Aller à la recherche

Editeur : Mazarine

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 4 avril 2018

Qui je suis, de Mindy Mejia

Qui je suis

L'histoire :
À Pine Valley, le corps d’une jeune fille est retrouvé sauvagement mutilé. Le shérif Goodman pense qu’il s’agit de Hattie, disparue peu de temps auparavant. Il sait aussi que cela va déclencher une véritable onde de choc dans la petite ville.

Mon avis :
Il s'agit d'un roman à trois voix. C’est plutôt un roman policier qu'un thriller. Le récit est bien construit, et j’ai plongé dedans avec facilité. Le premier narrateur, Hattie, le personnage principal, a une personnalité attirante, mais quand le verni s’écaille, tout n’est pas forcément reluisant. Elle raconte sa dernière année passée dans sa campagne profonde, avant de partir pour son rêve : New York. Le deuxième narrateur est le shérif Goodman. Il nous fait part de son ressenti après le crime, et il nous donne le déroulement de l’enquête. Enfant du pays, il est bouleversé par ce qui est arrivé à la jeune fille. Le dernier narrateur est Peter Lund, professeur d’anglais au lycée de Pine Valley. Peter est dans cette ville perdue pour faire plaisir à sa femme qui est venue soutenir sa mère malade. Peter est dépaysé loin d’une grande ville, il se retrouve même désoeuvré.

Chaque chapitre concerne un narrateur qui nous fait découvrir un pan de l’histoire. C’est classique, mais bien mené, et l’auteur a réussi son intrigue. Les personnages sont travaillés. Hattie a un caractère complexe. Tout comme Peter, elle est torturée, mais pas pour les mêmes raisons. Elle cherche comment prendre sa place dans cette société, et elle n’a peut-être pas eu les bons réflexes jusqu'à maintenant.
Peter est un intellectuel. À Pine Valley, la culture, les spectacles, tout lui manque. De plus, sa femme est étrange. Depuis son retour dans sa ville natale, elle est distante, froide. Peter ne voit plus en elle la personne qu’il a épousée six ans plus tôt.
Malgré leur situation et leur comportement, les différents personnages ont déclenché de l’empathie en moi, sauf Mary, la femme de Peter. Elle ne pense qu’à sa mère. Son mari n’existe plus pour elle. Elle ne donne pas d’explication à son comportement, comme si elle souhaitait que la situation s’envenime.

La révélation finale est intéressante. C’était un de mes choix parmi tant d’autres, mais je ne l’avais pas placé en tête.

À lire !

Service presse numérique des éditions Mazarine par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Qui je suis
Auteur: Mindy Mejia
Éditeur: Mazarine
Nombre de pages: 400
ISBN: 978-2-8637-4359-1
Traduction: Jean Esch
Date de publication: 21 mars 2018

Acheter « Qui je suis » sur Amazon

vendredi 3 novembre 2017

Pas un mot, de Brad Parks

Pas un mot,

L’histoire :
Le juge Scott Sampson reçoit un SMS de sa femme Alison. Qu’il ne se dérange pas, c’est elle qui reprend les enfants à l’école. Le soir, elle rentre seule. Les parents, affolés, découvrent que leurs enfants, Emma et Sam, ont été enlevés.

Mon avis :
J’ai un avis très mitigé sur ce roman. Il s’agit d’un récit effectué par Scott. On entre tout de suite dans le vif du sujet. Mais lorsque les enfants sont enlevés, mon ressenti est étrange quant à la réaction des parents. J’ai trouvé que c’était plat, incongru. Cela m’a fait penser à quelque chose du style: « Ah ? Les enfants ont été enlevés ? On se fait un resto ? »
Ensuite, la réaction d’Alison vis-à-vis de la baby-sitter en sens inverse est complètement disproportionnée.

Il ne faut pas s’attendre à de grandes actions ou de très gros rebondissements. On suit surtout le juge Scott Sampson dans son travail, dont il nous fait découvrir, dans les grandes lignes, les coulisses et le mode de fonctionnement.
Certains passages concernent les ravisseurs. On comprend vite que ce ne sont que des exécutants, de véritables brutes, et on cherche le cerveau de l’affaire.

Les parents, et surtout Scott, se mettent à douter de tout le monde ou presque, car ils ne comprennent pas le but de l’enlèvement d’Emma et Sam. C’est le juge qui nous fait part de ses pensées, de ses réactions. Il nous raconte la vie de chacune des personnes qu’il analyse : ses employés, ses amis politiques, etc. On assiste quand même à une petite déchéance physique des parents au cours de l’histoire, mais j’ai trouvé que le récit n’avançait pas. L’auteur brouille les pistes (ou plutôt n’en donne pas vraiment) jusque vers la fin de l’ouvrage. Celle-ci est spectaculaire et larmoyante à souhait, mais j’ai trouvé que Scott, qui raconte, était complètement détaché, ce qui est gênant au vu des événements.

Une lecture que je ne recommande pas.

Service presse numérique des éditions Mazarine par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Pas un mot,
Auteur: Brad Parks
Éditeur: Mazarine
Nombre de pages: 508
ISBN: 978-2-8637-4450-5
Traduction: Samuel Todd
Date de publication: 11 octobre 2017

Acheter « Pas un mot, » sur Amazon

mardi 21 mars 2017

La fille d'avant, de JP Delaney

La fille d'avant

L'histoire :
Jane postule pour la location d’une superbe maison. Les conditions pour y vivre sont draconiennes, mais le prix mensuel dérisoire. Peu de temps après, elle découvre que l’ancienne locataire est morte dans d’étranges conditions.

Mon avis :
Il s'agit d'un roman psychologique. L'histoire se déroule à deux moments différents, qui alternent : quand Emma était locataire de la maison, et quand Jane le devient. On suit parallèlement les deux jeunes femmes dans leur vie à l'intérieur de cette étrange maison. On découvre les motivations d'Emma et de Jane, leur caractère, leurs doutes.
Ce sont deux personnages émotionnellement troublés par leur passé proche. Cela influe sur leur personnalité et la location de cette superbe maison doit leur permettre de prendre un nouveau départ.
Le personnage d’Edward est assez étrange : c’est quelqu’un de psychorigide, et on a l’impression qu’il a une idée derrière la tête. Ce que laisse transpirer l’auteur n’a rien de bien sympathique.
Simon, l’ancien petit ami d’Emma, ne se remet pas de la disparition de cette dernière. Il se dit que s’il avait été présent, cela ne se serait pas produit.

Ce qui fait froid dans le dos, au cours de la lecture, c'est la découverte du questionnaire qui prélude à la sélection du locataire, ainsi que toutes les règles afférentes à l'utilisation de la maison. À mon sens, c'est assez malsain.
Jane va être troublée par sa ressemblance avec Emma, et va effectuer des recherches afin de comprendre ce qui a pu aboutir à la mort de la jeune femme.

L'auteur rend bien l'ambiance du One Folgate Street, où tout est épuré, blanc et immaculé. Mais au-delà des apparences, une oppression latente est présente et cela s'intensifie petit à petit, jusqu'au final. Il y a plusieurs petits rebondissements qui maintiennent la tension.
Les chapitres sont courts et donnent du rythme à l'histoire. L'écriture est fluide. Ce roman est très agréable à lire.
Qui manipule qui ? Ce qui semble simple en apparence est beaucoup plus complexe.

À découvrir.

Service presse des éditions Mazarine par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: La fille d'avant
Auteur: J.P. Delaney
Éditeur: Mazarine
Nombre de pages: 432
Traduction: jean Esch
ISBN: 978-2-8637-4449-9
Date de publication: 8 mars 2017

Acheter « La fille d'avant » sur Amazon

mercredi 8 juin 2016

Ne mords pas la main qui te nourrit, de A.J. Rich

Ne mords pas la main qui te nourrit

L'histoire :
Morgan rentre chez elle et découvre le cadavre de son petit ami, Bennett, lacéré par ses chiens : un berger des Pyrénées et deux pitbulls. Dévastée par la situation, elle va alors découvrir que son fiancé n'était pas ce qu'il prétendait être.

Mon avis :
J'ai un avis très mitigé sur ce roman. L'intrigue est intéressante, et même si le schéma du scénario est convenu, j'ai été entraîné dans l'histoire. L'évolution est assez lente. Morgan nous fait découvrir sa vie et surtout son travail sur les prédateurs sexuels. Il y a une analyse assez fine des chiens dits « dangereux ». D'ailleurs, les chiens font partie intégrante de ce récit. Morgan est soutenue par son frère, par quelques amis, et par Billie, une jeune femme rencontrée dans un refuge pour chiens.

Or, ma lecture fut laborieuse. La jeune femme raconte l'histoire, mais elle semble beaucoup trop détachée des événements. Mon empathie pour elle a diminué au cours de ma lecture. Est-ce sa formation et sa thèse qui donnent cet effet ?
Elle semble complètement déboussolée. Pourtant, toutes ses actions sont réfléchies, analysées. Elle essaie de comprendre ce qu'elle n'a pas su repérer et ce qui a conduit à la mort de son petit ami Bennett. J'ai rapidement eu des doutes quant au responsable. Ceux-ci se sont par ailleurs confirmés ensuite, mais c'est assez bien amené.

En même temps, Morgan donne de nombreuses explications théoriques sur les sociopathes et leurs victimes. Tout cela est intéressant, mais je pense que j'aurais préféré une héroïne plus impulsive, avec plus de réactions. Elle ne se bat pas réellement pour aider ses chiens. Elle se laisse porter par l'action, puis passe à autre chose, comme si tout ce qui s'était déroulé auparavant avait peu d'importance.

Une lecture en demi-teinte.

Service presse numérique des éditions Mazarine par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Ne mords pas la main qui te nourrit (The Hand That Feeds You)
Auteur: A.J. Rich
Éditeur: Mazarine
Nombre de pages: 360
Traduction: Stéphane Carn
ISBN: 978-2-8637-4360-7
Date de publication: 11 mai 2016

Acheter « Ne mords pas la main qui te nourrit » sur Amazon

lundi 18 avril 2016

Comment papa est devenu danseuse étoile, de Gavin's Clemente-Ruiz

Comment papa est devenu danseuse étoile

L'histoire :
Lucien Minchielli est au chômage depuis plus d'un an. Il passe son temps sur le canapé à regarder la télévision. Un jour, à la grande surprise de sa famille, il change radicalement d'attitude.

Mon avis :
Il s'agit d'un premier roman. C'est Paul, l'adolescent de la famille qui raconte l'histoire. Le regard qu'il porte sur sa famille est assez juste. Comme le titre le laisse entendre, le récit est léger, agréable. Il y a de petites touches d'humour, ou plutôt quelques passages qui prêtent à sourire, mais je m'attendais à en trouver plus que ça (ce que suggérait la photo de couverture).

La famille Minchielli est dans la norme. Le père avait un travail stable avant le drame du chômage. Le couple fonctionnait à peu près bien, mais tout part petit à petit à la dérive. La mère (Sophie), ainsi que les enfants (Sarah et Paul) essaient de gérer au mieux la situation.
Sarah est l'adolescente type : écouteurs sans cesse sur les oreilles, elle pense à ses loisirs plus qu'à l'école. Paul est plus hors norme : studieux, il joue aux échecs et semble analyser rapidement les situations. Pourtant, il se pose beaucoup de questions.
La grand-mère, Maria, ancienne danseuse du Bolchoï, a essayé de transmettre sa passion à sa petite-fille. Elle est nostalgique et ressasse ses souvenirs.

Lucien a décidé de reprendre sa vie en main de manière assez particulière. Les différents personnages sont peu travaillés, mais ce n'est pas la priorité de l'histoire.
À travers ce roman, différents thèmes sont traités. Peut-on vivre son rêve d'enfant ? Comment être père ? Le récit s'appuie sur notre époque : les réseaux sociaux, la télé-réalité, les médias. La danse classique est mise en avant. Ce point d'accroche étant original (surtout que cela touche un père de famille de quarante-sept ans), le lecteur s'intéresse à l'histoire.

Malgré ma petite désillusion au début de ma lecture (je m'attendais à plus d'humour), j'ai passé un très bon moment avec la famille Minchielli. Un petit roman qui permet de bien se détendre.

À lire !

Service presse numérique des éditions Fayard/Mazarine par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Comment papa est devenu danseuse étoile
Auteur: Gavin's Clemente-Ruiz
Éditeur: Mazarine
Nombre de pages: 240
ISBN: 978-2-8637-4368-3
Date de publication: 30 mars 2016

Acheter « Comment papa est devenu danseuse étoile » sur Amazon
Page top