager le billet

Infinity 8 T6 connaissance ultime

L’histoire :
Leïla Sherad, agent des douanes, est chargée de prendre contact avec le mystérieux vaisseau qui doit prochainement apparaître au coeur de la nécropole. En chemin, elle fait une étrange rencontre.

Mon avis :
Sixième opus et découverte d’un nouveau duo de personnages dans ce reboot[1]. Aux manettes de cet album, un trio : Emmanuel Guibert, Lewis Trondheim pour le scénario, et Franck Biancarelli aux dessins. Afin de bien comprendre le récit, il faut avoir lu les volumes précédents. Cette fois-ci, on découvre l’agent des douanes Leïla Sherad, qui va recruter Bert Numal pour la seconder.
Les deux personnages déclenchent de l’empathie. Leïla est assez désinvolte au niveau de la vie : elle élimine assez facilement des personnes au prétexte que de toute façon, elle n’avait pas de menottes sur elle. Bert est un historien. Ce dernier, lors de l’exploration de la nécropole, est comme un enfant découvrant des choses merveilleuses. L’héroïne, elle, est toujours un peu décalée, et c’est une bonne chose.

Les deux protagonistes vont faire quelques découvertes et une réponse va être apportée. Mais sera-t-elle satisfaisante ? Cet album, contrairement au précédent, ne contient pas de zombies. Il est un peu plus calme, mais il y a quand même un peu d’action. Il ressort du dessin une certaine douceur : des visages tout en courbes et arrondis. Le choix des couleurs est judicieux.
Comme dans les volumes précédents, on retrouve à la fin un making-of de l’album.

J’ai vraiment apprécié ma lecture. Vivement le tome 7 !

À lire !

Titre: Infinity 8 T6 connaissance ultime
Auteur: Emmanuel Guibert / Lewis Trondheim%%Dessinateur: Franck Biancarelli
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 96
ISBN: 978-2-3698-1269-2
Date de publication: 10 janvier 2018

Acheter « Infinity 8 T6 connaissance ultime » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 18 octobre 2017 22:31

Infinity 8, T5 : le jour de l’apocalypse, de Lorenzo de Felici, Lewis Trondheim et Davy Mourier

Partage Partager le billet

Infinity 8, T5 : le jour de l’apocalypse

L’histoire :
Le major Ann Ninurta se promène avec sa fille, Syb, qu’elle conduit à la garderie. Ce qui ne l’empêche pas d’exercer son métier en toute circonstance. D’ailleurs, le capitaine la convoque pour aller explorer la nécropole.

Mon avis :
Ce cinquième tome est un tournant dans la série[1]. Ann Ninurta est une mère de famille qui n’a pas sa langue dans sa poche, qui ne supporte plus son ex-mari et qui a le devoir chevillé au corps.
Sa visite de la nécropole ne va pas être de tout repos, car les morts deviennent zombies: ils ne pensent qu’à agrandir leur famille, au détriment des vivants et rien ne semble pouvoir les arrêter.

On commence à voir apparaître des protagonistes des albums antérieurs: Ron Digger, fondateur de la guérilla symbolique, les Kornaliens, etc. Le personnage d’Ann évolue, surtout physiquement, ce que je vous laisse découvrir, mais même dans cet environnement macabre empli de zombies, je me suis mis à sourire pendant ma lecture. Car, il faut le dire, malgré le sujet, l’humour est omniprésent.
Le scénario est toujours aussi bien ficelé. Il y a du rythme, et quelques informations filtrent sur la nécropole ! Le dessin est à nouveau réussi, et les couleurs rendent parfaitement l’atmosphère d’apocalypse.

Comme dans les albums précédents, on trouve un cahier de six pages à la fin de l’ouvrage, qui présente le travail préparatoire réalisé. On apprend aussi que cet album a été le premier à être scénarisé et qu’il est donc vraiment une charnière dans la série. C’est une série à découvrir. Il faut avoir lu les quatre premiers volumes (dans l’ordre de votre choix), avant de lire le tome 5.

Vivement le tome 6 !

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: Infinity 8, T5 : le jour de l’apocalypse
Auteur: Lewis Trondheim / Davy Mourier
Dessinateur: Lorenzo de Felici
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 96
ISBN: 978-2-3698-1266-1
Date de publication: 13 septembre 2017

Acheter « Infinity 8, T5 : le jour de l’apocalypse » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 27 août 2017 15:50

Infinity 8 T4, Guérilla Symbolique, de Martin Trystram, Lewis Trondheim et Krys.

Partage Partager le billet

Infinity 8 T4, Guérilla Symbolique

L’histoire :
À bord de l’Infinity, Patty Stardust doit mettre de côté sa mission d’infiltration pour répondre à la sollicitation du capitaine : explorer la nécropole interstellaire.

Mon avis :
Quatrième tome, quatrième héroïne[1] . Cette fois-ci, on est sur un mouvement hippie intergalactique: «la Guérilla Symbolique», aux penchants un peu particuliers : ils sont révolutionnaires !
Musique, ambiance disco, drogues, gourou, tout est fait pour immerger le lecteur dans cet univers étrange. Coupe afro (et casque adapté), sexy comme les précédentes héroïnes, Patty se lance à la découverte de l’immense nécropole. Elle n’a que 8 heures avant la boucle temporelle initiée par le capitaine. L’agent spécial a du caractère et pas sa langue dans sa poche, n’hésite pas à utiliser des répliques cinglantes. Elle est suivie par un blogueur influent, Moosh, un peu paparazzi sur les bords, qui veut faire le buzz afin d’augmenter son nombre de followers. Les réseaux sociaux tiennent encore une place dans ce récit.

Humour, répliques acerbes, référence au « club des 27[2] », rebondissements divers, et bien sûr, trahison. Je me suis beaucoup amusé lors de ma lecture. On retrouve à la fin de l’album, se trouvent quelques pages d’explications sur les choix qui ont été faits, ainsi que quelques croquis.
C’est toujours aussi coloré et kitsch. J’apprécie énormément l’histoire et la série. Chaque album est différent et j’essaie de comprendre où veulent nous mener les auteurs.

Vivement la suite !

Titre: Infinity 8 T4, Guérilla Symbolique
Auteur: Kris / Lewis Trondheim
Dessinateur: Martin trystram
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 96
ISBN: 978-2-3698-1264-7
Date de publication: 10 mai 2017

Acheter « Infinity 8 T4, Guérilla Symbolique » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 20 avril 2017 10:00

Infinity 8, tome 3 : L'évangile selon Emma, de Lewis Trondheim, Olivier Balez et Fabien Vehlmann

Partage Partager le billet

Infinity 8 T3 : L’évangile selon Emma

L’histoire :
Emma Ô-Mara est un marshall en vacances sur l’Infinity 8. Elle est réquisitionnée afin de mener la mission d’exploration de la nécropole qui bloque le vaisseau. Or, tout dérape immédiatement.

Mon avis :
Une des premières remarques concernant ce troisième tome, c’est qu’il y a très peu d’humour contrairement aux précédents. Dans ce reboot, ce sont les religions et l’appât du gain qui sont les thèmes principaux. L’ensemble est toujours kitsch et conforme au reste de la série.
Les personnages principaux ont peu d’empathie pour leurs congénères. Parmi les personnages secondaires, il y a toujours Robbie, le robot, présent sous une nouvelle forme.

Dans ce récit, une bande de mercenaires s’est regroupée afin de piller la nécropole, chacun ayant un but bien précis : faire fortune, collectionner certains objets, mettre la main sur des preuves prouvant la véracité de la religion Tholman.

Emma Ô-Mara est très pieuse. Elle n’agit que pour et par sa religion. Dans notre vie quotidienne, on la considérerait comme une fanatique. Cela rend son personnage intéressant, car on ne sait pas trop comment elle va réagir suivant les événements. Par contre, elle agit toujours avec calme et sérénité. Les autres personnages sont des psychopathes dans l’âme. On ne sait jamais d’où le coup va partir, et les rebondissements sont inattendus. Cet album ressemble un peu à un conte philosophique, religion et argent ne font pas bon ménage.

C’est un album très coloré. Il y a beaucoup d’aplats. Pour le personnage principal, comme Fabien Vehlmann l’indique en fin d'ouvrage, ils se sont inspirés d’Emma Peel[1]. Pour preuve, elle change constamment de tenue, ces dernières sont toujours taillées avec goût, et sa coiffure est toujours impeccable.

Un troisième tome un peu plus sombre, mais néanmoins intéressant.

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: Infinity 8 T3 : L’évangile selon Emma
Auteur: Lewis Trondheim / Fabien Vehlmann
Dessinateur: Olivier Balez
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 96
ISBN:978-2-36981-261-6
Date de publication: 16 mars 2017

Acheter « Infinity 8 T3 : L’évangile selon Emma » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 2

Page top