Aller à la recherche

Auteur : Lemaitre Pierre

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 28 mars 2016

Trois jours et une vie, de Pierre Lemaitre

Trois jours et une vie

L'histoire :
Un jour de 1999, Antoine, douze ans, assiste à la mort du chien de son voisin. Il ne le sait pas encore, mais cet événement va bouleverser sa vie.

Mon avis :
Ce roman est court. Trois jours pour bouleverser une vie, mais pas seulement une. L'événement est dramatique. Plus encore car Antoine a agi sous une brusque colère, et quand il se rend compte de ce qu'il a fait, son univers bascule. Ensuite, il n'arrête pas de ressasser les faits. Il vit dans la crainte que la vérité ne soit découverte et en même temps, il voudrait que cela arrive. Il imagine à de nombreuses reprises ce qui va se passer dès qu'on comprendra qu'il est un meurtrier. Ces scènes sont poignantes. Tout va lentement, et pourtant, je n'ai pas ressenti de longueurs lors de ma lecture.

L'auteur maîtrise totalement son récit. Il a réussi à rendre attendrissant un meurtrier. On s'attache rapidement au personnage d'Antoine. On comprend le comportement de cet enfant de douze ans suite au drame qu'il a déclenché. Le lecteur plonge dans les pensées du jeune garçon. On vit la situation de l'intérieur et l'incertitude qui ronge Antoine avec cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Pierre Lemaitre indique aussi ce que deviennent les autres protagonistes de cette histoire. La famille d'Antoine, celle du petit Rémi.

Il y a trois parties dans ce roman. La première (la plus longue) se déroule en 1999, au moment de la grande tempête qui a balayé le pays. La seconde se déroule en 2011, et rappelle que rien n'est jamais terminé. La dernière, constituée d'un seul chapitre, se déroule en 2015, et apporte un éclaircissement. Cette révélation lors des dernières pages peut paraître surprenante, mais elle est tout à fait plausible, et pose un autre regard sur les trois jours de 1999.

Le titre du roman est très bien choisi. La culpabilité rongera Antoine pendant les jours qui suivent le drame, mais aussi toute sa vie.

Ce livre est une véritable réussite.

À lire !

Ce livre m'a été envoyé par les éditions Albin Michel.

Titre: Trois jours et une vie
Auteur: Pierre Lemaitre
Éditeur: Albin Michel
Nombre de pages: 279
ISBN: 978-2-226-32573-0
Date de publication: 2 mars 2016

Acheter « Trois jours et une vie » sur Amazon

vendredi 16 octobre 2015

Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre et Christian De Metter

Au revoir là-haut

L'histoire :
Fin de la Grande Guerre, les soldats Maillard et Péricourt échappent de justesse à la mort, suite au traquenard tendu par le lieutenant Pradelle. Péricourt est grièvement blessé. Pendant que Pradelle continue son ascension vers la haute société, les deux soldats tentent tant bien que mal de survivre.

Mon avis :
Je n'ai pas lu le roman de Pierre Lemaitre. Je viens donc de découvrir l'adaptation BD du prix Goncourt 2013. Je ne peux pas faire de comparaison avec le roman, mais je peux dire que cette bande dessinée est assez réussie. Après la guerre, de nombreux hommes, de retour dans leur famille, sont laissés sur le bord du chemin par la société. Il ne faut pas oublier toutes ces « gueules cassées », pour qui la vie n'a plus eu de sens ou s'est arrêtée. Pierre Lemaitre et Christian De Metter nous montrent le quotidien des soldats Maillard et Péricourt, la difficulté, et même l'impossibilité, de se réinsérer dans la société après le traumatisme qu'ils ont vécu.

Le lecteur suit deux histoires en parallèle : celle de deux soldats désoeuvrés et celle du lieutenant Pradelle, un arriviste sans scrupules, prêt à tout pour faire fortune. Il y a un lien entre ces deux histoires : Pradelle est le bourreau qui a essayé de les faire taire, afin qu'on ne dénonce pas son ignominie. Malgré quelques touches plus légères, le ton est grave.

Le lecteur comprend l'attachement, et même le devoir qui retient Albert Maillard auprès d'Édouard Péricourt. Il y a un peu de vague à l'âme (et aussi de l'humour) dans la représentation de la mère d'Albert qui apparaît de manière fantomatique dans quelques cases quand son fils se rappelle ce qu'elle disait de lui.

À travers le trait du dessinateur, et quelques touches subtiles, on ressent parfaitement la malveillance de Pradelle. À ce propos, si j'ai bien compris en discutant avec ma femme qui a lu et chroniqué[1] le roman, la BD s'attache plus aux arnaques de Maillard, Péricourt et Pradelle qu'aux difficultés de la vie quotidienne des soldats démobilisés. Le dessin de Christian De Metter est emprunt de sensibilité.

Édouard porte de nombreux masques afin de cacher sa mâchoire arrachée. Cela prête à sourire, même si on peut comprendre qu'il ne dissimule pas seulement son visage, mais le mal-être qu'il ressent vis-à-vis de sa difformité, mais aussi de la réaction de son père quand ce dernier a découvert que son fils était homosexuel.

Il y a quelques ellipses, mais il est difficile de retranscrire fidèlement 600 pages en seulement 168. L'auteur et le dessinateur ont dû faire des choix. Je trouve que c'est une réussite.

Ce livre m'a été envoyé par les éditions Rue de Sèvres par l'intermédiaire de l'agence de communication Gilles Paris.

Titre: Au revoir là-haut
Auteur: Pierre Lemaitre
Dessinateur: Christian De Metter
Éditeur: Rue de Sèvres
Nombre de pages: 168
ISBN: 978-2-36981-199-2
Date de publication: 7 octobre 2015

Acheter « Au revoir là-haut » sur Amazon
Page top