Aller à la recherche

Appelez-moi Lorca Horowitz, de Anne Plantagenet

801 lectures

Partage Partager le billet

Appelez-moi Lorca Horowitz

L'histoire :
Lorca Horowitz, une femme au physique peu avantageux, se fait engager comme secrétaire dans un gros cabinet d'architecte en Andalousie. Petit à petit, elle va prendre l'ascendant sur son entourage et phagocyter le couple Perales, propriétaire de l'entreprise.

Mon avis :
Anne Plantagenet s'appuie sur un fait divers qui a débuté dans les années 80 en Angleterre, et qui s'est terminé en 2013 par la condamnation de la secrétaire à quatre ans de prison[1]. L'auteur transpose son récit en Espagne afin d'obtenir un effet miroir assez convaincant avec la position de la narratrice du roman.

Anne Plantagenet alterne les chapitres de l'auteur qui explique le cheminement de sa pensée lors de la rédaction de l'histoire et ceux où elle devient Lorca Horowitz qui raconte son parcours et sa vision des choses.
Le lecteur suit donc deux histoires parallèles entre lesquelles la romancière essaie de tisser des liens afin de renforcer le côté réel de ce qu'elle raconte. En trame de fond, se retrouvent, dans les deux histoires, les déceptions amoureuses et les conséquences qu'elles peuvent avoir.

Le portrait de Lorca Horowitz révèle un côté obsessionnel. Cette femme a soigneusement copié et oppressé sa patronne, en véritable psychopathe et mythomane. On voit l'évolution de cette petite secrétaire boulotte et effacée qui prend peu à peu une autre dimension. Cela en devient même effrayant, et pourtant, avec toutes les justifications de la romancière et de Lorca elle-même, le lecteur ressent de l'empathie. D'ailleurs, plus Lorca avance dans la perversité, plus on veut en savoir (On peut donc comprendre pourquoi les émissions où des quidams étalent leurs soucis ont tant de succès).

J'ai relevé deux défauts dans cette lecture. D'abord, l'alternance des chapitres stoppe le récit dans son élan. C'est dommage, car j'ai eu le sentiment que la romancière essayait de justifier ses choix en expliquant qu'elle pensait comprendre parfaitement Lorca Horowitz, contrairement aux enquêteurs qui ont travaillé sur le sujet. Ensuite, à certains moments, en début de chapitres, j'ai eu du mal à savoir quel personnage parlait, ce qui est assez déroutant.

Néanmoins, la lecture est fluide, le style agréable. Les chapitres sont courts, permettant un rythme soutenu malgré le changement de narratrice.

Service presse numérique des éditions Stock.

Titre: Appelez-moi Lorca Horowitz
Auteur: Anne Plantagenet
Éditeur: Stock
Nombre de pages: 216
ISBN: 978-2-2340-7621-1
Date de publication: 1 janvier 2016

Acheter « Appelez-moi Lorca Horowitz » sur Amazon

Partage Partager le billet

Commentaires

1. Le jeudi 4 février 2016, 07:00 par Killing79

Je suis exactement du même avis que toi!

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.aupresdeslivres.fr/trackback/328

Fil des commentaires de ce billet

Page top