22août 2016

Là où les lumières se perdent, de David Joy

Là où les lumières se perdent

L’histoire :
Jacob McNeely, dix-huit ans, vit dans une région perdue des Appalaches. Il ne peut rien faire pour sortir de l’enfer dans lequel il est empêtré. Son père, Charly McNeely, dirige d’une poigne de fer le trafic de drogue local. La seule lueur d’espoir pour Jacob, c’est Maggie Jenkins, son ex-petite amie.

Mon avis :
C’est un roman noir. L’ensemble du récit est lugubre. Il y a toujours une sensation d’oppression. Les personnages sont stéréotypés. Cela accentue le malaise et les relations tendues entre les protagonistes.

Jacob voit sa vie comme une fatalité. Il n’entraperçoit aucune solution, et jour après jour, les événements l’emportent dans leur spirale infernale. Il ressent un mal être profond. L’histoire est racontée de son point de vue. Si, au début du roman, j’ai pensé: « Tu n’as qu’à partir. », j’ai vite ressenti de la compassion pour le personnage. Pour lui, la vie est noire et ne peut être qu'ainsi. Il ressasse sa situation comme un leitmotiv.
Sa mère est toxicomane. Son père un trafiquant de drogue, sans scrupules ni remords. Ce dernier est violent, misogyne. Pour Jacob, qui aide son père depuis l’âge de neuf ans, c’est génétique, et il n’y a rien à faire.
Maggie est la seule personne qui semble un peu saine, mais pour des motifs économiques, elle ne peut pas partir. Elle est un rayon de lumière au milieu de ce noir empli de fatalisme.

Jacob décrit son environnement avec de nombreux détails. L’auteur traite des thèmes de la famille, du destin, de l’amour.
La fin est en partie surprenante, mais totalement logique.

C’est un roman implacable.

À découvrir !

Service de presse numérique des éditions Sonatine par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Là où les lumières se perdent (Where All Light Tends to Go)
Auteur: David Joy
Éditeur: Sonatine
Nombre de pages: 304
Traduction: Fabrice Pointeau
ISBN: 978-2-3558-4338-9
Date de publication: 25 août 2016

Acheter « Là où les lumières se perdent » sur Amazon

Partage

18août 2016

Là où elle repose, de Kimberly McCreight

Là où elle repose

L’histoire :
Près de l’université de Ridgedale, le corps d’un nouveau-né est découvert. Molly Sanderson, journaliste débutante, est envoyée sur place pour écrire un article. La prise de conscience de la présence d’un corps de nourrisson la secoue, car elle a fait une dépression à la suite d’une fausse-couche. Molly décide quand même de poursuivre l’enquête.

Mon avis :
J’ai découvert ce livre grâce à la chronique de La Livrophile[1] et j’ai été attiré par l’histoire. Bien m’en a pris, car j’ai lu un bon thriller.
L’histoire se déroule dans une petite ville de province qui semble bien saine, mais derrière les apparences, se cachent de vilains petits secrets. Chaque chapitre adopte le point de vue d’un protagoniste : Barbara, Molly, Jenna, Sandy.
Même si j’ai eu quelques doutes, et deviné certaines réponses (mais pas toutes, loin de là), l’auteur maîtrise complètement son récit et nous entraîne dans son sillage.

Dans ce roman, ce sont les femmes qui sont mises en avant. Elles sont toutes en souffrance à des degrés divers. L’auteur montre leur psychologie et leur évolution (et ce n’est pas toujours dans le bon sens). Je me suis attaché à certains personnages, comme Molly et Sandy et beaucoup moins à d’autres (Barbara pour ne citer qu’elle).
Barbara se voit en mère parfaite, elle est imbue d’elle-même. Même la fin du roman ne la fait pas remonter dans mon estime. Molly parle souvent de sa fausse-couche. Cela revient comme un leitmotiv qui accentue les émotions qu’elle éprouve vis-à-vis du nourrisson mort. Cela lui permet de reprendre confiance en elle.

Il y a aussi des hommes dans ce roman, mais je vous laisse les découvrir.
Avec Kimberly McCreight, les apparences sont trompeuses. Elle met aussi en avant le fonctionnement trouble des enquêtes internes aux universités américaines qui, pour éviter des scandales, étouffent certaines affaires.

À lire !

Service de presse des éditions Le Cherche Midi.

Titre: Là où elle repose (Where They Found Her)
Auteur: Kimberly McCreight
Éditeur: Le Cherche Midi
Nombre de pages: 409
Traduction: Élodie Leplat
ISBN: 978-2-7491-4873-1
Date de publication: 18 août 2016

Acheter « Là où elle repose » sur Amazon

Partage

16août 2016

Porteurs d’âmes, de Pierre Bordage

Porteurs d’âmes

L’histoire :
Léonie, immigrée séquestrée et prostituée, s’échappe, et se retrouve à Paris. Pendant ce temps, Cyrian, étudiant sans problèmes, s’apprête à entrer dans une confrérie secrète. De son côté, Edmé, inspecteur à la criminelle, va être confronté à une affaire hors du commun. Sans le savoir, les trois personnages vont voir leurs destins se croiser.

Mon avis :
Il s’agit d’un roman d’anticipation qui s’appuie sur un thriller. Il se déroule à Paris, dans un futur proche non défini. L’auteur y aborde les dérives de notre société actuelle. Le livre suit trois personnages (un à chaque chapitre). Un narrateur omniscient raconte leur parcours.

Léonie est une immigrée noire. La vie et la société ne lui ont pas fait de cadeaux. Cyrian est un étudiant BCBG qui aspire à obtenir, par la suite, des postes à haute responsabilité. Edmé est un vieux policier qui n’a guère d’illusions sur sa vie et son métier.

On peut estimer que la mise en place est un peu longue, car elle concerne trois personnages. Or, Pierre Bordage mène son récit de telle manière que l’on est absorbé dans la vie de chacun.
Les méchants de l’histoire sont stéréotypés et pour certains totalement psychopathes, mais cela cadre parfaitement avec le milieu décrit.

Les thèmes de l’immigration et du racisme sous-jacent, ainsi que de l’égocentrisme sont abordés. La sécurité prime et des méthodes expéditives sont employées.

L’auteur montre que la vision de la société est différente selon la personne et son niveau social. Il dresse un portrait assez noir dont les rapports humains malsains semblent être la norme. Malgré cela, Pierre Bordage laisse entrevoir quelques raisons de rester optimiste.

Ma lecture a été fluide, agréable, par moments oppressante (dû au côté malsain). J’ai bien aimé ce roman, même si la fin est un peu trop convenue à mon goût (le roman est balisé pour arriver à cette fin). J’aurais peut-être aimé une chute différente.

À lire !

Titre: Porteurs d’âmes
Auteur: Pierre Bordage
Éditeur: Au Diable Vauvert
Nombre de pages: 501
ISBN: 978-2-8462-6133-3
Date de publication: 25 mai 2007

Acheter « Porteurs d’âmes » sur Amazon

Partage

06août 2016

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous, de Nathalie Stragier

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous

L’histoire :
Andrea est en terminale. Un jour, elle repère un groupe de jeunes filles étranges devant son lycée. Quelques jours plus tard, elle aide une fille qui s’est attiré des problèmes. Une fois à l’abri, cette dernière, Pénélope, complètement désemparée, lui déclare qu’elle vient du futur.

Mon avis :
Comme d’autres lecteurs de ce roman, heureusement que je ne me suis pas arrêté à la couverture. Cette dernière aurait tendance à me faire fuir, car j’ai horreur de ce qui est niais, même sous prétexte que c’est destiné à la jeunesse. Je me suis basé sur l’argumentaire presse et bien m’en a pris. Je n'ai pas non plus tenu compte de: « À la manière des Lettres Persanes », vu dans le texte de l’éditeur. Il ne faut pas abuser, il y a des limites. On ne peut comparer Montesquieu avec de la littérature de jeunesse, même si cette dernière est bien écrite.

J’ai bien aimé ce roman. Je l’ai lu en quelques heures. Andrea est la narratrice. Sous une apparence légère, l’auteur aborde la place des femmes dans la société et le féminisme. Les principaux protagonistes sont Andrea et Pénélope. Toutes les deux préparent leur BAC. L’une en 2019, l’autre en 2187.
Il y a un gros décalage dans la perception de la vie en 2019 pour Pénélope. Cela engendre des situations amusantes, qui apportent parfois un peu de tension et de l’incompréhension entre les deux jeunes filles. Puis, petit à petit, Pénélope va se livrer à Andrea. Cette dernière, déjà surprise par la possibilité de voyager dans le temps, sera fortement secouée par une révélation de Pénélope. À partir de ce moment-là, Andrea devra faire un choix et s’y tenir.

L’intrigue est bien ficelée dans l’ensemble, malgré quelques rebondissements légèrement bancals. Comme cela cadre avec le niveau du récit, je n’en ai pas tenu rigueur à la romancière. Le style est fluide et agréable.

À découvrir !

Service de presse des éditions Syros par l'intermédiaire de l'agence de communication LP Conseils.

Titre: Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous
Auteur: Nathalie Stragier
Éditeur: Syros
Nombre de pages: 427
ISBN: 978-2-74-852065-1
Date de publication: 7 janvier 2016

Acheter « Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous » sur Amazon

Partage

01août 2016

American rigolos : chroniques d’un grand pays, de Bill Bryson

American rigolos : chroniques d’un grand pays

L’histoire :
Bill Bryson retourne aux États-Unis après vingt ans passés en Angleterre. Il présente dans cet ouvrage les soixante-quinze premières chroniques écrites pour un magazine britannique. Ces dernières relatent des aspects de la vie américaine.

Mon avis :
J’ai passé un bon moment lors de la lecture de ces chroniques. Il faut reconnaître que Bill Bryson sait saisir avec philosophie les travers et incongruités de la vie américaine. L’auteur s’appuie sur sa vie quotidienne afin de rire de lui et de ses compatriotes. On peut dire que c’est réussi. D’ailleurs, l’avertissement en début d’ouvrage donne le ton.

Certaines chroniques font froid dans le dos quand on imagine que cela se déroule dans l’un des plus grands pays développés au monde. En même temps, je me suis dit que certaines aberrations devaient exister aussi en France.
Il analyse les mœurs et nous fait part de statistiques plutôt surprenantes. Il raconte aussi ses déboires lors de ses nombreux voyages ou sorties en famille.

Il faut reconnaître que certaines chroniques sont devenues un peu désuètes. Elles ont été rédigées à la fin des années 1990. Donc quand l’auteur aborde le magnétoscope ou le fonctionnement d’un ordinateur, cela perd un peu de sa force.
Les chroniques sont assez courtes. Cela permet de choisir son mode de lecture. On peut en sélectionner une au hasard ou les lire dans l’ordre, peu importe. Quelle que soit la période, c’est un bon livre de chevet, ou à utiliser sur la plage.

Titre: American rigolos : chroniques d’un grand pays
Auteur: Bill Bryson
Éditeur: Payot
Nombre de pages: 380
Traduction: Christiane et David Ellis
ISBN: 978-2-22891-559-5
Date de publication: 8 juin 2016

Acheter « American rigolos : chroniques d’un grand pays » sur Amazon

Partage

- page 1 de 77