Le portrait de l'oubli

L'histoire :
Petra, jeune étudiante, tombe sur des documents étranges concernant son grand-père. Elle décide d'enquêter afin de connaître la vérité sur ce curieux passé.

Mon avis :
C'est un roman très agréable à lire qui permet de passer un bon moment de détente. L'histoire est classique. Le thème principal est l'amour et le rôle que joue le niveau social dans cette situation. Le roman alterne des chapitres se déroulant en 1910, racontés au passé et d'autres en 1988, racontés au présent à la première personne par Petra Stevenson. Cette dernière raconte son enquête. En parallèle, le lecteur découvre la vie de Guillaume Du Frère, jeune provincial monté à Paris pour trouver du travail.

Les scènes de 1988 servent surtout de fil conducteur aux événements de 1910. La vie parisienne y est détaillée. De même pour le fonctionnement de la pâtisserie Clermont en ce début de siècle. Il découle de cette différence entre les chapitres des deux époques, un manque de profondeur du personnage contemporain de Petra. Elle n'est pas le coeur du roman, mais c'est dommage de ne pas avoir plus travaillé cette période.

Les personnages de Guillaume et Jeanne sont attachants, même si on peut trouver Guillaume un peu trop sûr de lui. Pourtant, on se laisse porter par le roman et on espère que cette situation délicate entre Guillaume et Jeanne trouvera une issue heureuse, mais rien n'est certain.

Argent, amour, trahison, pâtisserie (miam, les bons gâteaux qui sont confectionnés dans ce livre) sont les ingrédients principaux de cette jolie histoire.

Service presse reçu des éditions City par l'intermédiaire de l'agence de communication LP Conseils.

Titre: Le portrait de l'oubli (The confectionner's tale)
Auteur: Laura Madeleine
Éditeur: City
Nombre de pages: 315
Traduction: Benoît Domis
ISBN: 978-2-8246-0682-8
Date de publication: 12 novembre 2015

Acheter « Le portrait de l'oubli » sur Amazon