Aller à la recherche

Editeur : Le Lombard

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 19 mai 2015

Les enfants de la résistance T1 : Premières actions, de Benoît Ers et Vincent Dugomier

Les enfants de la résistance T1 : Premières actions

L'histoire : juin 1940, dans un petit village français, deux enfants, François et Eusèbe subissent l'occupation allemande et décident, à leur niveau, de ne pas se laisser faire...

Mon avis : En ce mois de mai, sort une nouvelle bande dessinée historique sur la Seconde Guerre mondiale, axée sur la résistance, et plus précisément sur les enfants dans la résistance. François, treize ans, raconte ce qu'il a vécu et ressenti durant cette période. Ce premier tome couvre la période mai - octobre 1940 et apporte un regard différent sur les événements. Les deux enfants ne comprennent pas les réactions des adultes qui semblent totalement défaitistes et centrés sur eux-mêmes. Ils ne pensent pas aux conséquences de la situation. François et Eusèbe sauront vite qu'il est possible de faire quelque chose à leur niveau pour faire comprendre à la population que les Allemands représentent un danger. Or, à leur âge, leur avis ne compte pas. Au cours de ce premier volume, les deux amis vont aussi prendre conscience qu'ils prennent de gros risques.

Le scénario est rythmé grâce à quelques événements qui bousculent le quotidien de François. Le lecteur se retrouve immergé dans cette période à travers le regard de ces enfants, qui ne sont pas tendres dans leurs remarques. Les enfants entrevoient toujours une lueur d'espoir. Les auteurs ont créé un trio en adjoignant une fille un peu particulière aux deux garçons, pour bien montrer que la situation ne touche pas seulement les enfants français et que tout n'est pas blanc ou noir.

Le dessin est réaliste. Les visages sont ronds, ce qui donne une certaine bonhomie à l'ensemble malgré la situation dramatique. À la fin de ce tome, se trouvent quelques pages rappelant les sources d'inspiration des auteurs, avec des explications utiles à une meilleure compréhension de cette période de guerre.

Un premier tome agréable qui laisse entrevoir des choses intéressantes pour la suite.

Service presse numérique envoyé par les éditions Le Lombard.

Titre: Les enfants de la résistance T1 : Premières actions
Auteur: Vincent Dugomier
Dessinateur: Benoît Ers
Éditeur: Le Lombard
Nombre de pages: 56
ISBN: 978-2-8036-3558-0
Date de publication: 7 mai 2015

Acheter « Les enfants de la résistance T1 : Premières actions » sur Amazon

jeudi 26 février 2015

Golden Dogs, T4: Quatre, de Griffo et Desberg

Golden Dogs, T4: Quatre

Chronique du tome 1
Chronique du tome 2
Chronique du tome 3

L'histoire :
Les Golden Dogs, de nouveau réunis, décident de réaliser leur plus gros coup et de faire payer le juge Aaron.

Mon avis :
Voici le dernier tome de la série «Golden Dogs». Nous arrivons donc à la conclusion de l'histoire. Fanny raconte toujours les aventures du groupe, qui s'est reconstitué lors du troisième tome.
Dans cet album final, l'histoire est lente. Malgré quelques scènes d'action, c'est surtout le côté psychologique des personnages qui est travaillé. La suspicion est présente entre les différents membres du groupe et on sent une tension, une gêne dans leur façon d'être. Les auteurs nous font encore découvrir des informations sur leurs personnages, mais cela n'a plus le même charme.

Orwood semble avoir tout prévu et anticipé, mais ses choix sont étranges. Il paraît totalement détaché des événements. Lucrèce et Lario sont en retrait. Fanny semble beaucoup plus décidée et d'un autre côté, aigrie par la situation dans laquelle elle se trouve. On découvre le devenir des différents protagonistes. J'ai trouvé certaines situations un peu trop simplistes (exemple: la façon dont est évincé le juge Aaron).

L'histoire bascule un peu dans le mystique, ce qui est étrange, surtout parce qu'au départ, c'est un groupe de voleurs et d'assassins. Je trouve que la fin laisse à désirer. À la dernière page, j'ai voulu poursuivre ma lecture pour savoir ce qui suivait, mais rien... Ce qui renforce ce sentiment, c'est l'impression que les auteurs se sont ménagé une fin ouverte, afin de ne pas fermer totalement la porte de cette histoire, dommage. J'ai vraiment un sentiment de manque de profondeur du scénario. Est-ce dû au manque d'action et à l'éclairage psychologique des personnages ? Peut-être, mais cela laisse une impression d'inachevé.

Les dessins sont toujours aussi travaillés. Les auteurs se sont fait plaisir. On se délecte du réalisme des décors et des ambiances de Griffo. L'ensemble est toujours précis.

Une version numérique de cet ouvrage m'a été envoyée par les éditions Le Lombard.

Titre:Golden Dogs: Quatre
Auteur: Desberg
Dessinateur: Griffo
Éditeur: Le Lombard
Nombre de pages: 46
ISBN: 978-2-8036-3496-5
Date de publication: 23 janvier 2015

Acheter « Golden Dogs, T4: Quatre » sur Amazon

lundi 15 décembre 2014

Golden Dogs, T3: Le Juge Aaron, de Griffo et Desberg

Golden Dogs, T3: Le Juge Aaron

Chronique du tome 1
Chronique du tome 2

L'histoire :
Fanny retrouve Lario à Londres. Pour rejoindre leurs amis, ils vont devoir surveiller le juge Aaron, qui désormais, contrôle la ville.

Mon avis :
Après un volume deux assez lent, ce troisième opus a plus de rythme. L'histoire est sombre et on se demande toujours qui a trahi les Golden Dogs. Les auteurs entretiennent le mystère avec brio, et même si de nouvelles informations nous sont dévoilées, le cœur de l'intrigue reste impénétrable.

Ce volume, qui scelle les retrouvailles des Golden Dogs, se penche davantage sur le juge Aaron. Sa personnalité est approfondie, et comme on pouvait s'en douter, tout n'est pas rose chez cet homme austère. Du côté du groupe d'amis, des tensions et des doutes apparaissent. Il y a quelques révélations sur le passé de certains personnages qui donnent un nouvel éclairage à l'histoire. De même, l'action prédomine et les rebondissements s'enchaînent pour notre plaisir.

Une chose à remarquer : l'histoire est prenante, haletante, mais j'ai commencé à me détacher des personnages, à prendre de la distance. J'ai eu moins d'empathie. Fanny est étrange. C'est la narratrice. Or, on ne sait pas trop ce qu'elle pense réellement. De plus, il y a toujours une part de mystère autour d'Orwood.

Le dessin est du même niveau que celui des volumes précédents : réaliste et précis. L'atmosphère sombre et tendue se ressent à travers le coup de crayon et les couleurs. Il faut aussi remarquer que l'on passe de 56 pages pour les tomes 1 et 2 à 48 pour celui-ci.
Ce volume, qui se termine sur un cliffhanger très intéressant, rehausse mon intérêt qui avait un peu baissé avec l'orientation prise dans le tome précédent. Espérons que le dernier tome, qui sortira en janvier 2015, tiendra toutes ses promesses.

À découvrir !

Service presse numérique envoyé par les éditions Le lombard.

Éditeur: Le Lombard
Nombre de pages: 48
ISBN: 978-2-8036-3428-6

Acheter « Golden Dogs, T3: Le Juge Aaron » sur Amazon

jeudi 12 juin 2014

Golden Dogs, T2: Orwood, de Griffo et Desberg

Golden Dogs, T2: Orwood

L'histoire :
Les Golden Dogs organisent un nouveau coup, tourné cette fois-ci vers des trafiquants de drogue. Au moment de fêter leur réussite, ils sont obligés de se séparer et de fuir...

Mon avis :
Dans ce deuxième volume[1], c'est toujours Fanny la narratrice. Elle semble détachée, avoir une certaine distance par rapport aux événements qu'elle raconte. Une partie du volume creuse un peu plus le personnage d'Orwoord, comme le titre pouvait le laisser supposer. Le lecteur découvre certaines choses, mais cela semble léger. Orwood est tourmenté par son passé. Par moments, il a des réactions opposées à celles qu'il a lorsqu'il dirige les Golden Dogs.

Après un début où l'action prévaut, l'histoire se tourne davantage vers les sentiments et la personnalité d'Orwood et de Fanny. Lucrèce et Lario deviennent même rapidement secondaires. J'ai eu l'impression d'entrer dans un roman sentimental, où l'amour que ressent Fanny pour Orwood dirige ses choix de vie, surtout qu'elle ne sait pas si c'est réciproque. Fanny va tout faire pour survivre et respecter le serment qu'elle a fait : retrouver les trois autres au jour anniversaire de leur rencontre. Elle commence à penser qu'il y a un traître dans le groupe. Les paysages défilent, Londres, Paris, le Mexique, les années aussi. Or, l'intrigue ensuite n'avance pas. Avec le temps, la narratrice prend de plus en plus d'assurance et décide de sa vie. On comprend que les années passent, mais on ne sait pas ce que sont devenus les autres protagonistes. J'ai eu l'impression d'un album écrit pour nous faire patienter. C'est un peu dommage, même si j'ai bien aimé l'histoire.

Les décors sont toujours aussi beaux, aussi bien travaillés. Les auteurs se sont bien documentés pour représenter les lieux utilisés. Malgré le fait que l'on pourrait reprocher le manque d'action, et les avancées dans l'intrigue, le scénario est toujours rythmé et fluide: les rebondissements sont judicieusement placés.

Le tome 3 devrait apporter de nouveaux éclaircissements à l'histoire. Il est prévu pour septembre 2014, et s'intitulera « Le juge Aaron ». Tout un programme, car le titre ne correspond pas, au contraire des deux premiers, au nom d'un des membres des Golden Dogs.

Je suis curieux de voir ce que cela va donner.

Éditeur: Le Lombard
Nombre de pages: 56
ISBN: 978-2-8036-3427-9

Acheter « Golden Dogs, T2: Orwood » sur Amazon

jeudi 22 mai 2014

Résistances, Tome 4 Le prix du sang et des larmes, de Plumail et Derrien

Résistances, Tome 4 Le prix du sang et des larmes

L'histoire :
1944. Louis, qui assiste à l'hommage posthume consacré à André, replonge dans ses souvenirs, deux ans auparavant...

Mon avis :
Suite et fin des aventures mouvementées de Louis, Sonia et André. Ce qui se déroule dans ce dernier tome n'apporte aucune surprise. On retrouve un résumé des épisodes précédents au début du volume avec une question : « Mais que s’est-il passé entre décembre 1942 et août 1944 ? » C'est la réponse qui est bien sûr apportée dans ce volume.

À l'époque, arrangements, compromissions et traîtrise étaient de rigueur. Tout cela transparaît dans cette dernière partie de l'histoire, sans oublier les aller-retours entre passé, présent et futur des planches. Dans la même veine que le précédent, ce tome est tourné vers le comportement humain. On ne s'ennuie pas un instant. Les derniers mois de la guerre sont assez bien décrits, comme toujours. Les multiples actions de la résistance sont mises en avant. Les horreurs de la guerre transparaissent dans un camp comme dans l'autre. Personne ne peut dire ce qu'il aurait fait s'il avait été à la place de certains personnages. Après un temps d'hésitation, André, de retour en France, est de plus en plus téméraire dans les actions qu'il mène. Louis, lui, semble totalement désabusé, meurtri, suite aux tortures qu'on lui a infligées. Une lente descente aux enfers commence lorsqu'il découvre ce qui est arrivé à Sonia. Il se ressaisit pendant un moment, quand il apprend qui est à l'origine de l'arrestation de son amie.

Je pense que ce qui m'a le plus dérangé dans cette série, ce sont les regards. La façon dont Jean-Claude Plumail les réalise ne m'a pas satisfait. On se trouve sur un entre-deux, pas assez réaliste à mon goût, par rapport à l'ensemble, mais cela reste quand même un détail. Le titre, « le prix du sang et des larmes », repris du chant des Partisans, résume bien autant l'histoire de la Résistance que celle de nos trois personnages.

Éditeur: Le Lombard
Nombre de pages: 56
ISBN: 978-2-80363-293-0

Acheter « Résistances, Tome 4 Le prix du sang et des larmes » sur Amazon

- page 1 de 2

Page top