Aller à la recherche

Je veux faire battre le coeur de l'école, Albéric de Serrant

3962 lectures

Partage Partager le billet

Je veux faire battre le coeur de l'école

L'ouvrage :
Enseigner autrement, est-ce possible ? Oui, explique Albéric de Serrant. Il raconte ce qu'il a mis en place dans son établissement, le cours Alexandre Dumas, situé à Montfermeil qui accueille des élèves du CP à la troisième.

Mon avis :
Dans cet ouvrage écrit en collaboration avec Émilie Refait, Albéric de Serrant raconte son parcours (séminaire, formateur, puis directeur d'école). Il a mis en place une structure qu'il veut atypique pour mieux former les élèves. Le cours Alexandre Dumas est un établissement hors contrat, donc il ne reçoit pas d'aide de l'Éducation Nationale. Les maîtres mots sont: discipline, travail et harmonie. Le travail et l'effort sont au coeur de l'apprentissage. Un élève (Albéric de Serrant les nomme toujours « enfants » et non « élèves ») doit se sentir bien et valorisé. Il doit aussi entendre quand cela ne va pas.

À part la dénomination utilisée, ces idées se retrouvent dans les établissements publics, mais difficiles à faire entendre à des classes de trente élèves. Le vouvoiement des élèves est obligatoire. L'auteur trouve cela plus respectueux, et c'est un garde fou, selon lui, contre l'impertinence. Pour moi, c'est juste un choix, car le tutoiement peut s'appliquer tout en maintenant le respect de l'enfant. Albéric de Serrant trouve le vouvoiement plus simple. Je pense que cela doit venir de son éducation dans une famille catholique pratiquante. Les repas sont très cadrés, parfois non mixtes, avec des groupes désignés afin d'obliger l'enfant à se confronter à la communauté et à s'adapter.

Les enseignants sont présents toute la journée. Ils sont recrutés selon les choix du directeur. Il n'y a pas d'obligation d'avoir suivi de formation dans l'enseignement pour être professeur dans cette école. À partir du moment où la personne veut faire avancer les choses et est prête à se remettre en cause, elle peut être recrutée si elle se reconnaît dans les principes de l'école. Les enseignants ont une grande liberté dans les méthodes et pratiques pédagogiques. Si quelque chose ne fonctionne pas, ce n'est pas maintenu et ils trouvent une autre solution. Là, un peu plus de pragmatisme serait le bienvenu dans l'école publique. Par exemple, on sait que la méthode semi-globale d'apprentissage de la lecture est un échec, mais un retour à la méthode syllabique est rare, car les enseignants se retrouvent souvent freinés dans leur démarche. Pourtant, c'est souvent cette méthode qui est utilisée par les orthophonistes.

Le cours Alexandre Dumas responsabilise aussi les parents. Ceux-ci sont parties prenantes du suivi de la scolarité de leurs enfants. (En même temps, l'auteur ne parle pas du coût annuel pour les familles.) J'ai trouvé certains passages un peu trop grandiloquents, même si l'auteur rappelle plusieurs fois qu'il n'est qu'un maillon de la chaîne, et qu'il travaille en collaboration avec des écoles publiques. Le fait, selon moi, qu'une structure de ce type fonctionne bien tient à deux choses : les parents qui s'investissent, mais n'empiètent pas sur le rôle des enseignants et surtout les petits effectifs : il n'y a qu'une centaine d'élèves du CP à la troisième, soit environ dix élèves par niveau. Cela permet d'individualiser au maximum la formation. Les enseignants du public adoreraient avoir dix élèves par classe, le travail serait complètement différent.
Une plus grosse structure que le cours Alexandre Dumas n'arriverait peut-être pas à fonctionner de la même manière (enseignants et directeur proches des élèves).

Albéric de Serrant a mis en place des méthodes originales. Certaines sont anecdotiques (vouvoiement), d'autres devraient être testées à l'école publique: par exemple, le travail en petits groupes, ce qui n'arrivera pas pour des raisons économiques. L'auteur croit fermement en son modèle et c'est ce qui fait la force du livre : à travers ses propos, on sent la passion qu'il a pour son métier.

Ce livre m'a été envoyé par les éditions JC Lattès.

Titre: Je veux faire battre le coeur de l'école
Auteur: Albéric de Serrant avec Émilie Refait
Éditeur: Jean-Claude Lattès
Nombre de pages: 233
ISBN: 978-2-7096-5038-0
Date de publication: 2 septembre 2015

Acheter « Je veux faire battre le coeur de l'école » sur Amazon

Partage Partager le billet

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.aupresdeslivres.fr/trackback/292

Fil des commentaires de ce billet

Page top