Aller à la recherche

Science fiction, fantastique, fantasy, merveilleux

Fil des billets Fil des commentaires

vendredi 13 novembre 2020 11:46

Bpocalypse, d’Ariel Holzl

Partage Partager le billet

Bpocalypse

L’histoire :
Samsara se rend quotidiennement au Lycée avec sa batte de baseball, ses talismans, et son couteau. Cela lui permet d'affronter les animaux mutants et autres créatures en tout genre qui peuplent désormais la ville. La ville arrivant vers la fin de ses rations alimentaires, il faut ouvrir de nouvelles zones jusqu’alors en quarantaine afin d’avoir une chance de survie, mais tout n’est pas aussi simple.

Mon avis :
C’est un roman dystopique orienté adolescent qui m’a permis de passer un bon moment de détente. Je l’ai dévoré en moins d’une journée : la lecture a été addictive. L’auteur présente un monde post-apocalyptique. Les habitants de Concordia se sont habitués à cette situation, et gèrent le quotidien. Il y a des fantômes, des animaux mutants et aussi des humains mutants. Le bestiaire présenté est un peu délirant (mais pas encore au niveau de ce qu’on peut trouver dans certains romans de Serge Brussolo).

Samsara, dite Sam, vit tranquillement sa vie dans ce monde hostile. Elle prépare son épreuve de survie qui l’attend cette année au lycée. Pourtant, un bouleversement se prépare avec l’arrivée des premiers élèves humains mutants : Kiara et Soren, deux jumeaux étranges.
Sam est une adolescente impulsive, qui ne prend pas toujours le recul nécessaire pour analyser une situation. Elle est secondée par ses amis Danny et Yvette. Certes, des stéréotypes sont présents vis-à-vis de minorités (et des origines des protagonistes), mais cela est fait afin d’accentuer la fracture sociale et les ressentis du lecteur.

Le récit, classique, avance lentement afin de nous faire découvrir l’ensemble de ce nouveau monde, avec les difficultés qui s’y rattachent. Cette société a aussi ses différences sociales qui fracturent sa population. Il y a du suspense et quelques rebondissements afin de maintenir la tension, mais je n’ai pas eu de doute sur l’issue du roman.

Ariel Holzl est un auteur intéressant que je vais essayer de suivre.

À lire.

Service de presse des éditions l'école des loisirs.

Titre: Bpocalypse
Auteur: Ariel Holzl
Éditeur: L'École des loisirs
Nombre de pages: 413
ISBN: 978-2-211-31016-1
Date de publication: 7 octobre 2020

Acheter « Bpocalypse » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 15 octobre 2020 13:32

Le chant mortel du soleil, de Franck Ferric

Partage Partager le billet

Le chant mortel du soleil

L’histoire :
Kosum, une esclave Druje, condamnée à mort, est sauvée in extrémis par Dulkem, capitaine d’un groupe de cavaliers-flèches. À partir de ce moment, Kosum lie son destin aux leurs. Pendant ce temps, le grand Qsar, qui dirige les Montagnards, des géants, prépare sa razzia annuelle sur les plaines afin de pouvoir passer l’hiver tranquillement dans la montagne.

Mon avis :
C’est un roman de fantasy intéressant des éditions Albin Michel Imaginaire. Le lecteur suit plusieurs histoires : d’un côté, celle de Kosum et des cavaliers-Flèches, de l’autre, celle d’Araatan, le grand Qsar. Les premiers sont sous les ordres du second. Le but du Qsar est de tuer tous les dieux présents sur Terre.

L’auteur montre un monde riche et complexe, avec ses strates sociales et ses modes de vie très différents. Dans l’ensemble, l’histoire m’a plu, ainsi que le vocabulaire riche et les détails nombreux, mais j’ai trouvé le style de l’auteur trop alambiqué. J’ai ressenti des longueurs avec certains passages trop approfondis et d’autres pas assez. Je regrette que des personnages ne soient pas davantage développés : il aurait été intéressant de comprendre un peu mieux le sorcier et son côté magique.

Nous découvrons un monde au bord de l’abîme, régi par la croyance dominante qui impose son joug aux autres, face à l’athéisme des Montagnards, qui eux utilisent la loi du plus fort. Araatan prépare la chute du dernier dieu, et pourtant, cela est difficile pour lui : que deviendra ensuite son peuple qui ne vit que pour la destruction des Dieux ?

Cette épopée à travers les steppes amène Kosum à se livrer à une introspection, à essayer de définir ce qu’elle souhaite pour sa vie. Ses compagnons sont des soldats, pas toujours d’accord avec leur chef, mais combattre est la seule chose qu’ils savent faire. Les croyances sont au centre du récit.

Je suis un peu déçu par la fin, j’aurais souhaité quelque chose de plus positif.

Service presse des éditions Albin Michel Imaginaire

Titre: Le chant mortel du soleil
Auteur: Franck Ferric
Éditeur: Albin Michel
Nombre de pages: 384
ISBN: 978-2226-44079-2
Date de publication: 27 mars 2019

Acheter « Le chant mortel du soleil » sur Amazon

Partage Partager le billet

mercredi 3 juin 2020 18:18

Cosmos incarné, de Jean-Michel Ré

Partage Partager le billet

Cosmos incarné

L’histoire:
Le seigneur de Latroce continue son œuvre de destruction et de démantèlement de l’Empire. Or, l’Enfant et Fawdha Anarchia lui compliquent les choses.

Mon avis :
Ce volume vient clore la trilogie « La Fleur de Dieu»[1] [2]. J’avais hâte de connaître la fin. Il faut reconnaître que j’ai eu un peu de mal avec le côté mystico-philosophique de l’Enfant, à travers le chemin de la Voie, qui s’accentue dans cet opus. Malgré cela, le récit est toujours rythmé et agréable.

Comme dans les tomes précédents, plusieurs récits s’entremêlent : Maître Kobayashi, Fawdha Anarchia, le seigneur de Latroce (et ses clones). Maître Kobayashi continue sur le chemin de la Voie. Il prend une direction de plus en plus spirituelle (et pragmatique) au fur et à mesure de ses découvertes.

Les membres de Fawdha Anarchia doivent faire des choix qui influeront fortement sur leur avenir. Le seigneur de Latroce, qui porte bien son nom, torture sans états d’âme, les membres de l’Ordo qui pourront lui donner le secret du transport instantané. Sans oublier qu’il cherche un moyen de terrasser l’Enfant.

Il y a un peu d’action, mais l’essentiel se trouve dans l’évolution (ou non-évolution) des personnages et leur psychologie. Le thème de l’écologie et de la préservation de la nature est omniprésent dans cette trilogie. Il y a aussi le modèle politique : une décentralisation est préconisée, au vu de l’étendue de l’Empire (ou de ce qu’il en reste). Chacun vise le même résultat, mais les méthodes diffèrent fortement.

Il y a toujours un glossaire à la fin de l’ouvrage, mais bien moins utile après la lecture des deux premiers tomes. En le lisant, nous comprenons bien que l’auteur a créé un univers complexe et foisonnant.

À découvrir.

Service presse des éditions Albin Michel Imaginaire.

Titre:Cosmos incarné
Auteur: Jean-Michel Ré
Éditeur: Albin Michel
Nombre de pages: 267
ISBN: 978-2-226-44238-3
Date de publication: 29 janvier 2020

Acheter « Cosmos incarné » sur Amazon

Partage Partager le billet

mardi 7 avril 2020 19:12

Lou, après tout, T3: La bataille de la Douceur

Partage Partager le billet

Lou, après tout, T3: La bataille de la Douceur

L’histoire :
Après sa fuite de la communauté de Wim, Lou nous raconte son parcours pour arriver à la Douceur.

Mon avis :
Ce dernier tome de la trilogie[1] [2] est plus conséquent que les deux premiers : 554 pages. C’est avec plaisir que j’ai commencé ma lecture... Ma déception a été grande : Lou a découvert la Douceur et se penche sur son passé. Elle écrit donc ses mémoires, et raconte les événements suite à sa fuite de la communauté de Wim. Or, elle fait cela cinquante ans après, ce qui, à mon sens, détruit le charme qu’avaient créé les deux premiers volumes. Il m’a fallu du temps avant de pouvoir rédiger cette chronique.

On connaît la fin : à partir de là, le roman a moins d’intérêt. Il n’y a plus d’attente, de suspense, de tension. C’est bien dommage. Pourtant, le récit est quand même intéressant. Il y a quelques scènes d’action, de violence, et un côté un peu plus ésotérique avec la Mélodie. Lou nous conte un monde en renouveau, loin des anciens dangers, ce qui, d’une certaine manière, la rend un peu nostalgique de sa jeunesse mouvementée. Le périple a été long, lent et dangereux. Les Cyb et les Bougeurs sont partout, sans oublier les humains survivants. Pour beaucoup d'entre eux, seule la loi du plus fort prime. L'écriture est fluide, agréable. Je me suis attaché aux réactions de l'héroïne, à ses sentiments, à ses doutes.

Malheureusement, certains fils de l’intrigue sont évacués en quelques lignes malgré le nombre de pages, et ce monde nouveau manque d’explications. J’ai bien compris qu’il y avait toujours de l’espoir dans le malheur. Je pense que l’auteur aurait suffisamment eu de matière pour écrire deux volumes : un sur le périple de Lou et la bataille finale, puis un autre pour conter ce monde nouveau en reconstruction.

Service presse des éditions Syros.

Titre: Lou, après tout, T3: La bataille de la Douceur
Auteur: Jérôme Leroy
Éditeur: Syros
Nombre de pages: 554
ISBN: 978-2-74-852646-2
Date de publication: 9 janvier 2020

Acheter « Lou, après tout, T3: La bataille de la Douceur » sur Amazon

Partage Partager le billet

jeudi 30 janvier 2020 11:35

Les portes célestes, de Jean-Michel Ré

Partage Partager le billet

Les portes célestes

L’histoire :
Des clones de combat attaquent l’Empire. Le chaos s’installe. L’empereur décide de reprendre en main la situation grâce à une arme secrète. Pendant ce temps, maître Kobayashi suit une formation spirituelle auprès de l’Enfant.

Mon avis :
Ce deuxième tome est la suite directe du précédent[1]. Il reprend l’action au même moment. Cela évitait peut-être d’avoir un livre trop imposant si les trois volumes avaient été regroupés.

Les personnages manquent encore d’épaisseur, mais cela n’a pas été rédhibitoire. L’auteur continue avec l’utilisation de différents points de vue. Les anarchistes de Fawdha Anarchia souhaitent détruire le pouvoir central, le seigneur de Latroce veut annihiler l’empereur, l’Enfant, on ne sait pas vraiment ce qu’il cherche. L’ensemble est complexe, et l’action très présente. Le récit prend un côté politique où la structure et le mode de fonctionnement de l’empire sont détaillés. Les divers protagonistes, pour différentes raisons, font peu de cas de la vie humaine. Le contrôle de la population est une priorité.

Le comportement de l’Enfant est un peu agaçant. Il donne l’impression d’être au-dessus de tout, de tout maîtriser. Ses paroles sur l’utilisation de la Voie sont empreintes de concepts philosophiques, et il ne parle que de possibilités, non de ce qu’il cherche à atteindre.
J’ai aimé cette suite, même si j’aurais apprécié voir développer certains côtés de l’histoire (du côté de Fawdha Anarchia, par exemple), mais ce n’est pas le choix de l’auteur.

Le final est abrupt. Je vais attendre avec impatience le troisième tome.

À lire !

Service presse des éditions Albin Michel.

Titre: Les portes célestes
Auteur: Jean-Michel Ré
Éditeur: Albin Michel
Nombre de pages: 294
ISBN: 978-2-226-44237-6
Date de publication: 30 octobre 2019

Acheter « Les portes célestes » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 1 de 19

Page top