Aller à la recherche

mardi 27 septembre 2016

Vivez mieux et plus longtemps, de Michel Cymes

Vivez mieux et plus longtemps

L’histoire :
Michel Cymes se sert de sa notoriété pour essayer de nous pousser à rester en bonne santé.

Mon avis :
J’ai apprécié la lecture de ce livre. Les chapitres sont courts et rythmés. Il y a un peu d’humour. Et surtout, Michel Cymes met en avant le bon sens, qui ne devrait pas nous quitter dans notre vie quotidienne (et là, c’est pas gagné).

L’auteur n’est pas jargonnant et sait se mettre à la portée du grand public. Il explique aussi que des habitudes peuvent se changer et que le corps s’adapte rapidement. J’ai apprécié la partie sur la nourriture, car cela m’a permis de repérer certaines choses qui pourraient varier mon alimentation, sans pour autant me ruiner et en conservant de la saveur (exemple, tous les mélanges à base de céréales).

Le médecin cloue au pilori la malbouffe et pousse à l’exercice physique (pour ceux qui n’en feraient pas). Il précise aussi qu’il ne faut pas se priver, mais trouver un juste milieu. Ce qui est intéressant dans cet ouvrage, ce sont les explications sur le rôle de certains aliments sur notre santé, de même que les conséquences de l’exercice physique. Tout cela est clair et précis.

Toutes ses idées sont bonnes à prendre, mais pas forcément faciles à mettre en œuvre (essayez de nettoyer votre réfrigérateur tous les quinze jours). Ce livre est un véritable pense-bête.
Une bonne piqûre de rappel qui devrait nous pousser à prendre soin de notre corps.

Titre: Vivez mieux et plus longtemps
Auteur: Michel Cymes
Éditeur: Stock
Nombre de pages: 288
ISBN: 978-2-2340-8092-8
Date de publication: 10 février 2016

Acheter « Vivez mieux et plus longtemps » sur Amazon

mercredi 17 février 2016

Bellevue, de Claire Berest

Bellevue

L'histoire :
Alma, trente ans, se réveille à l'hôpital psychiatrique Bellevue. Petit à petit, elle essaie de comprendre ce qu'elle fait là.

Mon avis :
Ce petit roman est présenté comme une sorte de journal personnel. Il y a un mélange de chapitres concernant Alma à l'hôpital psychiatrique et d'autres qui racontent de manière chronologique comment elle en est arrivée là. L'auteur aborde le cap de la trentaine comme étant un passage difficile.

Cela m'a laissé perplexe, mais je me suis plongé dans la lecture. Dès le début, Alma ne semble pas supporter d'avoir trente ans. Elle raconte de manière crue ses ébats, ainsi que ses considérations quant au sexe en général. Elle boit énormément, alors qu'avant, elle délaissait l'alcool. Il est d'ailleurs étonnant qu'elle tienne si bien, malgré les quantités qu'elle ingurgite. On a l'impression que son anniversaire a créé une fracture en elle. Mais il n'y a aucune explications à cela. Elle déclare ne plus supporter son petit ami, comme si avant sa date anniversaire, cela ne posait pas de problème.
La plupart des phrases d'Alma sont très longues. Il y a beaucoup de virgules, de points-virgules, et très peu de points. Cela complique la lecture (essayez de le faire à voix haute). Cela donne aussi une impression de fuite en avant, de chute sans fin.
Plus le roman avance, plus Alma avance dans ses crises de panique et délires de toutes sortes. Je n'ai pas réussi à éprouver de l'empathie pour elle.

Cette lecture a été une déception. Entre le début et la fin du roman, je n'ai pas eu l'impression d'avoir de réponses à mes questions. Comment Alma en est-elle arrivée là ? Comment peut-on basculer du jour au lendemain dans un tel état psychologique ? Cela me semble peu crédible. Il doit y avoir des éléments et événements précurseurs, et il aurait été intéressant que l'auteur s'attarde dessus. J'ai lu une chronique[1] dont l'auteur pensait qu'il était utile d'avoir quelques connaissances en psychiatrie pour bien saisir la portée de ce roman. Si c'est vrai, c'est dommage, car dans ce cas, je suis passé à côté. Quant à ma femme pour qui je l'ai enregistré, elle n'a pas réussi à le terminer.

Service presse numérique des éditions Stock par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Bellevue
Auteur: Claire Berest
Éditeur: Stock
Nombre de pages: 198
ISBN: 978-2-2340-7975-5
Date de publication: 27 janvier 2016

Acheter « Bellevue » sur Amazon

mardi 2 février 2016

Appelez-moi Lorca Horowitz, de Anne Plantagenet

Appelez-moi Lorca Horowitz

L'histoire :
Lorca Horowitz, une femme au physique peu avantageux, se fait engager comme secrétaire dans un gros cabinet d'architecte en Andalousie. Petit à petit, elle va prendre l'ascendant sur son entourage et phagocyter le couple Perales, propriétaire de l'entreprise.

Mon avis :
Anne Plantagenet s'appuie sur un fait divers qui a débuté dans les années 80 en Angleterre, et qui s'est terminé en 2013 par la condamnation de la secrétaire à quatre ans de prison[1]. L'auteur transpose son récit en Espagne afin d'obtenir un effet miroir assez convaincant avec la position de la narratrice du roman.

Anne Plantagenet alterne les chapitres de l'auteur qui explique le cheminement de sa pensée lors de la rédaction de l'histoire et ceux où elle devient Lorca Horowitz qui raconte son parcours et sa vision des choses.
Le lecteur suit donc deux histoires parallèles entre lesquelles la romancière essaie de tisser des liens afin de renforcer le côté réel de ce qu'elle raconte. En trame de fond, se retrouvent, dans les deux histoires, les déceptions amoureuses et les conséquences qu'elles peuvent avoir.

Le portrait de Lorca Horowitz révèle un côté obsessionnel. Cette femme a soigneusement copié et oppressé sa patronne, en véritable psychopathe et mythomane. On voit l'évolution de cette petite secrétaire boulotte et effacée qui prend peu à peu une autre dimension. Cela en devient même effrayant, et pourtant, avec toutes les justifications de la romancière et de Lorca elle-même, le lecteur ressent de l'empathie. D'ailleurs, plus Lorca avance dans la perversité, plus on veut en savoir (On peut donc comprendre pourquoi les émissions où des quidams étalent leurs soucis ont tant de succès).

J'ai relevé deux défauts dans cette lecture. D'abord, l'alternance des chapitres stoppe le récit dans son élan. C'est dommage, car j'ai eu le sentiment que la romancière essayait de justifier ses choix en expliquant qu'elle pensait comprendre parfaitement Lorca Horowitz, contrairement aux enquêteurs qui ont travaillé sur le sujet. Ensuite, à certains moments, en début de chapitres, j'ai eu du mal à savoir quel personnage parlait, ce qui est assez déroutant.

Néanmoins, la lecture est fluide, le style agréable. Les chapitres sont courts, permettant un rythme soutenu malgré le changement de narratrice.

Service presse numérique des éditions Stock.

Titre: Appelez-moi Lorca Horowitz
Auteur: Anne Plantagenet
Éditeur: Stock
Nombre de pages: 216
ISBN: 978-2-2340-7621-1
Date de publication: 1 janvier 2016

Acheter « Appelez-moi Lorca Horowitz » sur Amazon

jeudi 5 juin 2014

L'enfant du parc, de Philippe Routier

L'enfant du parc

L'histoire :
Renan Jackowiak, pour se venger de sa femme, enlève Thomas (son fils de six ans), et finit par l'abandonner dans un parc, où une femme, Juliette, le trouve...

Mon avis :
La quatrième de couverture est bien faite et on sera même sans doute surpris par la tournure que prend le roman. Thomas a six ans et se retrouve seul dans un parc public. J'ai trouvé le personnage de Renan écœurant, immature. Il est, à mes yeux, totalement égoïste. Juliette a trente-sept ans, elle souhaite avoir un enfant. Lorsqu'elle découvre Thomas, elle a un comportement ambivalent : au départ, elle veut emmener le garçonnet au commissariat, puis elle décide de le garder avec elle, pour des raisons qu'elle déclare être « profondément humaines ». Les choix de Juliette vont entraîner des modifications dans la vie des personnes l'entourant, mais aussi dans celle de l'enfant. Les rapports qu'elle entretient avec son entourage vont changer.

Ce livre n'est pas trop long, se lit facilement et tient le lecteur en haleine. L'auteur présente les personnages avec justesse, sans être manichéen. Il y a du suspense, des rebondissements, mais il s'agit essentiellement d'un roman psychologique. L'auteur aborde avec finesse les rapports humains. Avec les drames survenus dans sa vie, Thomas va devoir se construire. À travers les événements, on voit son évolution, les rapports avec sa famille.

Juliette, de son côté, va s'engager dans une voie délicate et l'engrenage va sembler inexorable. On a du mal à comprendre cette fuite en avant, mais le romancier va nous éclairer par petites touches sur cette situation. Les personnages qui gravitent autour de Juliette et Thomas vont aussi avoir leur rôle à jouer.

C'est un livre touchant, qui montre ce que des personnes peuvent faire pour l'amour d'un enfant.

À lire !

Éditeur: Stock
Nombre de pages: 221
ISBN: 978-2-234-07792-8

Acheter « L'enfant du parc » sur Amazon

mercredi 21 août 2013

La vie à côté, de Mariapia Veladiano

La vie à côté

L'histoire :
À sa naissance, Rebecca est extrêmement laide. À partir de là, sa vie va être celle d'une personne recluse, que l'on cache, pour son bien...

Mon avis :
Me voici de nouveau face à un petit livre (213 pages). Il s'agit d'un premier roman et je trouve qu'il est assez réussi. L'histoire nous est racontée par Rebecca, dans un style simple, sans fioritures.

La famille est rongée par les secrets et cela la détruit. Rebecca se retrouve plus ou moins livrée à elle-même depuis son plus jeune âge et n'a pas le droit de vivre comme les autres petites filles.
Elle se trouve ostracisée par l'essentiel de sa famille et par la société. Heureusement, il y aura, dans sa vie, quelques personnes qui l'épauleront. La différence est très difficile à vivre et encore plus difficile quand vos proches vous ignorent ou presque.

Le père de Rebecca est un médecin, il est rarement présent et s'occupe peu de sa fille, mais fait tout pour subvenir à ses besoins. Sa mère ne s'occupe pas d'elle et ne lui parle pas, ne la berce pas. Elle végète dans sa chambre à longueur de journée depuis la naissance de la fillette.
Sa tante Erminia est très présente dans sa vie et dans celle de sa famille.
Mais ce qui sera décisif dans la vie de notre héroïne, c'est sa rencontre avec la signora De Lellis, qui lui donnera un peu d'air.

Les demi-vérités, les non-dits, les prétextes sont bien présents dans cette famille et cela détruit tout sur son passage.
Les éléments nécessaires à la compréhension de l'histoire sont amenés petit à petit et l'auteur nous montre une famille immature, qui s'attache aux convenances, sans aller à l'essentiel et elle nous montre aussi les difficultés et les peurs que le handicap, quel qu'il soit, crée dans la société et où tout ce qui n'est pas dans la norme est un danger potentiel.
À travers ses écrits, Mariapia Veladiano nous démontre qu'il faut aller au-delà des apparences et pas seulement à cause de Rebecca et de son physique. Le handicap est la partie visible d'un iceberg, le plus difficile restant à venir.

À lire !

Ce livre m'a été offert par les éditions Stock.

Éditeur: Stock
Nombre de pages: 213
ISBN: 978-2-234-07178-0

Acheter « La vie à côté » sur Amazon

Page top