Aller à la recherche

Station: la chute, d’Al Robertson

395 lectures

Partage Partager le billet

Station : la chute

L’histoire :
Après sept ans d’absence, suite à la Guerre Logicielle, Jack Forster revient sur Station. Il a mené une guerre sans merci contre la Totalité, avant de déserter et d’être emprisonné. Désormais, il veut trouver qui l’a piégé et pourquoi. Et il a peu de temps pour y parvenir.

Mon avis :
Il s’agit d’un roman de science-fiction de type cyberpunk. L’auteur utilise comme thème principal l’Intelligence artificielle et ce que l’Homme en a fait.

La planète Terre a été détruite, et l’Homme, ou ce qu’il en reste, vit sur Station, une énorme plateforme orbitale où les intelligences artificielles et les espaces de réalité virtuels sont omniprésents. Les Humains sont toujours connectés avec la Trame. Sans elle, ils ne sont rien. Différents Dieux, qui forment le Panthéon, veillent sur cet ensemble.

Jack a été guidé par le dieu Grey. Ce dernier a été déchu et ses filiales annexées. Chaque habitant est affilié à un dieu. Cela va même au-delà, car les habitants obéissent sans réfléchir aux ordres donnés.

Le panthéon est une sorte de parabole, une critique des entreprises mondiales qui existent dans notre société contemporaine. Ce sont des pieuvres tentaculaires qui touchent tous les domaines de la vie quotidienne, et qui incitent les gens à consommer (et dans le livre, les contrôlent). C’est un pur roman d’anticipation.

Jack partage son esprit avec une marionnette, Fist. Il s’agit d’une intelligence artificielle spécialisée dans le combat. Les relations entre les deux personnages sont assez complexes. Pour des raisons de brevets technologiques, Jack doit mourir prochainement et laisser sa place à Fist. Ce dernier est même très impatient. Il est protecteur, car il ne veut pas que l’enveloppe corporelle de Jack soit abîmée.

Le monde décrit sur Station est intéressant : les personnes qui ne vivent pas connectées à la Trame n’existent pas. Ils sont invisibles pour une bonne partie de la population. C’est une critique assez féroce de notre société.

Il y a un peu d’action, mais le centre du roman n’est pas là. Le principal est axé sur les relations entre les différentes intelligences artificielles (ou non) et les différentes strates de la société.

À découvrir !

Service presse des éditions Denoël.

Titre: Station : la chute
Auteur: Al Robertson
Éditeur: Denoël
Nombre de pages: 466
Traduction: Florence Dolisi
ISBN: 978-2-207-13659-1
Date de publication: 18 janvier 2018

Acheter « Station : la chute » sur Amazon

Partage Partager le billet

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.aupresdeslivres.fr/trackback/489

Fil des commentaires de ce billet

Page top