05déc. 2016

Le fléau de Dieu, À l ‘ombre du diable, de Andrea H. Japp

À l ‘ombre du diable

L’histoire :
Septembre 1348, Les Loges-en-Jolas. Gabrielle d’Aurillay et Adeline Musard ont quitté Paris afin de s’éloigner de la peste et de se mettre à l’abri. Leur repos sera de courte durée, et les deux femmes vont de nouveau devoir faire des choix difficiles.

Mon avis :
J’ai retrouvé dans ce tome le même souffle que dans le précédent[1]. En début d’ouvrage, il y a un résumé succinct du précédent, pour ceux qui ne l’ont pas lu, ou tout simplement, pour se remettre l’histoire en mémoire. La peste est toujours présente en arrière plan. Le lecteur suit donc l’évolution de la maladie, mais aussi les aventures de Gabrielle et d’Adeline. Cette dernière prend davantage d’importance dans ce deuxième tome. Il faut reconnaître que la part belle est faite aux femmes : Adeline, Gabrielle, Marthe de Rolittret, Jeanne de France. Les hommes sont au second plan, et certains tirent les ficelles dans l’ombre.

Gabrielle évolue et prend de l’assurance. Elle possède toujours le diptyque, mais n’a pas conscience de son importance. Il y a un peu plus d’action et les événements s’enchaînent avec rythme.
Par moments, il y a encore des passages concernant Gisèle. On se demande toujours quel rôle elle tient dans l'histoire. L’intrigue n’avance pas vraiment concernant le diptyque, mais les différents protagonistes continuent de tisser leur toile : certains pour essayer de protéger Gabrielle, d’autres pour la mettre à mort et récupérer le tableau.
Marthe de Rolittret est quelqu’un de sombre, machiavélique. Elle joue sur plusieurs tableaux, mais on ne sait pas quelle finalité elle cherche. Contrairement au premier volume, je n’ai pas ressenti de lenteurs lors de ma lecture. J’apprécie particulièrement le style de l’auteur dans ses romans historiques, même si je pourrais m’élever contre la profusion de notes : cela fait partie de la marque de fabrique de la romancière.

On retrouve l’habituelle brève annexe historique en fin de volume concernant les personnages de l'époque, ainsi qu’un glossaire, expliquant et développant certains termes utilisés.

Une lecture très agréable. Vivement le troisième tome.

Service presse des éditions Flammarion par l'intermédiaire de l'agence de communication Gilles Paris.

Titre: À l ‘ombre du diable
Auteur: Andrea H. Japp
Éditeur: Flammarion
Nombre de pages: 329
ISBN: 978-2-0813-7522-2
Date de publication: 2 novembre 2016

Acheter « Le fléau de Dieu, À l ‘ombre du diable » sur Amazon

Partage

30nov. 2016

Une famille trop parfaite, de Rachel Abbott

Une famille trop parfaite

L’histoire :
Olivia appelle la police, complètement paniquée : son mari et ses enfants ont disparu. Quelques heures plus tard, son mari réapparaît. Deux ans après, c’est au tour d’Olivia de disparaître avec les enfants.

Mon avis :
La grande question de ce roman est : Pourquoi Olivia et ses enfants ont-ils disparu ? Sont-ils morts ? L’intrigue est classique et on devine rapidement la plupart des secrets de cette histoire. Somme toute, la lecture reste agréable. Les chapitres sont courts et maintiennent, dans l’ensemble, un léger suspense (loin de Lisa Gardner, contrairement à ce qui est annoncé sur la quatrième de couverture).

Olivia apparaît sans saveur. J’ai trouvé son personnage fade. Le côté très intéressant du roman est l’analyse du mode de fonctionnement du psychopathe narcissique qu’est Robert Brooke. C’est un passionné, et il va au bout de ses convictions (ce qui fait froid dans le dos).
Du côté des enquêteurs (Tom et Rebecca), l’auteur fait une légère incursion dans la vie privée de chacun. Elle en effleure juste la surface, car il ne s’agit pas de son principal propos. Pourtant, il aurait peut-être été intéressant de creuser un peu plus de ce côté-là (avec le risque de créer des longueurs) pour donner un peu plus d’épaisseur à son récit. C’est avec l’enquête que le lecteur avance dans l’intrigue. De cette manière, la romancière distille peu à peu les informations.
Malheureusement, quelques ficelles et explications, surtout sur la fin, sont un peu trop simples à mon goût. De plus, certains personnages secondaires, surtout chez les policiers, sont assez stéréotypés (exemple: le spécialiste informatique).

Un roman sympathique à lire, mais loin d’un grand thriller psychologique.

Service presse numérique des éditions Belfond par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Une famille trop parfaite (Sleep Tight)
Auteur: Rachel Abbott
Éditeur: Belfond
Nombre de pages: 350
Traduction: Muriel Levet
ISBN: 978-2-7144-6033-2
Date de publication: 3 novembre 2016

Acheter « Une famille trop parfaite » sur Amazon

Partage

20nov. 2016

La cité qui grandit, de Paul Carta

La cité qui grandit

L’histoire :
Jan, Thepis et Timbalan sont dans le désert (le Souffle d’Hestar). Jan soigne ses blessures auprès de nomades qui décident d'aider les trois compagnons, de les guider dans leur traversée.

Mon avis :
Il s’agit du quatrième tome des « Chroniques d’au-delà du seuil[1][2][3] » et du deuxième concernant Jan. Avec ce volume, Paul Carta vient clôturer l’intrigue commencée dans le livre précédent : Qui est Petit Dieu et Jan va-t-il réussir à sauver sa cité ? Avant toute chose, il faut avoir lu le tome précédent, car l’histoire en est la suite directe.

La structure de l’ouvrage reste la même : le roman alterne des chapitres (ou sous-chapitres) qui se déroulent auprès des hommes et d'autres auprès des dieux de l'Alphée. On suit Jan et ses compagnons dans leur périple, mais aussi les événements qui se déroulent dans la cité maudite. Et enfin les dieux de l’Alphée qui essaient de reprendre en main la situation. Il y a de l’action et quelques rebondissements qui maintiennent l’attention du lecteur. Les chapitres les plus intéressants ont été, pour moi, ceux ayant lieu dans la cité maudite et dans l’Alphée. J’ai été un peu déçu par la fin. J’ai trouvé la façon de faire un peu trop simple.

Le style d'écriture est toujours aussi relevé que dans les volumes précédents et est très agréable à lire.

Malgré le bémol concernant la fin du roman, il me tarde que le cinquième tome paraisse afin de retrouver Khimaï. On peut même supposer que Jan sera partie prenante dans la suite du récit.

Service presse des éditions l'Archipel par l'intermédiaire de l'agence de communication LP Conseils.

Titre: La cité qui grandit
Auteur: Paul Carta
Éditeur: l'Archipel
Nombre de pages: 338
ISBN: 978-2-8098-1801-7
Date de publication: 2 novembre 2016

Acheter « La cité qui grandit » sur Amazon

Partage

07nov. 2016

Un bruit étrange et beau, de Zep

Un bruit étrange et beau

L’histoire :
William a fait le choix du silence et de la solitude, il y a vingt-quatre ans, en rejoignant un monastère. Aujourd’hui, malgré lui, il doit rejoindre le monde extérieur pour quelques jours, afin de répondre à la convocation d’un notaire. Ses certitudes vont-elles être bousculées ?

Mon avis :
Après « Une histoire d’homme », Zep revient chez rue de Sèvres avec « Un bruit étrange et beau ». Cet album est dans le même style : similitude des couleurs, une ambiance mélancolique, et sereine. C‘est un objet de qualité. Il y a quatre-vingt quatre pages épaisses. On sent bien que l’éditeur cherche à mettre le résultat en valeur.

Après la musique, Zep passe au silence. Il s’agit aussi d’un choix de vie. Être un moine reclus et silencieux n’est pas forcément chose aisée. William n’est pas perturbé par le monde extérieur. Il n’est pas dépaysé, pourtant, il l’a quitté depuis vingt-quatre ans. Il reste serein, calme, contemplatif de ce monde. Il a un regard extérieur et distant sur tout ce qui l’entoure, même avec Méry.
Il n’y a pas vraiment de péripéties. Juste un aparté de quelques jours avant que le quotidien ne reprenne ses droits. En parcourant les différentes pages, j’ai vraiment eu une sensation de calme. William dégage une aura de tranquillité et de sagesse qui transparaît à travers les dessins.

Zep aborde de manière sibylline les raisons qui ont poussé William à faire vœu de silence. Ce côté n’est peut-être pas assez travaillé. On peut trouver les motifs trop légers, mais il s’agit d’un choix de vie et chacun est libre. D’ailleurs, l’auteur ne juge jamais son personnage.

La fin est convenue et attendue au vu de l’évolution de l’histoire. Il aurait été gênant, à mon sens, que cela se passe autrement.

Service presse des éditions Rue de Sèvres par l'intermédiaire de l'agence de communication Gilles Paris.

Titre: Un bruit étrange et beau
Auteur: Zep
Dessinateur: Zep
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 84
ISBN: 978-2-36981-185-5
Date de publication: 5 octobre 2016

Acheter « Un bruit étrange et beau » sur Amazon

Partage

31oct. 2016

Mon petit bled au Canada, de Zarqa Nawaz

Mon petit bled au Canada

L’histoire :
Zarqa Nawaz raconte ses mésaventures: sa vie quotidienne et professionnelle au Canada, son pays d’adoption.

Mon avis :
Zarqa Nawaz est une journaliste qui écrit aussi des comédies pour la télévision, la plus connue étant « La petite mosquée dans la prairie ». Ce roman comporte un ensemble de tableaux où l'auteur raconte, chronologiquement, des moments de sa vie, depuis son enfance jusqu’à maintenant. Elle se présente comme une gaffeuse naïve, ce qui entraîne de nombreuses scènes décalées. L’auteur raconte le fonctionnement de sa religion, mais dans sa gestion quotidienne et des difficultés qu’il y a à faire évoluer les mentalités au sein même de sa propre communauté (en commençant par l’auteur elle-même).

La narratrice n’hésite pas à se tourner en dérision pour bien faire passer son propos : la communauté musulmane est comme les autres communautés ; il y a de tout, mais surtout beaucoup d’incompréhension et d’inquiétude.
Elle présente comme une force, mais aussi parfois comme une faiblesse vis-à-vis de sa communauté, sa double culture canadienne / pakistanaise. C’est aussi ces deux culture, et leur confrontation, qui créent des scènes amusantes (exemple celle avec le plombier pour le lavabo des toilettes).
Son mari, Sami, a les pieds sur terre. Il arrive à avoir du recul sur les événements et fait la part des choses. Il est un véritable point d’ancrage dans la vie de Zarqa Nawaz.

Un petit livre plein de bon sens avec lequel j’ai passé un bon moment. Comme souvent, le titre original cadre mieux que le titre français avec le contenu du roman.

Service presse des éditions Denoël.

Titre: Mon petit bled au Canada (Laughing All The Way To The Mosque)
Auteur: Zarqa Nawaz
Éditeur: Denoël
Nombre de pages: 298
ISBN: 978-2-207-12494-9
Traduction: Isabelle D. Taudière
Date de publication: 3 octobre 2016

Acheter « Mon petit bled au Canada » sur Amazon

Partage

- page 1 de 82