Aller à la recherche

mardi 17 mai 2016

Dent d'ours T3 : Werner, de Yann et Alan Henriet

Dent d'ours T3 : Werner

L'histoire :
25 avril 1945, Hanna Reitsch atterrit dans une rue de Berlin, assiégée par les armées soviétiques. Elle transporte un haut dignitaire nazi.

Mon avis :
Contrairement à ce que j'avais dit à la fin de ma chronique du tome 2[1], les auteurs ne concluent pas l'histoire avec ce tome 3. Ils ont décidé de poursuivre l'aventure avec un nouveau cycle. Il y aura des réponses, mais pas toutes. Cela m'a un peu déçu.

Ce troisième tome s'attache au personnage de Werner. Hannah, accompagnée de Werner / Max, s'entraîne pour une dernière mission secrète. L'album suit la même structure que les précédents. Il mélange toujours personnages et événements réels et fictifs. On y voit la fin du IIIe Reich et l'état de la ville de Berlin en ce mois d'avril 1945. Il y a quelques flashbacks qui font la lumière sur ce qui est arrivé à Max et Werner dans leur jeunesse. Il y a aussi quelques informations sur le triangle amoureux que formaient les trois enfants.

Le personnage d'Hannah m'est toujours antipathique. Elle reste ancrée sur ses positions. Werner est taciturne, en retrait. On ne sait pas trop ce qu'il pense.
Le récit est aussi rythmé qu'auparavant. L'aviation y tient encore une place importante, mais pas centrale. Pourtant, j'ai ressenti de la lassitude à la lecture de ce volume. À part un rebondissement important au cours de l'album, je n'ai pas eu l'impression d'avancer.

Le dessin reste classique. Le travail effectué sur les avions est très précis. L'ambiance sombre, tendue est bien rendue par les couleurs employées.

Titre: Dent d'ours T3 : Werner
Auteur: Yann
Dessinateur: Alain Henriet
Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 48
ISBN: 978-2-8001-6290-4
Date de publication: 7 mai 2015

mardi 2 juin 2015

Yoko Tsuno T5: Message pour l'éternité, de Roger Leloup

Message pour l'éternité

L'histoire :
Yoko survole la Bretagne en planeur. Après s'être éloignée de son trajet initial, elle doit atterrir près du Radôme de Pleumeur-Boudou. Par un concours de circonstances, elle accepte une mission étrange : servir de pilote dans une expédition mystérieuse. L'héroïne n'est pas au bout de ses surprises.

Mon avis:
Je préfère les albums de Yoko Tsuno[1] qui tournent autour de la science-fiction (voyages dans le temps, les vinéens). Ce n'est pas l'album qui me plaît le plus. Pourtant, je l'ai lu plusieurs fois lorsque j'étais jeune. Ce cinquième tome montre à nouveau les capacités d'adaptation de l'héroïne. Tournant autour du thème de l'espionnage, « Message pour l'éternité » présente une Yoko Tsuno agent secret qui va essayer de mener à bien sa mission, tout en déjouant les sabotages.

Complot, trahison, géopolitique sont au cœur de cette histoire, et pourtant, ce sont une nouvelle fois les avions et planeurs qui retiennent notre attention. Les dessins des appareils volants sont très précis. Il y a de nombreuses explications (parfois trop). On s'attache à lire les textes et à laisser les dessins au second plan, alors qu'il faudrait faire le contraire : les décors et engins volants sont très réussis. Au niveau des personnages, Pol et Vic tiennent une place très secondaire et on ne retrouve pas l'humour gaffeur de Pol.

La première partie de l'album est consacrée à la préparation de la mission, puis la seconde à la réalisation de celle-ci. Dès les premières pages, il y a de l'action, mais l'auteur sait ménager le suspense et retourner la situation lorsqu'il le faut. Il y a aussi un côté très humain dans cette histoire et pourtant, l'atmosphère qui se dégage de l'ensemble est plus sombre, surtout quand on réfléchi aux conséquences de l'accident survenu quarante ans plus tôt. J'ai trouvé qu'il y avait aussi une petite réflexion sur l'utilisation des animaux et leur domestication, avec une ambiance légèrement « planète des singes ». N'oublions pas le côté James Bond de cette histoire, accentué par une petite phrase de l'auteur (voir la dernière case de la page 19).

Titre: Yoko Tsuno T5: Message pour l'éternité
Auteur: Roger Leloup
Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 46
ISBN: 978-2-8001-0670-0
Date de publication: 1975

Acheter « Message pour l'éternité » sur Amazon

jeudi 10 juillet 2014

Dent d'ours T2 : Hanna, de Yann et Alain Henriet

Dent d'ours,T2: Hanna

L'histoire :
Max est parachuté au-dessus de la Pologne, pour accomplir sa mission : s'infiltrer dans les forces nazies afin d'éliminer Hanna Reitsch qui est devenue l'un des meilleurs instructeurs et pilotes de prototype du troisième Reich.

Mon avis :
Ce deuxième tome de «Dent d'ours[1] » est beaucoup plus sombre que le premier et il y a beaucoup plus d'action. Les auteurs entrent dans le vif du sujet : l'infiltration de Max dans l'entourage d'Hanna afin de pouvoir l'assassiner. Les planches sont magnifiques et le scénario met en avant certains projets secrets de l'aviation nazie, ce qui permet de découvrir des appareils surprenants pour l'époque. On comprend aussi que l'Allemagne est mal en point et qu'elle doit faire appel à des enfants pour son armée.

Il y a encore quelques flashbacks, dont un qui permet vraiment de comprendre l'origine de la dent d'ours que porte Max autour du cou, ainsi que par la même occasion, comprendre totalement le titre de la série. Ces flashbacks permettent de garder un certain rythme à l'histoire et de bien comprendre la situation de Max. Ils donnent de la profondeur aux personnages.
Hanna Reitsch[2] a réellement existé. Le personnage de la BD est assez froid, calculateur. On se demande comment une petite fille casse-cou a pu tourner comme cela. En même temps, sa froideur apparente fait peur.
Max veut remplir sa mission, mais on ne sent pas chez lui l'âme d'un guerrier prêt à tout. Il a, par moments, des réticences quant à certaines actions, cela le touche plus qu'il ne veut le montrer.
On peut regretter que Werner soit totalement absent de cet opus.

Le dessin d'Alain Henriet est classique et précis. C'est un véritable régal. Le scénario de ce tome est classique, sans grandes surprises, si ce n'est la dernière planche qui prépare le dernier volume de la série.

Vivement la suite !

Ce livre m'a été envoyé par les éditions Dupuis dans le cadre de l'opération Masse Critique organisée par Babelio.

Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 48
ISBN: 978-2-8001-6007-8

Acheter « Dent d'ours, T2: Hanna » sur Amazon

mardi 8 juillet 2014

Dent d'ours T1 : Max, de Yann et Alain Henriet

Dent d'ours T1: Max

L'histoire :
1944, Max est pilote d'avion à bord d'un porte-avion dans le Pacifique. À la suite d'une mission périlleuse, il replonge dans son enfance en Silésie dans les années 1930...

Mon avis :
Cette bande dessinée m'a intéressé dès que j'ai vu la couverture, et à l'occasion de la réception du tome 2, dans le cadre de l'opération Masse critique de Babelio, j'ai décidé de lire le tome 1.

Le récit est intéressant. Il se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, cette période étant propice à de nombreuses histoires en BD. L'aviation sert de décor à la trame narrative. Le lecteur va suivre la vie de Max Kurtzman, pilote de l'US Air Force, avec de nombreux flashbacks sur son enfance en Silésie dans les années 1930 avec ses deux amis, Werner et Hannah.

L'intrigue ressemble, a priori, à un triangle amoureux, mais pour ajouter du piment, Max est aux États-Unis et Werner et Hannah dans l'Allemagne Nazie. La ressemblance de Max avec son ami d'enfance Werner va lui attirer des ennuis.

Ce premier volume présente les personnages, les lieux, mais aussi les conditions qui ont abouti à cette situation. Les retours réguliers sur l'enfance de Max font bien comprendre ce qu'il s'est passé: beaucoup d'enfants, avant 1938 (à partir de cette date, c'est devenu une obligation), s'engageaient dans les Jeunesses hitlériennes afin de pouvoir participer à des activités qui leur plaisaient, par exemple piloter des planeurs. De par les événements, les relations entre les trois amis se sont légèrement distendues.

L'intrigue se met en place, et il faut attendre la dernière page pour savoir vers quelle direction va s'orienter le tome 2. Le scénario est vraiment bien structuré à ce niveau-là.

Les scènes de combats aériens sont denses, c'est fluide et rythmé. Les rebondissements sont bien amenés. Les auteurs vont à l'essentiel. Cela donne un album plaisant à lire. De plus, ils se sont attachés à cadrer le plus possible avec la réalité historique, que ce soit au niveau des faits en Silésie dans les années 1930 qu'au niveau des avions de combat. Il y a eu un gros travail de recherche et cela se voit dans le résultat.

À la fin du tome 1, il y a quelques pages d'explications sur la genèse de cette série. Pour le choix du titre, le lecteur le découvrira au cours de sa lecture...

Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 56
ISBN: 978-280-015-722-1

Acheter « Dent d'ours T1: Max » sur Amazon

mercredi 23 avril 2014

Yoko Tsuno, Tome 4 : aventures électroniques, de Roger Leloup

Yoko Tsuno, Tome 4 : aventures électroniques

L'histoire :
Dans ce quatrième volume de la série, nous retrouvons Yoko Tsuno qui laisse libre cours à ses talents, à travers plusieurs petites aventures...

Mon avis :
Il s'agit d'un recueil de six petites histoires, ayant pour personnage principal Yoko Tsuno. Elles ont été publiées dans le Journal de Spirou entre 1970 et 1971, puis regroupées dans cet album. On découvre donc Yoko avant la série.
Ces histoires sont très inégales. Il y a beaucoup de haute technologie, et l'ensemble se lit sans problème, mais certaines (comme « L'ange de Noël ») me laissent dubitatif quant à leur raison d'être (c'était déjà le cas lorsque je l'avais lu étant plus jeune, il y a environ trente ans).

C'est le côté téméraire, impulsif, de Yoko et tous les éléments de science-fiction qui sont mis en avant, comme dans « La Belle et la Bête » ou « l'araignée qui volait ». Ce sont des éléments clés que nous retrouvons dans la série. Mais là, l'ensemble est bien fade. Le tout est trop simple, car les histoires n'ont pas été développées à cause du format choisi. Il aurait peut-être été intéressant d'en reprendre complètement une ou deux et d'en faire un véritable album, plutôt que cette simple juxtaposition d'histoires courtes.

Certains personnages récurrents dans ces petites histoires, comme le commissaire de police, disparaissent de la série, alors que l'on voit Pol seulement dans une histoire. Sans parler de certaines invraisemblances... Exemple: « Cap 351 » où l'auteur a voulu mettre son héroïne en avant. Malgré un graphisme qui donne déjà une idée précise de ce que sera la série, cet album est très décevant.

Éditeur: Dupuis
Nombre de pages: 48
ISBN: 978-2-8001-0669-4

Acheter « Yoko Tsuno, Tome 4 : aventures électroniques » sur Amazon

- page 1 de 2

Page top