Aller à la recherche

Le Maure m'a tuer, de Marcel Audiard

124 lectures

Partage Partager le billet

Le Maure m'a tuer

L’histoire :
Une série d’enlèvements met familles et policiers du 18e arrondissement à cran. Quand une étudiante venue de Jérusalem disparaît à son tour des écrans radars, la panique monte jusqu’au Quai d’Orsay. Cinq histoires policières s’entrelacent en une chorégraphie de situations tendues et de dialogues cinglants.

Mon avis :
Voici le troisième tome de la trilogie, après «Le cri du corps mourant» et «Le cri du mort courant»[1]. Je n'ai pas lu le tome 2, mais j'ai pu lire ce troisième volume sans soucis. L’intrigue part dans tous les sens, et il faut suivre avec attention l’évolution des personnages. Plusieurs histoires se déroulent en parallèle, il y en a même trop. Quant à la crédibilité, nous sommes au niveau du tome 1 : il s’agit d’une lecture pour se détendre.

J’aurais aimé retrouver davantage le personnage de Puce. Cette fois-ci, son rôle est totalement anecdotique. Les flics et les truands sont vraiment trop stéréotypés. Ces derniers sont incapables de garder la jeune fille qu’ils ont kidnappée, alors qu’ils sont aguerris par de nombreuses années dans ce type de travail.

De plus, j’ai été déçu par le style de l’auteur : il en fait beaucoup trop, et cela rend l’ensemble indigeste. Cette fois-ci, contrairement à la première fois, j’ai trouvé cela lassant. Il aurait sans doute fallu, pour l’auteur, ce coup-ci, s’éloigner de l’héritage familial. L’histoire s’essouffle, et c’est dommage.

Service presse numérique des éditions Publishroom Factory par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le Maure m'a tuer
Auteur: Marcel Audiard
Éditeur: Publishroom Factory
Nombre de pages: 370
ISBN: 979-10-236-1622-4
Date de publication: 14 septembre 2020

Acheter « Le Maure m'a tuer » sur Amazon

Partage Partager le billet

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.aupresdeslivres.fr/trackback/675

Fil des commentaires de ce billet

Page top