Aller à la recherche

Auteur : Lewis John

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 18 avril 2017

Wake up America t3, 1663-1665, de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell

Wake up America T3: 1963-1965

L’histoire :
1963-1965. John Lewis devra faire des choix, parfois contre son propre camp, afin de faire avancer ses convictions, et espérer, avec l’aide des autres organisations pro droits civiques, obtenir le droit de vote des noirs.

Mon avis :
Ce tome 3 fait 254 pages. C’est le plus gros de la trilogie[1][2]. Il couvre la période septembre 1963 – 6 août 1965 avec la ratification de la loi sur le droit de vote. Les pages sont toujours en noir et blanc et le résultat est superbe. La noirceur et la violence sont habilement rendues et on ne peut pas rester insensible à ces images, surtout lorsqu’on sait que c’est une histoire vraie. De plus, comme je l’ai déjà indiqué dans les chroniques précédentes de cette trilogie, il y a toujours des relents nauséabonds de ce type dans nos sociétés actuelles.

Le récit se complexifie car les événements sont de plus en plus nombreux et violents. La tension continue de monter. Une chose frappe lors de la lecture : c’est l’abondance du récit, des dialogues.
John Lewis raconte avec justesse les tenants et aboutissants de cette lutte pour les droits civiques, et en même temps, il ne cache pas les dissensions qui s’accentuent au sein même de son propre camp. Les attentats, les assassinats, la répression dont sont victimes les noirs sont racontés avec précision et détails et on découvre que la société américaine de l’époque se moquait royalement de ce qui pouvait se dérouler dans les états du sud, tant que leur petit quotidien n’était pas bouleversé.
Il y a tellement d’action qu’il faut faire attention à ne pas perdre le fil des événements.

Au cours de l’album, il y a toujours quelques pages concernant le jour de l’investiture de Barack Obama, qui tranchent avec le reste du récit beaucoup plus sombre.

Une trilogie à l’histoire très actuelle. D’ailleurs, c’est ce que confirme la dédicace au début de l’ouvrage : « Aux anciens enfants du mouvement et à ceux à venir ».
À lire, à relire et à faire découvrir.

Service presse des éditions Rue de Sèvres.

Titre: Wake Up América T3: 1963-1965
Auteurs: John Lewis, Andrew Aydin
Dessinateur: Nate Powell
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 254
Traduction: Matz
ISBN: 978-2-36981-045-2
Date de publication: 22 février 2017

Acheter « Wake up America T3 : 1963-1965 » sur Amazon

vendredi 10 juillet 2015

Wake up America T2 : 1960-1963 de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell

Wake up America T2: 1960-1963

L'histoire :
Au cours de la période 1960-1963, l'action des « voyageurs de la liberté » aura un fort retentissement. En même temps, John Lewis poursuivra son ascension au sein du mouvement en faveur des droits civiques.

Mon avis :
Voici la suite du combat pour les droits civiques. Car il s'agit bien d'un combat que l'auteur nous raconte. Ce deuxième tome couvre la période 1960-1963. On voit le mouvement pacifique se durcir face à une partie de l'Amérique réfractaire à cette évolution et à la frilosité d'une autre partie qui pense à son électorat et qui demande de « patienter ». Cette dernière chose étant un leitmotiv de nombreux hommes politiques, quel que soit le pays dans lequel on se trouve.

Le mépris des blancs (en général) est toujours présent. Quand la police n'intervient pas lorsque des groupuscules agressent les manifestants non violents, elle réprime elle-même de manière violente les manifestations, même lorsque des enfants sont présents. On comprend que la violence est quotidienne et que même si la situation a évolué depuis les années soixante, rien n'est réglé aux États-Unis vis-à-vis des noirs. Il n'y a qu'à voir le nombre de « bavures » de ces derniers temps.

John Lewis s'attarde un peu sur son mouvement, le SNCC. Il nous explique que plusieurs courants s'affrontent et que des divisions se créent quant à la conduite à tenir face aux répressions. Les décisions n'ont pas été prises facilement.

Les planches sont toujours en noir et blanc. Les contrastes sont toujours aussi saisissants. Quelques planches sur la prise de fonction de Barack Obama en 2009 s'intercalent au cours des pages pour bien montrer qu'il y a eu des changements. Cela accentue le contraste avec les événements de l'époque.

Cette BD est toujours pédagogique et devrait se trouver dans tous les centres de documentation des établissements scolaires.

À lire !

Ce livre m'a été envoyé par les éditions Rue de Sèvres.

Titre: Wake Up América T2: 1960-1963
Auteurs: John Lewis, Andrew Aydin
Dessinateur: Nate Powell
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 189
Traduction: Alex Nikolavitch
ISBN: 978-2-36981-038-4
Date de publication: 13 mai 2015

Acheter « Wake up America T2 : 1960-1963 » sur Amazon

mercredi 3 juin 2015

Wake up America T1 : 1940-1960 de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell

Wake up America T1: 1940-1960

L'histoire :
20 janvier 2009, jour de l'investiture du président Barrack Obama. John Lewis, député noir, se prépare pour assister à l'événement. L'arrivée de deux enfants à son bureau lui fait raconter les événements qui se sont déroulés cinquante ans plus tôt.

Mon avis :
Entièrement en noir et blanc, cette BD retrace le mouvement des droits civiques à travers la vision et la vie de John Lewis, député noir qui fut l'un des six grands leaders du mouvement pour les droits civiques.

Ce premier volume (sur trois) concerne la période 1940-1960. Cette histoire est autobiographique et mise en image par Nate Powell. John Lewis raconte sa jeunesse dans le sud des États-Unis et sa prise de conscience de la situation des noirs vis-à-vis des blancs.

Il raconte le mépris des blancs envers les noirs et on se rend compte que cela n'est pas seulement dû à des lois. Le racisme est omniprésent. John Lewis, qui est représentant parlementaire du cinquième district de l'État de Georgie, a été aidé pour le scénario par Andrew Aydin, qui a notamment été son attaché de presse. L’auteur a forcément un regard subjectif. J'ai trouvé que sa jeunesse était trop simple. Il fait l'impasse sur les éventuelles brimades des blancs qu'il a rencontrées durant son enfance. Il explique bien que la situation était difficile, mais on a l'impression que les plus grandes difficultés rencontrées, avant de militer pour les droits civiques, venaient de ses parents, même si ces derniers cherchaient à le protéger. Il a dû faire preuve d'une grande force de caractère et de persévérance pour mener à bien ses projets de vie.

Les principaux événements et personnes de la période concernant le mouvement des droits civiques sont présents : Martin Luther King, Rosa Parks, sit-ins, boycotts et non-violence. On voit aussi que le pays est coupé en deux et que c'est un choc salutaire pour John Lewis de voir des endroits où la ségrégation ne s'applique pas. L'auteur se focalise sur les événements fondateurs qui se sont déroulés à Nashville.

Les textes sont clairs, il n'y a aucune difficulté de compréhension, c'est très didactique. Le dessin en noir et blanc joue sur les contrastes et ajoute de l'intensité à certaines scènes (exemple page 93). C'est une histoire sur la tolérance que de nombreuses personnes devraient lire, même si on se rend compte que malgré le chemin parcouru, il reste beaucoup de choses à faire, et pas seulement aux États-Unis.

À lire !

Ce livre m'a été envoyé par les éditions Rue de Sèvres.

Titre: Wake Up América: 1940-1960
Auteurs: John Lewis, Andrew Aydin
Dessinateur: Nate Powell
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 128
Traduction: Basile Béguerie
ISBN: 978-2-36981.040.7
Date de publication: 8 janvier 2014

Acheter « Wake up America T1: 1940-1960 » sur Amazon
Page top