Romans policiers, Thrillers, Espionnage

Fil des billets - Fil des commentaires

19juin

Obsessions, de Luana Lewis

Obsessions

L’histoire :
Londres, 2013. Rose participe à des groupes de soutien depuis la mort brutale de sa fille Vivien. Cette dernière s’est suicidée alors que sa vie était parfaite. N’arrivant pas à expliquer le geste de son enfant, Rose fait appel à un ex-journaliste.

Mon avis :
Le récit (par un narrateur omniscient) se déroule principalement en 2013, mais pas uniquement. De plus, il n’est pas linéaire. On fait des aller-retours dans des dates qui se situent entre 1992 et 2013, et il faut être réellement attentif aux indications en début de chapitre pour ne pas être trop perdu.

L’enquête va surtout tourner autour des motivations de Vivien, et pour cela, le récit va remonter jusqu’à l’époque où elle a rencontré Ben, son mari.

L’histoire nous fait découvrir Vivien, son entourage et aussi une autre personne qui surveille la jeune femme. Comme dans tout récit de ce type, différentes explications viennent à l’esprit au cours de la lecture. Pourtant, Luana Lewis mène le lecteur par le bout du nez. Elle souffle le chaud et le froid dans différentes directions, et même si à un moment, j’ai subodoré certaines choses, je suis loin d’avoir tout découvert avant que l’auteur livre la solution.
Au fur et à mesure du récit, la personnalité de Vivien apparaît. La surface idyllique se craquelle, mais cela est valable pour tous les protagonistes. Chacun à des choses à cacher: l’auteur a su habilement les faire apparaître.

Le titre est bien choisi, car il s’agit bien d’obsessions au pluriel. Dans ce roman, elles sont multiples : physique, relationnel, famille, etc. Et ces obsessions tournent rapidement au mensonge, à la dissimulation. Sans oublier le travail de deuil des personnes qui ont perdu un enfant, comme Rose et Isaac (le journaliste) ou leur mère et femme, comme Lex et Ben.
Le récit est dynamique grâce notamment à de nombreux chapitres courts, mais aussi à un style fluide et agréable.

J’ai bien apprécié ma lecture, mais ce n’est pas un coup de coeur.

Titre: Obsessions
Auteur: Luana Lewis
Éditeur: Denoël
Traducteur: Arnaud Baignot
Nombre de pages: 331
ISBN: 978-2-207-12986-9
Date de publication: 4 mai 2017

Acheter « Obsessions » sur Amazon

Partage

05juin

L’oeil de la providence, de Robert de Rosa

L’oeil de la providence

L’histoire :
Lors de sa cérémonie d’intronisation chez les francs-maçons, Joseph Raminovitch meurt suite à un malaise. Les inspecteurs Spinoza et Des Cartes sont chargés de mener cette affaire délicate.

Mon avis :
Il s’agit d’un roman policier, dont l’enquête sert de prétexte, afin de raconter au lecteur certains événements dramatiques survenus lors de la seconde guerre mondiale. De même, l’auteur aborde de façon sommaire la franc-maçonnerie et son mode de fonctionnement. Le roman se déroule en 1985. On le sait, grâce à quelques indices laissés par le romancier, par exemple avec l’allusion au début de l’affaire Grégory[1].

Le roman se découpe en trois parties : la première partie de l’enquête, les événements qui se sont déroulés en 1942 avec la rafle du Vel’d’Hiv, et enfin, le dénouement. Les policiers développent différentes pistes : familiales, professionnelles, relationnelles. L’enquête en elle-même est intéressante, mais je n’ai pas apprécié le choix du romancier quant à la fin. Je trouve cela un peu trop simple.

Les policiers qui mènent l’enquête ont des noms qui cadrent avec leur caractère : Robert Spinoza, Grégory Des Cartes et Marcel Broust. Il y a aussi l’allusion à d’autres personnes, comme le Docteur Destouches, qui a un petit penchant antisémite[2] . Le choix du nom, à mon avis, n’est pas anodin. De même, comme précisé sur la quatrième de couverture, les deux inspecteurs Spinoza et Des Cartes philosophent sur la vie, ainsi que leur chef. Il y a sans doute d’autres références que je n’ai pas repérées.
Un petit roman agréable, mais qui m’a laissé sur ma faim pour le côté enquête. Robert de Rosa s’est bien documenté pour étayer son histoire, et d’ailleurs, il donne quelques précisions, regroupées dans les notes de fin.

Titre: L’oeil de la providence
Auteur: Robert de Rosa
Éditeur: Édition De Borée
Nombre de pages: 292
ISBN: 978-2-8129-1970-1
Date de publication: 25 août 2016

Acheter « L’oeil de la providence » sur Amazon

Partage

18mai

Little girl gone, d'Alexandra Burt

Little girl gone

L’histoire : Estelle Paradise est secourue après un grave accident. À l’hôpital, elle découvre qu’elle est soupçonnée d’avoir fait disparaître Mia, sa fille de sept mois. Une longue angoisse commence.

Mon avis : Le thème utilisé est classique. Estelle est fortement perturbée et a peu de soutien dans son entourage. Comme elle a perdu la mémoire, elle accepte, sous la pression de son mari, de se faire interner dans un hôpital psychiatrique. De cette manière, elle pourra sans doute faire la lumière sur les événements qui ont conduit à la disparition de son enfant.

L’auteur s’appuie sur la psychologie d’Estelle afin de développer un suspense assez prenant. Cette mère de famille est instable, et les éléments donnés par l’héroïne ne plaident pas en sa faveur. On découvre qu’elle fait une dépression post-partum et les idées quelle a vis-à-vis de sa fille sont assez dérangeantes.

En même temps, elle vit un cauchemar éveillé. L’anxiété est son mode de vie avant et après la disparition de Mia. C’est un véritable puzzle qui va se remettre en place, de manière lente, très lente. D’ailleurs, il ne faut pas s’attendre à un rythme soutenu, l’auteur prend son temps. J’ai été aspiré par l’histoire, mais malgré cela, j’ai ressenti quelques longueurs lors de certains passages. Il y a aussi l’incapacité de la police à mener une enquête digne de ce nom. Mais le thème central est celui de cette mère dépressive qui veut savoir ce qu’il est arrivé à son enfant.

Titre: Little girl gone
Auteur: Alexandra Burt
Éditeur: Denoël
Nombre de pages: 430
Traduction: Santiago Artozqui
ISBN: 978-2-207-13358-3
Date de publication: 13 avril 2017

Acheter « Little Girl Gone » sur Amazon

Partage

02mai

Récidive, de Sonja Delzongle

Récidive

L’histoire :
Hiver 2014, Saint-Malo. Erwan Kardec retrouve la liberté après vingt-cinq ans de prison pour avoir tué sa femme. Il ne veut qu’une seule chose : retrouver sa fille qui l’a dénoncé à l’époque.

Mon avis :
Sonja Delzongle aime bien les psychopathes, et ça se voit. Au cours de la lecture, on suit quelques personnages : Hanah qui fait des cauchemars et qui va être rattrapée par son passé. Erwan Kardec, qui veut absolument se venger. Il y aussi Yvan Maurice, gendarme, qui dirige la brigade de recherche de Saint-Malo.

On découvre la jeunesse d’Hanah et ce qui l’a conduite à être profileuse. Son pendule est toujours présent, mais ne sert que très peu (on apprend comment elle l’a obtenu). Hanah subit davantage les événements qu’elle ne les provoque.

Yvan Maurice doit gérer sa vie privée: au vu de sa situation, ce n’est vraiment pas simple lorsqu’on est gendarme. Un choc lui permettra de clarifier ses choix. Erwan Kardec est très particulier, et ceci est un doux euphémisme. Pourtant, je n’ai pas réussi à le détester. Avec lui, le lecteur aura du glauque, et c’est du lourd.

Dans ce roman, l’auteur aborde les relations entre parents et enfants. Cela ne laisse pas indifférent, permettant à la romancière de dresser des portraits complexes des principaux protagonistes.

Au début, il y a un décalage entre les périodes des récits (un ou deux mois d’écarts). Cela oblige à avoir une certaine gymnastique afin de bien suivre le fil des événements, mais c’est une bonne chose pour ce récit. Cela tien le lecteur en haleine. J’ai décelé certains faits avant qu’ils ne se produisent et je n’ai pas aimé le dénouement principal, car j’ai trouvé que cela manquait d’explications et de cohérence avec le reste du livre, ce qui est dommage. Mais ces petites déceptions n’ont pas nui à ma lecture.

Même si le roman est bon dans l’ensemble, je trouve qu’il est en dessous de « Quand la neige Danse[1] », ce qui ne m’empêchera pas de lire « Dust », son premier roman avec Hanah Baxter.

À découvrir !

Service presse des éditions Denoël.

Titre: Récidive
Auteur: Sonja Delzongle
Éditeur: Denoël
Nombre de pages: 416
ISBN: 978-2-2071-3562-4
Date de publication: 6 avril 2017

Acheter « Récidive » sur Amazon

Partage

14avr.

Parmi les vivants, de Charlotte Farison

Parmi les vivants

L’histoire :
Arturo, la trentaine, obtient un poste dans une grande société. Il prend la place d'une jeune femme, Lise Marshal. Or, l'entreprise est assez sibylline sur les motifs du remplacement de la jeune femme.

Mon avis :
J’ai un avis très mitigé sur ce roman. Le début est très lent, et j’ai eu du mal à voir le lien entre les deux intrigues, qui se dévoile seulement au plus du tiers de l’ouvrage. Ensuite, je me suis vraiment plongé dans l’histoire, et j’ai suivi avec intérêt ce qui arrive à Arturo d’un côté, et à Shula de l’autre. Par contre, vers la fin du récit, j’ai été déçu par un rebondissement que j’ai trouvé totalement incongru.

Chaque protagoniste raconte son histoire. Les chapitres alternent entre Arturo et Shula.
Arturo est un jeune homme qui ne fait pas grand-chose de sa vie et qui se retrouve embauché dans un grand groupe, ce qui est une grande surprise pour lui. Il y a de nombreuses digressions le concernant, ce qui entraîne quelques longueurs. En même temps, on découvre petit à petit le passé du jeune homme.
Shula est une call-girl qui accepte un dernier contrat, avant de changer d’air. La jeune femme ne se dévoile pas vraiment. Il y a du mystère autour de sa personne. Je me suis demandé, pendant tout le roman, pourquoi elle agissait ainsi, car elle semble avoir un but précis.

Des personnages secondaires (Victor, Richard etc) gravitent autour des deux protagonistes, et apportent un peu plus d’épaisseur au récit.
L’histoire racontée par l’auteur n’est pas totalement vraisemblable, mais on s’y laisse prendre. L’écriture est agréable et fluide. J’attendais le dénouement avec impatience. Or à la fin, que ce soit pour Arturo ou Shula, j’estime ne pas avoir eu de réponses à mes questions, ce qui est dommage.

Titre: Parmi les vivants
Auteur: Charlotte Farison
Éditeur: Super 8 Éditions
Nombre de pages: 608
ISBN: 978-2-3705-6083-4
Date de publication: 2 mars 2017

Acheter « Parmi les vivants » sur Amazon

Partage

- page 1 de 23