Aller à la recherche

Dessinateur : Pion Patrick

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 22 avril 2019

La planète aux cauchemars, de Mathieu Sapin et Patrick Pion

La planète aux cauchemars

L’histoire :
À Newbury Port, gare centrale des navettes spatiales, une jeune femme souhaite aller à Arkham Beta, une planète voisine sur laquelle vit une partie de sa famille. Afin de réaliser des économies, elle décide de prendre un vaisseau qui fait escale à Innsmüt, une planète que tout le monde évite.

Mon avis :
C’est la couverture qui m’a attiré dans cet album. Il s’agit d’une adaptation libre d’une nouvelle de H.P. Lovecraft « Le Cauchemar d’Innsmouth ». Je n’ai pas ressenti la même angoisse que lors de ma lecture de « les rêves dans la maison de la sorcière », adaptation des mêmes auteurs. Mathieu Sapin transpose l’histoire dans l’espace, et le héros devient ici une héroïne. De plus, ce n’est pas l’héroïne qui raconte, mais un narrateur omniscient. Il y a d’autres changements dont je parlerai un peu plus loin.

L’histoire est intéressante. L’idée de départ est bonne, et l’ensemble est bien amené. L’ambiance devient étrange et oppressante. La découverte de la planète apporte son lot de questions sur les habitants. Notre héroïne visite, fouille, interroge, et est de plus en plus perplexe. Heureusement, la rencontre avec le vieux Zadok Allen devrait apporter des réponses. Malheureusement, dans la bande dessinée, ce passage est beaucoup trop court et pas assez explicite. La tension ne monte pas assez. La suite s’accélère et devient haletante jusqu’à la fin. Par contre, par rapport à la nouvelle, j’ai trouvé la fin un peu trop abrupte. Je pense qu’il aurait été intéressant de développer un peu plus l’intrigue à ce niveau, ce qui aurait permis de faire monter un peu plus l’angoisse.

Les images retranscrivent bien un monde de science-fiction, de désolation, inhospitalier, qui accueille pourtant des êtres vivants. Les traits des personnages sont faits de manière à ce que rien ne soit attrayant, afin de provoquer une gêne. Comme d’autres lecteurs, j’ai trouvé certaines planches magnifiques: ce sont celles du cauchemar (pages 42 à 45). J’ai bien aimé aussi la planche page 33 avec l’ordre du Dagon.

Une histoire qui, à mon sens, aurait mérité de nombreuses pages supplémentaires.

Titre: La planète aux cauchemars
Auteur: Mathieu Sapin
Dessinateur: Patrcik Pion
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 60
ISBN: 978-2-36981-496-2
Date de publication: 13 mars 2019

Acheter « La planète aux cauchemars » sur Amazon

jeudi 16 juin 2016

Les rêves dans la maison de la sorcière, HP Lovecraft, Mathieu Sapin, Patrick Pion

Les rêves dans la maison de la sorcière

L'histoire :
Walter Gilman est un étudiant en mathématiques qui a fait le choix de vivre dans une chambre sous les combles d'une maison qui a autrefois abrité une sorcière. Au bout de quelque temps, d'étranges rêves assaillent le jeune homme.

Mon avis :
Les éditions Rue de Sèvres proposent une nouvelle fois l'adaptation d'un texte classique en bande-dessinée. Mathieu Sapin et Patrick Pion se frottent à l'univers de H.P. Lovecraft avec une nouvelle d'horreur fantastique.

Cette adaptation est assez libre. Walter se livre à un long monologue en voix off, alors que dans la nouvelle, il s'agit d'un narrateur omniscient. De plus, les auteurs ont inséré des dialogues, ainsi que le personnage de Meredith qui n'existent pas dans l'oeuvre originale. Sans oublier la fin de la nouvelle qui a été modifiée. C'est dommage car il y avait la possibilité de plonger dans une véritable horreur.

Walter explique les raisons qui l'ont poussé à faire des recherches sur Keziah Mason. Analyses mathématiques et sorcellerie sont donc au menu. La tension va monter petit à petit.
Transposé à notre époque, le récit prend une teneur différente (téléphone portable, ordinateur). J'ai ressenti un petit côté désuet, moins de charme que si le récit s'était déroulé au début du vingtième siècle.
Plus on avance dans l'histoire, plus la paranoïa du personnage principal s'accentue. Or, j'ai eu du mal à ressentir l'angoisse qui émane des images. Il y a beaucoup de texte, et à mon avis, cela atténue l'effet des dessins. Une adaptation nécessite des choix et je me demande s'il n'aurait pas fallu augmenter le nombre de pages et être plus proche de l'original pour obtenir un effet plus angoissant.

Je n'ai pas eu d'empathie pour Walter, qui ne fait rien pour changer sa situation et qui se laisse porter par les événements. On sent bien dès le départ que tout est inéluctable.

J'ai apprécié les planches qui ressemblent à des esquisses, en noir et blanc, qui racontent les cauchemars du personnage. J'ai trouvé que le dessin de Patrick Pion était bien adapté au récit. La paranoïa et la peur de Walter transparaissent nettement. Les images sont assez sombres. Le découpage des cases, sur certaines pages, ressemble aux angles bizarres que forment les murs de la chambre de l'étudiant. Je trouve aussi que la couverture est assez réussie : c'est une bonne idée de voir l'intérieur de la chambre depuis le trou dans le mur avec une queue qui dépasse.

À découvrir pour les dessins magnifiques, avec en parallèle la nouvelle originale.

Ce livre m'a été envoyé par les éditions Rue de Sèvres.

Titre: Les rêves dans la maison de la sorcière
Auteur: Mathieu Sapin / H.P.Lovecraft
Dessinateur: Patrick Pion
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 64
ISBN: 978-2-36981-216-6
Date de publication: 8 juin 2016

Acheter « Les rêves dans la maison de la sorcière » sur Amazon
Page top