Aller à la recherche

L'or du bout du monde, de Tamara McKinley

3118 lectures

Partage Partager le billet

L'or du bout du monde

L'histoire :
Australie, 1849. Une jeune femme (Ruby), et son mari (James), décident de partir s'installer à l'intérieur des terres afin de découvrir de nouveaux horizons. Au cours de la même période, de nouveaux colons arrivent en Australie pour tenter leur chance, et d'autres reviennent sur les traces du passé...

Mon avis :
Après « la terre du bout du monde », « les pionniers du bout du monde », Tamara McKinley nous présente le dernier roman de la trilogie : « L'or du bout du monde ». Je comprends le choix du titre français : il s'agissait de cadrer avec les titres choisis pour les deux premiers romans, mais le titre original étant « Legacy », je me demande pourquoi « Héritage » n'a pas été retenu. Après lecture, on se rend compte qu'il s'agit bien d'un héritage en quelque sorte.
Dans ce dernier tome, l’auteur reprend l'histoire environ quarante ans après la fin du tome 2. Même s'il est plus intéressant d'avoir lu les tomes précédents, cela n'est pas une obligation pour pouvoir suivre et comprendre les intrigues qui se développent au cours des pages. Tamara McKinley distille régulièrement et à bon escient les éléments nécessaires à la compréhension du récit.

Les histoires qui se déroulent permettent au lecteur de s'attacher aux personnages, comme Ruby et Jessie, mais aussi Harry Cadwallader, et de découvrir les liens qui les rattachent entre eux. De même que dans le tome précédent, les histoires de ces familles (et d'autres) se croisent, se mélangent, s'éloignent. Cela peut sembler complexe, mais c'est bien structuré et on s'y retrouve facilement (j'avais eu un peu plus de mal avec le tome 2). Il y a un fil conducteur qui lie les différentes familles, et la romancière nous éclaire sur celui-ci petit à petit. L'ensemble est fouillé, travaillé. Les personnages ont une profondeur qui permet au lecteur de s'attacher ou d'être écœuré.

L'histoire est centrée sur les Hommes, mais en arrière-plan, le lecteur découvrira une nouvelle période de l'histoire de l'Australie où les conditions de vie sont difficiles et s'améliorent peu, mais aussi avec la période de la ruée vers l'or et les décisions concernant les aborigènes. Ces derniers tiennent une place moins importante dans ce roman. On suit essentiellement deux aborigènes, Kumali et plus sporadiquement Tumbalong, dans leurs relations avec les blancs.

Alors, si vous aimez ce type d'histoire, n'hésitez pas à le lire, et toute la trilogie, si possible !

Ce livre m'a été envoyé par les éditions l'Archipel par l'intermédiaire de l'agence de communication LP Conseils.

Éditeur: l'Archipel
Nombre de pages: 477
ISBN: 978-2-8098-1474-3

Acheter « L'or du bout du monde » sur Amazon

Partage Partager le billet

Commentaires

1. Le mercredi 20 juillet 2016, 19:52 par Guettou

je suis restée sur une déception , on ignore ce que sont devenues les filles de kuméli . quand aux histoires différentes des personnages , c'est assez perturbant de passer de l'une à l'autre ,et plutôt embrouillé ...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.aupresdeslivres.fr/trackback/140

Fil des commentaires de ce billet

Page top