Aller à la recherche

Les mâchoires du passé, de Bernard Boudeau

1095 lectures

Partage Partager le billet

Les mâchoires du passé

L'histoire :
Nous retrouvons Jean-Pascal Gontier, professionnel du renseignement dans le milieu de l'entreprise dans une nouvelle enquête. Comme dans «Le marionnettiste» (que je vous conseille fortement), notre enquêteur accepte de rendre service à des connaissances afin d'élucider une disparition.

Mon avis :
Henri (Haritz), un basque a disparu quelques années auparavant, laissant femme et enfants.
Contrairement au marionnettiste, j'ai trouvé l'intrigue assez plate, rien n'avance. Il y a plus de scènes d'action et moins de psychologie, pourtant, c'est ce qui faisait la force de l'ouvrage précédent. A un moment de l'enquête Jean-Pascal décide d'arrêter, étant dans une impasse, mais il rappelle à sa cliente, que son contrat n'a pas de date de validité et que donc il pourra reprendre son enquête plus tard. Cette ficelle est assez grosse, on se doute que l'enquête suivante va le ramener sur la piste d'Henri. La chance de retrouver la trace d'Henri dans une enquête d'un autre domaine est de l'ordre du quasiment impossible et pourtant cela arrive dans ce livre.

En arrière-plan, l'auteur nous fait découvrir le pays Basque à travers une série de clichés censés renforcer le côté polar du roman : milieu où les gens sont secrets, où la loi a du mal à avancer, ne s'applique pas de la même manière qu'ailleurs, où les informations sont très difficile à obtenir. Son fils a disparu ? Son père ne veut rien dire qui puisse éventuellement ternir la réputation de la famille... On discute en basque devant les étrangers afin d'entretenir l'opacité et le mystère.

La deuxième enquête, qui est là pour nous relancer sur la piste d'Henri, est mieux montée, plus intéressante et aurait peut-être pu être plus approfondie comme la trame d'une histoire principale alors que celle d'Henri aurait été secondaire. Malheureusement l'auteur en a décidé autrement.

Dans celui-ci, il y a pas mal de scènes de violences, qui nous donne aussi le cliché du truand : il frappe d'abord et ensuite, éventuellement, il discute. On a l'impression d'une violence gratuite pour simplement nous faire comprendre que c'est un monde dangereux dont il ne faut pas s'approcher, mais que notre enquêteur, lui, va le faire, sans forcément le savoir. En même temps, un enquêteur se frotte à de gros truands, sans que cela ne le gêne outre mesure.
On voit rapidement venir la suite et on en devine les grandes lignes au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire. Je n'ai guère eu de surprises lors de la révélation finale. Tout cela est bien dommage. A mon sens, il aurait même pu y avoir deux livres : un pour chaque enquête, en développant plus pour chacun, les interactions des protagonistes. Là, on se retrouve sur un mélange qui nous laisse quand même sur notre faim.

Il s'agit donc d'un polar des plus banal, classique. Ce livre m'a déçu vu le grand plaisir que j'avais eu à lire le précédent.

Éditeur: In octavo éditions
Nombre de pages: 417
ISBN: 978-2-84878-131-0

Acheter « Les mâchoires du passé » sur Amazon

Partage Partager le billet

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.aupresdeslivres.fr/trackback/11

Fil des commentaires de ce billet

Page top