27fév. 2017

Le cri du corps mourant, de Marcel Audiard

Le cri du corps mourant

L’histoire :
En sortant du collège, Puce va chercher son petit frère, François, dix ans, à la sortie de l’école. Une fois sur place, elle découvre que son frère a été enlevé par le père de celui-ci sous un motif fallacieux. L’adolescente décide rapidement de prendre les choses en main.

Mon avis :
Je ne peux pas commencer cette chronique sans préciser que Marcel Audiard est le petit-fils de Michel Audiard, ce dernier étant, à mon sens, le plus grand dialoguiste du cinéma français du vingtième siècle («Les Tontons flingueurs», «Le Pacha», etc). Quand on a passé une partie de son enfance sur les plateaux, dans le milieu du cinéma, cela laisse des traces.

J’ai été attiré par ce livre pour son titre et sa couverture. J’ai bien aimé le style du romancier, fortement influencé par l’héritage familial. Certains pourront trouver ça un peu lassant à la longue, mais de mon côté, j’ai apprécié, malgré le fait que le style alourdisse la fin de l’histoire et rende les derniers chapitres un peu trop lents pour moi. Il n’y a pas de gros rebondissements, mais j’ai pris plaisir à suivre les différents personnages, et surtout Puce et ses camarades.

Puce a quatorze ans et est anorexique. Mourad, Blanche, Louis et Castille l’accompagnent dans ses péripéties. Les enfants décident d’enquêter sur la disparition de François, car ils ont une confiance très limitée en les forces de l’ordre.
Raoul, le père de François et beau-père de Puce, est un alcoolique notoire. Il ne vit que pour et par la boisson.
Odile, la mère de Puce, donne l’impression d’être totalement à côté de la plaque. Son fils a été enlevé, mais elle continue à travailler et à se renseigner uniquement le soir pour savoir s’il y a eu des nouvelles. C’est un comportement somme toute étrange.
François est un enfant débrouillard (peut-être trop, vu son âge).
Les méchants sont rodés au niveau de leur magouille, mais ils sont un peu stupides sur les bords. Les policiers n’ont pas le beau rôle, et passent, dans ce premier volume, pour des abrutis.
Il y a beaucoup de choses peu crédibles dans ce roman, mais je me suis laissé prendre au jeu des intrigues (les différents enlèvements, les liens entre eux, les motifs de Raoul, et les liens qu’il y a avec Odile Volponi).

La fin m’a laissé sur ma faim. Après quelques recherches, j'ai constaté que l’auteur, dont c’est le premier livre, précise, dans quelques articles de presse, qu’il s’agit d’une trilogie. Cela explique mieux la situation et les non-réponses à de nombreuses questions.

À découvrir, en espérant que les autres volumes ne tardent pas trop.

Service presse des éditions Le Cherche Midi par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le cri du corps mourant
Auteur: Marcel Audiard
Éditeur: Le Cherche Midi
Durée: 400
ISBN: 978-2-74915-414-5
Date de publication: 2 février 2017

Acheter « Le cri du corps mourant » sur Amazon

Partage

22fév. 2017

Cet été-là, de Lee Martin

Cet été-là

L’histoire :
Katie, 9 ans, disparaît un soir d’été, alors qu’elle ramène des livres à la bibliothèque. Trente ans après, entre rancœur et désespoir, les différents protagonistes reviennent sur les événements.

Mon avis :
Ce livre est empli de noirceur. C’est un roman polyphonique. Ce sont les différents protagonistes qui racontent comment les événements se sont déroulés trente ans auparavant dans cette petite ville de l’Indiana. L’intrigue est classique, mais c’est rondement mené.

Le lecteur ressent bien qu’il n’a aucune prise sur le récit. Il ne fait que subir ce qui est raconté. Comment et pourquoi la petite Katie a-t-elle disparu ?

Le roman est lent. Les chapitres changent de narrateur, et il y a un va-et-vient entre les dates du 5 et 9 juillet. C’est un puzzle qu’il faut reconstituer petit à petit. Je me suis plongé avec attention dans le récit, et j’ai été absorbé par l’ambiance étrange. En même temps, le narrateur principal, Henry Dees, n’hésite pas à interpeller le lecteur, dont il fait, par la même occasion, un voyeur.

Pendant le récit, les protagonistes omettent des éléments, qui se révèlent par la suite, et qui assombrissent encore plus l’ensemble. D’ailleurs, les différents personnages n’ont pas déclenché d’empathie chez moi (même les parents de Katie).

L’écriture est fluide. De nombreux chapitres sont très courts, donnent un petit rythme à la lecture, et il y en a deux ou trois beaucoup plus longs. L’auteur fait tout pour déclencher des sensations, un ressenti, et c’est réussi. Cette lecture a été addictive.

À lire !

Service presse des éditions Sonatine par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Cet été-là
Auteur: Lee Martin
Éditeur: Sonatine
Durée: 320
Traduction: Fabrice Pointeau
ISBN: 978-2-3558-4558-1
Date de publication: 9 février 2017

Acheter « Cet été-là, de Lee Martin » sur Amazon

Partage

21fév. 2017

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom, de Barbara Constantine

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom

L’histoire :
Tom, onze ans, vit dans un mobil-home, avec sa mère, Joss, qui a vingt-cinq ans. Pour manger régulièrement, le petit garçon fait des excursions dans les jardins des voisins afin de se servir en légumes.

Mon avis :
J’ai eu accès à ce roman audio dans le cadre de l’opération « Masse Critique » organisée par Babelio. C’est un petit livre agréable à lire, qui permet de passer un bon moment de détente. C’est un roman plein de fraîcheur, de bon sens et de bienveillance.
Tom est un garçon très débrouillard pour son âge. À l’instar des tomates, le petit garçon grandit et mûrit au cours de l’histoire. On se demande même si ce n’est pas lui l’adulte de la famille. Il est très attachant. Joss est totalement immature et irresponsable, pourtant, au fur et à mesure de la lecture, je ne suis pas parvenu à la détester. Les autres personnages déclenchent l'empathie: Samy, Madeleine, la famille anglaise. Il n’y a pas de « méchants » dans l’histoire. Le roman est donc empli de grosses ficelles, et on devine rapidement où l’on va. L’histoire ressemble à un conte de fées moderne.

Je n’ai pas aimé le dernier chapitre, car arrivé à la fin, je me suis dit: « Où est la suite ? », et j’ai réécouté le chapitre en question pour voir si je n’avais pas raté quelque chose. Cela a été une déception pour moi. J’aurais préféré que l’auteur aille jusqu’au bout du raisonnement de certains personnages.

Benjamin Jungers, le lecteur, joue les personnages. Cela peut plaire, ou pas (ma femme, grande spécialiste des livres audio, a grimacé lorsqu’elle a entendu quelques extraits). De mon côté, j’ai un peu plus apprécié son jeu, sauf pour la voix de Madeleine, trop stéréotypée à mon goût.

Un bon livre lors de ma lecture, mais qui, en fin de compte, ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Titre: Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom
Auteur: Barbara Constantine
Éditeur: Audiolib
Durée: 4h03
Lecteur: Benjamin Jungers
ISBN: 978-2-36762-291-0
Date de publication: 18 janvier 2017

Acheter « Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom » en audio sur Amazon
Acheter « Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom » sur Amazon

Partage

20fév. 2017

Infinity 8, tome 1 : Romance et Macchabées, de Dominique Bertail, Lewis Trondheim, Zep

Infinity 8, tome 1 : Romance et Macchabées

L’histoire :
À bord de l’infinity 8, l’agent Yoko Keren est envoyée dans l’espace pour examiner une zone emplie de débris. La simple mission de reconnaissance va vite déraper.

Mon avis :
Infinity 8 est un space-opéra comédie de science-fiction en huit volumes. Il s’agit de 8 boucles temporelles afin de sauver le vaisseau Infinity 8.

Aux commandes de ce projet, se trouvent Lewis Trondheim et Olivier Vatine.
Ils ont regroupé autour de chaque album de grands noms de la bande dessinée : dans le tome 1, il s’agit de Dominique Bertail et Zep. Avant de sortir en album, l’histoire est prépubliée en trois parties sous forme de fascicules au format comics. La série est même qualifiée de « pulp et pop » : il est vrai que les couvertures des comics ressemblent énormément à celles des années 70. Tout est fait pour intriguer le lecteur. D’ailleurs, j’apprécie beaucoup le choix de la couverture définitive de l’album. Elle résume bien l’ensemble.
« Romance et macchabées » permet donc de suivre l’agent Yoko Keren à bord de l’infinity 8. Le personnage est obnubilé par la procréation, et recherche un mâle adapté. Elle scanne donc tous les mâles du vaisseau afin de mettre la main sur la perle rare. Certaines conversations autour de ce sujet sont délectables.

Il y a de l’action, des rebondissements, et l’ensemble est totalement déjanté. À bord de l’infinity 8 se trouvent 880 000 personnes de races diverses et variées. Il est même précisé « 257 races et 1583 humains, dont la moitié d’hommes ». Les auteurs se sont d’ailleurs lâchés sur les physiques des différentes races. Il y a même des nécrophages qui auront un rôle important dans ce volume. C’est sanguinolent à souhait, mais en même temps, cela prête à sourire avec toutes les onomatopées utilisées : Scrotch, Crounch, Clac, Splatch, wizz, ploutch, etc.

Le personnage du kornalien Sagoss est assez délirant. Son comportement lourdingue met au bord de l’hystérie l’agent Keren. Cette dernière à 8 heures pour mener sa mission à bien avant la boucle temporelle programmée par le capitaine du vaisseau. Sans oublier sa question existentielle : arrivera-t-elle à ses fins, et trouvera-t-elle la personne idéale pour procréer ?

Au niveau du style graphique, Dominique Bertail s'attache à garder quelques références: plastique très avantageuse pour l'agent Keren et des créatures extraterrestres plus extravagantes les unes que les autres.

J’étais curieux de découvrir cette série. Certains trouveront cela trop délirant, trop tiré par les cheveux, stéréotypé, mais je pense que c’est voulu et c’est ce qui fait son charme. Je peux donc dire que j’ai apprécié la lecture de ce premier volume plein de tentacules.

On trouve, à la fin, six petites pages (trop petites) de bonus avec quelques explications sur les travaux préparatoires et la présentation de différentes couvertures.

À découvrir.

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: Infinity 8, tome 1 : Romance et Macchabées
Auteurs: Lewis Trondheim, Zep
Dessinateur: Dominique Bertail
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 96
ISBN: 978-2-369-81257-9
Date de publication: 25 janvier 2017

Acheter « Infinity 8, tome 1 : Romance et Macchabées » sur Amazon

Partage

14fév. 2017

Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes.

Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes

L’histoire :
Un échantillon de récits parodiques rendant hommage à Sherlock Holmes, permettant de découvrir l’univers du détective privé.

Mon avis :
Voici un recueil de vingt nouvelles tournant autour de Sherlock Holmes, qui ont été publiées entre 1892 à 2012, édité aux éditions Baker Street. Il s’agit essentiellement de parodies ou de détournements du célèbre détective privé. Il y a de grands auteurs, comme Jack London, Jean Giraudoux, Maurice Leblanc, voire Conan Doyle lui-même qui parodient le personnage à la pipe. Le résultat est inégal, d’une nouvelle à l’autre, ce qui est classique pour un ouvrage de ce type. Les histoires sont dans l'ordre chronologique, avec, au début de chacune, une petite présentation de leur auteur, mais rien n’interdit de les lire dans l’ordre souhaité.

D’autres noms sont utilisés pour rendre hommage (ou le ridiculiser) à Sherlock Holmes, comme Sherlaw Kombs, Picklock Holes, Herlock Sholmes, etc. On trouve aussi la même chose pour Watson avec Whatsup, Spotson, etc. Je dois dire que j’ai bien aimé les premières nouvelles (donc les plus anciennes et plus contemporaines de Conan Doyle) et que j’ai bien moins accroché sur la fin. Le type d’humour utilisé n’a pas eu de prise sur ma femme, qui a trouvé cela légèrement désuet, mais j’ai, de mon côté et dans l’ensemble, apprécié ce recueil. J’ai aimé voir un Sherlock à côté de la plaque, paranoïaque ou en cheville avec les voleurs.

Une quinzaine d’illustrations en noir et blanc parsème ce recueil. J’ai notamment trouvé que celle de la page 202 était très réussie (et j’ai vu que je n’étais pas le seul de cet avis).

Un ouvrage qui permet de passer un bon moment de détente pour découvrir ou redécouvrir l’univers holmésien.

Les différents auteurs présents :
Alceste, Peter Ashman, Robert Barr, J. M. Barrie, Bibliothécaires du Royal Borough of Kensington & Chelsea, Arthur Conan Doyle, Frederic Dorr Steele, Jacques Fortier, Jean Giraudoux, Bret Harte, O. Henry, William B. Kahn, Frederic A. Kummer, Maurice Leblanc, R. C. Lehmann, Ely M. Liebow, Jack London, Bernard Oudin, René Reouven.

Titre: Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes
Auteur: Multiple
Éditeur: Baker Street
Nombre de pages: 286
ISBN: 978-2-917559-95-6
Date de publication: 19 janvier 2017

Acheter « Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes » sur Amazon

Partage

- page 1 de 86