Aller à la recherche

Romans policiers, Thrillers, Espionnage

Fil des billets Fil des commentaires

mercredi 6 janvier 2021 19:08

Même pas morts, de Marc Magro

Partage Partager le billet

Même pas morts

L’histoire :
Août 2013, La Baule. Paul Antonelli arrive avec sa famille devant la maison louée par ses grands-parents. Chose étrange, ces derniers ne sont pas présents. Commissaire à Bordeaux, Paul déclenche, avec ses collègues de La Baule, des recherches. Une longue enquête commence.

Mon avis :
Ma lecture de ce roman de plus de quatre cents pages a été addictive. J’ai apprécié de suivre le commissaire Paul Antonelli avec ses forces et ses faiblesses. Ce dernier adore ses grands-parents et leur disparition crée un énorme choc. De plus, l’enquête va prendre un tour surprenant. Il semblerait que sa grand-mère soit une rescapée du ghetto de Varsovie, et qu’il y aurait un lien avec sa disparition.
Une investigation de plusieurs années s’engage, afin de démêler le vrai du faux, de comprendre le passé, et de pouvoir répondre au présent. Julien Dolons, le collègue de Paul, sera un soutien indéfectible tout au long de l’histoire. L’auteur développe ses personnages et crée une relation particulière entre le personnage principal et sa fille, Annabelle, dix ans, et H.P.I. (Haut Potentiel Intellectuel). Le père est un peu décontenancé de la vivacité, et surtout, de la maturité de sa fille .
Une petite remarque au passage, je pense que Marc Magro exagère un peu quant à la maturité d’Annabelle : des adolescents plus âgés (dont certains H.P.I.) ne réagissent pas comme cette dernière, et n'ont pas encore cette qualité d’analyse.
Cette affaire mine le moral de Paul, il va devoir apprendre à vivre avec. Cette alternance entre la vie quotidienne et l’enquête renforce le côté humain des protagonistes. Il faut aussi dire que le point fort de ce roman est le contexte utilisé avec « Un film inachevé » et en parallèle l’idéologie néonazie.
C’est une réussite.

Je ne m’attendais pas au choix du romancier quant à la fin de l’histoire, mais cela est tout à fait pertinent, même si j’aurais préféré autre chose.

L’écriture est fluide, l’ensemble est rythmé, et je n’ai pas ressenti de longueurs. Marc Magro nous fait découvrir avec ce roman de la collection Marge noire, un morceau de l’Histoire de la Seconde Guerre mondiale.

À lire !

Service presse des éditions De Borée.

Titre: Même pas morts
Auteur: Marc Magro
Éditeur: De Borée
Nombre de pages: 485
ISBN: 978-2-8129-2667-9
Date de publication: 28 mai 2020

Acheter « Même pas morts » sur Amazon

Partage Partager le billet

lundi 28 décembre 2020 19:24

Les oubliés de dieu, de Ludovic Lancien

Partage Partager le billet

Les oubliés de Dieu

L’histoire :
Un crime atroce est commis sur un médecin. Pourquoi un tel acharnement ? C’est la question que se pose l’équipe chargée de l’enquête.

Mon avis :
J’ai bien aimé cette lecture. Il s’agit d’un roman policier. Les enquêteurs sont sur la trace de tueurs sanguinaires et ne comprennent pas l’origine des crimes.

Le capitaine Gabriel Darui est chargé de diriger l’enquête. Sa vie personnelle n’est pas simple : sa femme est atteinte d’un cancer en phase terminale, et il n’est pas toujours totalement concentré au travail. Les assassinats vont continuer, et un ancien ami de Gabriel va permettre, malgré lui, d’orienter l’enquête dans la bonne direction.

L’enquête progresse lentement, chaque membre de l’équipe apporte sa pierre à l’édifice (avec un déplacement jusqu’en Italie). Pourquoi autant de sauvagerie ? Pourquoi un pentacle est-il dessiné sur le mur ? Quelle histoire sordide se cache derrière tout cela ? Le médecin tué, Richard Mievel, avait d’étranges pratiques.
De même, Gabriel a lui aussi un passé glauque. Chaque personnage à une part d’ombre, ce qui apporte un peu plus d’épaisseur à l’histoire. Le récit est rythmé, accentué par des chapitres courts.
Une intrigue et des éléments qui laissent apparaître un côté sordide de l’humanité.

À lire.

Service presse numérique des éditions Hugo roman par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Les oubliés de Dieu
Auteur: Ludovic Lancien
Éditeur: Hugo Roman
Nombre de pages: 494
ISBN: 978-2-7556-8530-5
Date de publication: 20 novembre 2020

Acheter « Les oubliés de Dieu » sur Amazon

Partage Partager le billet

dimanche 20 décembre 2020 14:40

La sentinelle, de Roz Nay

Partage Partager le billet

La sentinelle

L’histoire :
Deux sœurs, Ruth et Alex, qui ne se sont pas vues depuis plus de dix ans, se retrouvent, alors que Ruth, enceinte, a besoin d’aide.

Mon avis :
Je découvre l’auteur avec ce roman psychologique à deux voix. Les deux sœurs ont des relations tendues sans qu'on en connaisse les raisons profondes. Les personnages sont complexes. Alex vit avec Chase. Elle travaille au service de l’aide à l’enfance, et fait tout son possible pour aider les enfants en danger.
Chase se retrouve entre les deux sœurs, et sert de tampon. Il apprend des choses dont Alex ne lui a jamais parlé.
Ruth est considérée comme l’enfant terrible de la famille : drogue et mauvaises fréquentations la classent dans la catégorie «nuisible» pour Alex. Cette dernière a tiré un trait sur son passé, et la venue de sa sœur bouleverse son quotidien. Peu à peu, par bribes, le passé refait surface, et une toile étrange fait son apparition: de petites incohérences apparaissent, et sèment le doute.

Que s'est-il réellement passé pendant leur enfance ? Qui dit la vérité ? D’indices en révélations et surprises, le récit poursuit son chemin. Les non-dits sont nombreux. Le lecteur fera des découvertes jusqu’à la dernière page.

Pourquoi tant de mystère sur le passé? Qui manipule qui? Malgré une intrigue classique, ce thriller est une belle réussite.

À lire!

Service presse numérique des éditions Hugo roman par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: La sentinelle
Auteur: Roz Nay
Éditeur: Hugo Roman
Nombre de pages: 313
Traduction: Vincent Guilluy
ISBN: 978-2-7556-6784-4
Date de publication: 5 novembre 2020

Acheter « La sentinelle » sur Amazon

Partage Partager le billet

vendredi 27 novembre 2020 19:21

Le Maure m'a tuer, de Marcel Audiard

Partage Partager le billet

Le Maure m'a tuer

L’histoire :
Une série d’enlèvements met familles et policiers du 18e arrondissement à cran. Quand une étudiante venue de Jérusalem disparaît à son tour des écrans radars, la panique monte jusqu’au Quai d’Orsay. Cinq histoires policières s’entrelacent en une chorégraphie de situations tendues et de dialogues cinglants.

Mon avis :
Voici le troisième tome de la trilogie, après «Le cri du corps mourant» et «Le cri du mort courant»[1]. Je n'ai pas lu le tome 2, mais j'ai pu lire ce troisième volume sans soucis. L’intrigue part dans tous les sens, et il faut suivre avec attention l’évolution des personnages. Plusieurs histoires se déroulent en parallèle, il y en a même trop. Quant à la crédibilité, nous sommes au niveau du tome 1 : il s’agit d’une lecture pour se détendre.

J’aurais aimé retrouver davantage le personnage de Puce. Cette fois-ci, son rôle est totalement anecdotique. Les flics et les truands sont vraiment trop stéréotypés. Ces derniers sont incapables de garder la jeune fille qu’ils ont kidnappée, alors qu’ils sont aguerris par de nombreuses années dans ce type de travail.

De plus, j’ai été déçu par le style de l’auteur : il en fait beaucoup trop, et cela rend l’ensemble indigeste. Cette fois-ci, contrairement à la première fois, j’ai trouvé cela lassant. Il aurait sans doute fallu, pour l’auteur, ce coup-ci, s’éloigner de l’héritage familial. L’histoire s’essouffle, et c’est dommage.

Service presse numérique des éditions Publishroom Factory par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le Maure m'a tuer
Auteur: Marcel Audiard
Éditeur: Publishroom Factory
Nombre de pages: 370
ISBN: 979-10-236-1622-4
Date de publication: 14 septembre 2020

Acheter « Le Maure m'a tuer » sur Amazon

Partage Partager le billet

vendredi 20 novembre 2020 17:30

La mort d’une sirène, Rydahl et Kazinski

Partage Partager le billet

La mort d’une sirène

L’histoire :
Copenhague, 1834. Suite au meurtre d’une prostituée, le jeune Hans Christian Andersen est accusé. Grâce à ses relations, il obtient un sursis de trois jours afin de prouver son innocence.

Mon avis :
Il s’agit d’un thriller se déroulant au XIXè siècle et mettant en scène Hans Christian Andersen avant qu’il ne devienne célèbre. Les auteurs (ils sont trois) s’appuient sur le fait que l’écrivain a tenu un journal intime tout au long de sa vie, sauf, apparemment, sur une période de dix-huit mois.

Le scénario est intéressant, bien mené. Le déroulement de l’histoire est classique : d’abord lent pour la mise en place, puis cela s’accélère. Les auteurs présentent avec minutie la vie miséreuse du quartier où s’est déroulé le meurtre. Nous sommes baignés dans une ambiance sombre du début à la fin.

Le personnage principal, Hans Christian Andersen, ne déclenche pas d’empathie, ce qui est assez délicat dans ce type d’ouvrages. Il est introverti, égocentrique, pas sûr de lui, et souhaite que tout s’arrange comme par magie. Nous suivons aussi Molly, prostituée et sœur de la victime, ainsi que l’assassin mystérieux.

J’ai ressenti de nombreuses longueurs tout au long de ma lecture, à cause de descriptions trop longues qui n’apportaient rien au récit. Le plus délicat est que je n’ai absolument pas adhéré au style des auteurs.
Dommage.

Service presse numérique des éditions Robert Laffont par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: La mort d’une sirène
Auteur: Thomas Rydahl et A.J. Kazinski
Éditeur: Robert Laffont
Nombre de pages: 560
ISBN: 978-2-221-24647-4
Traduction: Catherine Renaud
Date de publication: 15 octobre 2020

Acheter « La mort d’une sirène » sur Amazon

Partage Partager le billet

- page 2 de 43 -

Page top