19juin 2017

Obsessions, de Luana Lewis

Obsessions

L’histoire :
Londres, 2013. Rose participe à des groupes de soutien depuis la mort brutale de sa fille Vivien. Cette dernière s’est suicidée alors que sa vie était parfaite. N’arrivant pas à expliquer le geste de son enfant, Rose fait appel à un ex-journaliste.

Mon avis :
Le récit (par un narrateur omniscient) se déroule principalement en 2013, mais pas uniquement. De plus, il n’est pas linéaire. On fait des aller-retours dans des dates qui se situent entre 1992 et 2013, et il faut être réellement attentif aux indications en début de chapitre pour ne pas être trop perdu.

L’enquête va surtout tourner autour des motivations de Vivien, et pour cela, le récit va remonter jusqu’à l’époque où elle a rencontré Ben, son mari.

L’histoire nous fait découvrir Vivien, son entourage et aussi une autre personne qui surveille la jeune femme. Comme dans tout récit de ce type, différentes explications viennent à l’esprit au cours de la lecture. Pourtant, Luana Lewis mène le lecteur par le bout du nez. Elle souffle le chaud et le froid dans différentes directions, et même si à un moment, j’ai subodoré certaines choses, je suis loin d’avoir tout découvert avant que l’auteur livre la solution.
Au fur et à mesure du récit, la personnalité de Vivien apparaît. La surface idyllique se craquelle, mais cela est valable pour tous les protagonistes. Chacun à des choses à cacher: l’auteur a su habilement les faire apparaître.

Le titre est bien choisi, car il s’agit bien d’obsessions au pluriel. Dans ce roman, elles sont multiples : physique, relationnel, famille, etc. Et ces obsessions tournent rapidement au mensonge, à la dissimulation. Sans oublier le travail de deuil des personnes qui ont perdu un enfant, comme Rose et Isaac (le journaliste) ou leur mère et femme, comme Lex et Ben.
Le récit est dynamique grâce notamment à de nombreux chapitres courts, mais aussi à un style fluide et agréable.

J’ai bien apprécié ma lecture, mais ce n’est pas un coup de coeur.

Titre: Obsessions
Auteur: Luana Lewis
Éditeur: Denoël
Traducteur: Arnaud Baignot
Nombre de pages: 331
ISBN: 978-2-207-12986-9
Date de publication: 4 mai 2017

Acheter « Obsessions » sur Amazon

Partage

11juin 2017

Le travailleur de la nuit, de Matz et Chemineau

Le travailleur de la nuit

L’histoire :
La vie d’Alexandre Jacob, qui aurait influencé Maurice Leblanc dans la création d’Arsène Lupin (ce que l’auteur de ce personnage a toujours nié).

Mon avis :
Il s’agit d’un récit complet en 126 pages (128 avec la postface) basé sur une histoire vraie. J’ai apprécié la découverte de ce personnage hors norme qu’a été Alexandre Jacob. L’album est découpé en cinq parties : une jeunesse en mer, l’illégaliste, Les travailleurs de la nuit, la guillotine sèche, Je me suicide un samedi...

L’album commence lors du procès d’Alexandre Jacob en 1905. Il s’ensuit une série de flashbacks pour nous relater la jeunesse du personnage, son évolution et ce qui l’a conduit au bagne. Ensuite, le lecteur l’accompagne jusqu’à la fin de sa vie.
Le récit est rythmé et intéressant. Alexandre Jacob est quelqu’un de révolté. La vie a fait de lui ce qu’il est devenu. D’ailleurs, il le dit lors de son procès, c’est la société inhumaine de l’époque qui l’a créé.
Alexandre Jacob avait une certaine éthique concernant ses vols : il ne s’attaquait qu’à ceux qu’il considérait comme des profiteurs : le clergé, les riches, mais pas les travailleurs, même s’ils avaient fait fortune. Il était très proche des milieux anarchistes et le récit montre bien la violence de l’époque.

Cet album est un véritable récit d’aventure, peut-être un peu idéalisée. Il s’agit aussi d’une autre époque, très difficile, où très jeune, on pouvait déjà être au travail (onze ans en ce qui concerne le personnage). J’ai trouvé que les auteurs avaient tendance à magnifier le personnage, et j’ai vraiment aimé cette lecture, mais pour ne pas être arrêté, Alexandre Jacob est allé jusqu’à tuer, ce qui, à mon sens, ne se justifie pas. D’un autre côté, le récit étant raconté par le protagoniste lui-même, difficile de faire autrement.

J’ai aussi apprécié le style des dessins, ainsi que la mise en couleur. Je trouve que cet album est une réussite.

Titre: Le travailleur de la nuit
Auteur: Matz%%Dessinateur: léonard Chemineau
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 128
ISBN:978-2-36981-273-9
Date de publication: 19 avril 2017

Acheter « Le travailleur de la nuit » sur Amazon

Partage

07juin 2017

Yin et le dragon T2 : les écailles d’or, de Richard Marazano et Xu Yao

Yin et le dragon T2 : les écailles d’or

L’histoire :
Dans Shanghai occupée, Yin et son grand-père continuent de prendre soin du dragon d’or (Guang Xinshi), mais il est très difficile de rester discret dans un pays en guerre.

Mon avis :
Dans ce deuxième volume de la trilogie[1], on retrouve les mêmes protagonistes que dans le précédent : Yin et son grand-père, le capitaine japonais et la bande d’enfants, sans oublier le dragon d’or. Les auteurs mêlent toujours fiction et faits historiques, ce qui apporte plus de profondeur au récit.

Le dessin est au même niveau que sur le premier tome. Les scènes maritimes sont plus sombres, car se déroulant essentiellement de nuit et avec Xi Quong, le dragon noir. La présence de ce dernier pèse sur tout l’album, et crée un suspense par son approche lente mais bruyante qui annonce l’apocalypse.

Au cours de l’album, on découvre les relations qui existent entre les deux dragons et les raisons qui les poussent à s’affronter. Le capitaine japonais dévoile ses intentions (et sa culture) et Yin va de nouveau agir à sa guise, même si elle est confrontée à la réalité de l’occupation japonaise (certaines scènes sont assez dramatiques). C’est peut-être même cette découverte qui pousse la petite fille à agir.

Un album agréable, mais plus sombre. J’émettrais un petit bémol : à part les informations mythologiques sur les deux dragons, j’ai eu l’impression de ne pas avancer dans l’histoire, et pourtant, le combat approche. J’aurais aimé encore plus d’action et d’autres rebondissements. J’ai attendu pendant tout l’album l’affrontement des deux dragons, tout en sachant que cela ne viendrait sans doute que dans le dernier tome.

Il faudra attendre la fin de l'histoire pour assouvir ma soif.

Titre: Yin et le dragon T2 : les écailles d’or
Auteur: Richard Marazano
Dessinateur: Xu Yao
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 60
ISBN:978-2-36981-177-0
Date de publication: 26 avril 2017

Acheter « Yin et le dragon T2 : les écailles d’or » sur Amazon

Partage

05juin 2017

L’oeil de la providence, de Robert de Rosa

L’oeil de la providence

L’histoire :
Lors de sa cérémonie d’intronisation chez les francs-maçons, Joseph Raminovitch meurt suite à un malaise. Les inspecteurs Spinoza et Des Cartes sont chargés de mener cette affaire délicate.

Mon avis :
Il s’agit d’un roman policier, dont l’enquête sert de prétexte, afin de raconter au lecteur certains événements dramatiques survenus lors de la seconde guerre mondiale. De même, l’auteur aborde de façon sommaire la franc-maçonnerie et son mode de fonctionnement. Le roman se déroule en 1985. On le sait, grâce à quelques indices laissés par le romancier, par exemple avec l’allusion au début de l’affaire Grégory[1].

Le roman se découpe en trois parties : la première partie de l’enquête, les événements qui se sont déroulés en 1942 avec la rafle du Vel’d’Hiv, et enfin, le dénouement. Les policiers développent différentes pistes : familiales, professionnelles, relationnelles. L’enquête en elle-même est intéressante, mais je n’ai pas apprécié le choix du romancier quant à la fin. Je trouve cela un peu trop simple.

Les policiers qui mènent l’enquête ont des noms qui cadrent avec leur caractère : Robert Spinoza, Grégory Des Cartes et Marcel Broust. Il y a aussi l’allusion à d’autres personnes, comme le Docteur Destouches, qui a un petit penchant antisémite[2] . Le choix du nom, à mon avis, n’est pas anodin. De même, comme précisé sur la quatrième de couverture, les deux inspecteurs Spinoza et Des Cartes philosophent sur la vie, ainsi que leur chef. Il y a sans doute d’autres références que je n’ai pas repérées.
Un petit roman agréable, mais qui m’a laissé sur ma faim pour le côté enquête. Robert de Rosa s’est bien documenté pour étayer son histoire, et d’ailleurs, il donne quelques précisions, regroupées dans les notes de fin.

Titre: L’oeil de la providence
Auteur: Robert de Rosa
Éditeur: Édition De Borée
Nombre de pages: 292
ISBN: 978-2-8129-1970-1
Date de publication: 25 août 2016

Acheter « L’oeil de la providence » sur Amazon

Partage

18mai 2017

Little girl gone, d'Alexandra Burt

Little girl gone

L’histoire : Estelle Paradise est secourue après un grave accident. À l’hôpital, elle découvre qu’elle est soupçonnée d’avoir fait disparaître Mia, sa fille de sept mois. Une longue angoisse commence.

Mon avis : Le thème utilisé est classique. Estelle est fortement perturbée et a peu de soutien dans son entourage. Comme elle a perdu la mémoire, elle accepte, sous la pression de son mari, de se faire interner dans un hôpital psychiatrique. De cette manière, elle pourra sans doute faire la lumière sur les événements qui ont conduit à la disparition de son enfant.

L’auteur s’appuie sur la psychologie d’Estelle afin de développer un suspense assez prenant. Cette mère de famille est instable, et les éléments donnés par l’héroïne ne plaident pas en sa faveur. On découvre qu’elle fait une dépression post-partum et les idées quelle a vis-à-vis de sa fille sont assez dérangeantes.

En même temps, elle vit un cauchemar éveillé. L’anxiété est son mode de vie avant et après la disparition de Mia. C’est un véritable puzzle qui va se remettre en place, de manière lente, très lente. D’ailleurs, il ne faut pas s’attendre à un rythme soutenu, l’auteur prend son temps. J’ai été aspiré par l’histoire, mais malgré cela, j’ai ressenti quelques longueurs lors de certains passages. Il y a aussi l’incapacité de la police à mener une enquête digne de ce nom. Mais le thème central est celui de cette mère dépressive qui veut savoir ce qu’il est arrivé à son enfant.

Titre: Little girl gone
Auteur: Alexandra Burt
Éditeur: Denoël
Nombre de pages: 430
Traduction: Santiago Artozqui
ISBN: 978-2-207-13358-3
Date de publication: 13 avril 2017

Acheter « Little Girl Gone » sur Amazon

Partage

- page 1 de 89