Aller à la recherche

Auteur : Womersley Chris

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 6 mai 2016

La compagnie des artistes, de Chris Womersley

La compagnie des artistes

L'histoire :
Tom, dix-sept ans, quitte sa famille pour aller étudier à l'université de Melbourne. Il emménage à Cairo, une résidence, dont certains habitants sont quelque peu excentriques. Tom sera fasciné par certains d'entre eux.

Mon avis :
Tom, qui est devenu écrivain, raconte une période de sa vie (l'année 1986) alors qu'il cherchait à s'émanciper de sa famille. L'histoire est intéressante, mais je n'y ai pas trouvé le suspense psychologique annoncé sur la quatrième de couverture (d'ailleurs, comme souvent, cette dernière en raconte trop).

J'ai découvert Chris Womersley avec « Les affligés[1] », puis « La mauvaise pente[2] ». Je trouve que « La compagnie des artistes » est bien en dessous des deux précédents. L'auteur a toujours un style fluide, mais pour moi, ses personnages manquent de profondeur.
Tom est un jeune homme qui ne connaît rien de la vie et veut, en profitant de son arrivée à l'université, découvrir la belle et grande ville. Cela semble être un eldorado pour lui. En fin de compte, la seule chose qui l'intéresse vraiment, c'est d'être accepté par ses voisins (Max, Sally et James). Ces derniers déclarent être des artistes, mais vivent d'expédients plus ou moins honnêtes, font la fête et s'enivrent à longueur de journée.
Max fait preuve de grandiloquence et il est sûr de lui. Sally a un comportement ambivalent. Ils vont prendre Tom sous leur aile et transformer sa vie.

Le personnage principal est innocent, naïf. Plusieurs fois, je me suis dit qu'il agissait de manière idiote, simplement pour ne pas froisser ses nouveaux (et seuls) amis. Il les idolâtre. Cela va le pousser aux pires extrémités. Son récit est assez contemplatif, empreint d'une grande nostalgie.

On évolue un peu dans le monde de l'art à travers la peinture, et en particulier une toile de Picasso, « La Femme qui pleure ». Le roman s'appuie sur le vol de ce tableau en 1986 au musée national du Victoria à Melbourne.

L'évolution de l'histoire est prévisible. Je n'ai eu aucune surprise au cours de ma lecture, ce qui est dommage. Manipulation, vol, escroquerie et plus encore sont au sommaire de ce livre.

Ce livre m'a été envoyé par les éditions Albin Michel.

Titre: La compagnie des artistes (Cairo)
Auteur: Chris Womersley
Éditeur: Albin Michel
Nombre de pages: 365
Traduction: Valérie Malfoy
ISBN: 978-2-226-32589-1
Date de publication: 30 mars 2016

Acheter « La compagnie des artistes » sur Amazon

vendredi 2 mai 2014

La mauvaise pente, de Chris Womersley

La mauvaise pente

L'histoire :
Wild, un médecin qui fuit son procès, rencontre Lee, un jeune homme blessé par balle. Étant dans l'obligation de coopérer, ils quittent le motel où ils se trouvent pour un lieu plus sécurisé.

Mon avis :
Chris Womersley nous raconte l'histoire de deux hommes à la dérive suite aux choix qu'ils ont faits dans la vie. Lors de leur périple, d'abord distants, les deux hommes finissent par se rapprocher, puis se livrent à des confidences sur leur situation, leur vie. Le lecteur découvre leur parcours et ce qui les a poussés à en arriver là. Ils veulent reprendre en main leur vie, leur destin, mais ce n'est pas simple.
Wild, médecin généraliste, drogué à la morphine, a tout perdu : son travail, sa femme, sa fille, ses amis. Il explique cela de manière lucide. Il est parfois désespéré, et voudrait, comme son acolyte, repartir sur une base saine, mais l'addiction est toujours présente, de plus en plus forte.
Lee, un jeune homme, s'est enfui avec un peu d'argent appartenant à des truands pour lesquels il travaille. Au passage, il a pris une balle dans l'estomac. Il a déjà fait de la prison. Lui aussi semble avoir du mal à trouver sa place dans la société, et en même temps, il y a une sorte de naïveté dans ses choix, malgré des réactions déterminées et pleines de sang froid.

L'auteur nous fait découvrir les deux hommes, à travers un portrait savamment brossé. Lee et Child sont complexes, tout à la fois fragiles, perturbés, mais aussi réactifs, violents et lucides sur ce qu'ils font. Le romancier montre aussi que derrière ces deux hommes au lourd passé, il y a des familles désemparées, détruites.

Dans une telle situation, poursuit-on une chimère ? Une fois de mauvais choix faits, peut-on modifier son destin ? Peut-il y avoir rédemption ? Derrière ces questions que je me suis posées, Chris Womersley nous livre un récit implacable qui ne laissera pas insensible. L'ensemble est très fluide. Les chapitres s'enchaînent avec une grande facilité, et les rebondissements sont judicieusement placés.

Un très bon livre !

Ce livre m'a été envoyé par les éditions Albin Michel.

Éditeur: Albin Michel
Nombre de pages: 331
ISBN: 978-2-226-25811-3

Acheter « La mauvaise pente » sur Amazon
Page top