Aller à la recherche

Editeur : Le Masque

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 3 janvier 2018

Les messagers des vents t4 : le cinquième artefact, de Clélie Avit

Le cinquième artefact

L’histoire :
ce dernier tome est la suite directe du précédent. Le récit reprend là où on avait laissé les protagonistes : les trois prétendantes se font face. Le combat s’annonce fatal.

Mon avis :
Il manque un petit résumé des tomes précédents pour pouvoir se remettre rapidement dans l’ambiance. De plus, et c’est malheureux, la quatrième de couverture en révèle trop, il ne faut pas la lire. Une quatrième doit donner envie de lire le roman, pas divulguer des informations importantes! Dans ce tome qui clôture la série, l’auteur apporte les réponses à nos questions, et il y a enfin les révélations tant attendues. J’ai trouvé que le récit était assez complexe. De nombreux personnages interviennent. Il y a tellement de ramifications que parfois, il n’est pas évident de suivre les différentes intrigues. De multiples événements ont lieu, peut-être trop même, et il y a peu de temps morts.

Certains chapitres sont très prenants, avec beaucoup d’action. D’autres, un peu plus calmes, mais tout aussi intrigants. Par exemple, la relation Mesline / Eriana / Setrian prend un tour intéressant, mais l’auteur évacue la question en moins d’une page, ce que j’ai trouvé dommage. Par contre, certaines scènes de combats, surtout sur la fin, s’étirent en longueur. Il aurait peut-être fallu trouver un meilleur équilibre, mais lors de ma lecture, cela n’a pas été gênant.

Gabrielle prend de l’ampleur dans ce dernier tome, ce qui est une bonne chose. Du côté du Velpa, cela ressemble à l’anarchie, mais Eliah tire son épingle du jeu. Il semble avoir toujours un coup d’avance sur ses ennemis et même sur ses alliés. C’est un personnage froid et manipulateur.
Eriana et Setrian vont devoir aller chercher au plus profond de leur être pour apporter des solutions, et encore, cela ne sera pas suffisant. Ils devront aller au-delà.
Une fois ouvert, j’ai eu du mal à refermer le roman. «Le cinquième artefact» tient toutes ses promesses.

À lire !

Service presse numérique des éditions du Masque par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Le cinquième artefact
Auteur: Clélie Avit
Éditeur: Le Masque
Nombre de pages: 464
ISBN:978-2-7024-4638-6
Date de publication: 8 novembre 2017

Acheter « Le cinquième artefact » sur Amazon

dimanche 22 janvier 2017

Les messagers des vents T3 : Gardiens des feux, de Clélie Avit

Gardiens des feux

L’histoire :
Après avoir survécu par miracle à la dernière attaque, Ériana et ses amis se séparent pour mener à bien leur mission.

Mon avis :
Clélie Avit continue sur sa lancée avec ce troisième volume. La sortie rapprochée des différents tomes est toujours une très bonne chose (tous les six ou sept mois). Il y a beaucoup plus d’action que dans le livre précédent, mais on fait aussi quelques découvertes sur l’intrigue. Comme on pouvait s’y attendre, cette fois, l'histoire tourne autour de la communauté des feux et de son mode de fonctionnement.

On retrouve les principaux protagonistes. Ils évoluent tous, et se complexifient. C’est le cas en particulier pour Ériana, qui prend un peu plus d’ampleur. Le récit alterne: ce qui arrive à Gabrielle, à Ériana, et à Setrian. Ce dernier se trouve dans une posture assez délicate, puisque précédemment, il a été fait prisonnier, et que pour une étrange raison, il n’a pas été mis à mort. Il va essayer de tirer son épingle du jeu.

Gabrielle, de son côté, devra prendre de délicates décisions avec les risques que cela engendre. Le personnage de Friyah prend plus de place. J’ai bien aimé cela. Du côté du Velpa, on continue de découvrir les dissensions qui règnent, mais aussi leur forte implantation et la méfiance omniprésente parmi ses membres.

Certains événements sont attendus et convenus, comme dans les tomes précédents, mais l’auteur sait aussi nous surprendre. Qu’arrivera-t-il aux trois prétendantes que sont Mesline, Gabrielle et Ériana ? Leur destin est intimement lié.

L’univers présenté est toujours aussi foisonnant. C'est une force de cette série. Je suis un peu déçu que ce tome s'achève sur une scène cruciale: je dois désormais patienter jusqu’à la sortie du volume 4.

Le roman est toujours agréable à lire. Le récit est rythmé et l’écriture fluide. On voit que Clélie Avit continue de travailler son ouvrage. Et petit plus, la couverture est de nouveau très réussie.

À lire !

Service presse des éditions Le Masque par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Gardiens des feux
Auteur: Clélie Avit
Éditeur: Le Masque
Nombre de pages: 450
ISBN: 978-2-7024-4637-9
Date de publication: 11 janvier 2017

Acheter « Gardiens des feux » sur Amazon

vendredi 30 septembre 2016

Je suis Adèle Wolfe, de Ryan Graudin

Je suis Adèle Wolfe

L'histoire :
1956. Hitler domine le monde. Une grande course de moto est organisée chaque année. Le vainqueur a le privilège de rencontrer le Führer. Yael doit se faire passer pour Adèle Wolfe, qui a gagné le tour précédent, renouveler l'exploit, et tuer le dictateur.

Mon avis:
Il s'agit d'une uchronie qui part du principe que l'Allemagne nazie a gagné la seconde guerre mondiale, et règne sans partage sur une grande partie du monde. C'est le même thème de départ que dans «Fatherland», de Robert Harris, mais ici, c'est orienté young adult.

Il n'est pas simple de traiter un tel sujet, car il faut parvenir à rester crédible sur les faits. L'auteur y réussit parfaitement. Il y a eu un gros travail de documentation. Ryan Graudin y a ajouté un petit côté fantastique avec les métamorphoses possibles de Yael, mais ces dernières sont clairement expliquées (et cette explication fait froid dans le dos).

Le récit est rythmé. Jusqu'aux dernières pages, il y a des rebondissements. L'intrigue est centrée sur Yael. Il y a quelques retours en arrière pour expliquer comment elle en est arrivée là. Le monde décrit est assez oppressant. On comprend la terreur qui règne parmi les populations.

Yael est un personnage complexe et attachant. Il y a une réflexion sur ce qui fonde une identité. La capacité de la jeune fille à changer d'apparence la perturbe. La course de moto sert surtout d'environnement pour travailler les relations entre les différents protagonistes. La plupart des personnages secondaires ont aussi de multiples facettes, tout en nuances.

Il s'agit du premier tome d'un diptyque. Le deuxième volume est prévu à l'automne 2016 en version originale. Il existe aussi une nouvelle qui couvre l'année 1955 et les relations entre Adèle Wolfe et Luka Löwe.

À lire !

Service presse numérique des éditions Le Masque par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Je suis Adèle Wolfe (Wolf by Wolf)
Auteur: Ryan Graudin
Éditeur:Le Masque
Nombre de pages: 338
ISBN: 978-2-7024-4102-2
Date de publication: 7 septembre 2016

Acheter « Je suis Adèle Wolfe » sur Amazon

vendredi 24 juin 2016

Les messagers des vents, T2 : Sanctuaires, de Clélie Avit

Les messagers des vents, T2 : Sanctuaires

L'histoire :
L'équipe de l'Est, composée d'Ériana, Setrian et leurs amis quittent Lapùn, la cité des terres. Rapidement, les deux amis se retrouvent séparés du reste du groupe.

Mon avis :
J'attendais avec impatience ce tome 2[1]. Il faut déjà remarquer le bon choix de l'éditeur qui a décidé de sortir la suite huit mois après le tome 1. Ma découverte de cette série étant récente, je me suis rapidement replongé dans l'histoire. On retrouve Ériana et ses amis, là où nous les avons laissés et nous allons suivre leur quête avec avidité.

Il est souvent difficile de maintenir l'attention du lecteur lors de séries. Souvent, plus on avance dans les tomes, plus les ventes diminuent, car l'auteur n'arrive plus à captiver et à faire aussi bien que le tome précédent (il y a aussi le temps d'attente entre deux volumes).
Dans « Sanctuaires », Clélie Avit fait mieux que dans le tome 1. Le lecteur va suivre différents protagonistes : Ériana, Setrian, Hajul, Gabrielle, Friyah, etc. De petits groupes se sont créés. Nous allons naviguer de l'un à l'autre et suivre avec intérêt les différents événements qui se produisent.

Les histoires vont s'entremêler. Clélie Avit nous fait découvrir de nouveaux mondes et modes de fonctionnement. Cela apporte plus de profondeur au récit.

Au début du roman, l'auteur ne fait pas traîner certaines révélations, que le lecteur pressentait au cours du volume précédent. C'est une bonne chose. Il y a quelques passages convenus, car j'ai deviné, lors de ma lecture, ce qui allait se passer (exemple: lorsque Setrian fait la rencontre du prisonnier mage des vents). Mais il y a aussi des surprises.

Il y a un juste équilibre entre les scènes d'action et les autres événements, ou réflexions des protagonistes. J'avais peur que le côté « romance » prenne un peu plus le pas sur l'histoire, mais ce n'est absolument pas le cas. Ce roman est dense, mais je n'ai pas ressenti de longueurs lors de ma lecture.

À la fin, l'auteur fait certains choix, qui sont, à mon sens, justifiés car cela apporte plus de crédibilité à son histoire. De plus, le rebondissement final prépare le tome 3, dont l'éditeur nous fait découvrir quelques pages.

À lire ! Et vivement la suite !

Ce livre m'a été envoyé par les éditions du Masque.

Titre: Les messagers des vents, T2 : Sanctuaires
Auteur: Clélie Avit
Éditeur: Le Masque
Nombre de pages: 439
ISBN: 978-2-7024-4556-3
Date de publication: 8 juin 2016

Acheter « Sanctuaires » sur Amazon

samedi 2 avril 2016

The Young World, de Chris Weitz

The Young World

L'histoire : New-York, Manhattan. Suite à la propagation d'un virus, seuls les adolescents ont survécu. Livrés à eux-mêmes, ces jeunes essaient de maintenir un semblant de vie. Et surtout, essayent de trouver une solution à cette maladie.

Mon avis : Ce roman est une dystopie. Nous sommes dans un monde post-apocalyptique. Seuls des adolescents ont survécu. C'est classique. De nombreux clans se sont constitués et la loi du plus fort règne. Il n'y a plus de gouvernements, de sociétés. Deux voix alternent: celle de Jefferson et celle de Donna. Les deux personnages principaux utilisent des tons différents, ce qui est une force de ce livre. Par contre, j'ai eu un peu de mal à entrer dans le roman. Les protagonistes s'expriment de manière un peu plus « djeuns » avec parfois un langage cru et familier. Il m'a fallu un temps d'adaptation. Une fois ce moment passé, j'ai été absorbé par l'histoire.

Jefferson et Donna m'ont plu, mais sans plus. Sans doute parce qu'ils ne sont pas assez creusés. Je me suis déjà davantage attaché à des personnages (exemple Connor et Risa, dans «Les fragmentés[1]» de Neal Shusterman).
On découvre leurs sentiments, leurs envies, leurs doutes. Ils sont désabusés, n'ayant pas d'avenir, puisque la vie n'a plus rien à leur offrir. L'histoire de ce roman est celle d'une quête, une sorte de Road Movie. Il y a de l'action, des morts, des rebondissements, et parfois, c'est convenu. Le côté romance aurait pu ne pas exister. Il y a aussi quelques longueurs. La lecture nous livre des éléments permettant de comprendre, petit à petit, l'origine de l'Événement.

Les adolescents utilisent certaines références cinématographiques, des allusions aux réseaux sociaux ou autres outils de ce genre. Cela apporte une petite touche critique sur la société superficielle actuelle, mais aussi nous fait sourire. La fin apporte une nouvelle intrigue permettant sans doute de préparer le tome 2.

Ma lecture a été agréable, sans être exceptionnelle. Je suis quand même intéressé par la suite.

Titre: The Young World (The Young Wolrd)
Auteur: Chris Weitz
Éditeur: Le Masque
Nombre de pages: 350
ISBN: 978-2-7024-4011-7
Date de publication: 7 janvier 2015

Acheter « The Young World » sur Amazon

- page 1 de 5

Page top