Délivrance

L'histoire :
Ce livre nous raconte l'évolution de quatre hommes qui sont partis en quête d'aventure dans un lieu sauvage afin de redonner un sens à leur vie. Cela va dépasser toutes leurs espérances et tourner au cauchemar.

Mon avis :
Ce livre est un régal!
Nous voici en compagnie de Lewis, Bobby, Drew, et Ed. Ce dernier nous raconte son périple, et petit à petit, nous nous immergeons dans l'histoire qu'il nous narre. Les quatre amis veulent se faire plaisir et tester un peu leurs limites en descendant une rivière en canoë, entre hommes, car leur vie de citadins les enferme dans une monotonie qui commence à les déranger.

Lewis est le meneur du groupe. Il veut être prêt à survivre à une destruction de la société et vivre en symbiose avec la nature. Au début, les autres suivent bon gré mal gré ses décisions.
Au cours de la descente qui commence sans trop de difficultés, nous allons voir ces personnages évoluer et se dévoiler jusqu'à découvrir des pans de leur personnalité méconnus et même connaître des sensations qu'ils ne pensaient jamais éprouver.

James Dickey entre dans les détails. Les descriptions des lieux sont très précises. On a l'impression, à travers Ed, qu'il vit la rivière en lui, qu'il en ressent le moindre soubresaut. Les états d'âme des personnages et leur remise en question sont aussi très présents. Le rythme du récit et de l'écriture est lent et cela imprime une certaine tension à l'histoire.

«Délivrance» nous livre un message, c'est une initiation, une renaissance. Il y aura bien un avant et un après à ce week-end en canoë. Les chapitres du livre montrent bien cela : Avant, 14 septembre, 15 septembre, 16 septembre, après. C'est un rite initiatique, à travers ce retour à la nature que ces hommes vont rencontrer. Après cela, leur vie ne sera jamais comme avant, c'est un traumatisme.

À côté des personnages, la rivière apparaît comme un être à part entière, quelque chose d'imprévisible, d'inéluctable, qu'on ne peut briser.

Les protagonistes se poseront de nombreuses questions, auront des doutes. À la fin, certains de ces doutes perdureront, renforçant l'impression de malaise les entourant.

Il y a le film culte de 1972, de John Boorman (où James Dickey joue lui-même le rôle du shérif vers la fin), mais après avoir lu le livre, on se rend compte qu'il n'a pas été assez approfondi : même en reprenant certaines scènes clés, il y a quand même des ellipses malvenues. De plus, l'intensité dramatique que l'on a à la lecture ne se retrouve pas dans la réalisation de John Boorman, ni à mon sens dans le personnage d'Ed, et c'est bien dommage.

Je ne saurais trop vous conseiller de lire ce roman, il ne vous laissera pas insensibles !

Ce livre m'a été offert par les éditions Gallmeister dans le cadre de l'opération Masse-critique, organisée par Babelio.

Éditeur: Gallmeister
Nombre de pages: 275
ISBN: 978-2-35178-066-4

Acheter « Délivrance » sur Amazon