Aller à la recherche

Auteur : Abbott Rachel

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 5 décembre 2017

La disparue de Noël, de Rachel Abbott

La disparue de Noël

L’histoire :
Lors d’une soirée d’hiver, une voiture a un terrible accident. La conductrice meurt. Sa petite fille Natasha, âgée de six ans, disparaît. Six ans plus tard, elle réapparaît dans la cuisine familiale. Son père, David, a refait sa vie avec Emma.

Mon avis :
C’est le deuxième roman de Rachel Abbott que je lis. Dans cette histoire, on trouve de nouveau l’inspecteur Tom Douglas (il s’agit même du quatrième tome le concernant d’après ce que j’ai lu). J’ai davantage apprécié ce roman que le précédent[1] . Si l’intrigue reste classique et certaines ficelles toujours aussi simples, j’ai rapidement été absorbé par l’histoire, même si au départ, j’ai trouvé quelques incongruités : une petite fille disparaît pendant six ans, elle réapparaît, dit qu’elle ne veut pas voir la police, et son père accepte. Même si par la suite, cette situation s’explique, c’est un peu étrange.

La mise en place est un peu lente, mais cela ne m’a pas dérangé. J’ai pris plaisir à retrouver l’inspecteur Tom Douglas, ainsi que quelques côtés de sa vie privée, avec l’intrigue concernant la mort de son frère Jack (que je ne trouvais pas assez développée dans « Une famille trop parfaite ».

Le retour de Natasha ne se fait pas sans douleur. Pendant un long moment, j’ai douté, échafaudé de nombreuses hypothèses. Derrière un caractère revêche, il y a pourtant une petite fille meurtrie.
Je n’ai pas trop apprécié David. Dès le début, il a un comportement étrange avec sa fille, ainsi qu’avec Emma. Cette dernière est une mère qui adore son fils (Ollie). Le retour de Natasha va faire apparaître des fissures dans son couple, qu’un événement en particulier va vraiment faire voler en éclat et conduire au bord de l’abîme.
Après le personnage de Tom, c’est celui d’Emma qui est, selon moi, le plus intéressant. On peut reprocher à l’auteur le côté stéréotypé de certains personnages, surtout dans le camp des méchants, mais au vu de l’histoire, cela reste acceptable. De plus, j’ai bien aimé l’un des éléments de la fin, même si j’aurais préféré autre chose.

Le style de l’auteur reste agréable. C’est fluide et bien construit.

À découvrir.

Service presse numérique des éditions Belfond par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: La disparue de Noël
Auteur: Rachel Abbott
Éditeur: Belfond
Nombre de pages: 460
ISBN:978-2-7144-7122-2
Traduction: Muriel Levet
Date de publication: 2 novembre 2017

Acheter « La disparue de Noël » sur Amazon

mercredi 30 novembre 2016

Une famille trop parfaite, de Rachel Abbott

Une famille trop parfaite

L’histoire :
Olivia appelle la police, complètement paniquée : son mari et ses enfants ont disparu. Quelques heures plus tard, son mari réapparaît. Deux ans après, c’est au tour d’Olivia de disparaître avec les enfants.

Mon avis :
La grande question de ce roman est : Pourquoi Olivia et ses enfants ont-ils disparu ? Sont-ils morts ? L’intrigue est classique et on devine rapidement la plupart des secrets de cette histoire. Somme toute, la lecture reste agréable. Les chapitres sont courts et maintiennent, dans l’ensemble, un léger suspense (loin de Lisa Gardner, contrairement à ce qui est annoncé sur la quatrième de couverture).

Olivia apparaît sans saveur. J’ai trouvé son personnage fade. Le côté très intéressant du roman est l’analyse du mode de fonctionnement du psychopathe narcissique qu’est Robert Brooke. C’est un passionné, et il va au bout de ses convictions (ce qui fait froid dans le dos).
Du côté des enquêteurs (Tom et Rebecca), l’auteur fait une légère incursion dans la vie privée de chacun. Elle en effleure juste la surface, car il ne s’agit pas de son principal propos. Pourtant, il aurait peut-être été intéressant de creuser un peu plus de ce côté-là (avec le risque de créer des longueurs) pour donner un peu plus d’épaisseur à son récit. C’est avec l’enquête que le lecteur avance dans l’intrigue. De cette manière, la romancière distille peu à peu les informations.
Malheureusement, quelques ficelles et explications, surtout sur la fin, sont un peu trop simples à mon goût. De plus, certains personnages secondaires, surtout chez les policiers, sont assez stéréotypés (exemple: le spécialiste informatique).

Un roman sympathique à lire, mais loin d’un grand thriller psychologique.

Service presse numérique des éditions Belfond par l'intermédiaire de Netgalley.

Titre: Une famille trop parfaite (Sleep Tight)
Auteur: Rachel Abbott
Éditeur: Belfond
Nombre de pages: 350
Traduction: Muriel Levet
ISBN: 978-2-7144-6033-2
Date de publication: 3 novembre 2016

Acheter « Une famille trop parfaite » sur Amazon
Page top