Le syndrome indigo

L'histoire :
Clemens Setz, jeune enseignant, arrive dans un institut où les personnes sont atteintes d'une maladie très particulière : le syndrome indigo. Ce syndrome crée des malaises et des nausées dans l'entourage. Suite à certaines pratiques étranges, Clemens Setz décide d'approfondir ses connaissances sur le devenir des élèves et le syndrome indigo.

Mon avis :
Ce livre est très troublant. Il est même incompréhensible. Lors de la lecture, on trouve la structure très étrange, mais on pense que l'histoire va avancer. Or, plus on avance, plus c'est incompréhensible. Il y a bien la trame d'une histoire, avec quelques points de liant, mais tout autour, c'est totalement décousu. Les personnages sont tous cinglés, cyniques, incompréhensibles. De nombreuses pistes sont ouvertes, mais il n'y aura pas de réponses.

Le personnage de Robert semble, à un moment, cohérent, puis ça part en vrille du style : «Robert avait la sensation d'avoir bu un sirop épais par les yeux.» . Clemens Setz (le personnage), semble lui aussi sacrément atteint. Il alterne entre des phases de lucidité et d'autres où ce qu'il dit, voit, ressent est totalement irréaliste. Toute la société semble atteinte par le syndrome, mais il n'y a aucune explication. Seule, sa femme, semble être capable de le contrôler et de le canaliser, toujours sans explications. On voit apparaître une trace de complot, puis cela n'aboutit à rien. Certaines scènes sont loufoques, d'autres, totalement incompréhensibles.

Je me suis même demandé ce que l'auteur avait pris comme substance pour avoir écrit comme cela... En tout cas, elle devait être forte! Lors de la lecture, on a l'impression qu'il va y avoir une éclaircie, que l'on va enfin comprendre, mais on déchante rapidement quand on devine que cela ne sera pas le cas. À la fin du roman, à part les effets du syndrome indigo, on n'en sait pas plus. La quatrième de couverture explique que l'auteur joue avec les psychoses contemporaines... Lesquelles ? Celles de côtoyer des gens malades ? Il y aurait aussi des traces d'épouvante, mais hormis des choses incompréhensibles et du glauque, je n'ai rien vu de tel.

Une belle déception, comme c'est le cas pour d'autres (j'ai un peu cherché sur le net pour voir si le problème de compréhension ne venait pas de moi), j'ai l'impression que l'auteur est un peu trop au-dessus (ou au-dessous, au choix) de nous...

Je ne conseille pas ce roman (ou en connaissance de cause).

Éditeur: Jacqueline Chambon
Nombre de pages: 459
ISBN: 978-2-330-03437-5

Acheter « Le syndrome indigo » sur Amazon