Essais, documentaires

Fil des billets - Fil des commentaires

14janv.

Tintin et le secret d’Hergé, de Serge Tisseron

Tintin et le secret d’Hergé

L’ouvrage :
Le Psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron revisite l’oeuvre de Hergé avec un nouvel éclairage.

Mon avis :
J’étais curieux de découvrir ce livre. Serge Tisseron utilise la psychanalyse pour examiner les albums de Tintin et trouver des liens avec l‘histoire de Hergé. Il part du postulat qu’un artiste utilise une part d’inconscient dans ses œuvres et qu’on peut les décrypter lorsqu’on connaît les codes de l’auteur.

Le psychanalyste étudie les différents personnages de la série et leur évolution d’album en album. De là, il applique une théorie d’un secret de famille qui aurait fortement influencé Hergé dans la conception de ses personnages et de certains albums.

Serge Tisseron explique donc sa théorie, mais cela reste dans le domaine du subjectif, et même, parfois, tiré par les cheveux. Certains trouveront un ouvrage comme ça totalement inutile, d’autres, comme étant une référence absolue dans le domaine. De mon côté, je me situe plutôt entre les deux. L’analyse de l’évolution des personnages est très intéressante, la théorie derrière beaucoup moins, et à mon sens, n’a pas beaucoup d’utilité. C’est un ouvrage pour les purs fans de Tintin qui chercheraient à en savoir plus sur cette œuvre magistrale.

Cette lecture va me permettre de relire les albums de Tintin avec un regard plus acéré, mais toujours dans l’optique de passer un bon moment.

Service presse des éditions Hors Collection.

Titre: Tintin et le secret d’Hergé
Auteur: Serge Tisseron
Éditeur: Hors collection
Nombre de pages: 175
ISBN: 978-2-258-13825-4
Date de publication: 8 septembre 2016

Acheter « Tintin et le secret d’Hergé » sur Amazon

Partage

22déc.

Les visiteurs de notre enfance, de Pierre-Alek Beddiar et Arnaud Magnier

Les visiteurs de notre enfance

L’ouvrage : Les auteurs parcourent, pour notre bonheur, les différentes saisons des Visiteurs du mercredi et des Visiteurs de Noël, ces émissions crées par Christopĥe Izard.

Mon avis : Après « Nos années Casimir[1] », Pierre-Alek Beddiar et Arnaud Magnier reviennent avec un nouvel ouvrage de qualité. Le format est toujours de 26cm*26cm, sur papier glacé. L’iconographie est omniprésente avec une grande place laissée aux textes. Ces derniers sont précis et travaillés avec soin. Un sommaire permet de feuilleter l’album comme bon nous semble. Au total, huit années d’émissions sur TF1 sont passées en revue.

On retrouve avec plus ou moins de souvenirs et aussi de bonheur, des séries comme «Hong-Kong Fou-Fou», «Wally Gator», «Le club des cinq», «La bataille des planètes», «Capitaine Flam», etc.

Les auteurs présentent aussi les différents animateurs qui ont participé à cette émission : Patrick Sabatier, Marc Menant, Dorothée (sous son véritable nom à ce moment-là), Claude Pierrard, etc.
Les articles sont parsemés d’anecdotes et d’informations sur les produits dérivés de l’époque (45T, figurines, jouets, etc).

Un album qui fleure bon la nostalgie ou tout simplement pour les curieux qui aimeraient savoir pourquoi c’était mieux avant. ;-)

Un bel objet à découvrir !
En complément, vous pouvez aussi visiter le site officiel d'informations : http://osibo-news.com/ ou la page facebook du livre.

Les visiteurs de notre enfance

Service presse des éditions Hors Collection.

Titre: Les visiteurs de notre enfance
Auteur: Pierre-Alek Beddiar / Arnaud Magnier
Éditeur: Hors collection
Nombre de pages: 176
ISBN: 978-2-258-13593-2
Date de publication: 14 novembre 2016

Acheter « Les visiteurs de notre enfance » sur Amazon

Partage

27sept.

Vivez mieux et plus longtemps, de Michel Cymes

Vivez mieux et plus longtemps

L’histoire :
Michel Cymes se sert de sa notoriété pour essayer de nous pousser à rester en bonne santé.

Mon avis :
J’ai apprécié la lecture de ce livre. Les chapitres sont courts et rythmés. Il y a un peu d’humour. Et surtout, Michel Cymes met en avant le bon sens, qui ne devrait pas nous quitter dans notre vie quotidienne (et là, c’est pas gagné).

L’auteur n’est pas jargonnant et sait se mettre à la portée du grand public. Il explique aussi que des habitudes peuvent se changer et que le corps s’adapte rapidement. J’ai apprécié la partie sur la nourriture, car cela m’a permis de repérer certaines choses qui pourraient varier mon alimentation, sans pour autant me ruiner et en conservant de la saveur (exemple, tous les mélanges à base de céréales).

Le médecin cloue au pilori la malbouffe et pousse à l’exercice physique (pour ceux qui n’en feraient pas). Il précise aussi qu’il ne faut pas se priver, mais trouver un juste milieu. Ce qui est intéressant dans cet ouvrage, ce sont les explications sur le rôle de certains aliments sur notre santé, de même que les conséquences de l’exercice physique. Tout cela est clair et précis.

Toutes ses idées sont bonnes à prendre, mais pas forcément faciles à mettre en œuvre (essayez de nettoyer votre réfrigérateur tous les quinze jours). Ce livre est un véritable pense-bête.
Une bonne piqûre de rappel qui devrait nous pousser à prendre soin de notre corps.

Titre: Vivez mieux et plus longtemps
Auteur: Michel Cymes
Éditeur: Stock
Nombre de pages: 288
ISBN: 978-2-2340-8092-8
Date de publication: 10 février 2016

Acheter « Vivez mieux et plus longtemps » sur Amazon

Partage

07mai

101 nanars, une anthologie du cinéma affligeant mais hilarant, de François Forestier

101 nanars, une anthologie du cinéma affligeant mais hilarant

L'histoire :
François Forestier présente 101 films, qui selon lui, sont des nanars.

Mon avis :
J'ai été intrigué par ce livre. François Forestier[1] est journaliste et il est également nègre[2]. C'est un spécialiste du cinéma. À travers sa vision décalée et un humour parfois décapant, il revisite une centaine de films à sa façon. Certains sont des horreurs absolues, d'autres sont mauvais sur les dialogues ou tout simplement datés.

Dans la préface, l'auteur précise qu'il a un peu retouché la liste de films proposés. Pourquoi en avoir supprimé certains ? Il ne l'explique pas et c'est dommage.
De plus, sur la quatrième de couverture, plusieurs films sont cités, dont la plupart ne se trouvent pas dans l'ouvrage. Après quelques recherches, j'ai l'impression que c'est en grande partie la quatrième de couverture du volume 2 « Le retour des 101 nanars » qui a été reprise, et non celle du volume 1 qui est ici réédité.
Doublement dommage (j'aurais bien aimé lire la chronique de « La soupe aux choux » ou « Independence Day »).

Les chroniques sont inégales, ce qui n'est pas une surprise pour un ouvrage de ce type. Ensuite, suivant les films présentés, on peut avoir un avis différent (exemple pour moi avec « Love Story » et quelques autres), mais souvent, on rit de bon coeur. Sa présentation de « Top Gun » me fera désormais voir ce film sous un autre angle. Pendant ma lecture, je me suis demandé comment certains de ces films avaient pu être financés.

Du côté des ovnis, il y a selon moi « Terror of tiny Town », dont les acteurs sont exclusivement des nains (on peut trouver de longs extraits sur le net, cela vaut son pesant de cacahuètes).

Que l'on soit d'accord ou non avec François Forestier, pour les cinéphiles, c'est un livre à avoir près de soi, afin de piocher et lire une chronique de temps à autre. Cela permettra de se détendre et de passer un bon moment.

Je ne peux terminer cette chronique sans vous mettre un petit extrait pris parmi ceux qui m'ont fait le plus rire:
« Le premier (et, on l'espère ardemment, dernier) western chantant entièrement joué par des nains. (...) Un type de taille normale arrive sur scène: il présente cette « saga des grands espaces » et entend inculquer quelques centimètres de respect au spectateur médusé: « Les nains sont des gens comme les autres », dit-il, alors que tout le film, dans son imbécillité abyssale, démontre le contraire.»

À découvrir !

Ce livre m'a été envoyé par les éditions Denoël.

Titre: 101 nanars, une anthologie du cinéma affligeant mais hilarant
Auteur: François Forestier
Éditeur: Denoël
Nombre de pages: 373
ISBN: 978-2-207-13190-9
Date de publication: 14 avril 2016

Partage

10sept.

Je veux faire battre le coeur de l'école, Albéric de Serrant

Je veux faire battre le coeur de l'école

L'ouvrage :
Enseigner autrement, est-ce possible ? Oui, explique Albéric de Serrant. Il raconte ce qu'il a mis en place dans son établissement, le cours Alexandre Dumas, situé à Montfermeil qui accueille des élèves du CP à la troisième.

Mon avis :
Dans cet ouvrage écrit en collaboration avec Émilie Refait, Albéric de Serrant raconte son parcours (séminaire, formateur, puis directeur d'école). Il a mis en place une structure qu'il veut atypique pour mieux former les élèves. Le cours Alexandre Dumas est un établissement hors contrat, donc il ne reçoit pas d'aide de l'Éducation Nationale. Les maîtres mots sont: discipline, travail et harmonie. Le travail et l'effort sont au coeur de l'apprentissage. Un élève (Albéric de Serrant les nomme toujours « enfants » et non « élèves ») doit se sentir bien et valorisé. Il doit aussi entendre quand cela ne va pas.

À part la dénomination utilisée, ces idées se retrouvent dans les établissements publics, mais difficiles à faire entendre à des classes de trente élèves. Le vouvoiement des élèves est obligatoire. L'auteur trouve cela plus respectueux, et c'est un garde fou, selon lui, contre l'impertinence. Pour moi, c'est juste un choix, car le tutoiement peut s'appliquer tout en maintenant le respect de l'enfant. Albéric de Serrant trouve le vouvoiement plus simple. Je pense que cela doit venir de son éducation dans une famille catholique pratiquante. Les repas sont très cadrés, parfois non mixtes, avec des groupes désignés afin d'obliger l'enfant à se confronter à la communauté et à s'adapter.

Les enseignants sont présents toute la journée. Ils sont recrutés selon les choix du directeur. Il n'y a pas d'obligation d'avoir suivi de formation dans l'enseignement pour être professeur dans cette école. À partir du moment où la personne veut faire avancer les choses et est prête à se remettre en cause, elle peut être recrutée si elle se reconnaît dans les principes de l'école. Les enseignants ont une grande liberté dans les méthodes et pratiques pédagogiques. Si quelque chose ne fonctionne pas, ce n'est pas maintenu et ils trouvent une autre solution. Là, un peu plus de pragmatisme serait le bienvenu dans l'école publique. Par exemple, on sait que la méthode semi-globale d'apprentissage de la lecture est un échec, mais un retour à la méthode syllabique est rare, car les enseignants se retrouvent souvent freinés dans leur démarche. Pourtant, c'est souvent cette méthode qui est utilisée par les orthophonistes.

Le cours Alexandre Dumas responsabilise aussi les parents. Ceux-ci sont parties prenantes du suivi de la scolarité de leurs enfants. (En même temps, l'auteur ne parle pas du coût annuel pour les familles.) J'ai trouvé certains passages un peu trop grandiloquents, même si l'auteur rappelle plusieurs fois qu'il n'est qu'un maillon de la chaîne, et qu'il travaille en collaboration avec des écoles publiques. Le fait, selon moi, qu'une structure de ce type fonctionne bien tient à deux choses : les parents qui s'investissent, mais n'empiètent pas sur le rôle des enseignants et surtout les petits effectifs : il n'y a qu'une centaine d'élèves du CP à la troisième, soit environ dix élèves par niveau. Cela permet d'individualiser au maximum la formation. Les enseignants du public adoreraient avoir dix élèves par classe, le travail serait complètement différent.
Une plus grosse structure que le cours Alexandre Dumas n'arriverait peut-être pas à fonctionner de la même manière (enseignants et directeur proches des élèves).

Albéric de Serrant a mis en place des méthodes originales. Certaines sont anecdotiques (vouvoiement), d'autres devraient être testées à l'école publique: par exemple, le travail en petits groupes, ce qui n'arrivera pas pour des raisons économiques. L'auteur croit fermement en son modèle et c'est ce qui fait la force du livre : à travers ses propos, on sent la passion qu'il a pour son métier.

Ce livre m'a été envoyé par les éditions JC Lattès.

Titre: Je veux faire battre le coeur de l'école
Auteur: Albéric de Serrant avec Émilie Refait
Éditeur: Jean-Claude Lattès
Nombre de pages: 233
ISBN: 978-2-7096-5038-0
Date de publication: 2 septembre 2015

Acheter « Je veux faire battre le coeur de l'école » sur Amazon

Partage

- page 1 de 3