19mar.

Prix Clara 2016, Nouvelles d’ados

Prix Clara 2016

L’histoire :
Comme chaque année depuis 2007, le prix Clara regroupe les lauréats d’un concours pour les jeunes de 13 à 17 ans.

Mon avis :
Je ne m’intéresse pas trop aux nouvelles, mais je fais régulièrement une exception pour le prix Clara[1]. Cette année, c’est un tout petit recueil d’à peine plus de cent pages (contre plus de deux cent cinquante pour celui de 2007). Je sais très bien que ce n’est pas le nombre de pages qui fait la valeur d’un livre, mais c’est encore une fois la nouvelle la plus longue (« Terre-Happy ») qui m’a le plus intéressé.

Les six nouvelles qu’on trouve sont : « On n’entend que ce qu’on écoute » de Clara Albert, « Éclats de vie » de Zoé Baum, « Terre-Happy » de Ysaline Bortone-Bouver, «La fuite » de Estelle Desjardins, « J’aimerais mieux être un superbe météore » d’Irène Rodriguez et « Kol Nidre » de Solène Tuban.

Comme tout recueil de ce type, le résultat est inégal. Il faut aussi tenir compte des goûts personnels de chacun. Les sujets traités par les six jeunes filles (cette année, il n’y a pas de garçon) sont assez variés : la technologie, le racisme, les réfugiés, la vie, la musique, Le terrorisme, etc. On remarque que ces écrivains en herbe ont déjà un certain talent et une maîtrise de la langue plus que correcte.

La première nouvelle, « On n’entend que ce qu’on écoute », est l’histoire d’une maison qui parle de ses occupants et de son ressenti.
Ensuite, dans « Éclats de vie », nous sommes dans un récit polyphonique, où le narrateur change régulièrement jusqu’à la chute finale. J’ai eu quelques petits soucis lors de certains basculements de voix.
« Terre-Happy » est un récit de science-fiction, presque d’anticipation. Il s’agit de mon coup de coeur dans ce recueil. L’auteur réussi, avec brio, à emmener le lecteur là où elle le souhaite. J’ai apprécié la chute, car je ne l’attendais absolument pas.
Même si elle est bien écrite, je n’ai pas accroché à «La fuite ». Sans doute que je n’accroche pas au sujet des réfugiés. Les médias s’en donnent déjà à coeur joie et je n’ai pas besoin de lire un récit, même fictif, pour le garder à l’esprit.
Pour écrire « J’aimerais mieux être un superbe météore », l’auteur a effectué de nombreuses recherches sur Jack London. Cela se ressent parfaitement dans la nouvelle.
Dans la dernière nouvelle, la musique, à travers le violon, est mise en avant. Mais, aussi, le fait que la musique a pu avoir un rôle dans la survie de quelques personnes, au milieu du génocide de la seconde guerre mondiale. Si j’ai un reproche à faire à cette nouvelle, c’est qu’elle est un peu trop courte. Je pense qu’elle aurait gagné en épaisseur en étant un peu plus développée.

Ce recueil permet de passer un bon moment de détente. Et cerise sur le gâteau, les bénéfices vont à l’Association pour la recherche en cardiologie du fœtus à l’adulte (Arcfa[2] ) de l’hôpital Necker-Enfants malades.

Service presse des éditions Héloïse d'Ormesson par l'intermédiaire de lecteurs.com.

Titre: Prix Clara 2016, Nouvelles d'ados
Auteur: Collectif
Éditeur: Héloïse d'Ormesson
Nombre de pages: 115
ISBN: 978-2-35087-388-6
Date de publication: 3 novembre 2016

Acheter « Prix Clara 2016 » sur Amazon

Partage

14fév.

Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes.

Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes

L’histoire :
Un échantillon de récits parodiques rendant hommage à Sherlock Holmes, permettant de découvrir l’univers du détective privé.

Mon avis :
Voici un recueil de vingt nouvelles tournant autour de Sherlock Holmes, qui ont été publiées entre 1892 à 2012, édité aux éditions Baker Street. Il s’agit essentiellement de parodies ou de détournements du célèbre détective privé. Il y a de grands auteurs, comme Jack London, Jean Giraudoux, Maurice Leblanc, voire Conan Doyle lui-même qui parodient le personnage à la pipe. Le résultat est inégal, d’une nouvelle à l’autre, ce qui est classique pour un ouvrage de ce type. Les histoires sont dans l'ordre chronologique, avec, au début de chacune, une petite présentation de leur auteur, mais rien n’interdit de les lire dans l’ordre souhaité.

D’autres noms sont utilisés pour rendre hommage (ou le ridiculiser) à Sherlock Holmes, comme Sherlaw Kombs, Picklock Holes, Herlock Sholmes, etc. On trouve aussi la même chose pour Watson avec Whatsup, Spotson, etc. Je dois dire que j’ai bien aimé les premières nouvelles (donc les plus anciennes et plus contemporaines de Conan Doyle) et que j’ai bien moins accroché sur la fin. Le type d’humour utilisé n’a pas eu de prise sur ma femme, qui a trouvé cela légèrement désuet, mais j’ai, de mon côté et dans l’ensemble, apprécié ce recueil. J’ai aimé voir un Sherlock à côté de la plaque, paranoïaque ou en cheville avec les voleurs.

Une quinzaine d’illustrations en noir et blanc parsème ce recueil. J’ai notamment trouvé que celle de la page 202 était très réussie (et j’ai vu que je n’étais pas le seul de cet avis).

Un ouvrage qui permet de passer un bon moment de détente pour découvrir ou redécouvrir l’univers holmésien.

Les différents auteurs présents :
Alceste, Peter Ashman, Robert Barr, J. M. Barrie, Bibliothécaires du Royal Borough of Kensington & Chelsea, Arthur Conan Doyle, Frederic Dorr Steele, Jacques Fortier, Jean Giraudoux, Bret Harte, O. Henry, William B. Kahn, Frederic A. Kummer, Maurice Leblanc, R. C. Lehmann, Ely M. Liebow, Jack London, Bernard Oudin, René Reouven.

Titre: Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes
Auteur: Multiple
Éditeur: Baker Street
Nombre de pages: 286
ISBN: 978-2-917559-95-6
Date de publication: 19 janvier 2017

Acheter « Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes » sur Amazon

Partage

17oct.

La Dame de pique, d'Alexandre Pouchkine

La Dame de pique

L'histoire :
Lors d'une partie de cartes, un homme (Tomski) raconte que la comtesse Anna Fédotovna posséderait le pouvoir de savoir quelles cartes jouer pour gagner. Herman, qui est présent, voit dès lors son avenir sous un autre jour...

Mon avis :
Il s'agit d'un grand classique de la littérature. C'est une nouvelle fantastique. C'est un modèle du genre. Pouchkine dresse un portrait de la bonne société russe du dix-neuvième siècle.
Nous avons l'impression d'être dans une nouvelle classique, réaliste, puis nous basculons dans le fantastique après la disparition de la comtesse. La comtesse est une vieille femme, qui ne vit que dans ses souvenirs, et martyrise son entourage, dont sa pupille. Cette dernière ne semble pas très attachée à la comtesse, et vit difficilement la situation. Herman est quelqu'un de calculateur, sans scrupules. Pouchkine déroule son intrigue, et on suit son cheminement jusqu'à la chute. L'écriture est maîtrisée et fluide.
Tout au long de la nouvelle, en note, des termes sont expliqués, détaillés, exposant le contexte. C'est une très bonne chose. Cela aide vraiment à la compréhension de l'histoire.

À la suite de cette nouvelle, on trouvera un ensemble de dossiers, avec une étude de l'image, la vie littéraire russe, une étude de la Dame de pique, un groupement de textes thématique sur « Fantôme et fantasmes », un groupement de textes stylistique, une chronologie sur Pouchkine et un guide pour une fiche de lecture. Il est indiqué que la nouvelle « la Dame de pique » est recommandée pour les classes de collège.

Les documents et explications donnés sont très intéressants. Ils nous plongent vraiment dans le contexte de l'époque, mais j'ai quelques remarques à faire: Concernant l'étude de l'image, « les Vieilles » de Francisco Goya, on peut regretter la taille de la reproduction du tableau. Il aurait au moins pu faire la taille d'une page. Là, on se rapproche du timbre poste, et il n'est pas simple de lire l'analyse en regardant le tableau, à moins d'aller chercher une reproduction sur internet.

De plus, il aurait été intéressant d'expliciter le vocabulaire spécifique utilisé. Quand on emploie le terme de « chromatique », on devrait se douter que ce n'est pas forcément à la portée de tout le monde, a fortiori dans un ouvrage recommandé pour les classes de collège (et plus spécialement les élèves de quatrième, car la nouvelle fantastique est au programme). Les élèves de ce niveau sont loin d'avoir tout le bagage nécessaire à la compréhension des explications données. D'ailleurs, cette remarque peut s'étendre à tout le dossier. Le contenu n'est pas mis au niveau de collégiens. C'est, à mon sens, un dossier plus orienté Lycée (le groupement de textes stylistique renforce cette impression).

Par contre, le guide pour rendre compte de sa lecture est bien fait.

Ce livre m'a été envoyé par les éditions Gallimard.

Éditeur: Folio (Gallimard)
Nombre de pages: 112
ISBN: 978-2-07-045645-1

Acheter « La Dame de pique » sur Amazon

Partage